Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

GAELLE MANN

  • JT TVLibertés 22 OCTOBRE 2018

  • Créteil : la prof, la racaille et un flingue, par Pierre Malpouge

    racaille-prof_9223-p2-pm-500x611.jpg jeune élève noir.jpg

     
     
     
     

    Depuis jeudi dernier, la vidéo partagée sur les réseaux sociaux fait le tour des rédactions. Comme dans un film de série B ou dans un jeu vidéo violent, on y voit un « jeune » mineur âgé de 16 ans – qui, comme les images le montrent, et sans vouloir faire d’amalgame, n’a rien d’un Gaulois aux longues tresses blondes – braquer un pistolet sur la tempe de son professeur.

    La scène, qui a suscité l’indignation, s’est déroulée au lycée Edouard-Branly de Créteil. Ce jeudi matin, l’élève braqueur arrivé en retard à un cours de biotechnologie ordonne au professeur, pistolet en main, de rayer la mention « absent » de son carnet de présence et de le noter « présent » pour ne pas avoir de problème avec son père. Durant toute la scène, filmée à l’aide du téléphone portable d’un élève de la classe, on peut voir ses camarades de classe rigoler comme des bossus et faire des doigts d’honneur face à la caméra.

    Le pistolet était factice mais l’acte de violence est, lui, bien réel. Depuis qu’Emmanuel Macron s’affiche et joue les « frotteurs » aux côtés de dealers et de repris de justice multirécidivistes comme on a pu le voir lors de sa visite sur l’île de Saint-Martin, les racailles « jeunes » ou moins jeunes se sentent-elles pousser des ailes face au laxisme politique et judiciaire ? Si ce genre de scène d’agression violente n’est pas une nouveauté dans l’enceinte des établissements scolaires (tout comme à l’égard des policiers), elle prouve, s’il en était encore besoin, que dans de nombreux quartiers les racailles, toujours les mêmes, sont bien installées et n’ont peur de rien ni personne. A commencer des profs dont il faut dire, sans vouloir être vieux jeu, que l’allure et la tenue vestimentaire de certains n’incitent guère au respect.

    Vendredi, une enquête menée par les policiers du commissariat de Créteil a été ouverte après que le professeur a déposé plainte. Deux « jeunes » apparaissant sur la vidéo ont été placés en garde à vue. Le braqueur, mis en examen pour violences aggravées, risque, nous dit-on, trois ans de prison. Etant donné qu’il est mineur il a toutes les chances de risquer tout au plus une remontrance, quelques mois de travail d’intérêt général et quelques jours d’exclusion du lycée.

    Dans une France où l’ultraviolence est du fait de « jeunes » de plus en plus jeunes sans que rien ne bouge, pas sûr que les beaux discours de fermeté d’Emmanuel Macron et de son nouveau ministre de l’Intérieur Christophe Castaner qui, sans jamais oser avouer d’où est issue cette violence, veut « reconquérir mètre carré par mètre carré la souveraineté républicaine », ni même l’annonce par le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, d’un « plan d’action pour rétablir l’ordre », soient à la hauteur de l’enjeu.

    Pierre Malpouge

    Article paru dans Présent daté du 22 octobre 2018

  • Perpignan (66) : une femme de 91 ans agressée par une voleuse de 12 ans

     

    19h49

    Alors qu’elle sortait d’un magasin Super-U à Perpignan, une personne âgée de 91 ans a été victime d’un vol à l’arraché et violemment projetée au sol rapporte France Bleu Roussillon. Le vol a eu lieu alors que la personne venait de terminer ses courses et avait encore son porte-monnaie dans la main.

    A ce moment-là, une jeune femme a foncé sur elle pour lui prendre l’objet, moment où « la victime a été déséquilibrée et a chuté lourdement au sol, sa tête heurtant le bitume de plein fouet » explique la police. La personne de 91 ans a été prise en charge par les pompiers et transportée aux urgences.

    Aussitôt alertée, plusieurs effectifs de police ont quadrillé le quartier avec un signalement précis de la jeune fille. Ils sont parvenus à l’interpeller en compagnie d’une complice et finalement découvert qu’elle n’avait que 12 ans. Déjà connue des services police pour plusieurs infractions, la jeune fille a été orientée vers un hôpital psychatrique dans un « état de surexcitation avancée ». Sa complice sera quant à elle jugée en février au tribunal correctionnel de Perpignan.

