24/04/2014

Ukraine : accord de paix et realpolitik

Ukraine : accord de paix et réalpolitik - Un vrai tournant dans les affaires du monde ?

 

 

Un vrai tournant dans les affaires du monde ?



Michel Lhomme
le 21/04/2014
modifié le 21/04/2014 à 16:06h
Le climat reste tendu en Ukraine et les pays occidentaux conservent un œil inquiet sur la région notamment en direction des territoires de l’Est, limitrophes de la Russie. Les manifestations qui secouent l’Ukraine ne faibliront sans doute pas. De plus, les Etats-Unis n’ont pas caché le fait qu’une nouvelle incursion russe sur le territoire souverain ukrainien ne pourrait être tolérée, ce qui en clair signifie une intervention de l'Otan. La diplomatie est restée l’outil privilégié dans ce conflit aux relents de guerre froide. Les Américains comme les Français ont néanmoins déployé des forces maritimes dans la région.

 
La tension est à son comble dans l’Est de l’Ukraine (région de Donetsk) où les autorités de Kiev avaient lancé une opération militaire contre les séparatistes russophones. Pour le porte-parole de l’exécutif américain, Jay Carney, le gouvernement ukrainien a la responsabilité du respect de la loi et de l’ordre dans le pays. L’Ukraine se trouve bien au bord de la guerre civile et de sa partition. Le Kremlin a d'ailleurs annoncé que Vladimir Poutine recevait de nombreuses demandes d’aide de la part d’habitants des régions de l’Est ukrainien et suivait la situation avec beaucoup d’inquiétude. 

Dans ce climat, la Russie a procédé à un nouvel essai de missile balistique intercontinental (ICBM), mais elle en aurait informé les Etats-Unis, conformément aux accords de désarmement. Le dimanche 6 avril, le président ukrainien par intérim, Alexandre Tourtchinov avait appelé les partisans russophones de la fédéralisation de l'Ukraine à quitter les bâtiments administratifs avant lundi. Dans le même temps, il avait annoncé le début d’une vaste opération impliquant l’armée régulière dans l’est du pays, à qui il avait donné l’ordre de tirer sur les civils, ordre jugé criminel par Moscou.

Un accord loin d’être acquis 

Un accord aurait donc été conclu à Genève entre l'Ukraine, l'Union européenne, la Russie et les Etats-Unis. Mais l'accord est loin d'être acquis. La « déclaration commune » signée appelle au désarmement des groupes armés illégaux. L'OSCE, qui regroupe la totalité des Etats européens, doit, selon l'accord, aider le gouvernement de Kiev à mettre en œuvre les mesures de désescalade et de désarmement. Moscou parviendra-t-il à désarmer les russophones ?

En apposant sa signature à côté de celle de son homologue ukrainien, Andreï Dechtchitsa, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov a fait un réel geste vis-à-vis de Kiev car c'est, de la part de Moscou, une reconnaissance implicite du gouvernement ukrainien. Mais sur le fond, pour les nationalistes ukrainiens, le document du Léman marque aussi une victoire diplomatique du Kremlin puisque la « déclaration commune » ne mentionne pas la Crimée, avalisant ainsi son « annexion » de fait. Enfin, la « déclaration finale » prévoit l'organisation d'un « dialogue national » destiné à garantir les droits des citoyens ukrainiens. Il ouvre la voie tacitement à une large autonomie pour les régions de l'Est. Lors d'une émission télévisée, M. Poutine a d'ailleurs qualifié l'Est de l'Ukraine de « nouvelle Russie ». « Kharkiv, Lugansk, Donetsk, Odessa ne faisaient pas partie de l'Ukraine du temps des tsars. Dieu sait pourquoi, elles ont été transférées en 1920 ! » a-t-il lancé. Et de rappeler qu'il se réservait le droit d'y intervenir militairement. L'un des desseins stratégiques du président Poutine semble donc bien de recréer, impérialisme ou nationalisme russe, autour de son pays, un glacis de protection.
 
En fait, depuis le début, les Occidentaux ont perdu leur partie de poker en Ukraine. Ils ne bougeront sans doute pas pour ce pays. La Russie a eu chaud mais c'est loin d'être terminé. L'Otan a instrumentalisé les nationalistes et levé le ferment de l'insurrection d'un pays pauvre et ruiné, prêt à toutes les aventures. La « stratégie du chaos » porte bien son nom sauf qu'une puissance fut-elle la super puissance peut-elle raisonnablement gouverner le monde dans ce chaos (Irak, Syrie, Libye, Soudan, Sahel, Afghanistan) ?
 
Pour la communauté internationale, le référendum de Crimée pose aussi la question du « deux poids, deux mesures » entre ce qui serait permis aux Occidentaux et ce qui serait interdit aux autres. Les Occidentaux ne trompent plus personne après les deux guerres d'Irak, le viol des résolutions de l'Onu dans la liquidation politique de Kadhafi, la stratégie du chaos appliquée à la Syrie sans compter la transformation de Gaza en camp de concentration à ciel ouvert ou la partition soudanaise qui s'enlise dans les massacres. Les arguments humanistes des Occidentaux ont définitivement fait long feu. C'est cela le vrai tournant que représente la crise ukrainienne dans les affaires du monde. La fin des justifications humanistes des guerres, la prise de conscience du cynisme de « la conquête par la démocratie » et du coup, de la réalpolitik.
 
