Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1531

  • Réunion de Brégançon: croissance revue à la baisse, rigueur budgétaire - des mesurettes pour pallier la catastrophe économique

    Brégançon.jpg
    (Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

    A l'issue d'une réunion de travail tenue au Fort de Brégançon, résidence présidentielle surplombant la Méditerranée, l'Elysée a fait savoir dans un communiqué que "10 milliards d'euros de niches fiscales et sociales seront supprimées à l'automne".

    Par "niches fiscales et sociales", l'exécutif désigne des avantages fiscaux ou exonérations dont bénéficient les ménages ou les entreprises.

    L'objectif est de ramener le déficit public de 8% du Produit intérieur brut (PIB) actuellement à 6% en 2011 puis à 3% en 2013, soit la valeur de référence inscrite dans les traités européens. Il s'agit d'un engagement pris vis-à-vis de Bruxelles.

    "Le président a indiqué que la réduction du déficit public à 6% du PIB en 2011, quel que soit le niveau de croissance, constitue un objectif majeur pour le pays", a fait savoir l'Elysée à l'issue de cette réunion avec le Premier ministre François Fillon et les ministres Christine Lagarde (Economie) et François Baroin (Budget).

    Les exonérations qui seront supprimées n'ont pas été précisées. Le total de ces "niches fiscales et sociales" est estimé à 75 milliards d'euros en 2010.

    Elles vont de réductions d'impôts pour certaines professions à une TVA réduite pour les travaux de logement par exemple, en passant par des aides fiscales aux ménages employant des aides à domicile, pour les gardes d'enfants par exemple.

    A l'issue de cette réunion, la présidence a aussi été contrainte de réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2011, à 2% contre 2,5% précédemment. Elle confirme cependant la prévision pour cette année, en estimant que "la perspective de croissance de 1,4% sera atteinte ou dépassée".

    Cette réunion de pré-rentrée avait pourtant été précédée, pour le gouvernement, par une relative bonne nouvelle, le 13 août, avec l'annonce d'un taux de croissance de 0,6% au deuxième trimestre, supérieur aux attentes.

    La présidence a également confirmé vendredi plusieurs mesures budgétaires annoncées avant l'été, comme le gel des dépenses de l'Etat en valeur sur les trois prochaines années, le gel des transferts financiers de l'Etat vers les collectivités locales, la baisse de 10% d'ici à 2013 des dépenses de fonctionnement et d'intervention de l'Etat.

    Après ces annonces et après plusieurs semaines d'hésitation, François Fillon s'était décidé à assumer, à la mi-juillet, le fait qu'il conduit désormais une "politique de rigueur". L'Elysée a malgré tout assuré vendredi que les impôts des particuliers comme des entreprises ne seraient pas augmentés.

    Depuis la crise grecque, la situation de la France, comme d'autres pays développés, reste sous la loupe des marchés.

    L'agence Moody's envisageait mardi la perte par la France, mais aussi par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l'Allemagne, de la note "AAA", la meilleure possible, qui permet à ces pays de se financer à des taux très bas et témoigne de la confiance des marchés à leur égard.

    Le ministre du Budget François Baroin se rendra mardi à Berlin pour une réunion de coordination sur la préparation des budgets respectifs des deux pays.

    A l'issue de sa séance de travail, Nicolas Sarközy a quitté Brégançon pour regagner le Cap Nègre, à quelques kilomètres de là. Il y passe ses vacances dans la propriété de la famille de son épouse, Carla Bruni-Sarkozy.

    AFP. 20/08/10

  • Golfe du Mexique: un nuage de pétrole de 35 km flotte entre deux eaux

    Nappe e pétrole.jpg

    Des chercheurs ont repéré une grande partie des hydrocarbures déversés pendant la marée noire, après l'explosion du forage de BP dans le Golfe du Mexique.

    Non, les trois quarts du pétrole qui se sont déversés dans le golfe du Mexique pendant près de cent jours après l'explosion de la plate-forme de BP n'ont pas disparu. Ils ne se sont pas volatilisés. Ils n'ont pas déjà été «nettoyés par l'homme et la nature», contrairement à ce qu'annonçait la semaine dernière un rapport de l'Agence américaine des océans et de l'atmosphère (Science, 13 août 2010). Des chercheurs de l'Institut océanographique de Woods Hole (WHOI) en ont repéré une grande partie qui flotte encore entre deux eaux entre 1 100 m et 1 300 m de fond. Une autre partie beaucoup plus diffuse navigue autour de 200 m sous la surface. Les résultats de leurs travaux sont publiés vendredi dans la revue Science. Ils rejoignent ceux mis en ligne jeudi par une équipe de l'université de Géorgie.

    Par plusieur centaines de mètres de fond, le pétrole ne se présente pas du tout comme à la surface de l'eau ou sur les plages. Rien à voir avec les images des marées noires et les traditionnelles galettes de fioul échouées. Il s'agit ici d'un panache de pétrole ou d'un nuage. À l'intérieur de ce brouillard, les gouttelettes d'hydrocarbures sont très diffuses, l'équivalent de deux cuillerées à soupe dans un mètre cube d'eau de mer, selon les chercheurs de l'université de Géorgie. Les photos rapportées par la caméra embarquée à bord du robot sous-marin Sentry montrent en effet une certaine turbidité mais rien de plus.

     

    Faible activité bactérienne 

     

    «Le panache a beau être diffus, ça ne veut pas dire pour autant qu'il est sans danger pour l'environnement», avertit Richard Camilli, qui a dirigé l'étude menée par le WHOI. En effet, le phénomène n'a encore jamais été observé. «On connaît la forme, les dimensions et la profondeur du panache, ajoute le chercheur, mais on ne sait pas s'il est toxique ni comment ni pourquoi il s'est formé».

    Le nuage situé entre 1 100 m et 1 300 m de fond a des dimensions impressionnantes puisqu'il s'étend sur près de 35 kilomètres de long et 2 km de large. «Le pétrole est bloqué entre deux couches d'eau», souligne Michel Girin, ancien directeur du Centre de documentation, de recherche et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux. Ce type de stratification sur la colonne d'eau peut s'expliquer par des différences de densité entre le pétrole et l'eau. Les écarts de température et de salinité jouent aussi un rôle déterminant mais, curieusement, les chercheurs n'en ont pas détecté, remarque Michel Girin. Le mystère reste donc entier.