    Le Figaro

     
    Royaume-Uni : le nombre de blessés graves dans des attaques au couteau a augmenté de 34 % en deux ans
     
     
     
  • Espagne : l'État islamique recrute en Prison

     

    par Soeren Kern  •  22 octobre 2018

    Facebook  Twitter  Addthis  Transmettre  Imprimer
    • Le réseau – que le ministère de l'intérieur espagnol nomme le « Front Prison » des djihadistes (« Frente de cárceles ») – a pour mission de recruter, endoctriner et radicaliser d'autres détenus, dans le but de monter de nouvelles attaques.

    • « Nous voulons nous préparer au djihad pour Allah. J'ai une bonne nouvelle : j'ai créé un nouveau groupe et tous sont prêts à mourir pour Allah à tout moment. Nous nous y attellerons dès notre libération. Nous avons des hommes, des armes et des cibles. Tout ce qui nous manque, c'est la pratique. » - Mohamed Achraf, lettre de prison à un autre détenu.

    • « La majorité des djihadistes ayant fait l'objet d'une enquête, loin d'être déradicalisés, sont restées actifs. Et leur incarcération a contribué à les radicaliser plus encore ». - Ministère de l'intérieur espagnol.

    Le 1er octobre, la police antiterroriste espagnole a perquisitionné la cellule de Mohamed Achraf au pénitencier de Campos del Río à Murcie. Elle a découvert qu'il était à la tête d'un réseau « discipliné et organisé » de détenus djihadistes dont la mission était le recrutement et la radicalisation d'autres détenus, ainsi que la préparation d'attaques contre des cibles spécifiques. (Source : Ministère de l'intérieur espagnol)

     

    La police espagnole a démantelé un réseau djihadiste opérant de manière coordonnée sur plus d'une douzaine de prisons espagnoles. Le réseau, apparemment lié à l'État islamique, a été initié et piloté - au nez et à la barbe des autorités pénitentiaires - par l'un des plus implacables djihadistes du système pénitentiaire espagnol.

    L'existence de ce réseau a jeté le doute sur l'efficacité des procédures de sécurité dans les prisons espagnoles, mais également sur les programmes espagnols de « déradicalisation » qui cherchent à « réhabiliter » les militants islamistes en vue d'une éventuelle « réinsertion » dans la société.

    Gatestone

  • Mexique : des milliers de migrants honduriens s’apprêtent à franchir la frontière des Etats-Unis (MàJ : Réaction de Trump)

     

    21h25

    Trump remercie le nouveau président du Mexique de garder sa frontière contre les migrants, accuse les Démocrates d’encourager des millions de clandestins à submerger les Etats-Unis, et rappelle que le mur est en construction (3.2Mds$ déjà votés).
    – 20 et 21 octobre 2018


    «Les autorités mexicaines ont repoussé les migrants sous la pression de Donald Trump : “Beaucoup de ces gens sont des criminels, de vrais durs, et je n’en veux pas dans notre pays ! Il nous faut un mur, et il faut le construire très vite.”»
    – France 2, 20 octobre 2018, 20h)


     


    Des milliers de Honduriens sont comme suspendus entre deux frontières. Ils sont agglutinés sur un pont depuis plus de 24 heures, dans l’attente que les gardes-frontières mexicains leur ouvrent les portes de leur pays. Le but des Honduriens : rejoindre les États-Unis. « Nous ne sommes pas de mauvaises personnes, explique l’un d’eux. Nous avons fui notre pays et nous voulons travailler. » Cette marche vers l’Amérique du Nord a été entamée la semaine du 8 octobre après un appel lancé sur les réseaux sociaux. Ainsi, 4.000 Honduriens ont décidé de quitter leur pays, miné par la violence et où 68% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté.

    À pied ou en bus, ils ont parcouru près de 700 kilomètres jusqu’à la frontière mexicaine. Vendredi 19 octobre, certains ont forcé une clôture côté Guatemala et se sont engagés sur un pont entre les deux pays. Mais ils ont été repoussés par les autorités mexicaines, sous la pression notamment de Donald Trump. « Beaucoup de ces gens sont des criminels, de vrais durs et je n’en veux pas dans notre pays« , a-t-il déclaré en rappelant sa volonté d’ériger un mur.

