Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2017

Le Cabinet de Ferrand explique l'embauche de son fils par l'illettrisme des jeunes Bretons

6932.jpg

https://francais.rt.com/france/38835-ferrand-a-explique-e...

 

 

 

05:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Michel Onfray fait le lien entre l'islam et les harcèlements à La Chapelle-Pajol

04:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Carcassonne (11) : deux enfants brûlés par une attaque à l’acide dans une aire de jeux

 

12h17

Deux petits garçons de 4 et 7 ans ont été brûlés par une substance acide samedi, alors qu’ils avaient utilisé une aire de jeux à Carcassonne.

 

Deux enfants de quatre et sept ans se sont plaints à leurs parents de brûlures aux mains samedi, après avoir passé une partie de l’après-midi dans une aire de jeux à Carcassonne, rapporte Midi Libre.

Les deux petits garçons, qui habitent à Trèbes et Carcassonne, ont été transportés aux urgences du centre hospitalier de Carcassonne. Les soignants ont relevé des brûlures au second degré.
Plusieurs jeux touchés par le produit

« Le produit était présent sur plusieurs jeux, ce qui laisse croire que l’intention de nuire était délibérée », a indiqué l’adjoint en charge de la sécurité Yazid Laredj.

(…)

Le Dauphiné

NdB: Quelle peut être l'immonde vermine qui a fait cela pour brûler des enfants?

03:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Haute-Savoie : une collégienne en danger de mort après avoir été aspergée d'un liquide inflammable par une camarade

 

Les faits se sont produits durant la récréation de 10 heures. La victime se trouvait dans le coma mercredi soir. Une enquête pour tentative d'assassinat a été ouverte.

 

Mis à jour le
publié le

 
 

Une élève de troisième, âgée de 15 ans et scolarisée à Annecy (Haute-Savoie), a été aspergée d'un liquide inflammable par une camarade de classe, mercredi 24 mai. Grièvement brûlée, elle a été placée dans le coma, mercredi soir, et son pronostic vital est engagé. En fin de journée, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a indiqué que son état s'était "détérioré". Le parquet d'Annecy a ouvert une enquête pour "tentative d'assassinat" et l'agresseuse a été placée en garde à vue.

Les faits se sont produits lors de la récréation de 10h. Les deux jeunes filles de 15 ans se sont retrouvées à l'écart quant l'une d'elles a aspergé l'autre de liquide inflammable avant d'y mettre feu à l'aide d'un briquet. 

"Elles étaient tout le temps en conflit"

"Elle est passée à côté de moi en flammes, j'étais tétanisée", raconte une élève témoin de la scène à France Bleu Pays de Savoie. Des membres du personnel de l’établissement "sont immédiatement intervenus pour éteindre les flammes", précise le collège dans un communiqué. Un assistant d’éducation a été lui-même brûlé. Grièvement brûlée au visage et au dos, la victime a été transportée au centre des grands brûlés de Lyon, l'hôpital Edouard Herriot.

Les deux adolescentes étaient en conflit depuis plusieurs semaines. Elles avaient été convoquées avec leurs parents, un mois plus tôt, par le principal du collège "Le Semnoz", qui pensait alors le problème résolu entre les deux élèves. "Elles étaient tout le temps en conflit, mais ne s'étaient jamais battues", confirme la maire déléguée de Seynod, commune qui a fusionné avec Annecy et où se sont déroulé les faits. "C'était tendu, mais de là à brûler..."

L'agresseuse présumée placée en garde à vue

L'auteure présumée de l'agression a été interpellée peu après avoir quitté l'établissement, et placée en garde à vue. Elle passera une nuit en cellule de garde à vue, où "elle sera particulièrement surveillée", a assuré la procureure d'Annecy. L'enquête a été ouverte pour tentative d'assassinat, car elle avait introduit le liquide inflammable dans l'établissement, marque d'une préméditation.

 

Une cellule d'urgence médico-psychologique a été mise en place pour prendre en charge élèves et adultes. Elle sera maintenue "aussi longtemps que nécessaire", a assuré le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, qui a fait part de sa "très grande émotion".

 NdB: Le vivre-ensemble ?

03:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les Brigandes - Il n'y a rien de plus jolie que la démocratie !

03:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Jérôme Rivière : « La priorité, c’est celle de l’identité de la France »

 

 

24/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Après avoir été député UMP de 2002 à 2007, Jérôme Rivière a soutenu Philippe de Villiers pour la présidentielle de 2007 puis pour les européennes de 2009, pour finalement se rapprocher du Front national, qui l’a désigné comme l’un des ses porte-parole pour les élections législatives et lui a accordé son investiture dans la 6e circonscription du Var. Spécialiste reconnu des questions de Défense, il est aussi celui qui avait réclamé, comme député UMP, la suppression de l’Aide médicale d’Etat et avait réussi à imposer l’enseignement de La Marseillaise au primaire.

Interrogé par TV Libertés, Jérôme Rivière insiste sur le rôle des députés dans la limitation de l’immigration et dans le combat contre l’islamisation, raisons pour lesquelles le Front national doit absolument disposer d’un groupe à l’Assemblée nationale. Il est bien placé pour expliquer que les dirigeants de la droite « ne représentant plus les valeurs que défendent leurs électeurs » et que c’est désormais le FN qui défend ce à quoi croit cet électorat.

 

02:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO - Jérôme Rivière: le FN à l'assaut du Palais Bourbon

A écouter!

02:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Rencontre chaleureuse entre le pape François et Donald Trump

XVM0a7ece20-407d-11e7-a674-5c9ba05fdcbf.jpg

 

Donald Et Melania Trump avec le pape François, ce mercredi. Crédits photo : Evan Vucci/AP

Le communiqué officiel, publié en fin de matinée par le Vatican, après la rencontre entre le pape et le président américain a insisté sur la bonne qualité des relations bilatérales entre les États-Unis et le Saint-Siège. Mais également sur leur « engagement commun en faveur de la vie, de la liberté religieuse et de conscience »

Envoyé spécial au Vatican

En prenant congé du pape François, mercredi 24 mai au Vatican, le président américain Donald Trump qui le rencontrait pour la première fois lui a promis de lire les trois encycliques que le chef de l'Église catholique venait de lui offrir. Dont l'encyclique «Laudato Si» consacrée à l'écologie… Même si ces deux responsables ne sont effectivement pas d'accord sur ce thème. Il ne figurait d'ailleurs pas dans le compte rendu final…

Le communiqué officiel a insisté quant à lui, sur trois points: en premier lieu, la défense de «la vie» puis «l'assistance aux immigrés» avec l'aide, aux États-Unis, de l'Église catholique américaine. Et enfin «la protection des communautés chrétiennes» du Moyen-Orient, une région du monde que le président américain venait de visiter.

» LIRE AUSSI - Les relations ambiguës des catholiques américains avec Donald Trump

Tout en remettant ses encycliques dont celle sur l'écologie, François a donc rappelé: «cette encyclique porte sur le soin de notre maison commune, l'environnement». Donald Trump lui a alors assuré: «Je vais les lire»!

Les deux hommes concluaient ainsi de manière nettement plus chaleureuse qu'à son début, leur entretien de trente minutes en tête à tête dans la prestigieuse bibliothèque papale où ils furent seulement assistés de deux traducteurs. Ni le pape ne parle anglais, ni Donald Trump, l'espagnol.

Avant de se séparer, François a également offert une édition spéciale de son «message pour la paix 2017» - publié chaque année pour le 1er janvier. Il l'avait tout spécialement dédicacé pour son hôte américain, «je l'ai personnellement signé pour vous» a-t-il confié. Le pape lui a alors également remis une petite sculpture symbolisant la paix. «Je vous la donne pour que vous soyez un instrument de paix» a-t-il glissé au président qui a acquiescé «nous avons bien besoin de paix…» En échange, le président américain a offert au pape les ouvrages de Martin Luther King.

«Merci, je n'oublierai pas ce que vous avez dit»

Le président américain qui avait commencé la visite par un très protocolaire «c'est un grand honneur» d'être reçu l'a alors conclue par un sourire qui paraissait moins de circonstance. Comme s'il avait été sensible à la chaleur de cette rencontre. Ce qui pourrait expliquer ce dernier mot, adressé par Donald Trump à François, «Merci, merci, je n'oublierai pas ce que vous avez dit».

Le communiqué officiel, publié en fin de matinée par le Vatican, a donc insisté sur la qualité des «bonnes relations bilatérales» entre les États-Unis et le Saint-Siège. Mais également sur leur «engagement commun en faveur de la vie, de la liberté religieuse et de conscience». Il est notable - et c'est l'un des éléments qui restera de cette visite - que la question de la défense de «la vie» ait été citée en tout premier lieu.

