Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

GAELLE MANN

  • JOURNAL TVL 20 AOUT 2018

  • Colonies de vacances : les familles ne veulent plus de mixité sociale

     

    2h12
    L’idéal du brassage social des jeunes, à travers des expériences communes et joyeuses, a été longtemps porté par les mouvements d’éducation populaire, les syndicats ouvriers et les Eglises. Leur affaiblissement appelle de nouvelles options pour « faire France ensemble », estime le sociologue Jean Viard, spécialiste des temps sociaux, mais aussi de l’aménagement du territoire, de l’agriculture et des comportements politiques.

     

    En tout cas, le déclin, depuis plusieurs générations, est spectaculaire. Quelles en sont les raisons ? Elles sont nombreuses et ne sont pas toutes mauvaises, même si la principale explication – sur laquelle je reviendrai – tient à une réticence croissante envers l’idéal du « vivre-ensemble ».

    Le Monde

    Merci à Proserpine

  • Nigel Farage est de retour pour un «vrai Brexit» et veut «donner une leçon» à la classe politique

     

    Nigel Farage est de retour pour un «vrai Brexit» et veut «donner une leçon» à la classe politique© Vincent Kessler Source: Reuters
    Nigel Farage à Strasbourg le 13 mars 2018 (image d'illustration).
     

    Le député européen britannique et ancien chef du UKIP a annoncé son retour dans l'arène politique. Il a été nommé vice-président du mouvement pro-Brexit Leave Means Leave, avec lequel il veut relancer la bataille pour une rupture nette avec l'UE.

    Nigel Farage, ancien chef du parti souverainiste UK Independence Party (UKIP), a été nommé vice-président du mouvement pro-Brexit Leave Means Leave (Partir signifie partir).

    Ce 18 août, il s'est dit déterminé à relancer la bataille dans le but d'obtenir une rupture nette avec l'Union européenne (UE).

    Il a précisé dans une tribune publiée par The Daily Telegraph qu'il entendait contrecarrer le «plan de Chequers» présenté par le Premier ministre britannique Theresa May, une proposition de sortie «frauduleuse» selon lui, visant à conserver des liens commerciaux étroits avec l'UE après le Brexit. Ce plan constitue «une trahison lâche» et empêchera le Royaume-Uni de «reprendre le contrôle de [ses] frontières, de [ses] droits de pêche» ou de «commercer au niveau mondial», a-t-il encore estimé, appelant de ses vœux à un «vrai Brexit».

    Au cours des derniers mois, et surtout depuis la trahison de Chequers, de nombreuses personnes m'ont interpellé dans la rue pour me demander : "Quand revenez-vous ?"

    Nigel Farage participera activement à la prochaine campagne de Leave Means Leave, prévoyant notamment des rassemblements et un tour en bus du Royaume-Uni. «Au cours des derniers mois, et surtout depuis la trahison de Chequers, de nombreuses personnes m'ont interpellé dans la rue pour me demander : "Quand revenez-vous ?"», a-t-il expliqué. «Eh bien, vous avez désormais la réponse : je suis de retour», a poursuivi Nigel Farage. 

    L'ancien courtier à la City avait quitté la tête de UKIP peu après le référendum du 23 juin 2016 décidant du retrait britannique de l'UE, estimant avoir atteint son objectif politique. Présenté en juillet, le plan de Chequers prévoit la création d'une zone de libre-échange pour les biens et produits agricoles entre le Royaume-Uni et l'UE, ainsi qu'un maintien initial de l'alignement réglementaire de Londres sur Bruxelles dans ces domaines. Retoqué par Bruxelles, ce plan avait provoqué la démission de deux poids lourds du gouvernement britannique, le ministre du Brexit David Davis et celui des Affaires étrangères Boris Johnson, en désaccord sur la ligne jugée trop molle. Nigel Farage avait à l'époque prévenu qu'il reviendrait sur le devant de la scène en cas de «soft Brexit»

    Lire aussi : John Laughland : «Boris Johnson pourrait sérieusement menacer Theresa May»

  • Saint-Paul-Trois-Châteaux (26) : un homme de 45 ans tué de 9 coups de couteau, un autre homme poignardé, le suspect interpellé

     

    21h14

    Une agression au couteau à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme) a fait un mort et un blessé ce samedi après-midi. Les faits se sont déroulés sur le parking d’un supermarché. Un homme est en garde-à-vue.

    La victime âgée de 45 ans a reçu neuf coups de couteau, huit dans le dos et un au niveau de la carotide. C’est probablement celui qui lui a été fatal.

    Un deuxième homme âgé de 37 ans, a reçu trois coups de couteau, dans le dos et la poitrine. Il a été évacué au centre hospitalier de Montélimar. Ses jours ne sont pas en danger.