METAMAG

03:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

La France violée dans l’ombre - Par Bruno Gollnisch

 

DRAPEAU AMERICANO EUROPEEN

Journaux, télévisions,  radios, sites internet : le  happening grotesquement hideux  organisé hier par les extrémistes du groupuscule Femen devant la Maison des centraliens,  où Marine Le Pen présentait les listes FN aux élections européennes,  a été abondamment relayé . « Hommage du vice à la  vertu », ces harpies n’ont certainement pas compris qu’apparaître dépoitraillées,  peinturlurées avec  croix gammée et moustache hitlérienne tout en beuglant  « Marine fasciste » n’enlève pas une seule voix au FN, bien au contraire. Mais  le petit monde médiatique est ainsi fait qu’il établit une hiérarchie dans le traitement de l’information qui répond souvent à des considérations plus idéologiques que déontologiques.

Ainsi, à contrario, le viol particulièrement  monstrueux  d’une jeune fille de 18 ans  à Evry la semaine précédente,  par des mineurs âgés de 11 à 17 ans,  n’a pas  suscité l’intérêt des « grands » médias. Benoit Rayski l’écrivait sur le site Atlantico  le 17 avril: à la sortie du RER  «  sous la menace d’un couteau , elle est entraînée dans un terrain vague »,  « pendant deux heures »  notre compatriote  a été «  violée et re-violée ». « Torturée. Battue jusqu’au sang » par les racailles. « Un juge les a mis en examen pour viol avec actes de barbarie. Interrogé par lui ils ont invoqué une circonstance atténuante : toutes les Françaises sont des putes. Ce qui leur a valu une inculpation supplémentaire pour racisme».

 Mais ce racisme là n’intéresse  pas les fabricants de l’information, ni  les autorités morales,   ni Manuel Valls, ni  son successeur à l’Intérieur Bernard Cazeneuve qui se  serait  déplacé à Evry  si la victime était issue de la « diversité » et les agresseurs  « de souche ». Certes ce cas de figure est rarissime…

 Hier, lors de la conférence de presse tenue par Marine, Bruno Gollnisch expliquait  à l’issue de celle-ci aux journalistes qui l’interrogeait,  les modalités de la  campagne européenne du FN, qui   entend déboucher sur un succès dans les urnes le 25 mai,  nécessaire pour  «enrayer le train fou de l’Union européenne».

 Le député européen FN assure aussi que si l’opposition nationale arrive demain au pouvoir, elle enrayera le train fou de la  délinquance,  matera sans faiblesse  les voyous, rétablira une échelle des peines cohérente et dissuasive, l’effectivité des  incarcérations. Bref,  que  la  peur et la crainte   passera  dans le camp de la racaille et quittera celui des honnêtes gens.  

 Cette omerta, devant la montée de  la barbarie,  relève de la tentative désespérée  de  retarder la prise de conscience de nos compatriotes  qui débouchera inévitablement  sur une réaction politique. Cette loi du silence  s’applique dans d’autres  domaines, notamment celui des  négociations autour du Grand marché transatlantique, qui sont entrées dans une nouvelle phase  depuis juillet dernier.   La genèse en  remonte pourtant à  la Déclaration transatlantique du 22 novembre 1990, deux ans avant Maastricht….

 Le Front National  dénonce depuis l’origine la volonté de parfaire à travers ce Grand marché   une zone de libre-échange intégral,  aboutissement d’un projet de nature typiquement mondialiste qui s’est accompli subrepticement, à pas feutré, selon la technique bien connue du voleur chinois.

  Nous refusons  de voir la France  violée, violentée,  forcée au nom des grands principes  planétariens,  ultra libre échangistes. Bruno Gollnisch le rappelait  dans l’hémicycle du Parlement européen en juin 2006, il n’y aurait « pas d’objection à renforcer la coopération économique entre les États-Unis et les pays d’Europe, si était cela mutuellement profitable à toutes les parties. En revanche, il n’y a aucune utilité, pour ce faire, à créer un marché transatlantique sans entraves, un véritable marché intérieur sur le modèle européen, avec son lot d’harmonisations législatives et réglementaires, et qui a vocation à s’étendre à l’ensemble du continent américain. Nous ne parlons plus de zone de libre-échange, mais bel et bien d’une intégration économique totale. Avant l’intégration politique ? »

 Un phénomène d’assujettissement encouragé par l’Europe bruxelloise,   dont les Français n’ont pas toujours conscience. Peu d’entre eux  par exemple, savent que la liberté de circulation des capitaux, imposée par des traités européens, voulus et soutenus par la quasi-totalité des partis du Système, a eu comme résultat l’acquisition de plus de la moitié du CAC 40 par les fonds de pension (hedge funds) anglo-saxons.  

 Bruno Gollnisch le notait  encore  il y a quelques mois, « les citoyens européens doivent s’emparer de cette question du Grand marché transatlantique  et nous les y aiderons. Si négociations il y a, cet accord doit devenir un accord  Dracula . Un accord qui, comme lui, meurt d’être exposé à la lumière. Il mourra de l’indignation des peuples et de leur révolte contre la dictature des prétendues élites. »

 Cette création d’une vaste zone de libre-échange et de concurrence libre et non faussée aura de nombreux effets pervers. Le   démantèlement de toutes les protections douanières agricoles ( levée des restrictions européennes sur l’importation d’OGM, des volailles traitées avec du chlore,  du bétail nourri aux hormones de croissance..) ;  une remise en cause des appellations d’origine ;  de nouvelles attaques contre le principe même  de la  souveraineté populaire puisque  les  droits exclusifs des multinationales au sein de juridictions privées pourront s’imposer au droit public, attaquer des Etats devant la justice ; la  colonisation numérique  de la France et des pays européens par  Google, Amazon,  Netflix;   de nouvelles menaces sur les services publics, le droit du travail, la protection sociale, la pérennité de nos dernières industries …