Le document a ensuite souhaité qu'une «collaboration sereine» s'établisse entre l'État et l'Église catholique des États-Unis qui est «engagée au service des populations dans les domaines de la santé, de l'éducation et de l'assistance aux immigrés».

Le texte relate enfin de manière plus classique, «un échange de vues» sur «l'actualité internationale et la promotion de la paix dans le monde» mais il pointe - c'est une question cruciale pour l'Église - le moyen d'y parvenir qui doit intégrer les politiques et les religions. La promotion de la paix passe donc «par la négociation politique» mais aussi, et avec la même importance, «par le dialogue interreligieux».

L'objectif de la «protection des chrétiens» de Terre sainte

Quant à la priorité de ce travail commun pour la paix, il concerne «tout particulièrement la situation du Moyen-Orient et la protection des communautés chrétiennes». Une mention finale qui n'est pas un détail. Elle restera car elle représente une avancée pour la diplomatie du Vatican. En effet, le concept de «protection des communautés chrétiennes» n'apparaissait pas aussi nettement lors des deux mandats du président Obama. Jusque-là, l'objectif de la «protection des chrétiens» de Terre sainte était plutôt l'un des apanages de la politique russe au Moyen-Orient.

Pour sa part, dans un communiqué, le président Trump a fait savoir que la rencontre avait permis de voir comment «travailler ensemble pour combattre le terrorisme» et «protéger la liberté religieuse». Le président ayant informé le pape qu'il dégageait» plus de 300 millions de dollars» pour lutter contre la famine au Yemen, Soudan, Somalie et Nigeria

La fin de l'entrevue papale s'est poursuivie par une rencontre de 50 minutes - plus technique et axée sur la géopolitique - avec le premier ministre du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État accompagné de Mgr Paul Richard Gallagher, son ministre des affaires étrangères.

Mais avant de quitter François, le président américain a présenté toute sa délégation à François. Dont son épouse Melania, et sa fille Ivanka - toutes deux portaient mantilles sur la tête - et son gendre et conseiller spécial, Jared Kushner. De tous, Ivanka est apparue la plus émue. Elle a d'ailleurs salué longuement François et avec beaucoup de déférence.

La famille a conclu ces quelques heures dans la Cité du Vatican par une visite de la chapelle Sixtine et de la basilique Saint-Pierre. Melania Trump a ensuite visité l'hôpital catholique pédiatrique «Bambino Gesu» où après avoir salué des enfants malades, elle a pris un temps de prière, seule et à sa demande, dans la chapelle de l'hôpital.

Après cette visite religieuse Donald Trump a salué le président italien, Sergio Matterella et son premier ministre Paolo Gentiloni. L'avion présidentiel des États-Unis était attendu en fin d'après-midi en Belgique.

Le Figaro

01:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Florian Philippot sur France Inter avec Patrick Cohen - 23/05/17


Florian Philippot :"On a besoin d'air et de... par franceinter

00:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Attentat de Manchester: le frère de l'auteur présumé était au courant du projet d'attentat

 

Mis à jour le
 
 
 Le frère de l'auteur présumé de l'attentat de Manchester a admis après son arrestation avoir été au courant de la préparation de l'attaque et être lui aussi membre de l'organisation Etat islamique.

00:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

24/05/2017

JOURNAL TVL DU MERCREDI 24 MAI

Très intéressant!

21:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Selon des chercheurs, le premier homme est apparu en Europe et non pas en Afrique (MàJ)

150068sscompositeimage20175221637largetransNvBQzQNjv4BqqVzuuqpFlyLIwiB6NTmJwfSVWeZvEN7c6bHu2jJnT8.jpg

 

21h25

Deux études parues ce lundi dans la revue scientifique PLOS One, et repérées par le Huffington Post, relancent le débat. Ces travaux assurent que cette divergence d’espèces serait survenue plus tôt que ce qui avait été dit précédemment. Et à cette nouvelle datation correspond également une nouvelle localisation: le premier ancêtre de l’Homme serait natif du continent européen et non d’Afrique.

Une affaire de prémolaire

A la base de ces conclusions, l’examen au moyen d’une technique d’imagerie nouvelle de fossiles situés dans l’est du bassin méditerranéen et connus depuis des dizaines d’années: l’un est la partie inférieure d’une mâchoire en Grèce, l’autre une prémolaire supérieure découverte en Bulgarie. Ces deux reliquats, tous deux vieux de 7,2 millions d’années, ont révélé des racines de prémolaire en partie fusionnées.

