Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

GAELLE MANN

  • Carnage au Sri Lanka lors de la messe de Pâques : au moins 156 morts, un groupe islamiste suspecté [MàJ]

     

    9h35

     

    Un jour saint marqué par l’horreur. Six explosions sont survenues dimanche au Sri Lanka dans trois hôtels luxueux et une église de Colombo ainsi que dans deux autres églises situées à proximité de la capitale. Les fidèles participaient à la messe de Pâques. Selon des sources policières et hospitalières, un bilan provisoire fait état d’au moins 156 morts et de plusieurs centaines de blessés. Au moins 35 étrangers ont perdu la vie dans ces attaques qui n’ont pas été revendiquées pour l’heure.

    Un groupe terroriste islamiste ?

    La nature exacte de ces déflagrations demeurait inconnue dans l’immédiat et aucune revendication n’a été faite.

    Mais le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait alerté ses services il y a dix jours en indiquant qu’un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama’ath) projetait « des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne ».

    Le NTJ s’était fait connaître l’an passé en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhistes. Le bouddhisme est la religion majoritaire de l’île.

    Sudouest.fr

     


    Six explosions se sont produites dimanche 21 avril dans trois hôtels et trois églises du Sri Lanka où était célébrée la messe de Pâques, faisant au moins 137 morts et des centaines de blessés, selon des sources policière et hospitalière. Le bilan de ces attentats ne cesse d’évoluer au fil des heures.

    La police a précisé qu’un total de six explosions avaient été recensées, dans trois hôtels haut de gamme et une église de Colombo, ainsi que dans deux autres églises proches de la capitale.

    Deux déflagrations se sont notamment produites dans l’église Saint-Anthony de Colombo et l’église Saint-Sébastien de Negombo, une localité au nord de la capitale.

    Le premier ministre du pays a condamné des « attaques lâches ».

    On dénombre plus de 50 tués dans l’église de Saint Sébastien, a déclaré un responsable de la police à Reuters.

    En outre, au moins une dizaine d’étrangers figurent parmi les morts, selon des sources policières.

    Outre l’église de Negombo, une troisième église, située à Batticaloa (est), a également été prise pour cible. Un responsable de l’hôpital local a affirmé que 25 personnes avaient été tuées et 300 personnes blessées.

    «Attentat contre notre église, s’il vous plaît, venez nous aider si des membres de votre famille s’y trouvent», peut-on lire dans un message en anglais posté sur le compte Facebook de l’église Saint-Sébastien, à Negombo.

    Ces actes n’ont pas été revendiqués pour le moment.

     

     

    Ashwin Hemmathagama@AHemmathagama

    Five reported in . Two explosions in St. Anthony’s in Kochchikade and Katuwapitiya Church. Another explosion in Kingsbury Hotel and 3rd floor Shangri-La in Colombo. Another explosion reported in . @ShangriLaHotels

    Nous ne pouvons pas tout vous montrer !

    Nous masquons automatiquement les photos qui pourraient comporter un contenu offensant.

    Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
    Ashwin Hemmathagama@AHemmathagama
     

    National Hospital receives injured. Reportedly another explosion in . . pic.twitter.com/15KTBvJpRI

    Vidéo intégrée
    203 personnes parlent à ce sujet
     
     

     

     

    Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
    Rohan Fernando@RohanFernandoJA
     

    Bomb attack in churches in Sri Lanka

    128 personnes parlent à ce sujet
     
     

     

     

    Le Sri Lanka est un pays à majorité bouddhiste, et les catholiques sont estimés à 1,2 million sur une population totale de 21 millions d’habitants. Le pays compte environ 70% de bouddhistes, 12% d’hindouistes, 10% de musulmans et 7% de chrétiens. Les catholiques sont perçus comme une force unificatrice car on en trouve chez les Tamouls comme chez la majorité cinghalaise. Certains chrétiens sont cependant mal vus parce qu’ils soutiennent des enquêtes extérieures sur les crimes de l’armée srilankaise contre les Tamouls pendant la guerre civile qui s’est achevée en 2009. Selon les Nations unies, le conflit de 1972 à 2009 a fait de 80.000 à 100.000 morts.

