Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2016

Pétition pour un référendum sur le maintien ou non de la France dans l’Union européenne

 

 

 

Union européenne

 

http://www.ndf.fr/en-avant/24-06-2016/petition-pour-un-re...

 

Monsieur le Président,

Les Britanniques ont eu la chance de pouvoir s’exprimer sur leur avenir dans l’Union européenne. Mais pourquoi seraient-ils les seuls à pouvoir décider de leur sort? Nous vous demandons solennellement de bien vouloir organiser, avant les prochaines échéances électorales, une consultation des Français.

Si le Brexit nous concerne, comme les médias et les politiciens n’ont cessé de nous le dire au cours des dernières semaines, il est évident que le “Frexit” nous concerne encore bien davantage et il nous semble scandaleux que la classe politique prétende savoir mieux que nous ce qui est bon pour nous.

Comptant sur votre attachement à faire ce que le peuple français souhaite et non ce que des élites plus ou moins représentatives souhaitent pour lui, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre très haute considération.

NDF

 

 

02:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean-Claude Junker a vu des dirigeants d'autres planètes

01:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Coût du logement social : et si on parlait de l’immigration ?

HLM-600x399.jpg

 

 

IFRAP Logements sociaux

30/06/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Dans une étude récente de la fondation Ifrap consacrée au logement social à la française et intitulée Stopper la création de logements sociaux, le think tank libéral dénonce une politique trop coûteuse et peu efficace au détriment du secteur privé locatif, mais sans parler de l’immigration. « Les locataires les plus pauvres (premier décile de revenus) sont majoritairement logés dans le parc privé », s’indigne l’Ifrap, qui constate que si les logements sociaux sont de plus en plus nombreux en France (« Entre 1985 et 2011, on observe une augmentation de 53% du parc social »), ils ne permettent pas de subvenir à une demande qui a augmenté de 80 % en 13 ans. Cherchez l’erreur, et vous aurez une chance de la trouver dans les flux migratoires, non ?

Combien coûtent les logements sociaux en France ? 40 milliards d’euros par an sont dépensés chaque année pour le logement social en France, soit 2,3 % du PIB, deux fois plus que dans les autres pays européens. Les logements sociaux représentent 17 % du parc de logements, soit deux fois plus que la moyenne européenne qui s’élève à 8,6 %. Ils représentent exactement 5,3 % en Italie et 4,6 % en Allemagne.

Pourquoi se trouve‑t‑on dans une telle galère ? Selon l’Ifrap, cette situation est due en partie à l’article 55 de la loi SRU qui impose la création de 20 % puis de 25 % de logements sociaux dans les communes de plus de 3 500 habitants. « Se donner des objectifs de construction généraux sur tout le territoire n’a plus de sens », peut‑on lire dans l’étude qui dévoile un taux de vacance des habitations à loyer modéré alarmant. S’il s’élève en moyenne à 1,6 %, ce taux peut quasiment atteindre les 10 % dans certaines villes.

Comment pourrait‑on régler le problème aujourd’hui ? Selon l’Ifrap, il faudrait favoriser l’accession à la propriété, par exemple en facilitant la vente des logements à leur occupant. Ce serait en effet d’excellente politique mais une autre mesure s’impose : réduire la demande de logements sociaux en réduisant… l’immigration.

En Suisse, quand l’UDC calcule le coût de l’immigration, elle y intègre le coût de construction des logements, des écoles, des hôpitaux ou des routes pour subvenir aux besoins de cette population nouvelle. En France, jamais. Cherchez (encore) l’erreur.

01:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Julien Sanchez : « On peut bien vivre dans une ville Front national »

Sanchez-Julien-2-600x600.jpg

 Partager sur Facebook Tweeter

 

30/06/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Maire de Beaucaire (Gard), Julien Sanchez le clame dans un entretien accordé au quotidien Présent : « On peut bien vivre dans une ville Front national. » Le jeune maire FN explique : « Encore maintenant avant chaque élection, on l’a vu aux régionales, les politiques et les médias nous disent que si le Front national l’emporte ça va être l’apocalypse, qu’il n’y aura plus de relations économiques etc. C’est ce qui avait été dit sur nos villes. Aujourd’hui, chacun peut venir constater à Beaucaire que les entreprises ne sont pas parties, au contraire certaines s’y installent. On ouvre de nouveaux commerces, beaucoup de gens viennent participer à nos festivités, découvrir la ville, une ville d’art et d’histoire qui possède un secteur sauvegardé avec des bâtiments superbes. Nous prouvons chaque jour que nos adversaires ont tort. Le Front national a le souci de la bonne gestion, le souci de bien faire dans le sens de l’intérêt général et du bien commun. »

Propos d’un maire fier de son bilan ? Pas seulement. En 2014, Julien Sanchez avait été élu maire de la ville dans une quadrangulaire, avec 39,81 % des voix. Un an et demi plus tard, aux régionales de décembre dernier, la liste FN conduite par Louis Aliot y est arrivée très largement en tête du premier tour avec le score incroyable de 59,68 % ! Et dans l’intervalle, au printemps 2015, les électeurs du canton de Beaucaire avaient élu deux conseillers départementaux FN, qui avaient recueilli 59,70 % des voix au second tour.