Cet accord sur le Grand  marché transatlantique, affirme Bruno Gollnisch,  aboutissement  d’une philosophie  dérégulatrice, du laisser-faire laisser-passer sans mesure,  est aussi une preuve supplémentaire de veulerie des bruxellois de leur mentalité de dhimmis . Ils se soumettent à une puissance qui espionne à grand échelle les données personnelles des Européens, et manifestent une  incapacité à défendre  les intérêts même  de  l’Europe,  qu’ils prétendent  défendre,  qui suffit à les disqualifier définitivement.  

00:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine Le Pen lance un appel solennel aux Français contre le Traité transatlantique

00:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine Le Pen invitée de Mardi politique sur RFI


Mardi politique - RFI - Marine Le Pen par rfi

00:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

23/04/2014

Conférence de lancement de la campagne pour les élections européennes

23:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Un joli coin de France: visite de l'église de Montgardin près de Gap

23:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

On ne lâche rien!

s.jpg

Combien de voitures brûlées en France ?

 

Le député Jacques Bompard appelle l'attention du ministre de l'intérieur sur le nombre de voitures brûlées en 2013 :

"Généralement bon indicateur des violences urbaines, les études sur le nombre de voitures brûlées sont parfois aléatoires : l'observatoire national de la délinquance et des réponses pénales affirme qu'il y a eu, en 2013, 34 441 véhicules incendiés dans notre pays alors que les pompiers en déclarent 58 000. Selon l'ONDRP, il y a eu une baisse de 25 % de ces délits. Certes, mais en comparaison avec le Royaume-uni, c'est bien faible. Outre-Manche en effet on constate, entre 2003 et 2013, une baisse importante d'environ 73 %. La différence de méthodes et de moyens expliquent cette différence. Comme le rappelle justement Alain Bauer «quand un délinquant est arrêté pour de tels faits en Grande-Bretagne, les Britanniques ne lui garantissent pas, comme trop souvent en France, l'excuse absolutoire. Il va en prison où les places sont suffisantes ». Il lui demande donc si, avec sa collègue Mme la ministre de la justice, il compte réétudier la politique du Gouvernement et s'inspirer en la matière de la politique britannique."

Michel Janva

Le Salon Beige  23 04 14

23:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L'Eglise en hausse en Corée du sud

Les dernières données statistiques, pour l’année 2013, diffusées par la Conférence épiscopale de la Corée du Sud, montrent que, depuis 2003, le catholicisme y progresse de manière continue.

  • 5 442 996 baptisés (+ 1,5 % par rapport à 2012) soit 10,4 % de la population totale.
  • 118 830 baptêmes en 2013 (dont 25 589 petits enfants), un nombre toutefois en diminution de 10 % par rapport à 2012.
  • 4 901 prêtres (dont 4 695 sont des Coréens)
  • 36 évêques (dont deux cardinaux)
  • 117 nouveaux prêtres ont été ordonnés en 2013 (+ 2,6 % par rapport à 2012).
  • 1 564 religieux et 10 173 religieuses. 

Le Salon Beige - 23 04 14

23:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Avortement : la schizophrénie d'élus de l'UMP

 

Dans une tribune publiée sur Le Figaro, des sénateurs UMP s'inquiètent. Selon eux, la suppression de la notion de détresse menacerait la loi Veil. Extrait de ce délire :

"Que ceux qui veulent rendre possible l'interruption volontaire de grossesse sans aucune condition de fond aillent jusqu'au bout de leur logique en demandant aussi la suppression de l'exigence d'une «nécessité» fondant la décision de la femme! Alors, ils devront assumer d'avoir entièrement vidé de son contenu le principe du respect de tout être humain dès le commencement de sa vie, et c'est tout le dispositif de la loi Veil qui s'écroulera, provoquant dans la société française une déchirure sans précédent depuis quarante ans. Une telle déchirure doit absolument être évitée."

Depuis 40 ans, ce sont plusieurs millions d'enfants qui ont été éliminés, en application de la loi Veil et au mépris du respect de l'être humain dès le commencement de sa vie. Et ils osent aujourd'hui défendre ce principe ! 

"Tout droit fondamental peut en effet connaître des limites légales. Mais la loi Veil, avec une franchise assumée, va beaucoup plus loin. Elle ne pose pas seulement une limite au droit au respect de l'être humain dès le commencement de sa vie, elle permet explicitement et selon ses termes mêmes d'y porter une «atteinte» individuelle en cas de «nécessité», et cette atteinte individuelle est par nature irréversible puisqu'il est mis fin à la grossesse."

220 000 avortements ont lieu en France chaque année. Légalement et gratuitement. Et ces sénateurs UMP osent écrire que "dans sa façon d'aborder la dimension philosophique du problème de l'avortement, la loi Veil s'était cependant voulue humble et pragmatique."

Michel Janva

Le Salon Beige

21:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEOS - Hollande hué à Carmaux

http://www.leparisien.fr/politique/hollande-essuie-des-si...

21:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

USA: le tueur antisémite soutenu par son maire

Revue de presse
Publié le 18 Avril 2014

 


 
 

Article publié sur I24 News le 17 avril 2014

Le maire de Marionville (Missouri), ville dont est originaire le tueur antisémite membre du Ku Klux Klan ayant abattu trois personnes en fin de semaine dernière dans deux institutions juives de Kansas City, a déclaré être en accord avec les idées de Frazier Glenn Cross sur les Juifs. Dans une interview à la radio locale KSPR, Dan Clevenger affirme que les Juifs sont responsables de la destruction des États-Unis. "Je suis plutôt d'accord avec lui pour certaines choses, mais je n'aime pas trop m'exprimer là-dessus", dit Clevenger qui considère le tueur comme son ami.

"Il y a des choses qui se passent dans ce pays et qui nous détruisent. Nous avons une économie malade et c'est à cause de ces sociétés qui sont dirigées par des Juifs, on peut d'ailleurs voir les noms", dit le maire au micro de KSPR. "Le fait que la Réserve fédérale émette de l'argent factice et l'injecte dans l'économie je pense que c'est complètement erroné", ajoute-t-il. "Les personnes qui gèrent la Réserve fédérale sont juives". En 2004, le maire de Marionville accusait les "Juifs qui dirigent l'industrie pharmaceutique de détruire les capacités de travail des États-Unis"… Lire la suite.

CRIF

21:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Libération des otages : l’indécente mise en scène !

 

Kozzi
Le 23 avril 2014
Qui va croire qu’aucune rançon n’a été versée ?
         

Des journalistes français ont été enlevés par des islamistes dans la zone contrôlée par les rebelles en Syrie. Après de longs mois de captivité très éprouvante, ils ont été libérés et ont retrouvé leurs familles. Chaque Français doit en éprouver une grande joie et être touché par l’émotion des retrouvailles. Mais la mise en scène présidentielle de leur accueil sur le sol national m’a profondément choqué. À travers les images destinées à émouvoir, à attirer la sympathie pour les otages – ce qui se comprend – mais aussi pour les responsables associés à cette libération, on pouvait mesurer l’abaissement inouï de notre pays.

Il y a d’abord l’ambiance générale. On étale la sentimentalité comme une vertu. On pleure, on s’épanche, on embrasse. Un grand pays devrait faire preuve de plus de dignité, d’une plus grande retenue dans l’émotion, d’une plus grande fermeté à l’encontre des preneurs d’otages. Exhiber ainsi sa faiblesse, c’est accroître la tentation pour tous les ravisseurs potentiels du monde, de commencer ou de recommencer tant l’opinion publique est sensible à ces enlèvements, notamment lorsqu’il s’agit de journalistes, dont les médias, par une solidarité compréhensible, vont sans cesse rappeler la situation. Il serait plus dissuasif de dire que celui qui s’en prend à un Français a peu de chances de demeurer impuni. La France a mis un certain temps pour récupérer Carlos, mais elle y est parvenue. Depuis que l’État n’est plus un père protecteur, mais une « Big Mother », les discours virils et les actions répressives sont plutôt mal venus. L’État n’est plus commandeur mais quémandeur.

Quémandeur, il l’est à plusieurs niveaux. Améliorer l’image, émouvoir, attirer la sympathie : telle est la manière peu glorieuse de faire semblant de gouverner aujourd’hui. Dans les libérations d’otages, une deuxième forme de mendicité intervient. « Un grand merci, mon bon monsieur », doit-on à chaque fois répéter au pays et à ses dirigeants qui ont permis ce que la France ne pouvait directement obtenir. Merci le Cameroun, merci la Turquie, merci le Qatar : autant de dépendances avouées, acceptables lorsqu’il s’agit d’un pays de la famille africaine francophone, mais qui ne le sont guère lorsque les États remerciés sont ceux-là mêmes qui entretiennent la guerre en Syrie.

Il est vrai que la politique internationale, à quelques exceptions africaines près, met constamment la France en état d’infériorité. Soit en robe de bure elle va demander une rallonge à la technocratie bruxelloise, soit elle se félicite qu’un pays étranger sauve son industrie par ses commandes contre transfert de technologie, ou préserve une entreprise par ses participations ou son rachat.

Dans le cas syrien, la France a tellement suivi les États-Unis et leurs alliés du Golfe (ces modèles des droits de l’homme) qu’elle a failli les précéder. Car, enfin, ce bon monsieur Hollande, qui va embrasser les otages à leur arrivée devant les caméras, est bien l’un des responsables politiques qui ont encouragé et certainement soutenu la rébellion contre le gouvernement Assad. Actuellement, l’armée loyaliste semble reconquérir le territoire, notamment le long de la frontière libanaise. Contre qui se bat-elle ? Pas contre des héros de la démocratie, mais contre des djihadistes pour la plupart étrangers à la Syrie et qui, comme par hasard, sont surtout puissants le long des frontières par lesquelles ils reçoivent armes et combattants et au-delà desquelles ils bénéficient du soutien réputé « humanitaire » auquel notre pays participe.

Qui va croire qu’aucune rançon n’a été versée ? Par qui et à qui ?
Il est évidemment honteux que notre pays soit objectivement complice de cette situation, et plus encore que ses dirigeants cherchent à tirer un quelconque bénéfice des conséquences d’une tragédie qu’ils ont contribué à déclencher.