    Lefigaro.fr

     

    NdB: Pénible pour moi d'avoir à publier de tels massacres le jour de Pâques.  

     

  • Avon (77) : Philippe, 70 ans, tabassé et étranglé à mort dans un parking, deux clandestins algériens écroués (MàJ)

     

    13h00

    19/04/19

    Les policiers ont interpellé lundi à Paris deux hommes suspectés d’avoir un vol avec violence vendredi soir à Avon. La victime, en état de mort cérébrale depuis, est décédée des suites de ses blessures. Ce mercredi, ils ont été mis en examen et écroués.

    Deux hommes, soupçonnés d’avoir mortellement agressé un septuagénaire à Avon vendredi soir, ont été interpellés lundi soir Porte de Montreuil à Paris (XXe). (…) Les deux sans-papiers, âgés d’environ 27 ans, ont été placés en garde à vue. Ce mercredi, ils ont été mis en examen pour vol avec violence ayant entraîné le décès de la victime et écroués.

    Les deux suspects, identifiés grâce à des images de vidéosurveillance, auraient violemment attaqué l’homme de 70 ans alors qu’il rejoignait son véhicule en gare d’Avon. Il est 23 h 5 lorsqu’ils lui sautent dessus, le frappent au visage à plusieurs reprises puis l’étranglent. Ils prennent ensuite la fuite avec son ordinateur et son téléphone portable.

    « C’est dramatique. Vous allez dans un parking et vous décédez quelques jours plus tard », n’en revient pas le maire de Vulaines-sur-Seine, Patrick Chadaillat (sans étiquette), profondément choqué.

    (…) Nathalie, une autre conductrice, évite de rentrer tard : « Cela m’arrive rarement de rentrer après 21 heures. Il y a toujours des jeunes qui squattent et cela n’est pas rassurant. »

    « Je fais des arts martiaux alors cela ne me fait pas peur, indique Jean-Marc. Je comprends qu’une femme seule puisse avoir peur surtout que les jeunes viennent souvent. » À l’extérieur, deux voitures, l’une de police nationale et l’autre de la municipale. Des agents effectuent des contrôles.

    Le Parisien


    16/04/19

    L’homme violemment agressé dans le parking couvert de la gare de Fontainebleau-Avon, le soir du vendredi 12 avril, est en état de mort cérébrale. Philippe est âgé de 69 ans. Il est domicilié dans le bas de Vulaines-sur-Seine. « Je le connais bien et il est venu me voir mardi dernier, indique le maire Patrick Chadaillat, qui se déclare très choqué. C’était un homme charmant, et je compte aller à ses obsèques.
    Ce qui est arrivé est dramatique. On ne se sent plus en sécurité dans les gares. Je suis très inquiet pour les gens qui viennent récupérer leur voiture, la nuit, en rentrant du travail ».

    Le service régional des transports, en charge de l’enquête, a épluché les vidéosurveillances pour retracer le cheminement des agresseurs.

    Deux suspects ont été arrêtés dans le 20e arrondissement de Paris. Ces migrants algériens, nés en 1992, ont été placés en garde à vue.

    La république de Seine et Marne


    13/04/19

    Vendredi dernier, vers 23 h, un septuagénaire a été violemment agressé au deuxième étage du parking aérien qui jouxte la gare SNCF de Fontainebleau-Avon.

    Arrivée en train en provenance de Paris, la victime allait récupérer sa voiture quand deux personnes l’ont agressé en lui portant des coups au visage et en l’étranglant.

    Les agresseurs ont ensuite dérobé le téléphone et l’ordinateur portable de la victime avant de s’enfuir. Une enquête menée par le service régional de la police des transports est en cours.

    Dans un état critique, la victime a été transportée à l’hôpital parisien de la Pitié Salpêtrière. Elle souffre notamment d’une paralysie sur une partie de son corps.