    Les recherches en mer ont été conduites du 19 au 28 juin et interrompues en raison del'ouragan Alex. Pendant cette période, le robot a exploré toute la colonne d'eau sur une vaste zone autour du forage de BP, là où la station pétrolière a explosé le 20 avril dernier. Les fuites n'ayant été définitivement arrêtées que le 4 août, on peut penser que, depuis, le panache a pu se déplacer et se transformer. À ces profondeurs, les choses évoluent toutefois lentement. Les chercheurs ont calculé qu'il se déplace à la vitesse de 0,27 km/h en direction du sud-ouest, vers les côtes mexicaines.

    Que va devenir le nuage de pétrole? C'est la question qui va mobiliser tous les scientifiques. «Ce tapis roulant avance très lentement et devrait se diluer peu à peu», estime pour sa part Michel Girin. Les hydrocarbures devraient être progressivement grignotés par les bactéries spécialisées dans ce type de nourriture. Elles sont naturellement très abondantes dans les eaux du golfe du Mexique mais les analyses effectuées par le robot n'ont détecté pour l'instant qu'une très faible activité bactérienne. La colonisation n'a donc pas encore commencé. Il faut attendre.

    L'étude publiée dans Science s'appuie sur 57.000 analyses chimiques effectuées par un spectromètre ultraperfectionné embarqué à bord du robot Sentry. De la taille d'une boîte à chaussures, il a permis notamment d'analyser cinq des principaux hydrocarbures présents dans le pétrole qui a fui pendant cent jours. À partir des données recueillies, les chercheurs estiment que 4,9 millions de barils se sont déversés dans le golfe du Mexique. C'est quatre fois plus que le pétrole échappé du ventre de l'Exxon Valdez, à l'origine de la plus grande marée noire due au naufrage d'un pétrolier.

    Le Figaro - 20/08/10

  • VIDEO 130 Roms rapatriés - leurs conditions de vie en Roumanie

    http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/france-pres-de-130-roms-expulses-vers-la-roumanie-1274199

    20/08/10

  • René Galinier reste en prison, son comité de soutien durcit le ton

    René Galinier reste en prison. Pour l’instant. La chambre de l’instruction de la Cour d’appel saisie par son avocat pour une mise en liberté sous contrôle judiciaire l’a décidé hier. Le septuagénaire est incarcéré à la maison d’arrêt de Béziers pour avoir tiré au fusil de chasse sur deux jeunes femmes (Ndb: Roms) entrées par effraction dans son domicile pour commettre un cambriolage.

    Dans de nombreux attendus, les magistrats estiment que la détention provisoire est l’unique moyen de mettre fin « au trouble exceptionnel et persistant à l’ordre public provoqué par la gravité de l’infraction, les circonstances et l’importance du préjudice qu’elle a causé. » Contexte d'exaspération sociale, racisme revendiqué, nature à servir de justifications à d'autres actes d’autodéfense, risque de représailles… Les arguments des magistrats sont nombreux.


    Me Bousquet, l’avocat du prévenu « respecte l’arrêt. » En revanche, il se montre agacé lorsque la chambre de l’instruction évoque pour le maintien en détention que « l’affaire a soulevé une émotion considérable se manifestant par des prises de position publiques nombreuses, contradictoires et passionnées. » « Qu’est-ce qu’il peut y faire Galinier, rétorque-t-il. Il n’est pas raciste, pas marqué politiquement. Son geste n'est que le résultat d'une exaspération ambiante née du discours politique général du moment. L'affaire devient emblématique et il faudrait qu'il paye ? »

    Hier, du coté du comité de soutien présidé provisoirement par Claude Vayssière, un ami du prévenu septuagénaire lui aussi, « d’habitude calme », le dépit accompagnait l’annonce du maintien en détention. « Nous sommes restés discrets jusqu’à présent, Nous avons maintenu le calme… Cela n’a pas abouti, nous allons changer d’attitude, durcir le ton. Mardi ou mercredi prochain, une assemblée générale élira un nouveau bureau ; il décidera des actions à mener pour faire libérer René. » Manifestation, barrages routiers… ne sont pas à exclure.

    Hier en fin d’après midi, plus de 7 000 personnes avaient signé la pétition circulant dans le village. L’avocat de son côté déposera une nouvelle demande de remise en liberté d’ici deux semaines.

    Midi Libre.com - 18/08/10

     
     
     



     
  • Ludmilla, la jeune buraliste poignardée à mort, ne se sentait plus en sécurité

    ludmila_articlephoto.jpg
    Ludmilla, 21 ans - (Cliquez sur la photo)

     

    Depuis quelques mois, Ludmilla se rend au tabac, la peur au ventre. Fin 2009, alors qu’elle aide sa mère, des braqueurs font irruption dans le magasin, menacent Ludmilla en lui mettant un revolver sur la tempe et repartent avec la caisse. Ils sont rapidement interpellés par la police et écroués. L’incident a choqué les autres commerçants du quartier. Inquiets, ils avaient conseillé à Annick d’installer des caméras de surveillance dans sa boutique. Elle ne le fera pas. Ludmilla, elle, reste traumatisée par le braquage. Et même si les malfrats sont toujours derrière les barreaux, elle ne se sent plus en sécurité. Elle confie ses craintes à ses amies. Bizarrement, depuis le vol à main armée, elle reçoit des appels masqués. Au bout du fil, l’interlocuteur reste silencieux. Ces mystérieux coups de téléphone n’ont peut-être rien à voir avec le hold-up, Ludmilla se croit malgré tout menacée. Annick, sa mère, en a conscience. Elle-même n’est pas tranquille de laisser sa fille travailler seule. Cette femme aimable et discrète a déjà perdu son fils aîné, il y a dix ans. Il s’est suicidé alors qu’il n’avait que 16 ans. Les cadets, Ludmilla et Gaël, grandissent dans l’ombre de ce frère disparu. Leur père, Josef, un Autrichien, est souvent absent de la maison. Il voyage régulièrement en Afrique pour son travail.C’est Annick qui s’occupe des enfants et veille à leur bien-être.