     
  • British Airways, ou comment remettre certains à leur place…

     

     

    Un marocain d’une trentaine d’année constate qu’il est assis à côté d’un prêtre.
    Il trouve la situation très ennuyeuse et appelle l’hôtesse.

    L’hôtesse :

    - “Que puis-je faire pour vous ?”

    Le marocain :

    - «Vous ne voyez donc pas que je suis placé à côté d’un prêtre…
    Je ne veux en aucun cas être placé à côté d’un être qui appartient à cette répugnante religion. Cherchez moi une autre place.»

    L’hôtesse :

    - «Calmez-vous, monsieur». Toutes les places ont été réservées dans cet avion. Mais je vais voir si nous trouvons une solution.

    Quelques minutes plus tard, l’hôtesse revient et dit :

    - «Comme prévu, il n’y a plus de place en classe économique…
    Après en avoir référé au pilote, celui-ci admet qu’il reste une place en classe business mais aussi une en first class.

    Avant que le marocain n’ait ouvert la bouche…

    L’hôtesse ajoute :

    - «La compagnie n’a pas pour habitude de déplacer un voyageur de la classe économique vers la ‘first class’. Mais vu les circonstances, le commandant de bord trouve en effet, qu’il serait honteux de laisser quelqu’un à côté d’une personne comme vous dites ‘aussi ignoble’.»

    À ce moment, elle se tourne vers le prêtre et dit :

    - «C'est pourquoi, monsieur, je vous prie de prendre vos bagages, il y a un siège en 'first class' pour vous.»

    C’est l’instant où les passagers se sont tous levés pour applaudir, ils avaient suivi les échanges avec intérêt.

    Ceci s’est réellement passé à bord de la British Airways et a été magistralement résolu par son personnel !
    (Cathophobes, les Anglais ?)
     
    (merci à Dirk)

     

  • F0LHUMOUR

    43383199_1422644524545889_8825773548325830656_o.jpg doigt.jpg

    menhir001.jpg gaulois réfractaire.jpg

    sauvetage001-copie.jpg façade Brigittte.jpg

    mig001.jpg terre promise.jpg

    moise001.jpg Moïse.jpg

  • Aquarius : SOS Méditerranée va porter plainte pour diffamation, apologie de la violence et propos racistes et haineux

     

    J-1

    Après l’attaque du siège de l’association, le 5 octobre à Marseille, 22 assaillants ont déjà été mis en examen pour « violences en réunion, séquestration, participation à un groupement en vue de commettre des violences, enregistrement et diffusion d’images violentes ».

    SOS Méditerranée va se constituer partie civile dans le cadre de l’information judiciaire en cours contre les personnes qui ont attaqué son siège à Marseille le 5 octobre dernier, annonce l’association dans un communiqué diffusé mercredi 17 octobre. Elle annonce également poursuivre ceux qui ont tenu des propos diffamatoires ou haineux pendant cette attaque, ainsi que ceux qui les ont relayés.

    SOS Méditerranée et ses salariés demanderont la réparation de l’ensemble des préjudices, physiques, matériels, moraux, psychologiques subis.
    SOS Méditerranée dans un communiqué

    L’avocat de l’association, Maître Sébastien Mabile, a notamment évoqué, dans ce communiqué, des propos accusant SOS Méditerranée d’être « complice des réseaux de passeurs ou de trafic d’êtres humains ».

    Ces allégations « tombent sous le coup de la loi pénale dès lors qu’elles portent atteinte à l’honneur et à la considération de SOS Méditerranée », a-t-il précisé. « Des poursuites seront intentées contre toute personne ayant fait l’apologie de cette attaque et/ou ayant repris les messages diffamatoires », a ajouté Sébastien Mabile.

    22 assaillants ont déjà été mis en examen pour « violences en réunion, séquestration, participation à un groupement en vue de commettre des violences, enregistrement et diffusion d’images violentes ».

    francetvinfo.fr

     
  • Locaux de SOS Méditerranée envahis : 56 personnalités demandent l’abandon des poursuites contre Génération Identitaire

     

    11h10

    Le 7 octobre, des membres de Génération identitaire ont brièvement envahi les locaux de l’association d’aide aux migrants SOS Méditerranée, déployant une banderole dénonçant l’aide aux clandestins apportée par l’ONG. Une opération qui a valu à 22 d’entre eux d’être immédiatement arrêtés par les forces de l’ordre et d’être mis en examen pour « violences en réunion », « séquestration », « participation à un groupement en vue de commettre des violences » et « enregistrement et diffusion d’images violentes ». Aujourd’hui, 56 personnalités, parmi lesquelles l’ex-ministre Thierry Mariani, le maire de Béziers Robert Ménard ou encore l’élu de Paris Charles Beigbeder, cosignent un appel à abandonner les poursuites contre les membres de Génération identitaire.