    (…) France Bleu

  • Pont effondré à Gênes : Matteo Salvini et Luigi Di Maio acclamés par la foule lors des funérailles, les élus de gauche insultés (MàJ)

     

    23h59

    Les 2 hommes forts du gouvernement italien, Matteo Salvini et Luigi di Maio, ont été chaleureusement accueillis par la foule lors de leur arrivée à la cérémonie d’hommage aux victimes de Gênes. Une femme éplorée a interpellé Salvini, qui tente de la consoler.
    – France 2, 18 août 2018, 20h


    La cérémonie solennelle catholique a duré un peu plus d’une heure dans un grand hall du parc des expositions de Gênes, en présence des plus hauts responsables de l’Etat et de milliers d’habitants de ce port du nord de l’Italie. De longs applaudissements ont salué la lecture des prénoms des 38 morts identifiés et l’évocation des dernières victimes encore non identifiées.

    Des insultes et des sifflets destinés aux vieux politiciens, des ovations pour leurs héritiers. La foule rassemblée pour l’Hommage national a reconnu l’ancienne ministre de la Défense Pinotti, et là les cris ont commencé, amplifiés par l’apparition du secrétaire du Parti démocrate (gauche) Martina.

    «Va-t-en», «assez» et «honte» sont les épithètes les plus récurrentes. Alors que peu après la même foule a chaleureusement acclamé les ministres Matteo Salvini et Luigi Di Maio.

    Ils sont arrivés ensemble et, avec le pas assuré de ceux qui représentent le nouveau monde, ils ont pris position derrière les cercueils. C’était la consécration, même un peu sauvage, de leur popularité.

    La Stampa

    (…) Face à l’émotion et à la colère, le gouvernement a attaqué Autrostrade per l’Italia, la famille Benetton qui contrôle le groupe, l’incurie des gouvernements précédents et l’Union européenne. Vendredi, le ministère des Infrastructures a officiellement adressé un courrier à Autostrade en vue de révoquer la concession de la société sur le tronçon du pont.

    (…) Challenges

  • Autriche: «Affaire d'Etat», «honte»... La venue de Poutine au mariage d'une ministre proche de l'extrême droite divise

     

    POLEMIQUE La venue de Vladimir Poutine au mariage de la ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl (apparentée FPÖ, extrême droite), sème le trouble en Autriche...

    20 Minutes avec AFP

     

     — 

    Vladimir Poutine à Saint Pétersbourg le 25 mai 2018.
    Vladimir Poutine à Saint Pétersbourg le 25 mai 2018. — SIPA

    Ca fait polémique. La venue attendue samedi du président russe Vladimir Poutine au mariage de la ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl (apparentée FPÖ, extrême droite), sème le trouble en Autriche, en pleine présidence tournante de l'UE par ce pays.

      
     

    La venue attendue, demain, du président russe Vladimir Poutine au mariage de la ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl (apparentée FPÖ, extrême droite), sème le trouble en Autriche http://u.afp.com/o7CE 

     

    Une «honte pour l'image de l'Autriche»

    «Comment la présidence autrichienne de l'UE peut-elle jouer comme elle le prétend un rôle d'intermédiaire honnête (entre les 28 et Moscou) si la ministre des Affaires étrangères et le chancelier se placent aussi clairement d'un côté?» s'est interrogé vendredi le ténor social-démocrate (SPÖ, opposition) Andreas Schieder. «Il s'agit d'une provocation de dimension européenne», a ajouté l'eurodéputée SPÖ Evelyn Reger, dénonçant une «honte pour l'image de l'Autriche». Le parti Vert (opposition) a pour sa part demandé la «démission immédiate» de la ministre, soulignant que «Vladimir Poutine est l'adversaire le plus agressif de l'UE en matière de politique étrangère».

    Karin Kneissl, 53 ans, nommée à la tête de la diplomatie autrichienne par le parti d'extrême droite FPÖ, dont elle n'est formellement pas membre, doit épouser samedi l'homme d'affaires Wolfgang Meilinger dans un village viticole des environs de Graz, dans le sud-est de l'Autriche. Le Kremlin avait confirmé mercredi que Vladimir Poutine avait accepté d'assister à ce mariage, avant une rencontre programmée plus tard dans la soirée avec la chancelière allemande Angela Merkel près de Berlin.

     
     

    D'abord désignée comme un «événement privé» par le ministère autrichien, la venue du président russe, qui doit mobiliser plusieurs centaines de policiers, a entre-temps été requalifiée en «visite de travail» par Vienne. Aucun rendez-vous avec la presse n'est prévu à ce stade. Outre le président russe, le chancelier conservateur Sebastian Kurz  et le vice-chancelier FPÖ Heinz-Christian Strache sont attendus au mariage. Le FPÖ a noué en 2016 un accord de coopération avec le parti Russie unie de M. Poutine.