Christian Vanneste

BOULEVARD VOLTAIRE

19:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marion Maréchal-Le Pen enceinte, Jean-Marie Le Pen bientôt arrière-grand-père

marion-600x396.jpg

 

 

C’est Minute de mercredi 23 avril qui le révèle. L’hebdomadaire indique que le député du Vaucluse est enceinte de 4 mois, ce qui explique son absence récente des médias, à cause des nausées des trois premiers mois. Dressant un parallèle à peine moqueur avec Jennifer, Minute note que « cette modification de l’aspect physique atteint désormais l’élue » et ne serait pas passée inaperçue la semaine dernière lors de son passage au Palais Bourbon. « Si nous révélons aujourd’hui cette sympathique maternité, c’est que Marion Maréchal-Le Pen ne va plus pouvoir se réfugier, dès cette semaine, derrière un no comment. Ce mardi, elle doit assister à la conférence de presse que donnent Marine Le Pen – qui était bien sûr dans la confidence – et Florian Philippot à la Maison des Centraliens pour le lancement de la campagne des européennes, en présence des têtes de listes. Deux jours plus tard, elle devrait être présente à une autre conférence de presse donnée, celle-ci, pour présenter la liste du FN conduite par le géopoliticien Aymeric Chauprade dans la circonscription Île-de-France. Deux apparitions publiques, donc, devant des parterres de journalistes auxquels elle ne pourra pas dissimuler ses rondeurs », justifie Antoine Vouillazère. Vous vous demandez qui est l’heureux papa ? « Rien de croustillant », écrit Minute, « le père n’est autre que son compagnon, un garçon qui ne fait pas de politique (…) et qui l’a séduite bien avant qu’elle ne soit élue députée, soit avant le printemps 2012″. Et notre confrère de conclure : « en septembre prochain, ‘si Dieu (lui) prête vie’, selon la formule qu’il affectionne, Jean-Marie Le Pen deviendra donc arrière-grand-père. »

NOUVELLES DE FRANCE

18:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Comment l'Europe se suicide - Lampedusa: 850 clandestins secourus samedi dans le Canal de Sicile, 321 nouveaux clandestins dans la nuit de dimanche à lundi

 via FDesouche

01:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

FNJ: Julien Rochedy dans un débat "jeunes politiques" sur LCI

00:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Nigel et Nicolas, mais vous faites quoi?

 

europe des patries bis

Le site du quotidien Le Monde est revenu hier sur le refus de Nigel Farage, chef du Parti (eurosceptique) pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), d’accepter la main que lui tendait Marine Le Pen pour former un groupe au Parlement européen. En guise de justification, et pour bien signifier que sa décision était irrévocable, M. Farage n’a pas hésité à manier la violence verbale  en affirmant que « l’antisémitisme est dans l’ADN du (Front National)»,  rapporte la journaliste Elvire Camus. Elle note aussi que «sa réponse négative lui a valu les  moqueries  de Marine Le Pen qui   se demande en effet pourquoi Nigel Farage a préféré s’allier au parti gaulliste de Nicolas Dupont-Aignan, Debout la République (DLR), qui fait des scores de 1% en France». Le 13 avril M. Farage était en effet présent, devant quelques centaines de fidèles de M Dupont-Aignan, à la réunion publique de lancement de campagne des européennes de DLR.

 Dans son compte-rendu de cette réunion, Libération relayait la justification habituelle du leader de l’UKIP : «Nous devons être justes: Marine Le Pen a fait beaucoup de progrès. Mais étant donné l’histoire du FN, ce n’est pas un parti avec lequel nous voulons nous allier. Et si vous regardez son programme économique, c’est tellement à gauche, c’est incroyable!». A contrario a-t-il dit à la tribune, « Je crois en Nicolas Dupont-Aignan, en Debout la République, un parti politique respectable, modéré, qui est sur la même ligne eurosceptique.»  

 Ni respectable, ni modéré pour M. Farage, le FN n’en est pourtant pas moins aux yeux de nos compatriotes le porte-parole naturel du camp national, patriotique et souverainiste. Et concrètement,  «le tribun de l’UKIP risque au final de ne s’allier… avec personne en France ». Car crédité de 1,5% des intentions de vote dans le  sondage IFOP paru la semaine dernière qui place les listes FN en tête avec une moyenne de 24% des suffrages, « Nicolas Dupont-Aignan a pour l’instant peu d’espoir d’avoir des élus au Parlement de Strasbourg (…). M. Dupont-Aignan espérait rallier Jean-Pierre Chevènement ou Philippe de Villiers à ses listes mais ceux-ci n’ont toujours pas dit oui, ce qui met à mal l’unité des patriotes de gauche et de droite qu’il appelait de ses vœux ».

 La notion de vote utile, devrait de surcroît  décider tout  électeur  souverainiste conséquent à ne pas stériliser sa voix en portant son  vote sur les listes de M. Dupont-Aignan – les listes DLR avaient obtenu 1,77% des voix en 2009- qui en toute probabilité n’enverront pas d’élus au parlement. Seuls les députés  FN  pourront donc mener la bataille  contre le parti bruxellois et notamment sur  les deux dossiers brûlants des prochains mois: la PAC et  l’accord de libre-échange transatlantique (le fameux «Grand marché transatlantique »), actuellement en négociation entre l’Union européenne et les Etats-Unis. Ceux-ci sont d‘ailleurs  les deux grands axes de la campagne européenne du Front National.

 Marine Le Pen a eu l’occasion de la rappeler  aujourd’hui à Paris lors de la  présentation aux médias  des  têtes de listes  européennes du FN,  en présence des intéressés et  de Bruno Gollnisch qui figure en troisième position dans le Sud-Est:  elle même dans la circonscription Nord,  le président d’honneur  Jean-Marie Le Pen (Sud-Est),  les vice-présidents  Louis Aliot (Sud-Ouest) et  Florian Philippot (Est), Aymeric Chauprade (Ile-de-France), Gilles Lebreton (Ouest),   Bernard Monot (Centre-massif Central). 