    Tribune signée par : Louis Aliot, Député RN des Pyrénées-Orientales ; Marie-Christine Arnautu, Députée Européen du RN ; Viktor Auber, Président Académia Christiana ; Wilfried Baron, Responsable départemental des Jeunes LR de la Nièvre ; Charles Beigbeder, Entrepreneur et élu de Paris, Président de la fondation « Le Pont Neuf » ; Guillaume Bernard, Historien de droit, Politologue ; Stéphanie Bignon, Présidente de Terre et Famille ; Jacques Bompard, Maire d’Orange (Ligue du Sud) ; Marie-Claude Bompard, Maire de Bollène (Ligue du Sud) ; Yann Bompard, Conseiller départemental de Vaucluse (Ligue du Sud) ; François Bousquet , Rédacteur en chef de la revue Eléments, Gérant de « La nouvelle librairie » ; Christine Boutin, Ancienne ministre, membre honoraire du Parlement ; Claude Chollet, Président de l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique ; Thibaud Collin, Philosophe et essayiste ; Paul-MarieCouteaux, Haut fonctionnaire, essayiste et homme politique français ; Alain de Benoist, Philosophe et essayiste ; Jacques de Guillebon, Essayiste, directeur de la rédaction de L’incorrect ; Florent de Kersauson, Président fondateur de Nestadio Capital ; Quentin de Lacoste, Porte Parole de Racines d’Avenir (LR) ; Guillaume de Thieulloy, Politologue ; François de Voyer, Président de « Audace » ; Charles de Williencourt, Responsable Jeunes de l’Avant Garde ; Thierry Devige, Secrétaire général de « Audace » ; Aymeric du Chambon, Responsable jeunes de la Vienne du parti Chrétien-Démocrate ; Cédric Dudieuzère, Adjoint à la mairie du 7ème secteur de Marseille, RN ; Xavier Fruleux, Conseiller départemental de Vaucluse (Ligue du Sud) ; Marie-Thérèse Galmard, Conseiller départemental de Vaucluse (Ligue du Sud) ; Emmanuelle Gave, Directrice de l’Institut des Libertés, candidate aux Européennes 2019 sur la liste des Amoureux de la France ; Charles Gave, Economiste, financier, écrivain et entrepreneur français ; Vivien Hoch, Docteur en philosophie et entrepreneur ; Sébastien Jallamion, Président de l’association « Andèle », écrivain ; Michel Janva, Rédacteur en chef du site « Le salon beige » ; Patrick Jardin, Père de Nathalie Jardin, tuée par des terroristes islamistes au Bataclan ; Baptiste Laroche, Porte-parole des jeunes du parti Chrétien-Démocrate ; Christelle Lechevalier, Députée Européen du RN ; Rémi Ledoux, Délégué Jeunes LR 8e circonscription du Pas-de-Calais ; Quentin Limongi, Président de la « Cocarde Étudiante » ; Marie-France Lorho, Députée (Ligue du sud) ; Thierry Mariani, Ancien ministre, Membre honoraire du Parlement (LR) ; Barbara Mazières, Présidente du cercle Anjou conférence ; Emmanuelle Ménard, Députée de l’Hérault ; Robert Ménard, Maire de Béziers ; Jean Messiha, Haut-fonctionnaire ; Charles Millon, Ancien ministre de la Défense, Président de « L’Avant-Garde » ; Paul Nafilyan, Avocat au Barreau de Paris ; Frédéric Pichon, Avocat au Barreau de Paris ; Joseph Poidevin, Secrétaire général des jeunes du parti Chrétien-Démocrate ; Jean-Frédéric Poisson, Président du Parti Chrétien-Démocrate ; Stéphane Ravier, Sénateur RN ; Julien Rochedy, Ancien président du FNJ, entrepreneur ; Jean Servin, Président des jeunes du Parti Chrétien-Démocrate ; Erik Tegner, Président de Racine D’avenir (LR) ; Mylène Troszczynski, Députée Européen (RN) ; Christian Vanneste, Député honoraire du Nord, Président du RPF et de La Droite Libre.