    La république de Seine et Marne

    Bouches-du-Rhône : quatre familles de trafiquants de drogue expulsées de leurs logements sociaux
    Le ministère de la Culture interdirait aux architectes des monuments historiques de répondre à des interviews sur Notre-Dame
  • AVE MARIA - LUCIANO PAVAROTTI

  • Incendie de Notre-Dame : le coq de la flèche a été retrouvé dans les décombres

     

    Incendie de Notre-Dame : le coq de la flèche a été retrouvé dans les décombres
    Le flèche de la cathédrale de Notre-Dame de Paris s'effondrant lors de l'incendie, le 15 avril 2019.

    Orange avec AFP-Services, publié le mardi 16 avril 2019 à 20h49

    C'est l'une des images marquantes de l'incendie qui a ravagé Notre-Dame : l'effondrement de la flêche de la cathédrale, sous les cris des observateurs.

    Le coq de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l'on pensait détruit, a été retrouvé mardi 16 avril, a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère de la Culture confirmant un tweet du président de la fédération française du Bâtiment Jacques Chanut. 



    Il a confirmé les informations de Jacques Chanut qui a annoncé dans un tweet qu'un restaurateur "a retrouvé dans les décombres le coq du haut de la flèche de #NotreDame" avec à l'appui deux photos de cet homme tenant dans ses mains un coq de couleur verte.

    "Le clergé a récupéré le coq", a ajouté le porte-parole du ministère sans plus de précisions. Selon une source au ministère de la Culture citée dans Le Parisien, "il est cabossé mais vraisemblablement restaurable.

    Comme, il est enfoncé, on n'a pas encore pu vérifier si les reliques s'y trouvent encore". La flèche "est tombée dans la nef mais, dans sa chute, le coq s'est détaché et est tombé du bon côté, sur un bas-côté, peut-être sur le chemin de ronde, en tout cas hors du foyer de l'incendie", a poursuivi ce responsable. 



    Les douze apôtres et quatre évangélistes monumentaux qui ornaient le toit de Notre-Dame ont échappé au sinistre de justesse. Hélitreuillés jeudi dernier, ils sont arrivés la semaine dernière près de Périgueux pour y être restaurés. Ces statues vert-de-gris avaient été installées lors de la reconstruction de la flèche de la cathédrale, menée en 1859-1860 par l'architecte Eugène Viollet-le-Duc. La flèche d'origine avait été construite en 1250, puis démontée dans les années 1786-1792.

    Mais le coq était considéré comme fondu après l'incendie. "Malheureusement le coq a fondu", avait déploré mardi Patrick Palem, ex-pdg mais toujours conseil de la Socra, l'entreprise de Marsac-sur-l'Isle (Dordogne) chargée de restaurer les 16 statues de cuivre.

    Ce coq, également en cuivre repoussé, abrite selon l'Église des reliques de sainte Geneviève et saint Denis, ainsi qu'un fragment de la couronne d'épines du Christ, censées protéger les Parisiens.
  • Notre-Dame: les premières images de l'intérieur de cathédrale

    incendie à Notre-Dame: les premières images de l'intérieur de la cathédrale https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/incendie-a-notre-dame-les-premieres-images-de-l-interieur-de-la-cathedrale-1154474.html via @BFMTV

    Une voûte est effondrée, mais le crucifix est toujours debout, brillant dans la pénombre 

  • Notre-Dame : le discours de Macron à la loupe

     

    LE CERCLE - Le président de la République a pris la parole, hier soir, au pied de la cathédrale Notre-Dame de Paris en flamme. Adrien Rivierre, spécialiste de la prise de parole en public, analyse son discours.
    0601090194966_web_tete.jpg0601090194966_web_tete.jpg
     

    Emmanuel Macron est interrogé par des journalistes, à deux pas de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

    Lewis Joly/Sipa

    Par Adrien Rivierre (spécialiste de la prise de parole en public)

    Publié à 09h38
    Mis à jour à 09h39

    Dans un moment d'émotion et de sidération aussi fort, prendre la parole en public est toujours difficile tant les mots semblent impuissants face à la situation vécue. Hier soir, quelques heures après le terrible déclenchement de l'incendie à la cathédrale Notre-Dame de Paris, Emmanuel Macron s'est brièvement exprimé pour faire part de sa douleur mais aussi porter un message d'espoir.