Cette trouvaille est capitale aux yeux des spécialistes: ces racines sont séparées chez les grands singes et fusionnées chez des pré-humains avérés comme l’Australopithèque. Jochen Fuss, professeur à l’université de Tübingen, en Allemagne, et participant à ces études, a résumé le sentiment général: « Nous avons été surpris de ces résultats alors que les hominidés pré-humains connus jusqu’alors avaient été trouvés seulement en Afrique subsaharienne ». (…)

BFMTV


L’histoire de l’évolution humaine a été réécrite après que les scientifiques aient découvert que l’Europe était le berceau de l’humanité, et non l’Afrique.

 

À l’heure actuelle, la plupart des experts estiment que notre lignée humaine s’est séparée des singes il y a environ sept millions d’années en Afrique centrale, où les hominidés sont restés pour les cinq millions d’années suivantes avant de s’aventurer plus loin.

Mais deux fossiles d’une créature semblable à un singe qui avaient des dents humaines ont été trouvés en Bulgarie et en Grèce, datant de 7,2 millions d’années.

La découverte de la créature, appelée Graecopithecus freybergi et surnommée «El Graeco» par les scientifiques, prouve que nos ancêtres commencent déjà à évoluer en Europe 200 000 ans avant le premier hominidé africain.

Une équipe internationale de chercheurs affirme que les résultats changent entièrement le début de l’histoire humaine et placent le dernier ancêtre commun des chimpanzés et des humains – le soi-disant lien manquant – dans la région méditerranéenne.

(…)

The Telegraph

04:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO - JR Sulzer sur Florian Philippot: "il s'est tiré une balle dans le pied"

03:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marine Le Pen réagit à l'attentat islamiste de Manchester

 En campagne à Oignies dans le Pas-de-Calais, réagissant à l'attentat à la bombe de Manchester, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé que «rien n'a été fait de sérieux» en matière de lutte antiterroriste en France. «Solidarité avec le peuple britannique touché au coeur par un nouvel attentat à Manchester. La jeunesse était visée», avait-elle auparavant déclaré sur Twitter. 

«Je persiste à dire, j'assume mon propos, on ne fait pas le nécessaire pour protéger les Français face à cette menace islamiste terroriste qui va se démultiplier dans les mois qui viennent et pour une raison simple: des terroristes islamistes reviennent en ce moment de Syrie», a assuré la candidate défaite au second tour de la présidentielle.

«Il y a toutes les raisons de s'inquiéter compte tenu des déclarations du président de la République qui considère qu'il faut laisser les fichés S sur le territoire, notamment les fichés S étrangers, avec une simple surveillance», a-t-elle poursuivi, avant de préciser : «La première des choses c'est de retrouver nos frontières (...)». «Il faut expulser les fichés S étrangers, il faut déchoir de leur nationalité les fichés S binationaux, il faut mettre en oeuvre l'article 411-4 pour ceux qui ont la nationalité, pour pouvoir les faire juger par des cours, et peut-être des cours spéciales, compte tenu du développement, encore une fois, de ce terrorisme», a lancé la candidate aux législatives. L'article 411-4 prévoit de punir «de trente ans de détention criminelle et de 450.000 euros d'amende le fait d'entretenir des intelligences avec une puissance étrangère.»

« Tant que ces mesures ne seront pas mises en oeuvre, on sera en risque maximum », a conclu la présidente du Front national.
 
Le Figaro
 
NdB: Le drame politique de Jean-Marie Le Pen et maintenant celui de  Marine Le Pen, c'est d'avoir toujours raison  trop tôt : ça ne pardonne pas.  Cassandre n'est pas aimée.
Les autres se contentent de fleurs et de bougies.

02:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Terrorisme musulman "low cost": la contagion. Par Guillaume Faye

https://www.gfaye.com/terrorisme-musulman-low-cost-la-con...

LIRE!

01:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Manchester : le terrorisme islamiste poursuit sa guerre contre l'Europe

XVM7c88a920-3fc7-11e7-a87f-0e95404dcfa0.jpg

 

Des officiers de police aident une jeune fille blessée dans l'attentat, lundi soir à Manchester. Crédits photo : Goodman/LNP/Shutterstoc/SIPA/Goodman/LNP/Shutterstoc/SIPA

REPORTAGE - L'État islamique a revendiqué l'attentat suicide qui a fait lundi soir au moins 22 morts, dont de nombreux mineurs, à la sortie d'un concert de la chanteuse pop Ariana Grande.