  • Wargon, Mélenchon, Castaner, Benalla, Antilles : Macron en fuite

     

    Wargon Mélenchon Castaner Benalla Antilles Macron Fuite
     
    Rien ne sourit à Macron depuis l’affaire Benalla. Deux de ses nouveaux ministres, Wargon et Castaner sont déjà contestés. Son braqueur chouchou des Antilles est condamné. Mélenchon fait son cirque. C’est une vraie fuite médiatique en avant vers la catastrophe.
     
    Attention Emmanuel, piège à éléphants droit devant ! Attention, râteau qui traine ! Attention, escadrille de tartes à la crème à dix heures ! Le président Macron ressemble à un héros de jeu vidéo qui doit coordonner ses mouvement avec ceux d’obstacles monstrueux placés sur son chemin et qui soudain les prendrait tous en pleine tête, à un pneu de vélo qui ramasserait tous les clous de la route. Pas le temps de boucher une fuite d’une rustine qu’une autre fuite vous met à plat. Le Jupiter qui survolait le monde voilà un an finit en comique de dessin animé.
     

    Enfants chéris de la République, Benalla, doigt d’honneur et trafic de drogue

     
    Ça a commencé cet été avec Benalla. Un voyou de la république comme l’adolescent Macron, grandi dans les bons sentiments et l’humanitaire appliqué à la personne, les aime. On a lu Dickens et Gilbert Cesbron et ça vous retombe sur les doigts. Macron a voulu accompagner un destin atypique, il se le remange en ragoût tous les soirs dans la cuisine de l’Elysée. Cette affaire de rien montée par la presse qui l’a porté au pouvoir, le Monde en tête, exaspère Macron mais il ne peut rien pour l’arrêter, elle ruisselle, selon sa théorie (ce garçon a trop rêvé de Formule 1 et d’anniversaires de stars) : un champagne catastrophique ruisselle de coupe en coupe. Avant hier, c’étaient ses rappeurs trans en résille le soir de la fête de la musique. Hier, ses copains des Antilles, enfants chéris de la république, lui ont causé bien du souci. L’un avec un doigt d’honneur, l’autre vient de se faire condamner comme récidiviste pour « détention de drogue ». 24 « pochons de cannabis », c’est une jolie consommation personnelle, même pour un gros fumeur.
     

    Mélenchon, bad Boy de la Macronie en fait trop

     
    Même chose pour Mélenchon. Le parquet, c’est-à-dire la chancellerie, c’est-à-dire le garde des sceaux, c’est-à-dire le pouvoir exécutif, c’est-à-dire Macron lui-même, lance une enquête préliminaire sur lui. Sur des faits qu’il conviendrait d’étayer. Il ordonne une perquisition à cet effet. Parfait. A son poste de préfet du mondialisme en France, Macron participe à la mise au pas de l’échelon politique par les juges. Il utilise contre un parlementaire une procédure conçue pour des voyous. C’est-à-dire qu’en dépit de la présomption d’innocence il instille dans l’esprit public l’idée que le perquisitionné n’est peut-être pas positivement coupable de tout ce dont on l’accuse, mais qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Jusqu’ici ça va. Mélenchon, lui, joue nickel sa grande scène de l’indignation démocratique. Très bien, ça le regonfle pour les Européennes, c’est ce que Macron visait aussi. Hélas, le bad buzz est si fort que les pontifes des médias finissent par se demander si la procédure est bien démocratique, s’il est si bon que ça que les juges mettent leur nez partout, policiers, donneurs de leçons et dictateurs. Le tour finit mal. Comme si la colombe lançait son guano sur la tête du prestidigitateur.
     

    Castaner, le grand frère noceur de Macron, choque le sénat

     
    Quant à ses ministres. Macron a mis deux semaines à les trouver. Ils sentent le fond de tiroir et le service commandé par l’ambition. Au résultat, ce n’est pas le premier prix de beauté ! Castaner, avec sa tête de grand gentil mou retour de noce, premier flic de France copain d’un caïd de la pègre qui ne mourut pas dans son lit, se fait rembarrer faut voir comme par le Sénat : tout le groupe républicain quitte la salle pour protester contre une de ses réponses. Du jamais vu. Le Luxembourg n’est pas le palais Bourbon : pour les faire se lever, les pères conscrits, il faut qu’il y ait du bon à la buvette, ou qu’ils se sentent aussi profondément blessés dans leur dignité républicaine que Mélenchon. 
     