Julien Sanchez prendra la parole le 9 juillet prochain aux BBR Grand Sud, au Pontet (Vaucluse), en compagnie de Marion Maréchal-Le Pen, Gilbert Collard, Louis Aliot, David Rachline, Stéphane Ravier, Philippe de Beauregard, Joris Hébrard, les principales figures du Front national dans le Sud.

 Publié le - Modifié le 30 juin 2016

01:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Attentat d'Istanbul : les kamikazes sont russe, ouzbek et kirghize

 

  • Par lefigaro.fr
  • Mis à jour
  • Publié
 

Le bilan du triple attentat s'est alourdi jeudi à 44 morts, parmi lesquels figurent 19 étrangers.

 La police turque a arrêté 13 suspects, dont trois étrangers, au surlendemain des attentats suicides à l'aéroport d'Istanbul qui ont fait 44 morts selon un bilan provisoire.

Le déroulement du carnage provoqué mardi soir à l'aéroport Atatürk commence à se clarifier. Les trois kamikazes ont ouvert le feu pour créer un mouvement de panique à l'extérieur de l'aéroport international, puis deux d'entre eux sont entrés dans le bâtiment du terminal où ils se sont fait exploser. Le troisième a actionné ses explosifs à l'entrée. Le bilan provisoire du triple attentat s'est alourdi jeudi à 44 morts, parmi lesquels figurent 19 étrangers. Au total, 239 personnes ont été blessées. L'attentat n'a pas été revendiqué mais les preuves réunies pour l'instant vont dans le sens d'une responsabilité de l'État islamique, a déclaré jeudi le ministre turc de l'Intérieur, Efkan Ala, devant le Parlement.

Les trois kamikazes sont de nationalité russe, ouzbek et kirghize, a annoncé jeudi un responsable du gouvernement turc interrogé par Reuters. Ce dernier a requis l'anonymat dans la mesure où les conclusions de l'enquête n'ont pas encore été publiées. Selon le quotidien Yeni afak, l'organisateur de l'attentat s'appelle Akhmed Tchataïev. L'homme d'origine tchétchène est présenté comme un chef de l'État islamique chargé de la formation des djihadistes russophones. Il est également recherché par les autorités russes. Le quotidien Hürriyet rapportait pour sa part que l'un des kamikazes était un combattant tchétchène nommé Osman Vadinov, qui serait venu en Turquie depuis Raqqa.

Perquisitions simultanées

Dans le cadre de l'enquête, la police turque a aussi arrêté 13 personnes, dont trois ressortissants étrangers, lors de perquisitions menées à Istanbul. Les forces spéciales de la police et les services de lutte contre le terrorisme ont lancé simultanément des perquisitions dans 16 lieux de la ville, ont indiqué deux responsables à Reuters. Neuf activistes présumés, qui auraient été en contact avec des membres de l'État islamique en Syrie, ont été interpellés lors de quatre opérations menées à l'aube à Izmir, grand port situé sur la mer Égée, a annoncé l'agence de presse Anatolie. Les personnes arrêtées sont accusées de financement, de recrutement et de soutien logistique en faveur de Daech.

La Turquie, longtemps accusée d'avoir fermé les yeux sur la menace constituée par l'État islamique, affiche aujourd'hui sa détermination à combattre l'organisation. Ankara vient d'ajuster ses règles militaires d'engagement pour permettre à ses alliés de l'Otan d'accroître leurs patrouilles aériennes le long de sa frontière avec la Syrie. Les autorités turques ont également organisé des perquisitions à plusieurs reprises dans des caches présumées de l'État islamique en Turquie.

(Avec agences)

00:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

1492: Découvrez si vous pouvez devenir espagnol

http://www.atlantico.fr/pepites/descendant-juifs-expulses...

00:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Nice: le Conseil d'état autorise l'ouverture d'une mosquée de 950m2 financée par l'Arabie saoudite

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/06/30/97001-201606...

00:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

30/06/2016

Italie : des clandestins en vacances aux thermes de Bormio payées par les contribuables

71846314670425579401467042625jpg.jpg

19h00

Une journée aux thermes entre piscine et bains délassants. Un groupe d’immigrés s’est ainsi payé l’entrée aux thermes de Bormio avec l’argent des contribuables italiens.

 

Un groupe de migrants venu d’Afrique sub-Saharienne s’est réjoui une matinée entre eau chaude et bains thermaux  dans les célèbres et prestigieuses thermes de Bormio. Depuis la publication des photos de ces migrants sur Facebook, la polémique enfle. Est-ce qu’ils étaient invités ou bien clients ? Renato Fuchs, président de Bormio Thermes a dû faire un communiqué même s’il ne comprend pas le pourquoi de cette polémique. (…)

23:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Carla Bruni-Sarkozy : « J’aime les bâtards »

1606302055310117.jpg

17h26

 

« Je suis une bâtarde et j’aime bien les bâtards d’ailleurs. Mon mari aussi est un genre de sang-mêlé, il ne ressemble en rien à ces élites comme on dit, il ne fait pas partie de l’establishment et j’adore ça ! »

Le Figaro Madame

Merci à anargyre

 

23:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Déplacement ENL à Hastings (Angleterre) après le Brexit

FN

21:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Un obscur député radical-socialiste s’oppose au nouveau statut de Civitas, devenu un parti politique

 

Lire la suite

21:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

JOURNAL TVLibertés DU JEUDI 30 JUIN 2016

21:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Un référendum pour le « Dexit » en Allemagne interdit à cause d’Hitler ?

1403862318499_cached-1550x660.jpg Hitler.jpg

 

Hitler ayant abusé des référendums durant les années 1930 à 1940, un référendum sur le plan national s’avère impossible en Allemagne.

Alors que le vent de la fronde souffle sur l’Occident mondialisé - les Anglais ont montré le chemin - les Allemands, eux, semblent bien interdits de référendum à cause de… Hitler !

C’est le Mirror britannique qui rappelle que, Hitler ayant abusé des référendums durant les années 1930 à 1940, et même s’il en existe de nombreux au niveau local, un référendum sur le plan national s’avère impossible en Allemagne, qui n’en a jamais organisé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La loi allemande ne les prévoit qu’en cas de changement de Constitution ou de territoire.

Pourtant, le chef de l’AfD (Alternative für Deutschland) de Thuringe, Björn Höcke, a déjà avancé l’exigence d’un référendum sur le Dexit. Au Parlement de Brandebourg, au sein de la fraction d’Alexander Gauland de l’AfD, Franz Wiese, porte-parole pour les Affaires européennes, tire à vue : « L’AfD siégera l’année prochaine au Bundestag, le Dexit sera alors mis au programme. » Comment compte-t-il s’y prendre ?

L’ancien patron de la Confédération des industries allemandes (BDI), Hans-Olaf Henkel, écrivait, peu de temps avant le Brexit, en se référant au général de Gaulle : « Si les Anglais votent pour le Brexit, nous, Allemands, devrons voter pour le Dexit. » Déclaration d’une voix autorisée qui pourrait devenir le pire des cauchemars de Merkel tout autant que le bonheur des peuples qui reprendraient leur liberté.

En 2004, une majorité d’Allemands était désireuse de se prononcer sur l’Union européenne : cela aurait-il changé, 12 ans plus tard, avec une politique migratoire démente et tout ce que cela a entraîné depuis les taharrushas de la nuit de la Saint-Sylvestre ? Il semblerait que non, puisque l’AfD se sent à nouveau pousser des ailes. Elle représente environ 14 % des voix sur tout le territoire (malgré les crises internes d’ego), quand CDU-CSU comptent 30 % ensemble et 13 % pour le SPD. Die Linke représente 11 % et la désormais insignifiante FDP, qui jadis faisait et défaisait les rois, seulement 8 %.

Du coup, l’AfD croit en ses chances ! Et pourtant, le système allemand pourrait bien devenir un copier/coller du système français, en mettant en œuvre un « Tout sauf l’AfD ! », comme le « Tout sauf le FN, pire que les tueurs islamiques ! ». Si jamais un référendum pouvait être organisé, il est fort à craindre que les coalitions se rassembleraient pour tâcher de battre l’AfD. Dans ce cas, il ne resterait plus qu’à lancer une véritable pétition européenne, honnête celle-ci, afin que les Allemands, malgré Hitler, puissent voter, 70 ans après, pour la première fois, pour le bien de l’Europe et se prononcer en toute liberté sur un Dexit !