    Alors, mardi 10 août, parce qu’elle sent que la reprise est difficile pour Ludmilla, elle l’accompagne au tabac. Ensemble, elles ouvrent la boutique à 7 h 30. Annick reste une heure et demie avec sa fille et quitte le magasin vers 9 heures, avec une partie de la caisse. Au cas où… Avec les vacances, les clients ne sont pas très nombreux. Depuis l’ouverture, une quarantaine de personnes seulement sont entrées acheter la presse ou des cigarettes. Pour tuer le temps, Ludmilla écrit des SMS à son amie Julie. Elles avaient prévu de venir travailler toutes les deux ce jour-là. De temps en temps, Julie donne un coup de main au tabac. Mais comme elle venait de se faire une entorse, Ludmilla a préféré qu’elle se repose. Elle lui envoie son dernier message à 9 h 26: «Je m’ennuie.»

    Une dizaine de minutes plus tard, un habitué rentre dans le magasin. Comme chaque matin, cet instituteur à la retraite vient chercher son journal. Personne à la caisse. Sur le comptoir, quatre paquets de cigarettes et un ticket de loto laissés en plan. L’homme attend quelques instants. Intrigué, il se dirige vers l’arrière-boutique et ouvre la porte. Et c’est là, dans ce minuscule cagibi, qu’il découvre le corps de Ludmilla, gisant dans une mare de sang. Un ruban adhésif, provenant d’un rouleau d’étiquettes commerciales, a été posé sur la bouche de la victime. Le client se précipite à la pharmacie qui se trouve juste à côté. Aussitôt, la pharmacienne appelle le médecin. Mais il est déjà trop tard. Ludmilla a reçu huit coups de lame dont cinq pénétrants au niveau du thorax. Des coups de couteau ou de tournevis. Une lame assez longue en tout cas. Les premiers coups ont été mortels. Ils ont touché le cœur et les poumons. Aucune trace de lutte. Apparemment, Ludmilla n’aurait pas eu le temps de se défendre. Pas de désordre non plus, ni de traces de sang en dehors du cagibi. Mais la caisse est vide.

    Ludmilla était une fille sans histoires

    D’après les premières investigations, entre 100 et 130 euros auraient été dérobés. Une somme dérisoire. Dans le voisinage, la stupeur le dispute à la colère. Sous le choc, beaucoup d’habitants n’osent plus sortir de chez eux. Surtout, ils ne comprennent pas ce qui a pu pousser quelqu’un à commettre un crime aussi barbare. Ludmilla était une fille sans histoires, gentille et serviable. Qui pouvait lui vouloir du mal? Le mystère reste entier et beaucoup d’éléments rendent cette affaire particulièrement trouble. A commencer par l’heure du drame. A tout moment, des clients pouvaient arriver. Le tueur a pris des risques considérables. Autre zone d’ombre, l’adhésif collé sur la bouche de Ludmilla. Un nom aurait été inscrit dessus, mais les enquêteurs n’ont pas encore réussi à le déchiffrer. Et puis, il y a l’acharnement du meurtrier. Totalement incompréhensible.

    Cela pourrait ressembler à l’œuvre d’un déséquilibré. L’hôpital psychiatrique La Colombière ne se trouve pas très loin du tabac de la rue des Tilleuls. Mais aucun malade ne s’est enfui de cet établissement le jour du meurtre. Ou peut-être s’agit-il d’un proche de la jeune fille. Ludmilla menait une vie assez secrète. Au lycée Léonard de Vinci où elle avait passé son CAP, elle ne fréquentait pas grand monde. Elle vivait un peu dans sa bulle, souvent enfermée dans sa chambre recouverte de posters de mangas et de décorations japonisantes. Ses amies proches, Julie, Virginie, mais aussi Elodie, elle les avait rencontrées sur Internet. Les jeunes filles avaient commencé à échanger sur leur amour commun pour le Japon avant de se lier d’amitié. Personne ne connaissait d’ennemis à Ludmilla.

    Reste l’hypothèse d’un vol à main armée qui aurait mal tourné. Mais encore une fois, l’heure est tout à fait inhabituelle pour un braquage. Toutes ces pistes sont étudiées par la police. Seule certitude, ce n’est pas un geste gratuit. Pour Julie, l’amie de Ludmilla, il pourrait aussi s’agir d’un acte de vengeance commis par des complices des malfaiteurs emprisonnés pour le braquage de 2009.

    Effondrée, Annick, sa maman, reste enfermée chez elle avec son mari et des parents venus du nord de la France. Les rares fois où elle est sortie depuis la tragédie, elle n’a eu qu’une phrase: «Ça aurait dû être moi

    Paris-Match - 18/08/10

  • Une femme de 62 ans violée et rouée de coups à Paris XIXème

    rue Cambrai XIXe.jpg
    Rue de Cambrai à Paris XIXème

    Une femme de 62 ans a été victime d’une agression d’une rare violence, dans la nuit du 13 au 14 août. La victime a été retrouvée, gisant dans son sang, rue de Cambrai dans le XIXe arrondissement de , à quelques pas de son domicile. Le jour des faits, vers 7 h 30, un passant donne l’alerte après avoir aperçu la victime, très grièvement blessée à la , à demi inconsciente et allongée sur le sol.

    Selon les premiers éléments de l’enquête, confiée aux policiers du 2e district de police judiciaire (DPJ) de , Albertine* a reçu de nombreux coups au visage et à la tête. La retraitée présente également d’importantes blessures à l’entrejambe.

     « Elle a été prise en charge par les secours avant d’être évacuée vers l’hôpital Lariboisière, confie une source proche de l’affaire. Elle a dû subir une intervention chirurgicale pour soigner plusieurs de ses blessures. C’est une agression particulièrement sauvage et qui demeure, pour l’heure, sans mobile. Elle a été violée et frappée à de nombreuses reprises par son ou ses agresseurs. Ils se sont littéralement acharnés sur elle. » Toujours hospitalisée, Albertine n’a pas pu être entendue par les enquêteurs. « Elle est très choquée par ce qui lui est arrivé, ajoute la même source. Les enquêteurs se sont rendus chez elle et, apparemment, ils n’ont rien remarqué de suspect. Tout semble en ordre et rien n’a été volé. »

    Les policiers de la 2e DPJ tentent, pour l’heure, d’établir le parcours de la victime avant son agression.