    Toutes proportions gardées car aucune vie n'a été ici perdue, le contexte de cette déclaration, en pleine nuit, à quelques pas du sinistre, rappelle celles de François Hollande après les attentats du 13 novembre 2015 ou celle de Robert Kennedy en 1968, alors en pleine campagne présidentielle à Indianapolis, quand il apprend la mort de Martin Luther King. Souvent. Ce sont ces mots-là qui marqueront nos esprits pour longtemps.

    Rassurer les Français

    L'exercice est délicat car il faut peser chaque mot qui se drape d'une importance toute particulière. Et d'ailleurs, interrogés par les chaînes de télévision, les radios et les journalistes, tous les spectateurs du drame affirment « ne pas avoir de mots » pour exprimer la douleur qu'ils ressentent. Pourtant, en quelques minutes, le président de la République doit lui briser le silence et rassurer les Français.

    Juste avant l'allocution, les Français attendent, une attente qui est aussi grande que le besoin d'en savoir plus et d'entendre explicitement que nous pourrons surmonter cette épreuve. C'est pourquoi, dans une telle déclaration, les premiers mots doivent aller à l'essentiel, ici Emmanuel Macron les dédie aux centaines de sapeurs-pompiers qui interviennent pour éteindre le feu. Et, détail important, il précise dans la première minute de son intervention que la « façade et les deux tours principales ne se sont pas effondrées ». Les premiers signes d'espoir sont déjà là.

    Toucher au coeur

    Au début de ce discours, Emmanuel Macron apparaît fatigué et surtout, évidemment dans de telles circonstances, son visage est fermé. Il s'exprime lentement, avec des pauses et silences très marqués entre les mots et les phrases. Poser ainsi sa voix permet très rapidement de rassurer et de montrer une maîtrise de la situation. Quand tout le monde s'agite et commente, celui qui parle peu et calmement récupère l'attention. Il se tient droit et fait très peu de gestes ce qui renvoie une image de stabilité et de maîtrise.

    Ce caractère solennel se retrouve dans l'utilisation de l'anaphore « Je veux avoir une pensée », ce que les orateurs grecs appelaient la « gravitas ». Les mots prennent ainsi une importance et un poids plus fort, ils touchent au coeur. Cet effet est encore renforcé par une gradation puisqu'Emmanuel Macron pense d'abord aux catholiques, puis aux Parisiennes et Parisiens et enfin à l'ensemble des compatriotes. Ainsi, l'orateur prend soin, et le fait très bien, de montrer que ce drame touche tout le monde et plus encore, dernière étape de la gradation, notre histoire elle-même tant la cathédrale fut à l'origine de romans, d'oeuvres d'art, de créations de notre imaginaire.

    A ce moment précis, le visage de l'orateur s'ouvre un peu plus et le haut du corps s'anime comme pour faire prendre conscience de la place unique de ce lieu. Emmanuel Macron affirme alors : « c'est l'épicentre de notre vie ».

    Le jour d'après

    Le rôle du chef de l'Etat est aussi et surtout de se projeter vers l'avenir. Il est le garant de l'espoir qui doit nous animer maintenant. L'émotion est alors palpable puisque sa voix se noue et ses yeux s'humidifient pour déclarer : « Cette cathédrale nous la rebâtirons, tous ensemble ». Mais pour que ces mots ne soient pas prononcés en vain, il réalise un très bon appel à l'action : « Dès demain, une souscription nationale sera lancée ». L'orateur indique ainsi que chacun des Français pourra participer à reconstruire Notre-Dame de Paris, tout le monde est impliqué.

