Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2008

"Aux morts de février"

b9267f30edeef3c693436d8d83f59232.jpg
Place de la Concorde, le 6 février 1934
"Les derniers coups de feu continuent de briller

Dans le jour indistinct où sont tombés les nôtres

Sur onze ans de retard, serai-je donc des vôtres

Je pense à vous ce soir, ô morts de Février."

Le lendemain, au fort de Montrouge, très calme, très à l’aise, sans le moindre tressaillement, Robert Brasillach, lié au poteau, son foulard rouge autour du cou, la photo de sa mère sur son cœur, droit, la tête levée et fier, sera déchiré de balles après avoir crié au peloton : « Courage » et les yeux levés « Vive la France ! »…(6 février 1945)

 

01:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Merci.

Écrit par : Les Zéroïnes | 06/02/2008

Merci, chère Gaëlle, pour ce rappel de notre histoire. On peut préciser que la répression du 6 février 34 fit 16 morts et plus de 500 blessés parmi les manifestants, pour la plus part anciens combattants de 14-18. Chez les forces de l’ordre, il y eu un mort. C’est ainsi que l’on traite nos anciens combattants, 16 ans seulement après la fin de la guerre ! On peut parler après de la mémoire : il y a mémoire et mémoire !

Écrit par : abad | 06/02/2008

Merci, cher abad, pour ces précisions importantes. Je n'allais pas laisser passer cette date. Cinq ans plus tard, c'était la guerre... L'armée française n'était nullement préparée... Les avions de Bloch-Dassault s'appelaient, je crois, des "cercueils volants": Et nos chars tombaient en morceaux...
Et pourtant, la France a déclaré la guerre à l'Allemagne! Quelle folie!

Amitiés

Écrit par : Gaëlle Mann | 06/02/2008

Bloch tout court à l'époque
http://www.aeroplanedetouraine.fr/accident_380225_saintlaurent.htm
pour être honnête il faut dire que c'était plutôt un problème de moteur et que tous les avions d'avant guerre (et même d'après) ont été sous-motorisés

Écrit par : Paul-Emic | 06/02/2008

Cher Paul-Emic, je comprends bien, mais comment faisait alors l'aviation allemande pour ce problème de moteurs? Et les Anglais? Ceci m'intéresse. Merci.

Écrit par : Gaëlle Mann | 06/02/2008

effectivement le mot français a sauté de mon commentaire : en clair nous ne savions pas faire les moteurs ou pas assez bien.

Écrit par : Paul-Emic | 06/02/2008

Les commentaires sont fermés.