    « Les médecins qui l’ont prise en charge ont précisé qu’elle semblait ne plus se souvenir des circonstances des multiples violences qu’elle a subies, relate un proche de l’affaire. Le lieu des faits reste à déterminer. Elle a été retrouvée rue de Cambrai mais elle a pu être agressée ailleurs avant d’être laissée pour morte à cet endroit par son ou ses agresseurs. »

    Décrite comme « une femme discrète » par plusieurs de ses voisins, Albertine avait été suivie pour des troubles psychiatriques. « C’est une femme fragile psychologiquement, précise un enquêteur. Son entourage va être étudié mais aucune piste n’est privilégiée. »

    Les policiers ont tenté de faire des recoupements avec des faits similaires commis dans le même secteur. En vain. « Aucune agression d’une telle violence n’a été commise sur une retraitée à Paris au cours des derniers mois, poursuit la même source. Ces faits sont très inquiétants. »

    * Le prénom de la victime a été changé.

    Le Parisien - 19/08/10

     

  • "Armée... les meilleures années de ma vie"

    Israel photo humiliante.jpg
    (Cliquez sur la photo)

    Une association israélienne vient de publier sur Facebook d'autres photos de soldats de Tsahal humiliant des Palestiniens. Des images parfois pires que celles de l'ex-soldate israélienne qui ont fait le tour de la planète.

    Un Israélien qui prend la pose à côté d'un prisonnier aux yeux bandés. Trois soldats tournés vers l'objectif, qui s'agenouillent près d'un Palestinien au corps martyrisé. Un militaire qui menace d'une arme un homme allongé sur le dos, auquel on a retiré le pantalon.

    C'est le contenu des photos que vient de publier l'association israélienne Breaking the silence, en réaction à la polémique déclenchée par Eden Abargil il y a quelques jours. L'ancienne soldate israélienne avait diffusé sur Facebook des photos d'elle posant, durant son service militaire, auprès de prisonniers palestiniens. L'album était intitulé «Armée… les meilleures années de ma vie». Des clichés jugés indignes, que Tsahal, l'armée israélienne, a condamnés, soulignant qu'il s'agissait d'un acte isolé d'une brebis galeuse.

    Mais les photos diffusées sur Facebook par Breaking the silence semblent montrer que ce n'est pas si rare que ça. Et les huit clichés qu'elle a sélectionnés et publiés sont parfois pires que ceux d'Eden Abargil. L'association, lancée par d'anciens soldats israéliens, dénonce le comportement de Tsahal sur les territoires palestiniens. Depuis 2004, elle a collecté plus de 650 témoignages de soldats et dispose désormais d'une importante base de documentation composée d'écrits, de vidéos et de photographies.

    Parmi ces documents, des centaines de clichés similaires à ceux d'Eden Abargil, que l'association utilise depuis des années pour dénoncer les exactions des soldats israéliens en Palestine. Breaking the silence les avait même exposés à Tel Aviv en 2004. Sans succès: ces photos n'ont jamais généré le retentissement de celles de la soldate.

    Le Figaro - 19/08/10

  • Marée noire: près de 80% du pétrole serait encore sous la surface de l'océan

    Marée nioire poisson.jpg
    Que sont devenus les 779 millions de litres de pétrole déversés dans le golfe du Mexique?

    Des experts affirment que près de 80% du pétrole serait encore sous l'océan, contredisant les conclusions d'un rapport de l'administration Obama, qui considère que les trois quarts des barils ont été «éliminés».

    Que sont devenus les 779 millions de litres de pétrole déversés dans le golfe du Mexique? Un rapport, commandé par le gouvernement américain à la National Oceanic and Atmospheric Administration, affirmait le 4 août que 74% du pétrole avait été «éliminé». En se basant sur les données de ce même document, qu'ils ont ré-analysées, des experts indépendants de l'université de Géorgie viennent pourtant de tirer des conclusions diamétralement opposées. Selon eux, 70 à 79% des barils se trouvent toujours dans l'océan.

    Si les deux équipes d'experts arrivent à de tels écarts sur de mêmes données, c'est qu'ils n'ont pas la même notion d' «élimination» des barils. Selon le rapport gouvernemental, «la vaste majorité du pétrole de la marée noire provoquée par BP s'est soit évaporée, ou a été brûlée, récupérée en mer ou dispersée». C'est sur ce dernier point que les analyses divergent.

    La technique de dispersion consiste à fractionner les nappes de pétrole en gouttelettes, qui s'éparpillent ensuite dans l'océan. Ce qui accélère la dégradation des hydrocarbures par les bactéries de l'eau.

    Pour Charles Hopkinson, un des experts de l'université de Géorgie, «une des principales erreurs est de penser que le pétrole qui s'est dissout dans l'eau a disparu et est de ce fait inoffensif». Selon lui, «ce pétrole est toujours dans l'océan, sous la surface, et il faudra probablement des années avant qu'il ne se dégrade complètement».

     

    «Nous ne savons pas où est passé tout le pétrole»

     

    Un raisonnement que semble partager un responsable fédéral, ayant préféré garder l'anonymat. Pour lui, 25% du pétrole a été récupéré. Et 25 % a été dispersé, naturellement ou avec des dispersants chimiques. Il considère que l'impact durable de ce pétrole, même dégradé, sur les micro-organismes marins reste totalement incertain. Il estime également que la moitié du pétrole se trouve toujours sous la surface de l'océan.

    Les données du rapport initial restent fragiles. Pour les récolter, des scientifiques ont suivi les nappes de pétrole depuis le début de la marée noire. Insuffisant, d'après Charles Hopkinson, qui considère que la majorité du brut n'est pas encore remonté à la surface.