    Il faut également noter que si tout au long de la déclaration le pronom personnel « je » est privilégié, à la fin de l'allocution, lors d'une conclusion qui se veut unificatrice, Emmanuel Macron emploie plus volontiers le « nous ». Et, toujours avec beaucoup de solennité, il développer un très beau rythme ternaire qui donne de la force aux mots : « Nous rebâtirons Notre-Dame parce que c'est ce que les Français attendent (1), parce que c'est ce que notre histoire mérite (2), parce que c'est notre destin profond (3). » Comme François Hollande qui lors des heures les plus sombres de son mandat savait toucher par ses mots, Macron a su rendre hommage à la grandeur de ce patrimoine et sa volonté collective de reconstruction.

    Adrien Rivierre , spécialiste de la prise de parole en public, est l'auteur de « Prendre la parole pour marquer les esprits » (Marabout, 2018).

    Les Echos

  • Notre-Dame de Paris : la France brûle

     

    Un incendie lourd de sens

     
     
     

    L’incendie qui s’est déclaré hier soir à la cathédrale Notre-Dame de Paris est lourd de symbole. Après les profanations, les scandales sexuels, la désertion des églises, rien ne nous sera donc épargné ?


    Il y a des journées particulièrement noires dans l’histoire de France, quand tout se dérobe sous nos pieds. Quand l’espoir s’éteint et qu’on reste seul au milieu des décombres. J’avais bien le pressentiment que ce triste moment viendrait. On avait frôlé la catastrophe à Saint-Denis et à Saint-Sulpice, il y a quelques jours. Deux miracles. Mais là c’était visiblement trop demander aux saints protecteurs de la capitale. L’incendie de la cathédrale de Paris, ce 15 avril 2019, restera marqué d’une pierre noire. Pas de victime connue mais une grave défaite, comme un 10 mai 1940 à Sedan.

    Ces moments où l’esprit vacille

    Comme tout le monde, je n’ai pas d’abord bien compris. L’esprit vacille dans ces moments là. Les larmes montent aux yeux. On tourne en rond dans son salon à ne savoir que faire. On se retient comme si un proche venait brutalement de nous quitter mais qu’il fallait rester digne. Ce ne sont que des pierres ! Il faut pourtant en parler à quelqu’un, c’est une vieille dame, Notre-Dame. Notre mère de Paris disparu dans un brasier ardent. Jeanne d’Arc de pierre. Oui les pierres de l’histoire de France étaient vivantes et elles s’écroulent.

     
     

    Des ruines après un bombardement: j’ai comme l’impression d’assister en direct à la chute d’une vieille civilisation. La chrétienté réduite en cendres. Il ne reste plus que les caméras de BFM TV et un clavier pour pleurer. C’est peu.

    Un parfum d’apocalypse

    Nos cathédrales sont vides depuis des années. Des vieux murs à restaurer, des statues, c’est tout ce qu’il restait de notre foi, de notre identité. Rien ne nous sera donc épargné, nous qui avons vu mourir l’Eglise de France en quarante ans? Les églises détruites à coup de pelleteuse, les prêtres pédophiles, les cardinaux condamnés, même le pape est couché par terre. Et maintenant le trésor de Paris qui brûle tandis qu’on dresse des mosquées-cathédrales comme on dit. Oui, il y a un parfum d’enfer et d’apocalypse.

    France, fille aînée de l’Eglise, qu’avons-nous fait de ta cathédrale? Ni les révolutions, ni les guerres n’avaient jusqu’à présent réussi à atteindre ton cœur sacré. Ce monument que les plus grands ont célébré: Chateaubriand, Balzac, Hugo, Nerval, Claudel et tant d’autres. Et c’est au cours de cet orgueilleux XXIème siècle, si sûr de lui et de son progrès, que la vieille charpente s’écroule. Notre charpente. Notre histoire.

     

    Mon frère, entré au séminaire et fou de patrimoine, avait donc tout compris.
    Jeanne d’Arc, Saint-Louis, de Gaulle, et tout le peuple de France nous regardent. Paris brûle. Ils nous supplient de rebâtir leur édifice. Oui, la France peut mourir. Voilà ce que nous disent les tristes flammes de Notre-Dame de Paris.