    Un Wargon d’huile de Palme et de Danone : à quand le retour de Cahuzac ?

     
    Reste la petite Emmanuelle Wargon, au ministère de l’Ecologie. Elle est gentille, c’est la fille de Lionel Stoleru, sous ministre sous Giscard, elle a la même bouille étonnée que son papa. Bon chien chasse de race, elle ne se prive pas pour être intempestive. Pas plus tard qu’en juillet, elle tressait des louanges de l’huile de palme « la meilleure pour le lait des bébés ». Je n’ai sur la question aucune opinion, mais, pour un ministre vert, ça fait tache, un peu comme si elle proposait d’augmenter l’émission de CO2 de 30 % d’ici à 2025. 
     
    En plus, elle vient d’être lobbyiste chef chez Danone. Après Castaner, c’est une autre Vidocq. Elle vient de passer des années à influencer l’Etat au profit d’un géant agro-alimentaire, elle est passée de l’autre côté, elle va profiter de son habitude du cambriolage pour pincer les monte-en-l’air en fuite ou en opération. 
     
    On se demandait comment Macron a sélectionné ses ministres, on a trouvé. Il n’a qu’à mettre un failli à l’économie, un objecteur de conscience à la Défense, un Cahuzac à la fraude fiscale, une Taubira à la justice et ainsi de suite. Mon pauvre Macron, je ne sais pas quand tu comptes arrêter ta séquence catastrophe, mais celle de la France n’est pas près de finir.
     

    Pauline Mille

    REINFORMATION TV

  • JT TVLlibertés 18 octobre 2018

  • Invasion migratoire : Une vague de 1000 clandestins chaque mois à Nantes

    Invasion migratoire : Une vague de 1000 clandestins chaque mois à Nantes

    Posted: 16 Oct 2018 11:27 PM PDT

    17/10/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Lors du conseil municipal de Nantes vendredi dernier, une rallonge budgétaire de 4 millions d’euros a été votée. Celle-ci était dévolue à la « mise à l’abri » des 698 migrants illégaux du square Daviais dans des gymnases jusqu’au moins la fin [...]

    The post 

    Invasion migratoire : Une vague de 1000 clandestins chaque mois à Nantes appeared first on :: Novopress.info - arme de réinformation massive.

  • Si on prenait le temps du 15/10/2018

    Le regard de Marine Le Pen sur l'actualité

  • Saint-Martin : l’homme qui posait avec le président, interpellé dimanche pour possession de stupéfiants

     

    17h54

     

    C’est une affaire qui fera certainement encore du bruit sur le plan national. Le jeune Reaulf. F plus connu sous le nom de Raul, qui était au centre d’une polémique avec la parution de sa photo avec le président Macron, a été interpellé dimanche pour possession de stupéfiants à Quartier d’Orléans. Il aurait tenté de prendre la fuite, selon nos informations, et se serait rebellé. Il sera présenté en comparution immédiate ce matin au tribunal correctionnel de Marigot.
    Sans pouvoir déterminer avec certitude qu’il s’agit d’un lien direct, depuis le passage de président, de nombreux contrôles de gendarmerie sont effectués dans les résidences du territoire et notamment à Quartier d’Orléans sur réquisition judiciaire du procureur. Une réquisition qui permet aux forces de l’ordre de contrôler les biens, les véhicules et les personnes. Parallèlement, les gendarmes disposent également d’une réquisition permanente de la Semsamar pour rentrer dans les lieux communs de son parc locatif.

    Le 13 novembre dernier, les gendarmes procèdent à une série de contrôles à Grand Case dans le cadre d’une réquisition du procureur pour une opération visant à contrôler les armes et les stupéfiants. Un homme, un Dominiquais, est alors arrêté par les forces de gendarmerie qui aperçoivent rapidement le canon d’une arme à feu sous…

    Dans un texte envoyé aux rédactions de Saint-Martin, trois députés Corse : Jean-Félix Acquaviva, Michel Castellani et Paul-André Colombani, adressent un message de soutien aux Saint-Martinois : «En notre qualité de députés de Corse, nous tenons à exprimer notre amitié et notre solidarité aux populations des Antilles et à leurs…