Samedi, lors  de son déplacement  à Brive (Corrèze) pour y soutenir Bernard Monot,  la présidente du FN  a aussi répondu à tous ceux qui doutent de la possibilité et/ou de l’efficacité d’une coalition de partis nationaux et patriotiques au Parlement européen. Bruno Gollnisch en parle d’expérience, ce n’est certes jamais chose aisée et nécessite patience et diplomatie. La présidente du FN a fait part des discussions en cours avec les Autrichiens du FPÖ, les Italiens de la Ligue du Nord, les Néerlandais du Parti de la Liberté (PVV).

 Formations avec lesquelles  nous avons  il est vrai des divergences parfois  assez grandes mais avec qui« nous avons aussi  une cohérence sur les problèmes de l’Union européenne, ce qui n’est pas la cas pour les autres groupes où il n’y a même pas de cohérence de vote !».

 Des divergences il y en avait aussi entre les participants à  la manifestation organisée contre la venue de Marine et de Bernard Monot à Brive, contre le «   néo-populisme européen » (sic).   Les  sympathisants du  PS, dont le candidat élu à la dernière présidentielle  partage les mêmes vues européistes  qu’un Bayrou et qu’un Sarkozy,  défilaient  aux côtés  des contempteurs de l’Europe libérale  du PC et du Front de Gauche. Mais dans les faits,  la détestation profonde de l’alternative portée par  l’opposition  nationale, populaire et sociale, génère  des alliances qui ne sont aberrantes qu’en surface. Entre les altermondialistes d’extrême gauche et les  mondialistes socialo-libéraux, deux faces de  la même médaille antinationale,  existent une différence de degrés et non de nature.

 C’est pourquoi il est  à l’inverse particulièrement condamnable que des défenseurs  autoproclamés des  souverainetés nationales, de l’Europe des patries, par peur, soumission au politiquement correct ou calculs boutiquiers à courte vue, trouvent  toujours des bonnes (mauvaises)  raisons pour ne pas s’allier, même avec le FN. Si leurs convictions patriotiques sont sincères, quelles  illusions sur le Système et ses mensonges qu’ils disent combattre  bercent encore un Dupont-Aignan ou un Farage ?

 Laissons en cette circonstance le mot de la fin à  Shakespeare : « le monde est sans cesse séduit par la beauté de la forme. En justice, quelle cause est assez noire, assez criminelle pour qu’en se parant d’une voix agréable, elle ne puisse dissimuler l’apparence même du mal ? En religion, quelle erreur assez damnable, qu’un front sérieux ne puisse exalter et prouver par un texte qui en cachera la grossièreté sous une belle parure ? Il n’y a pas de vice si franc qui n’assume la marque extérieure de quelque vertu »

Bruno  GOLLNISCH

00:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

22/04/2014

Mali : un groupe islamiste annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

 

  Publié le 22.04.2014, 20h04 | Mise à jour : 20h48

 

 

Un groupe islamiste annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal.

Un groupe islamiste annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal.

                

 

 

 

                              

 

Un groupe jihadiste qui s'active au Sahel annonce à l'AFP la de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 au Mali. «Nous annonçons la mort de Rodrigues, il est mort, parce que la est notre ennemie», a déclaré dans une brève communication téléphonique à l'AFP Yoro Abdoul Salam, un responsable du Mujao qui n'a pas précisé quand et dans quelles circonstances l'otage était mort.

Interrogé sur les preuves de la mort de l'otage, en l'absence de photo ou de vidéo de son corps, le responsable du Mujao a simplement répondu: «Au nom d'Allah, il est mort». En général, les jihadistes évitent de s'attarder au téléphone par crainte d'être repérés, notamment par les forces françaises présentes dans le nord du Mali.

Dimanche dernier, après la libération des quatre journalistes français enlevés en Syrie, le ministre français des Affaires étrangères se disait «très inquiet» concernant le sort de Gilberto Rodrigues Leal. «Cela fait longtemps que nous n'avons pas eu de nouvelles. Nous avons des contacts avec la famille mais nous sommes effectivement très inquiets», avait affirmé M. Fabius.

Selon d'autres sources, l'otage français originaire de Lozère, malade, serait décédé précédemment, faute de soins et de médicaments. La semaine dernière, un autre responsable du Mujao avait annoncé, dans un court message envoyé à l'AFP à partir d'un téléphone portable malien, la «fin de vie» de l'otage, âgé de 62 ans. Mais aucune confirmation n'est parvenue de source officielle à Paris.

Retraité, ce sexagénaire avait travaillé pour les Etablissements et services d'aide par le travail (Esat) de La Colagne à Marvejols dans le département et profitait de sa retraite pour se balader. Il arpentait les continents à bord de son camping-car, un robuste Peugeot J5 avec lequel il avait déjà traversé le Brésil. Un véhicule qu'il bichonnait. Il l'avait entièrement refait, aménagé, en prévision de ses voyages à venir, avec quelques autres fans de camping-car.

Gilberto Rodrigues Leal a été enlevé par un groupe armé alors qu'il traversait le Mali pour se rendre au Togo. Il a été enlevé par des hommes armés près de Kayes, dans l'ouest du Mali, alors qu'il circulait dans un camping-car venant de Mauritanie. Le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'ouest (Mujao) avait revendiqué son enlèvement quelques jours après.