    Une «affaire d'Etat»

    Cette venue a été vivement dénoncée par Kiev, qui a estimé qu'elle excluait désormais l'Autriche du processus du Minsk sur l'Ukraine. Le ministère autrichien des Affaires étrangères a assuré que cette visite «ne changerait rien au positionnement de l'Autriche en matière de politique étrangère». «Poutine ne vient pas parce qu'il serait un proche ami de la ministre des Affaires étrangères, mais par pur calcul politique» pour affaiblir l'UE, a cependant estimé le quotidien populaire Kronen Zeitung, le tabloïd Österreich n'hésitant pas à évoquer une «affaire d'Etat».

    Selon ce quotidien, Vladimir Poutine doit venir à la noce accompagné d'une troupe de chanteurs cosaques. Le FPÖ a formé en décembre une coalition de gouvernement avec l'ÖVP de Sebastian Kurz, autour d'un programme anti-immigration. La venue de Vladimir Poutine a semé le trouble jusqu'au sein du parti conservateur, dont un dirigeant, Othmar Karas, a jugé «totalement incompréhensible la logique et la finalité» de l'invitation.

    L'extrême droite autrichienne a approuvé l'annexion de la Crimée par la Russie, et le FPÖ est partisan de l'abrogation des sanctions européennes liées au conflit ukrainien. Le président russe est régulièrement accusé de chercher à diviser les Vingt-Huit, notamment en cultivant ses liens avec les partis populistes de plusieurs pays européens.

    NdB: c'est une excellent nouvelle!

     

  • VIDEO. Une saisie record de 50 tonnes de méthamphétamine au Mexique

     

    DROGUE La saisie a eu lieu dans un laboratoire de l'Etat mexicain de Sinaloa, où opère le cartel longtemps dirigé par Joaquin «El Chapo» Guzman...

    20 Minutes avec AFP

     

     — 

    Illustration de méthamphétamine
    Illustration de méthamphétamine — Bullit Marquez/AP/SIPA

    Un record. Cinquante tonnes de méthamphétamine, drogue de synthèse aussi appelée « crystal meth », ont été saisies dans un laboratoire de l’Etat mexicain de Sinaloa, où opère le cartel longtemps dirigé par Joaquin «El Chapo» Guzman, a annoncé la Marine mexicaine. Les militaires ont localisé le laboratoire lors d’une opération menée jeudi dans le village d’Alcoyonqui, au sein de la municipalité de Culiacan, capitale du Sinaloa, dans l’est du Mexique.

    « Nous sommes parvenus à sécuriser et à démanteler un laboratoire de drogue clandestin et deux entrepôts souterrains, avec approximativement 50 tonnes de cristal sous forme de cristaux et sous forme liquide », a indiqué la Marine dans un communiqué.

    Le narcotrafiquant le plus puissant du monde

    La drogue était stockée dans des bidons et des tonneaux de diverses contenances, et des ingrédients chimiques ainsi que des équipements nécessaires à la production de crystal meth ont été découverts. Selon la presse locale, le laboratoire clandestin a été découvert dans une zone contrôlée par le cartel de Sinaloa, auquel appartenait Joaquin Guzman, considéré comme le narcotrafiquant le plus puissant du monde.

    Extradé du Mexique vers les Etats-Unis en janvier 2017, Joaquin Guzman est aujourd’hui détenu dans une prison de New York. A partir de novembre, celui que l’on surnomme «El Chapo», comparaîtra devant un tribunal de Brooklyn pour 17 délits, dont le trafic de plus de 200 tonnes de cocaïne vers les Etats-Unis.

    En 2007, la Marine avait saisi 23,5 tonnes de cocaïne dissimulées dans un bateau ancré dans le port de Manzanillo, dans l’océan Pacifique. Selon le gouvernement, il s’agissait à cette époque de la plus grosse saisie de cocaïne réalisée dans le monde, la drogue appartenant au cartel de Sinaloa. En décembre 2006, le gouvernement a lancé une opération militaire antidrogue, qui a été suivie d’une vague de violence, dans laquelle sont mortes plus de 200.000 personnes.

    NdB: C'est Trump qui a raison: il faut construire des murs à la frontière du Mexique... et non des "ponts" comme le disait le pape!

     

  • Professeur Eugene Parker, astrophysicien, 92 ans

    800px-Prof._Eugene_Parker_from_University_of_Chicago.jpg Parker XXX.jpg

    Le Professeur Eugene Newman PARKER est un américain né le 10 juin 1927 à Houghton. 