    Ed Overton, un océanographe qui a participé au rapport fédéral, admet qu'à ce stade, «nous ne savons pas où est passé tout le pétrole». Pour lui, il faudrait «au moins deux ans de recherches», avec des équipements spécialisés, pour effectuer «une évaluation acceptable» de la quantité de pétrole se trouvant sous l'océan. «Nous ne pouvons pas conclure que la marée noire est finie, tout comme les dégâts provoqués, tant qu'on n'aura pas une bonne idée d'où se trouve le pétrole», a-t-il ajouté.

    Le Figaro - 19/08/10

  • "La Torah du roi": un rabbin soupçonné de racisme arrêté en Israël

    Rabbi Yosef Elitzur.jpg
    Le rabbin Yosef Elitzur

    Un rabbin colon auteur d'un livre justifiant le meurtre, dans certaines circonstances, de goys (non-juifs), y compris des enfants, a été arrêté aujourd'hui par la police israélienne. Ce rabbin, Yossef Elitzur, résidant dans la colonie d'Yitzhar dans le nord de la Cisjordanie et co-auteur d'un ouvrage intitulé "La Torah du roi", est soupçonné d'incitation à la haine raciale et à la violence.

    Dans cet ouvrage publié au début de l'année, les rabbins Elitzur et Yitzhak Shapira affirment que les non-juifs ne sont pas, "par nature, sujets à la compassion" et que les attaquer "peut freiner leurs inclinations malignes", selon des extraits publiés par le quotidien Haaretz.

    Les deux auteurs estiment également qu'il peut être licite de tuer les bébés et les enfants des "ennemis d'Israël car il est clair qu'ils nous porteront préjudice lorsqu'ils auront grandi". "Partout où l'influence de goys constitue une menace pour la vie d'Israël, il est permis de les tuer, même s'il s'agit des Justes parmi les nations", soulignent ces rabbins en faisant allusion à ceux qui ont sauvé des juifs durant la Deuxième Guerre mondiale.

    L'ouvrage a été publié avec l'imprimatur de deux autres rabbins plus connus, Dov Lior et Yaakov Yossef, fils du rabbin Ovadia Yossef, fondateur et chef spirituel du Shass, un parti ultra-orthodoxe représenté au gouvernement. Ces deux rabbins ont refusé de répondre à une convocation de la police qui voulait leur demander des explications.
    Mercredi soir, plusieurs dizaines de rabbins, d'éducateurs et d'activistes d'extrême droite se sont réunis à Jérusalem pour les soutenir dans leur refus de voir "l'Etat se mêler de la Torah".

    Le Figaro - 19/08/10

  • Enquête ouverte après le fiasco d'une colonie de vacances en Hongrie

    Prague.jpg
    Budapest - (Cliquez sur la photo)

    Une administrative a été ouverte jeudi pour expliquer le fiasco d'une colonie de vacances organisée en Hongrie pour des jeunes de la région lilloise. Mercredi, ces 25 adolescents ont dû rentrer précipitamment avec 24 heures d'avance.

    Ces jeunes en difficulté, suivis par une assistante sociale, avaient été obligés de dormir dehors durant une nuit après avoir été renvoyés de deux des structures d'hébergement dans lesquelles ils séjournaient.

     

    A l'origine de ce renvoi, «des dégradations commises par ces jeunes», explique jeudi Françoise Cebulski, conseillère Jeunesse et Sport à la direction départementale de la cohésion sociale du Nord (DDCS).

    Les jeunes n'auraient apparemment pas supporté qu'une partie des activités promises n'ait pas été assurée. Certains mettent en cause une poignée de fortes têtes qui auraient commis des dégradations. D'autres dénoncent l'incompétence de l'encadrement du centre.

    «Il semble qu'il y a eu des dysfonctionnements au niveau de l'organisation sur place de ce séjour», géré par l'association Ajiste gestionnaire du Nord, affiliée à la des auberges de jeunesse, précise Françoise Cebulski.

    Le groupe prié de décamper

    Les problèmes ont commencé la semaine dernière. Mal encadrés selon les parents, quelques jeunes se sont mis à saccager le centre de vacances où ils séjournaient (carreaux cassés, portes défoncées). Bilan des courses le groupe entier fut prié de décamper. Depuis la , la Fédération des auberges de jeunesse du Nord aurait renvoyé de l'argent pour permettre au groupe de trouver un nouvel hébergement.

    Mais de nouvelles dégradations ont été commises le soir-même à Budapest... et le groupe fut de nouveau mis à la porte d'une autre structure par le directeur général des auberges de jeunesse hongroises. A la rue, sans argent, ils ont été contraints de dormir à la belle étoile. «On a dormi dehors comme des clochards», explique une adolescente, cité par La Voix du Nord.  «Ils ont vécu un enfer», commente une autre maman.

    Des dégradations, même dans le bus du retour

    A leur retour, les parents sont à la fois soulagés de récupérer leur progéniture mais aussi remontés contre l'organisateur.  Cité ce jeudi par la radio RTL, le président de la fédération des auberges de jeunesse du Nord Pierre Debosque dénonce quant à lui le manque d'autorité du directeur du centre, âgé de 46 ans qui aurait d'ores et déjà été démis de ses fonctions. «J'ai recruté un directeur incapable de gérer un groupe». Celui ci serait resté en Hongrie pour être entendu par la police.

    Même le bus hongrois, qui a ramené le groupe en France, aurait été dégradé.

    Mercredi soir, les parents envisageaient de porter plainte.

    Le Parisien - 19/08/10

  • Arrivée en Roumanie de dizaines de Roms expulsés de France

     

    VIDEO  http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/france-l-expulsion-des-roms-une-politique-inefficace-1270215

    Avec femmes et enfants, portant landeaux et pour certains de grands sacs de jute, des dizaines de Roms roumains sont arrivés peu avant 14H00 GMT à l'aéroport Aurel Vlaicu à Bucarest.

    "C'était très dur en France, il y avait des pressions tout le temps... la police, la préfecture", a déclaré à l'AFP Gabriel, un des Roms renvoyés avec sa femme et ses deux filles.

    Agé de 37 ans, il vivait à Grenoble et dit avoir travaillé au noir comme il pouvait. Il va rentrer à Petrosani d'où il vient. "Je ne sais pas ce que je vais faire... Il n'y a rien à faire là-bas", dit-il sans exclure un possible retour.