BV - 30 06 2016

20:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L'inversion de la courbe du QI

http://www.fdesouche.com/743531-linversion-de-la-courbe-d...

04:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO - L'île Lewis (Hébrides - Ecosse)

Regardez en plein écran!

(Merci à Dirk pour cette magnifique vidéo)

C'est à l'île Lewis qu'est née Mary Anne Mac Leod, la mère de Donald Trump qui est donc à demi écossais.

 

04:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Éric Zemmour sur le Brexit : "L’insurrection des peuples menace les élites occidentales"

https://youtu.be/Ac66_-Pbt34

E&R

02:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Dantec ou la bonne parole

 

Inventeur du « cyber-polar », l’écrivain Maurice G. Dantec  vient de mourir à l’âge de 57 ans, d’une crise cardiaque .

Son œuvre (“La Sirène rouge”, “Les Racines du mal”) fit l’effet d’une bombe à ses débuts, puis évolua vers un certain mysticisme alors que ses sympathies pour les points de vue « dissidents » lui valurent l’hostilité médiatique.

Voici de quoi il fut capable à la télévision.

Ecoutez !

 

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

JOURNAL TVLibertés DU MERCREDI 29 JUIN 2016

00:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Brexit: le maire de Londres veut une "place" à la table des négociations

sadiq-khan-outlined-his-plan-to-put-london-tech-sector-on-a-par-with-san-franciscos.jpg

Alors que 51,9% des Britanniques ont voté en faveur d’une sortie de l’UE, 59,9% des Londoniens se sont prononcés pour un maintien dans le giron européen. Ce qui a fait dire au maire musulman de la capitale britannique, Sadiq Khan, lors d’une conférence économique, selon une retranscription de son discours publiée sur son site internet, que Londres doit disposer d' »une place entière à la table des négociations ».

175.000 signatures pour l’indépendance de Londres!      

« Rester dans le marché unique doit être la priorité numéro une, deux et trois de nos négociations avec l’UE », a déclaré le maire de Londres. « Je ne prends pas au sérieux la question d’une indépendance de Londres. Je n’envisage pas de dresser des postes frontières sur la M25 », l’autoroute qui contourne Londres, a-t-il dit par ailleurs, réagissant à des appels à l’indépendance de Londres. « Mais au nom de tous les Londoniens, j’exige plus d’autonomie pour la capitale dès maintenant », afin notamment de protéger l’économie de la ville, a-t-il ajouté. Lancée après l’annonce des résultats du référendum vendredi, une pétition en ligne exhortant Sadiq Khan à prononcer l’indépendance de Londres -pour pouvoir réintégrer l’Union européenne- a récolté quelque 175.000 signatures.

BV

00:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

29/06/2016

Un vin vieux de plus de 6 000 ans retrouvé en Grèce

3180501.jpg

 

29/06/16 à 12:14 - Mise à jour à 12:15

Des chercheurs avaient découvertdes cruches anciennes en terre en 2010. L'examen de ces cruches a révélé la présence de traces d'un vin vieux de plus de 6 000 ans. Ce serait le plus ancien vin jamais découvert.

© REUTERS

C'est dans le nord de la Grèce, à Dikili Tash, un site archéologique situé près de la cité de Phillipes, que plusieurs cruches antiques avaient été découvertes, en 2010, enterrées dans la terre. Six ans plus tard, des scientifiques de l'Université Aristote de Thessalonique et de l'Ecole Normale Supérieure ont décidé de procéder à un examen chimique de ces cruches. Ils ont gratté la poudre d'argile présente au fond des jarres et l'ont analysée grâce à divers procédés.

Ces examens se sont révélés positifs puisqu'ils ont démontré la présence de traces de vin préhistorique datant de 4 300 ans avant J.C. En outre, en explorant les environs, les archéologues avaient aussi découvert des restes de raisin écrasé, ce qui les avait amenés à déduire que les fermiers de l'époque savaient déjà produire du vin et du jus de raisin. Les résultats de cette découverte ont été publiés dans la revue Journal of Archaeological Science.

Les procédés qui ont été mis en oeuvre diffèrent de ceux habituellement utilisés pour ce type d'analyse. En effet, les précédentes études se basaient sur la présence de traces chimiques de raisin dans les cruches, tandis que l'analyse réalisée par les scientifiques grecs a cherché à révéler des marqueurs appartenant au jus de raisin et résultant d'un processus de fermentation (acides pyruvique et succinique).

Ces analyses permettront, selon les experts, de mieux comprendre l'histoire de la viticulture et de la consommation du vin dans les civilisations antiques.

Par F. Ca.

21:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)