     

  • Sonde Parker: l'objet le plus rapide jamais créé par l'homme en route vers le Soleil

     

    La NASA a lancé dimanche 12 août la sonde Parker, l'objet le plus rapide jamais créé par l'homme. Cette sonde de la taille d'une voiture est la première réalisation humaine à tenter de traverser l'atmosphère du soleil, afin d'en percer les secrets scientifiques.

    La sonde Parker en route vers le Soleil

    Décollage de la fusée Delta IV Heavy emmenant à son bord la sonde Parker Solar Probe à Cap Canaveral, en Floride

    NASA BILL INGALLS
     
     
     

    La Nasa a lancé dimanche 12 août en Floride sa sonde Parker, objet le plus rapide jamais créé par l'homme qui doit traverser l'atmosphère du soleil pour aider à percer le secret des tempêtes solaires. "Cette mission marque réellement la première visite de l'humanité sur une étoile", a dit Thomas Zurbuchen, un responsable de la Nasa. "Nous avons accompli quelque chose qui, il y a des dizaines d'années, n'existait que dans la science-fiction", a-t-il ajouté.

    La fusée de lancement Delta IV-Heavy s'est élevée du pas de tir de Cap Canaveral à 03H31 (07H31 GMT). Moins d'une heure plus tard, l'opérateur de lancement a indiqué que la sonde s'était bien séparée de la fusée et qu'elle poursuivait son odyssée spatiale. "Pour le moment, la sonde se porte bien", a-t-il confirmé.

    De la taille d'une voiture pour une facture de 1,5 milliard de dollars, la sonde Parker est la première réalisation humaine à tenter de traverser l'atmosphère du soleil, forte de son bouclier high-tech et des espoirs placés en elle par la Nasa et la communauté scientifique. L'Agence spatiale américaine avait prévu samedi une fenêtre de lancement d'une durée de 65 minutes, à partir de 03H33 (07H33 GMT). Mais en raison d'un problème de pression d'hélium gazeux, apparu quelques minutes avant le décollage, la Nasa avait dû repousser à dimanche matin sa fenêtre de lancement.

     
     

    La mission de Parker est claire: devenir le premier objet construit par l'homme à affronter les conditions dantesques de la couronne, une partie de l'atmosphère du soleil, qui est 300 fois plus chaude que la surface de l'astre. La sonde devra passer à environ 6,2 millions de kilomètres de la surface du soleil et traverser 24 fois cette couronne pendant les sept ans que doit durer la mission.

    Au-delà de la prouesse technologique, l'intérêt scientifique est primordial. Il s'agit de comprendre pourquoi la couronne est environ 300 fois plus chaude que la surface du soleil et pourquoi ses particules énergétiques produisent des tempêtes électromagnétiques pouvant perturber le fonctionnement du réseau électrique sur Terre.

     

    Prédire les vents solaires

    "La sonde Parker nous aidera à faire un bien meilleur travail pour prédire quand une perturbation dans les vents solaires viendra frapper la Terre", explique Justin Kasper, un des scientifiques responsables du projet et professeur à l'université du Michigan. "Nous allons nous trouver dans une zone passionnante, où les vents solaires, croyons-nous, seront en accélération", commente pour sa part Jim Green, directeur du département de science des planètes de la Nasa.

    "Là où nous voyons de gigantesques champs magnétiques qui passeront près de nous, quand les éjections de masse de la couronne (solaire) s'élancent dans le système solaire", précise-t-il. Parker est le seul vaisseau de la Nasa à avoir été nommé d'après un scientifique toujours en vie, l'astrophysicien Eugene Parker aujourd'hui âgé de 91 ans.

    Ce dernier a été le premier à développer la théorie des vents solaires supersoniques en 1958, qu'étudiera maintenant cette sonde portant son nom devant laquelle il se dit "impressionné". L'engin est protégé par un bouclier en composite carbone d'une douzaine de centimètres d'épaisseur qui doit protéger les instruments scientifiques qu'ils transportent d'une température de près de 1.400 degrés Celsius.

    Ecouter le soleil

    A l'intérieur de la sonde, il devrait cependant faire seulement 29 degrés. "Le soleil est plein de mystères", commente Nicky Fox membre du laboratoire de physique appliquée de l'université Johns Hopkins et responsable scientifique de la mission. "Nous sommes prêts (...). Nous connaissons les questions auxquelles nous voulons des réponses". Cela fait plus de 60 ans que les scientifiques rêvent de construire un tel engin, mais ce n'est que depuis récemment que la technologie l'a rendu possible, ajoute-t-elle.