    Selon le ministère roumain de l'Intérieur, un total de 93 Roms devaient être rapatriés jeudi sur plusieurs vols réguliers, depuis Paris et Lyon. La France n'a pas confirmé le chiffre.

    Le président roumain Traian Basescu a réclamé jeudi un programme européen d'intégration des Roms, une demande formulée par la Roumanie depuis 2008, alors que la presse roumaine notait qu'en l'absence d'un programme de réinsertion cohérent, nombre des rapatriés repartiraient.
    AFP. 19/08/10 
  • VIDEO Olé! Un taureau saute dans les gradins et blesse 30 spectateurs

    http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/espagne-un-taureau-blesse-trente-personnes-dans-une-arene-1269489

    AFP. 19/08/10

  • Israël: nouvelles photos humiliantes de détenus palestiniens

    Israel prisonnier.jpg
    Israël prisonniers.jpg
    (Cliquez sur la photo)
     
     
     
     
    Les médias israéliens diffusaient mercredi de nouvelles photos de soldats israéliens posant aux côtés de prisonniers palestiniens, les yeux bandés et mains liées, montrant que la diffusion lundi d'une première série d'images de ce type ne relevait pas d'un cas isolé.

    "C'est devenu la norme pour des soldats de prendre ce genre de clichés, qui traduisent des situations vécues au quotidien par eux et par des Palestiniens", a déclaré à l'AFP Yéhouda Shaül, représentant l'ONG "Brisons le silence", à l'origine de la diffusion de ces nouvelles images.

    Cette ONG anti-occupation recueille depuis plusieurs années les témoignages de soldats ayant servi dans les territoires palestiniens.

    Sur ces nouvelles photos diffusés sur Facebook, on peut voir des soldats entourant une jeune prisonnière à genoux, ou encore un soldat couché à côté d'un prisonnier assis les mains dans le dos ou encore un militaire posant à côté d'un Palestinien blessé emmené en ambulance.

    Les photos montrent le plus souvent les détenus dans une situation humiliante, sans pour autant témoigner de sévices.

    "Le plus étonnant, c'est qu'en Israël même ces photos aient pu choquer alors qu'il y a des choses bien pires qui se passent" lors des arrestations et des interrogatoires, a souligné M. Shaül.

    AFP. 18/08/10

     

  • A Vienne, le porte-parole de la communauté rom s'appelle Rudolf Sarközi !

    Rudolf Sarkozy Vienne.jpg
    Rudolf Sarközi

    On pourrait croire à un gag, ou à un poisson d’avril… mais c’est la stricte vérité  : Joëlle Stolz, la correspondante, à Vienne, du quotidien Le Monde relate, dans son édition du 18 août, que celui qui représente les Roms en Autriche a le même nom que celui qui fait semblant de les pourchasser en France !

    Joëlle Stolz termine ainsi son reportage : « Ce « voïvode » peut-il avoir une lointaine parenté avec la famille hongroise de Nicolas Sarkozy – version francisée de Sarközy –, anoblie en 1626 par l’empereur d’Autriche ? « Qui sait ? », se demande Rudolf Sarközi, qui note que ce patronyme est typiquement rom : « Certains, dans un souci d’intégration, l’ont même abandonné de crainte d’être stigmatisés. »

    Après l’élection de M. Sarkozy, en 2007, Rudolf Sarközi, président de l’Association culturelle des Roms d’Autriche, lui a envoyé un livre où il raconte son combat pour la reconnaissance politique et juridique de sa communauté. Il aurait  reçu un mot courtois du bureau de l’Elysée.

    Ceux qui ne nous croiraient pas peuvent consulter le blog du cousin du petit Nicolas ici.

    NPI - 18/08/10

  • Communistes assassins!

    200px-Lenin 1920.jpg
    Lénine en 1920 - (1870-1924)
    508px-Lenin-1895-mugshot.jpg
    Vladimir Ilitch Oulianov en 1895
    Né en Russie à Simbirsk le 22 avril 1870, Lénine est le fils d'Ilya Nikolaevitch Oulianov, un fonctionnaire russe (inspecteur des écoles) anobli qui œuvre à l’instauration de plus de démocratie et d’une éducation gratuite pour tous en Russie, et de sa femme Maria Alexandrovna Blank. Ses origines ethniques et religieuses sont métissées. Issu d'une famille cultivée, il est d’origine kalmouk par ses grands-parents paternels, allemande par sa grand-mère maternelle, qui était de confession luthérienne, et d’ascendance juive convertie à l'orthodoxie par son grand-père maternel. Vladimir Oulianov (Lénine) lui-même est baptisé dans l’Église orthodoxe russe. (Wikipédia)
     
    .....................................................................................................................
     
     
    Communiqué d’Alain Jamet, vice-président du Front National, secrétaire régional FN du Languedoc-Roussillon, secrétaire départemental FN de l’Hérault

    Lénine, ce fou sanguinaire, qui a dit : « De la population russe, 90 millions sont sous la puissance des soviets, le reste, nous les exterminerons. » ; Lénine, ce monstre sans foi ni loi, qui a déclaré : « Si, pour réaliser le communisme, il faut exterminer 9/10ème de la population, nous ne devrons pas reculer. »

     Lénine a désormais une statue érigée à sa gloire à Montpellier.

    Georges Frêche, Président de la Région Languedoc-Roussillon, a à nouveau frappé. Et pour faire bon poids, bonne mesure, il va y ajouter en septembre une statue en l’honneur de Mao, tous deux, prétend-il, « Libérateurs de peuples ».

    Le Front National s’élève contre cette insulte faite aux morts, à l’Histoire, et à la mémoire. Il apporte d’ores et déjà son soutien à toute manifestation citoyenne ayant pour objet d’effacer de la vue des Montpelliérains ces deux statues, symboles de la tyrannie et du totalitarisme marxistes.

    NPI - 18/08/10

     
     
     
  • Roms: un fichier pour éviter la fraude de l'aide au retour

    Les Roms reconduits ne pourront plus toucher ce pécule plusieurs fois sous de fausses identités. 