    CAUSEUR

  • «Proche du burn-out», «rincé», isolé… la mauvaise passe de Macron

     

    >Politique|Ava Djamshidi (@AvaDjamshidi) et Nathalie Schuck (@NathalieSchuck)|30 mars 2019, 20h08|MAJ : 31 mars 2019, 8h56|180
    De nombreux proches d’Emmanuel Macron décrivent un homme épuisé par un exercice très solitaire du pouvoir. Jasper Juinen/Bloomberg/Getty Images
     
     

    Physiquement éprouvé et séparé de plusieurs de ses conseillers historiques, le chef de l’Etat apparaît bien seul alors qu’approche l’issue du grand débat national. Rendez-vous à ne pas rater.

     
     

    Parfois, le président soupire. À l’abri des regards indiscrets, il expire ostensiblement. Un signe de lassitude rare chez lui, comme un air de complainte qui frappe ses visiteurs. Ces soupirs détonnent avec l’image publique d’un chef de l’Etat fringant et sûr de lui, lancé à la conquête de l’opinion pour parer la colère des Gilets jaunes. Ils tranchent avec le récit officiel, le « storytelling » qu’entonnent ses fidèles soldats sur le mental « hors norme » d’Emmanuel Macron. « C’est un guerrier, on ne l’a jamais senti flotter », vante Jean-Marc Borello, patron du groupe social SOS. « Il est vraiment bluffant, relève la secrétaire d’Etat à l’Égalité hommes-femmes, Marlène Schiappa. Même s’il est plus grave, il a une énergie incroyable. »

    Vraiment ? Retranchés sous le sceau de l’anonymat, de nombreux proches s’inquiètent. Ils dévoilent la fatigue d’un homme épuisé par un exercice très solitaire du pouvoir. Alors qu’il aborde une étape cruciale de son quinquennat, au moment où il s’apprête à annoncer les conclusions qu’il tire du grand débat national, le président serait harassé.

     

     

    LIRE AUSSI >La Macronie redoute les conclusions du grand débat national

    « Il est dans un état… Il est sous l’eau », s’alarme un familier. « Rincé », « essoré », s’affolent d’autres. « Il a perdu la queue du Mickey, il n’arrive plus à l’accrocher », constate un ami. Un de ses « textoteurs du soir » va plus loin. « On n’est pas loin du burn-out », lâche-t-il très sérieusement. Une « petite main » abonde : « Heureusement qu’il est maquillé, sinon on verrait à quel point il est crevé… »

    Sa femme veut créer l’illusion de la normalité

    Son épouse Brigitte, elle, le voit sans fards. « Elle est très soucieuse. Elle sent que c’est coton », confie un compagnon de route. Pour ménager son mari, la première dame tente de préserver des bulles d’oxygène, de créer l’illusion de la normalité. Vendredi dernier, à l’issue du Conseil européen de Bruxelles, le chef de l’Etat rentre tard. La première dame congédie le personnel des appartements privés pour lui concocter un petit repas - une simple omelette - comme avant. Des attentions réconfortantes. Mais suffisent-elles à compenser les failles au sommet de l’Etat ?

    Parfois, le président s’emporte. À l’issue d’un interminable grand débat en province, assailli de questions, Emmanuel Macron cherche ses conseillers dans la salle. Il n’y a personne autour de lui. Il s’en agace : « Est-ce qu’il y a quelqu’un, là, qui travaille pour moi, qui peut m’aider ? »

    Une scène emblématique de son règne. Seul, très seul. Trop seul ? Cette semaine, le président a même reçu sur son portable des textos de candidats postulant au gouvernement en vue du mini-remaniement. « C’est lunaire que des gens s’autorisent à faire ça », s’étrangle un ministre. Mais à qui d’autre les envoyer ? « Tout le monde le sursollicite. Pour tout et n’importe quoi, s’étrangle ce poids lourd du gouvernement en hochant la tête. Et en plus, il répond… »

    «Tous ceux en qui il avait confiance sont partis»

    Depuis le début du quinquennat, le cabinet élyséen s’est réduit comme peau de chagrin. Le Château s’est vidé, la petite bande conquérante des conseillers qui l’avaient accompagné vers la victoire s’est dégarnie. Au fil du temps, leur énergie s’est tarie, l’usure s’est installée.