    Les outils embarqués doivent mesurer les particules à haute énergie, les fluctuations magnétiques et prendre des images pour tenter de mieux comprendre cette couronne, qui est "un environnement très étrange, peu familier pour nous", explique Alex Young, un spécialiste du Soleil à la Nasa. "Nous écouterons également les ondes de plasma dont nous savons qu'elles circulent quand les particules bougent", complète Nicky Fox.

    Quand elle sera près du soleil, Parker voyagera suffisamment rapidement pour parcourir l'équivalent d'un trajet New York-Tokyo en... une minute. Une vitesse de 700.000 km/h pour ce qui est l'objet le plus rapide jamais construit par l'homme.

  • Offenbourg (All.) : un médecin poignardé à mort dans son cabinet par un migrant somalien, son assistante grièvement blessée (MàJ)

     

    19h45

    L’attaque meurtrière au couteau contre un médecin à Offenbourg a choqué les habitants de la ville. Le parti anti-immigration AfD va organiser une manifestation devant l’hôtel de ville.

    Après le meurtre d’un médecin dans son cabinet par un Somalien, la maire Edith Schreiner (CDU) a appelé à la prudence.

    « Mes plus sincères condoléances vont à la veuve et à la fille du défunt, à sa famille et à l’assistante médicale blessée. Je lui souhaite un prompt rétablissement », a-t-elle déclaré.

    « Que les crimes commis choquent les habitants d’Offenbourg est compréhensible et humain. Mais c’est précisément pourquoi je lance un appel aux citoyens pour qu’ils agissent avec prudence et s’abstiennent de toute généralisation », a déclaré Schreiner.

    Le meurtrier présumé, un demandeur d’asile somalien de 26 ans, est arrivé en Allemagne au début du mois de novembre 2015. Peu de temps après, il a eu accès à un hébergement à Offenbourg. Le migrant était connu des services de polices pour au moins deux incidents.

    Samedi, l’AfD prévoit une manifestation devant l’hôtel de ville d’Offenbourg et réclame la démission de la maire.

    Welt.de


    Offenbourg, Allemagne : un demandeur d’asile somalien de 26 ans a tué un médecin de plusieurs coups de couteau, après s’être invité sans rendez-vous à son cabinet.

    L’assistante du médecin, également poignardée, a été transportée à l’hôpital dans un état grave. Les motifs de l’attaque sont inconnus. L’assassin a été arrêté par la police après avoir tenté de prendre la fuite. La victime laisse derrière elle une épouse et un enfant.

    Welt.de

    Merci à Oswald

  • Ce 15 août que la France redécouvre

     

     

    Sur Twitter, c’est à qui veut montrer son plus beau feu d’artifice, Biarritz tenant évidemment le titre. Grande plage noire de monde, les premières fusées éclatent et, entre les oh et les ah, la belle jaune et la belle bleue, le rocher de la Vierge apparaît, par intermittence. Comme un clin d’œil. Car, comme le rappellent avec pédagogie certains journaux à leurs lecteurs les plus incultes, le 15 août, c’est la grande fête de la Vierge, son Assomption.

    Depuis plusieurs années, le 15 août a réussi à se refaire une place dans le calendrier et il est en train de redevenir une grande fête populaire. Oh, pas forcément religieuse, n’en demandons pas trop ! Mais populaire. Et symbolique, car on est bien obligé de répondre aux enfants (« Mais c’est quoi, le 15 août ? »). Ma ville, qui n’a jamais eu de tradition officielle du 15 août, et qui, imprégnation franc-maçonne et domination socialiste obligent, a plutôt tout fait pour ne pas en avoir une, a dû s’y mettre aussi. Et rapatrier, à la date du 15 août, un feu d’artifice autour de la principale église de la ville. Ils avaient placé cette fête en septembre, quand tout le monde est rentré et n’a plus la tête aux feux d’artifice. Ils appellent ça « l’embrasement du clocher ». C’est devenu un grand rendez-vous populaire, familial, où se rendent à la fois les touristes et les grands-parents d’ici qui accueillent enfants et petits-enfants. Ici, le 15 août a gagné.

    D’autres signes montrent ce retour en grâce du 15 août, à petits pas. En quarante ans de fréquentation des églises, jamais je n’avais entendu de prière pour la France, jamais entendu un curé rappeler le vœu de Louis XIII. Vous me direz que je ne fréquentais pas les bons lieux. Mais bon, la bonne parole est venue jusque dans mon mauvais lieu ! Après tout, Le vœu de Louis XIII est toujours accroché dans la cathédrale de Montauban, à d’eux pas d’ici.