    Son petit nom se veut sympathique comme un personnage de de Funès: Oscar (outil simplifié de contrôle des aides au retour). Créé le 26 octobre 2009, ce fichier censé empêcher les étrangers reconduits dans leur pays de toucher plusieurs fois le pécule accordé par l'État français pour les inciter à rester chez eux, va entrer dans sa phase opérationnelle. «Dans quelques semaines, Oscar, le fichier biométrique que nous avons mis au point, va permettre d'éviter cette noria, ces allers-retours: ceux qui ont perçu l'aide ne pourront pas la recevoir à nouveau», a ainsi déclaré mardi, sur RTL , le ministre de l'Immigration, Éric Besson, qui évoquait le dossier des campements illégaux de Roms.

    Prises individuellement, les sommes en jeu paraissent modestes: un billet retour, 300 euros par adulte et 100 euros par enfant. Mais à raison de 15.000 aides au retour délivrées l'an dernier, et autant en 2009, ce sont près de 18 millions d'euros qui ont déjà été distribués en deux ans. Avec un fort soupçon de détournement de ces aides par des personnes qui, revenues en France à plusieurs reprises, se les sont vu attribuer autant de fois qu'elles ont franchi la frontière.

     

    Refus de se laisser signaliser

     

    Un policier raconte: «Récemment, nous avons arrêté un Rom qui avait été ramené en Roumanie en avion, après avoir empoché les 300 euros. Là-bas, un Bucarest-Paris en car coûte 60 euros. Il n'a pas fallu une semaine pour que l'intéressé soit de retour en France. Accompagné de quatre cousins à qui il avait offert le trajet grâce à son pécule!»

    La police ne veut plus travailler en aveugle. Elle ne pouvait jusqu'alors inscrire dans la base de données Oscar que les patronymes et prénoms des personnes contrôlées, sans trop savoir à qui elle avait affaire, puisque, sans papiers pour la plupart, les Roumains arrêtés lui donnaient souvent des noms fictifs.

    Mais à compter du 1er septembre prochain, tout change. L'étranger membre de la communauté des gens du voyage contrôlé par la police, lors de l'occupation illicite d'un camp par exemple, verra ses empreintes digitales insérées dans le fichier, à côté du nom.

    La police ne pourra donc plus se tromper. À condition que l'opération de prise d'empreintes se déroule dans de bonnes conditions. Car le décret stipule que «les données enregistrées dans le traitement sont les images numérisées des empreintes des dix doigts du bénéficiaire et de ses enfants mineurs âgés d'au moins 12 ans, ou la mention de l'impossibilité de collecte totale ou partielle de ces empreintes.»

    Quelle attitude doit adopter la police en cas de refus de se laisser signaliser? «Les agents ne peuvent contraindre les récalcitrants, même si ce refus de signalisation constitue une infraction. Il faudra alors qu'un juge condamne les intéressés et ordonne la prise d'empreintes», explique un commissaire de police.

    Mardi, le ministère de l'Intérieur pointait plus de cinquante campements illicites de Roms déjà démantelés en France depuis le début du mois. Au moins 700 personnes en situation irrégulière seront reconduites à Bucarest «par des vols réguliers», a tenu à préciser Éric Besson. Le ministre l'a reconnu également, s'agissant des Roumains, membres de l'Union européenne: «Ils pourront revenir en France, puisque c'est la loi, mais ils ne pourront pas y stationner en situation irrégulière et a fortiori recevoir une aide au retour volontaire.» Le jackpot de l'aide au retour a vécu.

    Le Figaro - 18/08/10

  • René Galinier, 73 ans, malade, reste en prison - pour "racisme"?

    La cour d'appel de Montpellier a rejeté mercredi la demande de remise en liberté de René Galinier, mis en examen pour avoir tiré sur deux cambrioleuses. Une décision conforme à l'avis du parquet, qui ne croit pas à la légitime défense.

    René Galinier reste en prison. La cour d'appel de Montpellier a rejeté mercredi la demande de remise en liberté du septuagénaire, mis en examen et écroué après avoir tiré sur deux cambrioleuses qui s'étaient introduites dans sa maison de Nissan-les-Enserune (Hérault), le 5 août dernier. Une décision conforme aux réquisitions de l'avocat général, qui avait plaidé le maintien en détention de René Galinier, mis en examen dans cette affaire pour «tentatives d'homicides volontaires», rejetant l'idée de la légitime défense.

    «Je suis déçu car j'estimais que sa remise en liberté ne troublerait pas l'ordre public», a commenté l'avocat du septuagénaire, Me Josy-Jean Bousquet. «Je redéposerai une nouvelle demande dans un mois». Mardi, il avait argué que le maraîcher à la retraite, malade, ne présentait aucun risque de récidive. Il avait en outre précisé que près de 13.000 personnes avaient signé la pétition diffusée sur Internet et dans le secteur de Nissan-les-Enserune.

     

    «Je suis devenu raciste»

     

    Devant la cour, le président de la chambre d'instruction a relu mardi les déclarations de René Galinier recueillies par la police le jour des faits : «... J'étais en danger, j'avais peur... j'étais en danger avec cette sale race, je suis devenu raciste... on est obligé de s'armer...si la justice faisait son boulot», avait-il notamment déclaré. Un discours qui n'a pas servi l'intéressé. «Ces propos ont été tronqués», a réagi Me Josy-Jean Bousquet, qui évoque pour sa part «des propos désagréables tenus dans le feu de l'action».

    Lors de cette audience, il a également été précisé que les vies des deux femmes blessées, qui avaient été hospitalisées l'une à Béziers, l'autre à Montpellier, n'étaient plus en danger et que des faits de vols apparaissaient dans le casier judiciaire de l'une des deux. Selon les premiers éléments de l'enquête, le retraité a fait feu à deux reprises sur les deux cambrioleuses qui se trouvaient accroupies dans deux pièces différentes et qui n'étaient pas armées.

    Le Figaro - 18/08/10

     

  • A déboulonner!

    Frêche Lénine cacheux.jpg
    (Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)
     
     

    Dans le nouveau quartier d'Odysseum, à l'est de Montpellier, Georges Frêche, également président de la région Languedoc-Roussillon, est venu assister à la pose sur leur stèle de ces impressionnantes figures de bronze d'une tonne et de 3,3 mètres de haut.

