05/11/2006

Pour Bruno, ce poème de Suarès...

Pour Bruno, que la nature a pourvu, je crois, de tous les dons, y compris celui de la musique, ce sonnet musical d'André Suarès, le Condottière, à la gloire des luthiers et des violons de Crémone:

 

                  O divins violons, bruns enfants de Crémone,

                  Plus beaux que l'or du soir, vous êtes faits de sang

                  Et de chair, et d'amour et de tout ce qui sent

                  La passion qui chante et follement raisonne.

 

                  Votre voix est une âme, un feu d'ardeur naissant,

                  Le baiser de l'Aurore aux vergers de Pomone,

                  Le soupir de Didon, le cri de Desdémone,

                  Un grand désir blessé, un grand désir blessant.

 

                  Pétales d'harmonie , ô claires chanterelles,

                  L'archet vous fait gémir comme des tourterelles ,

                  Et vous penchez le col, violettes des pleurs.

 

                 Vous êtes l'accent pur, le parfum des paroles,

                 Et dans les prés du ciel, c'est vous qui chantez, fleurs,

                 Oiseaux du paradis, violons et violes !

 

                          André Suarès

                        VOYAGE DU CONDOTTIERE

                 

 

                   

 

 

 

 

16:35 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)