De nos envoyés spéciaux à Manchester

Le quartier nord de Manchester a des allures de ville fantôme. Un silence lourd s'est imposé. Un vaste périmètre de sécurité interdit tout véhicule dans un rayon de plusieurs centaines de mètres autour de la Manchester Arena, où 22 personnes ont perdu la vie et 59 ont été blessées lundi soir.

Le lendemain matin, ce quartier populaire est sous le choc. De rares passants longent les murs, mis à part des nuées de journalistes. La gare Victoria, contiguë à la salle de concert, est fermée, scène de crime passée au peigne fin. Soudain, un groupe de jeunes déboule dans une rue. Le grand centre commercial Arndale est évacué. «Quelqu'un a entendu une détonation et a crié, on a vu des gens s'enfuir en courant», raconte une vendeuse. Fausse alerte? Une personne est arrêtée, sans lien avec les événements de la veille. Au sud de la ville, les gens se mettent à courir au son d'une explosion qui fait trembler une maison. Un engin délibérément déclenché par la police. Les nerfs sont à cran. Des hélicoptères font du surplace dans le ciel. Des spectateurs du concert, valise à la main, sont pressés de rentrer chez eux, loin de cette scène de cauchemar. Jenny Rayson, 18 ans, venue avec sa sœur Alexandra, 19 ans, de Middlesbrough, à l'autre bout du pays, laisse couler une larme sur son maquillage. Elles ont passé la nuit cloîtrées dans leur chambre de l'Holiday Inn, à surfer nerveusement sur les réseaux sociaux. Elles avaient acheté leurs billets pour le concert d'Ariana Grande, l'idole des ados, il y a plus d'un an. Elles étaient assises près de la scène. Le concert venait de finir, vers 22 h 30. Les lumières s'étaient rallumées. «On a entendu un grand bruit. On a d'abord pensé que quelque chose était tombé, raconte Jenny. Puis ça a été la bousculade, les gens poussaient. Près de la sortie, j'ai vu quatre adolescentes au sol couvertes de sang. J'ai compris.»

La plus grande salle couverte d'Europe

Avec ses 21.000 places, la Manchester Arena est la plus grande salle couverte d'Europe. L'explosion aurait eu lieu dans le foyer, près des buvettes et des escaliers qui mènent à la gare. C'est l'attentat terroriste le plus sanglant sur le sol britannique depuis les explosions dans les transports en commun de Londres en 2005 qui avaient fait 52 morts.

Selon la police de Manchester, il s'agirait d'un attentat suicide commis par un individu isolé au moyen d'une bombe artisanale. La police a identifié l'auteur, Salman Abedi, 22 ans, mais cherche encore à vérifier s'il a agi seul ou avec l'aide de complices. Un homme de 23 ans a été arrêté dans le sud de Manchester dans le cadre de cette enquête.

L'État islamique a revendiqué l'attentat. Dans un communiqué, publié via son organe de communication Amaq, il précise qu'«un soldat du califat a placé une bombe dans la foule» lors du concert. Le groupe djihadiste menace d'autres attaques.

Dans la Manchester Arena, c'est la panique. Des dizaines de corps gisent. Les secours arrivent très vite. 400 policiers sont mobilisés dans la nuit. Certains, armés, sillonnent les alentours à la recherche de terroristes. 60 ambulances, sirènes hurlantes, évacuent les blessés vers huit hôpitaux. Les rescapés se réfugient dans des hôtels proches de la salle. De nombreux gamins - gamines, surtout, d'ailleurs - à deux, en bande, ou avec des parents. Des mères, dévorées d'angoisse, cherchent des nouvelles de leurs enfants.

Parmi les victimes, Georgina Callander, 18 ans, Saffie Rose Roussos, 8 ans, venue avec sa mère et sa sœur, et John Atkinson, 26 ans, ont été identifiés. De nombreux enfants ont été fauchés par la barbarie. Une cellule d'aide aux spectateurs et aux familles des victimes est mise en place à l'Emirates Stadium. Le staff d'Ariana Grande fait savoir que la chanteuse est saine et sauve. Sur Twitter, elle se dit «brisée».

Tenue au courant tout au long de la nuit, la première ministre Theresa May tient une réunion de crise en début de matinée avec ses principaux ministres et chefs des services de sécurité. La présence policière est renforcée, notamment à Londres. La campagne électorale pour les élections législatives, prévues le 8 juin, est suspendue sine die. Le chef de l'opposition, Jeremy Corbyn, s'entretient à 4 heures du matin avec sa rivale et tous les dirigeants politiques offrent leur compassion. L'union sacrée prend le pas sur les escarmouches politiques.