    Arrivées mardi en fin d'après-midi, les statues ont été débâchées par les ouvriers à partir de 08H00 en vue de leur installation. Elles seront ensuite recouvertes jusqu'à leur inauguration officielle le 17 septembre.

    Symboliquement, celle de Lénine a été dévoilée en la présence de M. Frêche, sous le regard curieux de passants et touristes, visiblement plus amusés qu'émus par cette initiative.

    Sur une place entourée de colonnes, qui sera baptisée "place du XXe siècle", les statues de Charles de Gaulle, Roosevelt, Churchill, Lénine et Jaurès ont été agencées en un demi-arc de cercle.

    Ravi du battage médiatique, Georges Frêche s'est réjoui d'une "polémique extraordinaire" qui "fera connaître la place dans toute la France".

    "Erasme pensait que la politique était morale et Machiavel pensait autrement. C'est Machiavel qui avait raison. La politique n'est pas morale, la politique est politique", a-t-il dit, réagissant à ceux qui condamnent ses choix.

    Selon lui, Lénine "a changé la face du monde au XXe siècle. Sans la Révolution d'octobre, il n'y aurait pas eu la décolonisation de l'Inde, de la Chine, du Moyen-Orient, du Maghreb, de l'Afrique noire".

    "Ce n'est pas le nombre de morts, c'est le nombre de déclics créés dans l'Histoire qui compte, voilà pourquoi j'ai choisi Lénine", a encore affirmé l'orateur qui aime ponctuer ces discours de digressions historiques.

    L'idée de ce projet est née lors d'un voyage de M. Frêche à Seattle (nord-ouest des Etats-Unis) début 2008, au cours duquel il a découvert une statue du père de la révolution bolchévique, conçue par l'artiste Emil Venkov.

    Dix autres statues ont été commandées, dont cinq - celles de Mao, Mandela, Nasser, Gandhi et Golda Meir - devraient être livrées par le sculpteur François Cacheux, 87 ans, "fin 2011-début 2012", en attendant les statues de Léopold Sédar Senghor, probablement Pancho Villa, Deng Xiaoping, Lula et peut-être Staline.

    "Je suis anti-stalinien, mais il se peut qu'un jour je le mette en tant que vainqueur de Stalingrad (...) J'ai toujours un peu d'avance sur l'Histoire", a commenté l'ancien maire de Montpellier, taxant d'"imbéciles" ses détracteurs.

    En première ligne, les Verts ont menacé de déboulonner les statues. Georges Frêche "se sert de son pouvoir personnel pour imposer ses visions de l'Histoire", a jugé Emmanuel Reynaud, secrétaire régional des Verts, qui a créé un groupe sur le réseau social Facebook.

    Si à droite, le député villepiniste Jean-Pierre Grand s'est dit "très content" de la présence d'une statue du général de Gaulle", estimant que Mao et lui "vont bien ensemble", l'opposition municipale a critiqué le coût de l'opération: 1,81 million d'euros pour les dix premières statues.

    "La période ne s'y prête pas", s'insurge Jacques Domergue, député UMP et conseiller municipal de Montpellier.

    "On aurait pu utiliser le vote des Montpelliérains pour désigner qui sont ces grands hommes. Or là c'est un diktat de plus de Frêche, c'est un signe ultime de mégalomanie d'un homme qui veut peut-être un jour avoir sa propre statue", a-t-il déclaré à l'AFP.

    "Pourquoi pas?", a répondu, goguenard, l'intéressé... 

     AFP. 18/08/10
  • Bande de Gaza: 4 raids israéliens - bombardement d'un camp de réfugiés

    L'aviation israélienne a lancé ce soir quatre raids contre la bande de Gaza qui n'ont pas fait de blessé, selon les services palestiniens de sécurité et des témoins.
    Deux raids ont d'abord visé des objectifs situés près de la ville de Rafah et au nord de Khan Younès, non loin de la frontière avec l'Egypte.
    Puis les appareils israéliens ont attaqué des objectifs proches de Zeitoun, à l'est de la ville de Gaza, et dans le camp de réfugiés de Deir al-Ballah, dans le centre du territoire palestinien.
    Deux soldats israéliens ont été légèrement blessés mardi par l'explosion d'un obus de mortier tiré depuis la bande de Gaza alors qu'ils se trouvaient en territoire israélien, a auparavant indiqué un porte-parole militaire.
    Lundi, un activiste palestinien avait été tué et un soldat israélien légèrement blessé lors d'un échange de tirs lundi près de Khan Younès, selon des sources médicale palestinienne et militaire israélienne.
    Le Figaro - 17/08/10

  • Les pays d'Europe occidentale doivent cesser de renvoyer des Roms au Kosovo

    Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Thomas Hammarberg, a indiqué mardi que "les pays d'Europe occidentale devraient cesser de renvoyer de force des Roms au Kosovo", et souligné que le manque de papiers d'identité était un problème récurrent.

    "De nombreux Roms du Kosovo ont été contraints de fuir pour survivre, ce qui a entraîné la perte, la destruction ou le transfert de leurs documents", a rappelé M. Hammarberg dans le dernier article de son carnet des droits de l'homme publié mardi.

    "L'absence de papiers d'identité et un faible niveau d'instruction ont rendu encore plus difficile, pour nombre de Roms, l'acquisition des documents nécessaires pour vivre et obtenir des droits dans les pays d'accueil", ajoute-t-il.

    En conséquence, le commissaire aux droits de l'homme préconise que "les Etats devraient éviter de mener des politiques qui ne font qu'aggraver la situation", en arrêtant de renvoyer des Roms de force au Kosovo.

    Selon un rapport de l'Unicef, 38% des Roms renvoyés d'Allemagne sont apatrides par exemple.

    "Le droit à la nationalité est un droit de l'homme fondamental, consacré par la Déclaration universelle des droits de l'homme. Il s'agit du "droit d'avoir des droits" et il faut s'employer avec davantage d'énergie et de détermination à le mettre en oeuvre", conclut Thomas Hammarberg.

    AFP. 17/08/10

    Que M. Hammarberg les prenne chez lui, en Suède!