    Bien sûr, les grands pèlerinages, les retraites aux flambeaux de Lourdes et d’ailleurs ont toujours entretenu la flamme. Mais voir fleurir, sur les réseaux sociaux, les photos de la procession de la Vierge à Nice postées par Christian Estrosi, cela en dit long. Et pas que sur l’opportunisme du bonhomme. Quand il était à Brégançon, Jacques Chirac avait ce sens d’un 15 août populaire, quand il allait à la messe à Bormes-les-Mimosas, entraîné par Bernadette. Emmanuel Macron, lui, coincé entre piscine et Aquarius, n’a pas ressenti ce besoin de 15 août. Ou peut-être boude-t-il.

    Finalement, derrière les calculs intéressés de nos édiles et le goût de la fête des touristes, c’est la Vierge qui a gagné. Mais chut, ils ne le savent pas, le plus important étant que les enfants, eux, aient eu la réponse à leur question.

    BV

  • Le gouvernement a payé les médias pour 540,000 euros afin de promouvoir l’organisation important des clandestins « SOS Méditerranée »

     

    0
    30
    Share on Facebook
     
    Tweet on Twitter
      
     

    BREIZATAO – POLITIKEREZH (17/08/2018) L’association SOS Méditerranée qui supervise le transfert de migrants clandestins depuis l’Afrique a vu ses campagnes de publicité passées gratuitement à la télévision et à la radio. Démonstration que le remplacement de population est une politique d’état en France.

    Libération explique ces campagnes gratuites par l’obtention du label « grande cause », obtenu en 2017 par SOS Méditerranée. Il s’agit d’une distinction décernée par le Premier ministre chaque année à une ou plusieurs associations en manque de visibilité. Elle permet d’obtenir des campagnes publicitaires sur les chaînes publiques et certaines chaînes privées, pendant douze mois.

    Le coût total aurait été de 540 828 euros. Les médias ont donc offert ces publicités gratuitement, mais n’ont jamais financé SOS Méditerranée.

    Le quotidien fait aussi la liste des médias qui ont participé :

    – Dons en nature valorisés dans nos comptes : Amaury Media (L’EQUIPE TV) CANAL+ (VICELAND, Planete +, Comedie +, Infosport +, Non stop people, Campagne TV) IP France (RTL) Lagardère Publicité (Europe 1, Virgin radio, RFM, RFM TV, VIRGIN radio TV, Elle Girl) M6 (6TER, W9) NRJ (NRJ12, NRJ hits, Station 25, NRJ, Chérie 25, Nostalgie, Rires et Chansons) REGIS (Mangas, TREK, Animaux, Toute l’Histoire, Sciences et Vie TV, Chasse et Pêche, AB Moteurs, AB1) TF1

    – Dons en nature non valorisés dans nos comptes : France 2 France 3 NEXT (RMC, BFM Business) Nova Régie (Radio Nova, TSF Jazz) Radio France (France info, France inter, France bleu) Skyrégie (SKYROCK)

    (Source : Valeurs Actuelles)

  • JOURNAL TVL 17 AOUT 2018

  • Viaduc de Gênes : le concessionnaire mis en cause

    Après le drame de Gênes, en Italie, survenu mardi 14 août, la société qui gérait cette autoroute est mise en cause par le gouvernement italien. Autostrade, dont la société-mère est Atlantia, n'aurait pas suffisamment investi dans l'entretien du viaduc.

     
     
     
     
     
     
    France 3

    Heure après heure, après l'effondrement du viaduc de Gênes, en Italie, le gouvernement italien pointe toujours du doigt le même responsable : Atlantia, le groupe qui gère le pont Morandi. Rome l'accuse de ne pas avoir entretenu ce pont, mais Atlantia se défend dans un communiqué, jeudi 16 août : "L'annonce de la révocation a été faite en l'absence de toute certitude sur les causes du drame".

    Atlantia, un groupe mondial

    Face aux critiques, Atlantia rappelle aussi son projet lancé en 2009 : la Gronda de Gênes. L'idée est simple : remplacer le pont Morandi par un autre viaduc, au nord de la ville. Un chantier colossal, à la mesure d'un groupe qui pèse 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Alors, qui est à la tête d'Atlantia ? Le principal actionnaire n'est autre que la famille Benetton. Une famille qui a permis à Atlantia de devenir un groupe mondial. Elle gère notamment trois aéroports : Nice (Alpes-Maritimes), Cannes (Alpes-Maritimes) et Saint-Tropez (Var).

     

  • JOURNAL TVL 16 AOUT 2018

  • Pologne : deux jeunes Israéliens filmés se dénudant dans un ancien camp d'extermination allemand

     

    Pologne : deux jeunes Israéliens filmés se dénudant dans un ancien camp d'extermination allemand© Agencja Gazeta Source: Reuters
    Des visiteurs du camp de Majdanek le 22 août 2012, en Pologne (image d'illustration).
     