Il reste un otage français détenu dans le monde, Serge Lazarevic, enlevé le 24 novembre 2011 au Mali.

    LeParisien.fr

21:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Deux provocations islamiques

21 avril 2014

 

On y est désormais tellement habitués qu’on n’y fait plus attention. Mais c’est une provocation qui revient chaque année : l’UOIF organise son grand rassemblement à Pâques. Joachim Veliocas y est allé, et il a pu constater que, bien entendu, on trouvait « le jihad à tous les étals », avec la bénédiction du gouvernement.

l-homme-aurait-ecrit-sur-le-registre-paroissial.jpg

A la collégiale de Dole, pendant la messe de Pâques, un homme revêtu d’une djellaba et d’une coiffe  a installé un tapis près de l’autel et a lu des versets du Coran. Puis il a écrit quelques mots sur le registre paroissial. Le sous-préfet a tenu à rassurer la population : « Il ne faut pas créer d’amalgame. Cette attitude déplacée est le fait d’un individu visiblement perturbé. »

Si peu « visiblement perturbé » que son écriture est posée et parfaitement régulière, ne trahissant aucune émotion. Et comme le souligne l’Observatoire de l’islamisation, l’homme a écrit la sourate 112. Non pas « un extrait », comme dit l'Observatoire, mais la sourate entière, qui n’a que quatre très brefs versets :

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Dis : Il est Allah, Unique (1). Allah, le Seul à être imploré pour ce que nous désirons (2). Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus (3). Et nul n’est égal à Lui (4).

Cette sourate s’appelle « Le monothéisme pur ». Elle est purement… antichrétienne.

Le blog d'Yves Daoudal

20:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Délinquance, criminalité organisée : qui fait quoi dans le Rhône ? Infographie

                              

Rhône. En matière de délinquance, la polyvalence est peu pratiquée. Qui sont ces équipes spécialisées qui ratissent villes et campagnes ? Qui sont ces nouveaux venus qui grignotent le territoire des malfrats locaux ? Inventaire.

2 / 2
  • Photographee.eu – Fotolia
  •  

Dans un rapport datant de 2012-2013, le Sirasco (1) de la Police judiciaire dressait un panorama de la criminalité organisée sur le territoire.

Constat : la montée en puissance des gangs issus des banlieues et des pays de l’Est. Qu’en est-il dans le Rhône ? Nous avons voulu savoir qui fait quoi dans le département et avons interrogé les services de police, de gendarmerie et des douanes qui nous ont donné les grandes tendances basées sur leurs observations (2) et les arrestations. 

Face à une forme de délinquance, ils reconnaissent investiguer dans certaines directions en se référant à des modes opératoires, mais se gardent de généraliser d’autant qu’à l’heure de la communication, rien n’est figé.

De plus ces tendances pointent – forcément – ceux qui ne passent pas à travers les mailles du filet. « Pourquoi arrête-t-on surtout ces populations ?, interroge un haut gradé.

On ne sait pas si c’est parce qu’ils sont plus nombreux à commettre des faits ou qu’ils sont moins doués pour se cacher ».

Les distributeurs de billets et la ferraille


Les distributeurs bancaires : chacun son truc

En 2013, les forces de l’ordre se sont trouvées confrontées à une série d’attaques de distributeurs automatiques de billets (DAB) au gaz explosif. Premiers suspects : les groupes de gitans qui par le passé se sont fait connaître dans le Sud par des arrachages de DAB avec des gros engins. Les soupçons se vérifient. Les gendarmes arrêtent en octobre et en décembre deux équipes différentes actives dans tout l’Est de la France.

Sur les quatre groupes interpellés en France, tous appartiennent à la communauté des gens du voyage. Elles opèrent avec des véhicules volés et de forte cylindrée. Pour les piratages de DAB, les voleurs ont chacun leur spécialité.

Le skimming (copie de cartes bancaires avec un faux lecteur) est plutôt l’œuvre d’équipes de Bulgares ou de Russes,
les Roumains pratiquant le cash-trapping (réglette qui retient les billets). Plus sophistiqué, le système du collet marseillais (dispositif installé dans la fente du distributeur qui capture la carte) est plutôt utilisé par des bandes venues des banlieues marseillaises.

La ferraille : un marché juteux

L’interpellation en janvier d’un chef d’entreprise lyonnais de Gerland a mis en lumière les bénéfices retirés par le trafic de métaux. Les 2/3 de son activité tournaient grâce à des « petites mains », des Roms qui venaient vendre de la ferraille et notamment des câbles volés sur les lignes SNCF. Toujours en janvier, les gendarmes ont arrêté à Belleville un groupe de huit Roms très actifs. Spécialistes du genre : les délinquants itinérants étrangers mais aussi français (gens du voyage).

Trafic de stupéfiants et braquages


Les stups : les caïds des cités

Le trafic de cannabis reste encore détenu à majorité par les bandes des cités et des familles marocaines. Normal : le haschich provient du Maroc et il faut avoir construit des liens avec le Maghreb et l’Espagne pour développer son business. IL faut également disposer d’une infrastructure et d’une main-d’œuvre locale pour stocker et vendre la marchandise et la surveillance du quartier.

Pour l’héroïne, les policiers voient monter depuis quelque temps les Albanais qui disposent d’une source d’approvisionnement en or : le sud du pays est une zone de production. Début mars, le groupe enquête antidrogue Ouest et la brigade des stups de la Sûreté ont mis fin aux activités de deux ressortissants qui écoulaient sur le marché lyonnais.