    Un ministre s’exaspère de l’organisation hasardeuse du Palais depuis des mois : « C’est le bordel ! » Il n’y a toujours pas de directeur de la communication, et le nouveau conseiller spécial Philippe Grangeon se retrouve bien seul. « Macron est tout en haut, avec Kohler (NDLR : Alexis, le secrétaire général) qui a deux balles dans le ventre, au figuré. Tous ceux en qui il avait confiance sont partis. »

    Pilier historique, Ismaël Emelien vient de quitter le navire, officiellement pour assurer la promotion d’un livre. Rien à voir avec l’affaire Benalla, jure-t-il. Signe de cet étrange interrègne, le stratège de 32 ans n’a pas fait de pot de départ en emportant ses cartons, lundi.

     

    LIRE AUSSI >Affaire Benalla : les sénateurs font vaciller l’Elysée

    Le chef de l’Etat a sa part de responsabilité dans cette mauvaise passe. « C’est le plus mauvais manageur que la terre ait porté », ose un conseiller de l’exécutif, surpris qu’il ne promeuve pas davantage les talents et rechigne à « tuer » les moins performants. « Il est très darwinien, se résigne un ministre. Il nous laisse nous débrouiller tout seul, sans nous donner la notice. » Résultat : beaucoup de « planqués », qui évitent de prendre des risques, cingle un membre du gouvernement. « C’est au président de tout porter, se désole un macroniste, pour qui le départ du dévoué Benjamin Griveaux (NDLR : parti à la conquête de la mairie de Paris) est une sombre nouvelle. Il y a peu de volontaires pour monter au front. »

    «J’ai envie de le frapper»

    Et quand ils le font, les ministres cafouillent régulièrement. Les proches du président égrènent les bévues d’Agnès Buzyn sur l’âge de la retraite ou de François de Rugy sur la hausse des tarifs EDF. « Macron a un côté Abraracourcix : ce sont tous des cons, mais je suis leur chef ! » grince un familier du pouvoir. Il n’hésite pourtant pas à couper les têtes qui ont le malheur de dépasser, comme celle de Mounir Mahjoubi, débarqué de Bercy mercredi. « Le président n’en pouvait plus de ses conneries », relève un pilier de la majorité. « Emmanuel a voulu le job, il l’a ! » bougonne un fidèle.

    Parfois, le président papillonne. Pour compenser son isolement, il s’appuie sur un réseau de conseillers officieux hors les murs du Palais, comme François Bayrou, Richard Ferrand ou le producteur de spectacles Jean-Marc Dumontet. Certains de ses amis désapprouvent le poids grandissant de ces éminences grises. « Je suis admiratif d’Emmanuel, mais j’ai envie de le frapper ! Pour la liste LREM pour les européennes, le vrai patron, c’était Bayrou. Il le harcèle », vitupère l’un. Jalousie ? Les « recommandations » de ces conseillers extérieurs ont le don d’horripiler les conseillers attitrés, autant que de les insécuriser. En macronie, beaucoup en sont arrivés à l’amère conclusion qu’il valait mieux quitter le Palais, et continuer à l’abreuver des notes dont il est si friand. « Stéphane Séjourné (NDLR : ex-conseiller politique de l’Elysée) voit davantage Macron depuis qu’il est directeur de campagne des européennes », note un Marcheur.