    Pris sur le fait par des caméras de surveillance, deux étudiants israéliens ont été arrêtés par les agents de sécurité du musée de Majdanek alors qu'ils se dénudaient dans cet ancien camp de la mort allemand. L'un deux a été conduit au commissariat.

    Alors qu'ils suivaient une visite destinée à sensibiliser ses participants aux atrocités de la Shoah, deux étudiants israéliens ont été filmés le 10 août en train de se dénuder dans le camp de Majdanek, situé dans l'est de la Pologne.

    Si l'un deux a reçu un simple avertissement, l'autre, qui a baissé son pantalon en tournant le dos aux baraquements du camp, a été conduit au commissariat de la ville de Lublin, où il a été informé qu'il serait poursuivi pour «offense à un monument ou à un lieu de mémoire». En effet, selon la législation polonaise, la profanation d'un monument ou d'un lieu public qui commémore un événement historique ou une personne, est passible d'une amende ou d'une peine de prison. Le jeune homme de 17 ans n'a fourni aucune explication sur son acte.

    Les deux adolescents ont été renvoyés chez eux en Israël, pendant que le reste de leur classe a poursuivi son voyage censé durer une semaine supplémentaire.

    Dans un communiqué, le ministère israélien de l'Education a condamné le comportement des deux jeunes, affirmant vouloir traiter cet incident «avec sévérité». Selon des propos rapportés par The Time of Israël, le texte du communiqué précise que des mesures seront prises contre les deux étudiants : «Ils ont été renvoyés chez eux et l'institution a l'intention d'entamer des poursuites disciplinaires à leur encontre.»

    RT

  • Le Pont du Gard: un chef-d'oeuvre de l'humanité !

    Pont du Gard

    Le Pont du Gard est situé au coeur d'une région au riche patrimoine historique à proximité de NîmesUzès et Avignon.


    Monument antique le plus visité de France, aqueduc classé par l'Unesco, le Pont du Gard reste l'un des grands chefs-d'oeuvre de l'humanité. Merveille de l'Antiquité, prouesse technique, c'est aussi un site magique, redevenu sauvage depuis son réaménagement.


    Haut de 48 mètres, il compte une triple rangée d'arcades superposées : 6 arches au niveau inférieur, 11 au deuxième et 35 au troisième. Sa longueur atteint 273 mètres dans la partie supérieure (360 à l'origine avec 12 arches supplémentaires). Il fut utilisé jusqu'au VIème siècle, puis devint un péage au Moyen-Age, et enfin un pont routier du XVIIIE au XXeme siècle.


    L'opération Grand Site engagé en 2000 lui a rendu son cadre primitif, sans circulation automobile et sans les constructions qui avaient proliféré aux alentours.


    Le billet d'entrée sur le site donne accès aux aménagements situés sur les deux rives du Gardon :

    - le Musée du Pont du Gard, qui retrace dans une scénographie accessible à tous les publics, l'histoire de la construction de l'aqueduc et sa fonction dans le mode de vie à l'époque romaine.

    - un film de présentation du site,

    - une exposition en plein air sur l'occupation humaine depuis 2000 ans

    - Ludo, un espace ludique et pédagogique pour les plus jeunes

    - un espace d'exposition temporaires artistique ou scientifique

    - un restaurant cafétaria de part et d'autre de la rive.

    Histoire de l'aqueduc

    Au premier siècle de notre ère, Nîmes, colonie prospère, voit sa population approcher des 20 000 habitants. Au pied du mont Cavalier, la fontaine de Nemausus ne suffit plus pour alimenter en eau potable les besoins quotidiens de la ville, mais aussi les thermes, les fontaines et les nombreux jardins. On décide de construire un aqueduc pour acheminer l'eau provenant de la source d'Eure à Uzès vers le site nîmois : 50km de canalisations à percer et enfouir sous la terre. Sur le tracé de l'ouvrage le Gardon fut un obstacle sévère, résolu par la construction du Pont du Gard.

    Ouvrage utilitaire, le Pont du Gard était aussi un oeuvre de prestige, sensée marquer la supériorité de la civilisation romaine urbaine, alors au faîte de sa puissance et de son épanouissement.

    Le plus gros du chantier dura de 10 à 15 ans sous les règnes de Claude et de Néron, et moins de cinq ans pour le Pont du Gard. L'ensemble de l'aqueduc compte plusieurs centaines de mètres de tunnels, trois bassins et une vingtaine de ponts, dont le Pont du Gard reste le plus spectaculaire.