Sur le perron de Downing Street, Theresa May dénonce une «attaque terroriste sans pitié», parmi les «pires» vécues par le Royaume-Uni. Un attentat qui se distingue par «sa lâcheté lamentable et écœurante, visant délibérément des enfants et des jeunes innocents, sans défense, qui auraient dû passer l'une des meilleures soirées de leur vie». Elle prend ensuite la direction de Manchester pour remercier police et personnels hospitaliers, avant de présider un nouveau conseil de sécurité dans la soirée.

La reine Elizabeth condamne un acte «barbare» et offre sa «plus profonde sympathie à tous ceux qui ont été affectés par ce terrible événement». Une minute de silence est observée lors d'une garden party à Buckingham Palace. De nombreux témoignages de solidarité affluent du monde entier, de Donald Trump à Emmanuel Macron.

Manchester la rebelle, rivale sous-estimée de Londres

Devant la tragédie, on célèbre l'esprit de Manchester. Manchester la rebelle, rivale sous-estimée de Londres, berceau de la révolution industrielle, du groupe de rock Oasis, de la house music et d'une chaleur humaine particulière. «À Manchester, on est fait de colle. On se rassemble quand ça compte», dit AJ Singh, un chauffeur de taxi qui a raccompagné gratuitement des gens chez eux lundi soir. Le centre de transfusion sanguine de la ville refuse du monde: des dizaines de personnes se sont mises à y faire la queue.

Mardi après-midi, les alentours de la salle de concert sont toujours bouclés et le périphérique désert. Mais le centre-ville revit. Le centre commercial Arndale, frappé par l'IRA en 1996, a rouvert ses portes. La pelouse de Piccadilly Gardens grouille d'habitants et touristes venus profiter des rayons du soleil. Çà et là, panneaux publicitaires et vitrines arborent avec fierté des messages de soutien «We love MCR» («Nous aimons Manchester»). «On doit faire avec», philosophe Nick, un Londonien de 29  ans qui habite ici depuis plusieurs mois. «Écœuré» et un peu «stressé», il se dit toutefois «en quelque sorte habitué», venant de la capitale britannique frappée par le terrorisme. Il ne sait pas si Manchester était assez préparée pour faire face à ce genre d'attaque, mais il admet une chose: «Cela vient encore une fois nous rappeler qu'on n'est en sécurité nulle part.»

Aisha, 22 ans, est née et a grandi à Manchester. Elle n'avait pas le choix: elle devait sortir faire une course avec son bébé. Un peu rassurée par la forte présence policière, elle confie ne pas vouloir s'attarder. «J'ai peur, j'ai peur pour lui, dit-elle, les doigts crispés sur la poussette. Je suis tellement attristée. Il faut que l'on prenne le temps de penser à ceux qui ont perdu un être cher dans ce drame.»

Andy Burnham, le tout nouveau maire travailliste de la ville, a félicité les habitants qui ont «ouvert leurs portes à ceux qui cherchaient refuge». En début de soirée, ils étaient des milliers à se rassembler devant l'hôtel de ville, en hommage aux victimes et en soutien à leurs familles. Représentants religieux et politiques étaient présents à la tribune, la ville tenant à afficher sa diversité et son unité. Une minute de silence, un poème, et une clameur débordant sur les rues alentours: «Manchester! Manchester! We Love Manchester!»

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

23/05/2017

Londres: de l'incident à l'attentat

22:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Attentat de Manchester :22 morts - Daech revendique l'attaque

http://www.leparisien.fr/faits-divers/attentat-de-manches...

22:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

JOURNAL TVL DU MARDI 23 MAI

22:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Attentat terroriste à Manchester : deux explosions pendant un concert, 19 morts et 50 blessés (MàJ)

 

1h34

Au moins 19 morts et une cinquantaine de blessés sont à déplorer après « l’incident grave » qui s’est produit lundi 22 mai à la Manchester Arena, au Royaume-Uni, une salle où se produisait la chanteuse américaine Ariana Grande, a annoncé la police locale, qui évoque un « possible acte terroriste ». (Le Monde)

Selon des officiels britanniques, il s’agirait d’un « attentat-suicide ». (NBC News)

« Deux bombes ont explosé à la Manchester Arena, contenant des clous »

 

NdB: après les lendemains qui chantent, les "aujourd'hui qui explosent" !

03:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)