La mafia albanaise s’est implantée stratégiquement à Anemasse près de la frontière suisse. Elle concurrence les locaux : les toxicos adeptes de « la route du Luxembourg ». Les trafiquants de cocaïne viennent de tous horizons. Pas de groupes bien déterminés mais des personnes qui fréquentent les lieux festifs. On voit néanmoins l’émergence de Dominicains, liens entre vendeurs et acheteurs.

Les braquages près de chez soi

Les gros braqueurs de banques d’autrefois ont laissé la place à une nouvelle génération de malfrats. Si les bandes très organisées en provenance de la banlieue lyonnaise s’attaquent avec de l’armement lourd aux bijouteries ou aux casinos et poussent jusqu’en Suisse, les petits monte-en-l’air frappent au coin de la rue.

Pas encore ancrés dans la délinquance, ils enfilent une cagoule et visent la boulangerie ou le bureau de tabac de leur quartier et se sauvent en scooter. On trouve des très jeunes des cités et des toxicomanes.

Cambriolages et vols


Vols par effraction : la vague des casseurs de l’Est

Les cambriolages sont le nouveau fléau auquel sont confrontées les forces de l’ordre dans le Rhône comme ailleurs. Leur nombre a flambé : plus 30 % en 2013. Les arrestations permettent de voir la part occupée par les étrangers (un tiers) dont la plupart sont des groupes itinérants et organisés venant d’Europe de l’Est. Les deux tiers restants se partagent entre les jeunes mineurs des banlieues, les toxicomanes et les gens du voyage.

Policiers et gendarmes ont appris à reconnaître les techniques d’effraction des bandes de l’Est. En pointe : les mafieux géorgiens (les voleurs dans la loi), redoutables d’efficacité en ville et les réseaux albanais plus actifs en zone semi-urbaine. Très mobiles, ils marquent les esprits parce qu’ils frappent en série alors que les cambrioleurs « classiques » se contentent d’un casse par jour. Ils recherchent surtout les bijoux en or.

Les cambriolages éclairs de sociétés

Ici, le profil des casseurs est différent. « On a affaire à des bandes structurées qui viennent avec des fourgonnettes et du gros outillage comme des disqueuses thermiques », détaille un gradé. Ceux qui opèrent ? Essentiellement des groupes de gens du voyage et des gangs des cités. Peuvent vider en quelques minutes un magasin de vêtements ou d’électroménager.

Chapardages : très visibles mais petit préjudice

Les chapardeurs de portefeuilles ou de sacs dans les transports en commun interpellés sont en grande majorité des mineurs roms. Le vol dit à la tire est un moyen de subsistance pour la communauté. « On a beaucoup de gamins et de gamines qui mentent sur leur âge, donnent n’importe quelle identité et disent ne pas avoir de parents », confie un enquêteur lyonnais.

Mais il existe aussi des « tireurs » locaux, plus âgés et expérimentés et qui opèrent seuls. La délinquance rom qualifiée de « clanique », « primaire » et « multicartes » est présente aussi dans la fauche dans les commerces. « Le vol à l’étalage a toujours existé et tout le monde en fait, confie un gendarme mais les Roms, surtout les femmes, ont industrialisé la chose ».

Les vols par ruse : cherchez les femmes

Un classique qui marche toujours malgré les mises en garde répétées des forces de l’ordre. Par deux ou trois, ils se présentent au domicile de personnes âgées, se font passer pour des plombiers, agents des eaux, etc. pour qu’on leur ouvre la porte. Imparable. « Le vol par ruse, c’est manouche, constate un policier chevronné. On a arrêté des couples, des groupes de trois qui montent des stratagèmes ». Nouvelles venues sur le marché, des femmes de l’ex-Yougoslavie qui simulent des malaises sur le palier de leur future victime.

Point par point


Prostitution : l’autre vague de l’Est

C’est un des rares secteurs où on trouve des réseaux « black ». Sous la coupe de mères maquerelles (les « mamas »), les prostituées africaines (Guinée équatoriale, Nigéria, Sierra Leone…) représentaient en 2012, 40 % des filles qui « tapinaient » dans la rue (en camionnettes ou à pied). Mais les Africaines voient de plus en plus leur trottoir assiégé par des filles de l’Est.

Les réseaux pourvoyeurs recrutent en Roumanie, Albanie et Bulgarie. Tout en bas de l’échelle, les Roms ont fait aussi leur percée. Les Russes et les Ukrainiennes prospectent surtout sur le net et visent une clientèle plus fortunée.

Contrebande de cigarettes

Une affaire a été résolue le mois dernier dans le quartier de Lyon-Perrache qui mettait en cause un Kosovar. Les vendeurs kosovars de cartouches « montent en puissance ». Ils travaillent avec les mafias ukrainiennes, polonaises et biélorusses ou s’approvisionnent au Luxembourg. Le marché de la contrefaçon de cigarettes en provenance de Chine est plus difficile à appréhender.

Trafic d’armes

Provenant de l’ex-Yougoslavie, les armes de guerre ont longtemps été la spécialité du milieu manouche. Ont été rattrapés par les mafias des Balkans qui alimentent le grand banditisme (caïd des cités).

____________________________________

          

 (1) Sirasco : service d’information, de renseignement, d’analyse stratégique sur la criminalité organisée. « Le Monde » du 14 décembre 2013.

(2) Les statistiques par nationalité ne sont pas autorisées.

Annie Demontfaucon

Le Progrès

19:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)