    Le 30 septembre 2013, lors d’un contrôle au centre de tri de la Poste à Concordia par les agents des douanes, ils découvrent un colis de plus de 4 kg expédié le 26 septembre à destination de l’Australie. A l’intérieur, se trouve un autocuiseur et 9 sachets de cocaïne, pour un total d’un peu plus d’1 kg de drogue. Les recherches…

    (Merci à Saskia)

  • ZEMMOUR 1 - CSA 0

    Eric-Zemmour-600x400-1.jpg Zemmour.jpg

    Zemmour 1 – CSA 0

     
     
     
     

    17/10/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
    C’est une bonne nouvelle pour la liberté d’expression ! Le Conseil d’Etat a donné une bonne claque au Conseil supérieur de l’audiovisuel, présidé par Olivier Schramek. Le juge administratif suprême a fait droit, lundi dernier, au recours pour excès de pouvoir de la station de radio RTL France. Ce recours était dirigé contre la décision de mise en demeure par laquelle le CSA reprochait à RTL des propos tenus par Eric Zemmour dans l’émission « On n’est pas forcément d’accord ».

    Les maîtres censeurs du CSA estimaient que, en critiquant un « putsch judiciaire » des juridictions suprêmes qui rendaient impossible toute différence de traitement au nom du principe de non discrimination, le journaliste avait manqué aux devoirs de la radio de promotion des « valeurs d’intégration et de solidarité qui sont celles de la République ».

    Le Conseil d’Etat a au contraire estimé que, compte tenu du principe constitutionnel de la liberté de communication des pensées et des opinions, le CSA ne pouvait imposer à la station « de prohiber sur son antenne toute critique des principes et des valeurs républicains ».

  • JT TVLibertés 17 OCTOBRE 2018

  • Archéologie : découverte d’un sublime sanctuaire à Pompéi, un graffiti remet en question la date de la destruction de la ville Par Koba le 16/10/2018

    23h29

    Il va falloir corriger la date dans les livres d’Histoire. A Pompéi, des archéologues ont découvert un graffiti qui semble confirmer que la ville romaine a été ensevelie par l’éruption du Vésuve en octobre 79 et non en août, selon des médias italiens.

    Dimitri Tilloi@DimitriTilloi
     
     

    Découverte très importante à Pompéi : une inscription du 17 octobre 79. On savait déjà que l’éruption n’avait pas eu lieu le 24 août comme on le lit encore souvent, mais là c’est une preuve de plus et qui donne une idée plus précise de la date. Un des derniers témoignages écrits.

     

     

    Selon le directeur des fouilles à Pompéi, Massimo Osanna, l’inscription tracée par un ouvrier travaillant dans une villa, comporte la date du « 16ème jour avant les calendes de novembre, ce qui correspond au 17 octobre ».

    (…) 20minutes.fr


    Sur le site de Pompéi, un autel orné de peintures murales a été mis au jour par les archéologues.

    Nouvelle trouvaille dans la cité antique de Pompéi. Des archéologues ont mis au jour un ancien sanctuaire décoré de peintures naturalistes. Dans un entretien au «New York Times», le responsable du site archéologique de Pompéi, Massimo Osanna, a qualifié les décors d’«exceptionnels», précisant qu’ils étaient «très bien conservés». A l’instar de beaucoup de peintures murales romaines, les décors présentaient des éléments qui rappellent la ruse : un paon, qui semble piétiner un jardin, ainsi que d’immenses serpents. «Les serpents, les oiseaux et les arbres sont typiques de ces sanctuaires», poursuit M. Osanna. Les œufs peints sur l’autel symbolisaient la fertilité.

    Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
    Dimitri Tilloi@DimitriTilloi
     
     

    De nouvelles images livrées par la Surintendance de Pompéi des décors de maisons de la région V en cours de fouilles. De vraies merveilles qui revoient le jour pour la première fois.

     

     

    Si les couleurs des décors ont été aussi bien préservées, c’est grâce à la cendre volcanique, qui a empêché la lumière d’atteindre les pigments depuis l’an 79, date à laquelle le Vésuve a anéanti la baie de Naples. La roche volcanique qui recouvrait le site a elle aussi préservée l’autel des infiltrations d’eau.

    (…)

    Paris Match

  • TRUMP PREVIENT LE PRESIDENT DU HONDURAS...

    prévient que si le président du ne stoppe pas la caravane de qui se dirige vers les Etats-Unis, il coupera immédiatement toutes les aides versées à son pays.