    L'aqueduc proprement dit est un chef-d'œuvre d'ingénierie, témoignage de l'extraordinaire maîtrise des constructeurs anciens : le dénivelé n'est que de 12 m pour une longueur totale de 50 kilomètres, soit une inclinaison moyenne de 24 cm/km ou encore 0,24 mm/mètre.

    Ces chiffres éloquents permettent de prendre la mesure de la prouesse technique réalisée par les ingénieurs romains qui ont donc dû faire preuve d'une grande précision pour permettre à l'eau de s'écouler par gravité jusqu'à Nîmes.

    Il serpentait dans les garrigues sur près de 50 km, contournant les collines ou les traversant par des conduits souterrains, franchissant les vallons par des ouvrages aériens.

    La construction du Pont nécessita 21 000 m3 de pierres, roches calcaires extraites dans les carrières romaines situées à proximité du site antique. Toutes les fondations, ancrées dans la roche, lui permirent de résister aux assauts du temps et aux crues redoutables du Gardon, les célèbres gardonnades.

    Il reste de nombreux vestiges de l'aqueduc dans la campagne environnante. Des sentiers balisés autour du Pont du Gard vous permettront de les découvrir.

  • Aquarius : à peine débarqués, des migrants victimes de viol instrumentalisés par la gauche

     

     

    Franceinfo pense avoir trouvé le moyen imparable de clouer le bec à ceux qui disent, partout en Europe, que la solution aux problèmes de l’Afrique n’est certainement pas l’émigration organisée, dans des conditions douteuses, d’une grande partie de sa population vers l’Europe, une Europe par ailleurs incapable d’assurer sans heurt l’intégration des millions d’immigrés précédents, comme le montre le développement des communautarismes. Jeudi, elle a diffusé un témoignage-choc de l’un des migrants de l’Aquarius révélant des pratiques barbares de viols sur les femmes et les hommes en Libye. Les mots sont crus, les réalités horribles.

    « En plein désert, ils nous ont rattrapés. [Notre guide] « a subi des abus. Ils l’ont sodomisé à tour de rôle. Ce n’était pas beau à voir. Ils prennent des comprimés pour booster leur libido, pour faire du mal. Ils vont vous détruire au maximum. »

    Franceinfo présente ce témoignage ainsi  dans son titre : « un rescapé de l’Aquarius brise le tabou des viols sur des hommes en Libye. »

    Plusieurs remarques s’imposent.

    D’abord, cette réalité n’est plus un tabou depuis qu’il y a un an un reportage l’a brisé. Oui, les passeurs africains et musulmans de Libye se comportent en véritables bourreaux et esclavagistes sanguinaires vis à vis des migrants provenant d’Afrique noire. La documentariste Cécile Allegra avait établi dans son enquête que la pratique systématique du viol fut d’abord le fait des milices sous Kadhafi avant d’être ensuite utilisée par ces passeurs. On est donc stupéfaits qu’à aucun moment devant ce témoignage personne ne pose la question du « ils », des responsables. Comme si cela gênait.

    Ensuite, cette réalité, loin d’inciter à la complaisance pour ces migrations dans lesquelles les ONG de l’Aquarius ne sont que le maillon d’une triste chaîne, devrait au contraire inciter nos gouvernants, au lieu de se démener tous les deux jours pour savoir où vont débarquer les Aquarius, à aller vraiment mettre de l’ordre en Libye. Où en est le projet mirobolant qu’Emmanuel Macron nous avait vendu il y a un an ?

    Enfin, il se serait bon que toutes les bonnes âmes qui veulent nous faire avaler leur politique migratoire à coup d’émotions aient aussi la même émotion, la même réactivité et le même militantisme quand il s’agit de femmes – ou d’hommes – européens qui sont agressés sexuellement, comme ce fut le cas à Cologne, par des hommes maghrébins le 31 décembre 2015, et, régulièrement depuis lors, par des migrants. Si je me souviens bien, il avait fallu plusieurs jours aux médias français pour commencer à s’intéresser à la parole des femmes agressées de Cologne. Dans les deux cas, il s’agit de viols et au minimum d’agressions sexuelles odieuses. La différence de traitement n’en est que plus scandaleuse.

    La gauche ne parvenant plus à nous vendre sa politique migratoire par la raison ne compte plus que sur l’émotion. Sauf que cette émotion, sélective et univoque, respire l’instrumentalisation grossière et ne persuade plus que les convaincus.

    Il faut cesser de pleurer sur les victimes – et surtout davantage sur les unes que sur les autres –, voir plus loin que le bout de son émotion et enfin s’attaquer aux responsables et aux causes. Mais là, pas certain que la gauche veuille regarder la réalité en face.

    BV