    «S’il déçoit, il est mort. Et il va décevoir…»

    Parfois, le président tergiverse. Pour éteindre la révolte qui secoue son mandat, il rêve d’une « mesure à effet waouh », selon l’expression d’un ami. À force de faire durer le suspense et d’étirer sans fin le grand débat, il finit par inquiéter ses plus proches. « S’il déçoit, il est mort. Et il va décevoir… » frémit l’un. « Je ne vois pas comment on sort de ça, angoisse un autre. Avec les beaux jours, les Gilets jaunes vont revenir et installer des barbecues sur les ronds-points… »

    À moins que le président ne déniche le remède miracle dans les méandres de son cerveau. Parlementaires et ministres sont nombreux à s’en remettre à ses supposés supers pouvoirs. « Je l’ai toujours vu avoir un coup d’avance et sortir un lapin de son chapeau », prie l’un. « J’ai une confiance absolue dans le Christ », professe François Patriat, le patron des sénateurs LREM. Un député macroniste file la métaphore religieuse en soupirant, lui aussi : « Le Très-Haut a de la ressource ». Amen.

    LE FIGARO

  • Remaniement ministériel : Sibeth Ndiaye nommée porte-parole du gouvernement

     

  • Au Maroc, François soutient les migrants africains en marche vers l’Europe

     

    0h27

    Le souverain pontife appelle mettre en œuvre « avec rapidité » les engagements du pacte de Marrakech notamment par « l’élargissement de canaux migratoires réguliers ».

    C’est un discours presque sans précédent de François, directement adressé « aux migrants », où il a une nouvelle fois tempêté contre « l’indifférence et le silence » car « personne ne peut être indifférent devant cette souffrance ». Il ne faut pas « se laisser conditionner par les peurs et par l’ignorance », a-t-il recommandé, et devenir de « vrais compagnons de voyage » des migrants.

    Ils sont nombreux, Africains, en transit au Maroc pour l’Europe. Il leur a parlé. Un discours en forme d’encouragement à une « immigration sûre, ordonnée et régulière », dans l’esprit du « pacte de Marrakech » de l’Onu, signé le 10 décembre dernier au Maroc.

    Cette intervention de François n’était du reste pas prévue sous cette forme dans le premier programme initial du voyage. Elle a été renforcée tant ce sujet est capital pour lui.

    (…) Il a aussi fortement attaqué « les formes d’expulsion collective » qui ne « doivent pas être acceptées ». Sans la désigner publiquement, le souverain pontife faisait notamment référence au blocage actuel de ce que l’on appelle « la route marocaine » en raison de la politique européenne d’externalisation des frontières qui interdit tout passage, notamment par les enclaves espagnoles au Maroc de Ceuta et Melilla, désormais protégées par des murs infranchissables.

    (…) « Promouvoir » les migrants fut son troisième axe de réflexion car « personne n’est un déchet humain ». Et que « les sociétés d’accueil seront enrichies si elles savent valoriser au mieux la contribution des migrants en prévenant tout type de discrimination et tout sentiment xénophobe ».

    (…) Le Figaro – Merci à La Chancelière

     
  • Autriche : deux individus arrêtés pour avoir sauvagement agressé une dizaine de personnes âgées, plusieurs victimes grièvement blessées

     

    19h42

    Vienne (Autriche) – Deux jeunes hommes ont persécuté une dizaine de personnes âgées et les ont brutalement attaquées.

    L’Office de la police criminelle a pu arrêter deux voleurs qui s’en prenaient à des retraités parfois handicapés ou qui avaient des difficultés à marcher.

    Les agresseurs, tous deux âgés de 22 ans, ont attaqué leurs victimes, âgés de 73 à 89 ans, entre le 8 février et le 6 mars. Ils repéraient des personnes vulnérables et les suivaient jusqu’à chez elles.

    Devant leur porte d’entrée, dans l’escalier ou devant l’ascenseur, les assaillants ont agressé leurs victimes si brutalement qu’elles ont subi des fractures du crâne, des hémorragies cérébrales, des fractures du sacrum ou de l’épaule.

    Le duo a été pris en flagrant délit le 6 mars. Les enquêteurs ont arrêté les deux hommes alors qu’ils attaquaient une femme de 75 ans marchant avec un déambulateur.

    Oe24.at