Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog

  • Robert Ménard : « L’autre performance, c’est la capacité des maires à oublier ce que le même Macron leur a fait ! »

    Dwd1szXXcAAStKC.jpg jules Ferry.jpg

     
     
     
     

    Emmanuel Macron a lancé le coup d’envoi du débat national devant 653 maires normands : il s’est exprimé durant plus de six heures et demie. Robert Ménard réagit à cette « performance ».

    À la veille de l’arrivée d’Emmanuel Macron dans sa région, le maire de Béziers – ville emblématique de la France périphérique – déplore ne pas avoir été invité.

    Emmanuel Macron a lancé, hier, le grand débat national face à 653 maires normands. Il s’est exprimé plus de six heures sur de nombreux sujets. Qu’avez-vous pensé de cette performance ?

    On ne peut pas lui retirer un vrai talent. S’exprimer plus de six heures devant les maires avec l’aisance qui est la sienne, ce n’est pas rien. Reste l’autre performance : faire oublier aux maires ce que le même Macron leur a fait depuis qu’il est élu. Je suis sidéré de voir un certain nombre d’élus oublier qu’Emmanuel Macron méprise la province, les villages, la ruralité et tout ce qui n’est pas parisien. On tomberait à la renverse en voyant que les maires lui ont fait une ovation. Ils ont perdu la tête.

    Emmanuel Macron avait cependant reconnu l’utilité des maires dans sa lettre ouverte aux Français. Cela vous a-t-il convaincu ?

    Tous les sondages disent que les maires sont les seuls élus populaires en France. En revanche, qu’Emmanuel Macron, ce Président particulièrement impopulaire, ait l’intelligence et le machiavélisme d’utiliser ce qu’il a tout le temps critiqué et méprisé, c’est-à-dire leur popularité, pour en tirer parti et renouer des liens avec les Français, la ficelle est un peu grosse.
    Je suis évidemment pour le débat, mais je ne veux pas être instrumentalisé. J’ai le vague sentiment qu’on assiste à une véritable instrumentalisation. Je suis plus qu’étonné que les élus n’y prennent pas garde.
    C’est un peu comme tous ces gens qui fréquentent des gens connus et qui ont l’impression qu’il y a une sorte de poussière d’or qui leur retombe sur les épaules, juste parce qu’ils fréquentent des puissants. Je me contrefous de fréquenter des puissants et je m’étonne qu’un certain nombre de maires acceptent de jouer ce jeu-là.
    Que les maires soient les porte-parole des gens qui sont descendus sur tous nos ronds-points depuis des mois, bien sûr. Mais qu’ils servent de courroie de transmission à un pouvoir qui est à ce point discrédité, il me semble que ce n’est pas tout à fait la même chose.

    Emmanuel Macron continue sa tournée. Il se rendra, demain, dans le Gers, à quelques kilomètres de Béziers. Êtes-vous convié ?

    C’est la même région, mais c’est un peu plus que quelques kilomètres ! Je n’ai, bien sûr, pas été convié. Béziers est l’exemple même de cette ville moyenne et de cette France périphérique. Elle a deux quartiers prioritaires. Elle connaît des difficultés et des succès.
    Évidemment, monsieur Macron n’a pas imaginé nous inviter. Je lui avais écrit pour lui dire que j’étais prêt à le recevoir dans ma ville. J’ai reçu une réponse du genre « J’ai bien noté votre CV, je le laisse sur la pile et on en reparlera une prochaine fois ».
    Tout cela finit par ressembler à une mascarade.

    Tribune reprise de Boulevard Voltaire

    NOVOpress

  • JT TVL vendredi 18 janvier 2019

  • 245 millions de chrétiens sont persécutés dans le monde en raison de leur foi, soit un fidèle sur neuf

     

    22h27

    245 millions de chrétiens sont persécutés dans le monde en raison de leur foi, selon l’ONG Portes Ouvertes. Le Nigeria est le pays où être chrétien est le plus dangereux.

    La situation empire pour les chrétiens à travers le monde. Au Pakistan, les images de milliers de manifestants réclamant la mort d’Asia Bibi, la chrétienne accusée de blasphème, ont crûment rappelé les menaces qui pèsent sur certaines communautés chrétiennes. Dans son dernier «Index mondial de la persécution des chrétiens», l’ONG protestante Portes Ouvertes dresse un classement des pays les plus inhospitaliers aux chrétiens. Les chiffres sont effrayants: 245 millions de chrétiens sont persécutés dans le monde soit un fidèle sur neuf. Parmi eux, 4 305 ont été tués pour leur foi, et 3 150 sont emprisonnés.

    «La persécution des chrétiens est comme un lac», explique au Figaro Michel Varton, le directeur de Portes Ouvertes France. «En 2019, il est plus large, puisqu’il concerne davantage de pays, plus profond, puisque ces persécutions sont plus intenses, et à la surface, il y a une tempête, car le nombre de personne tuées a augmenté».

    (…) Le Figaro

  • Statistiques annuelles sur l’immigration, l’asile et l’acquisition de la nationalité française (Màj : vers plus de rigueur ?)

     

    19h25

    16/01/2019

    […] Selon les statistiques annuelles sur l’immigration délivrées hier (15 janvier) par le ministère de l’Intérieur « En 2018, le total des éloignements d’étrangers en situation irrégulière est en hausse de 13,6 % ». Un chiffre qui pourrait encore être en hausse cette nouvelle année avec l’entrée en vigueur des dispositions de la loi du 10 septembre 2018 relative au droit d’asile et à la politique d’expulsion du territoire.

    Avec la loi « Asile et Immigration », les primo-arrivants devront déposer leur demande d’asile sous trois mois, temps court considérant les lenteurs administratives.

    Mais la Cimade, organisation d’aide aux migrants relève une autre difficulté : « Cinq jours, c’est le temps qui sera ensuite laissé aux personnes exilées pour rejoindre une région où elles ne seront pas forcément logées mais où elles devront rester cantonnées pour ne pas perdre définitivement tout droit à des conditions d’accueil ».

    Largement critiquée au moment des examens de la loi à l’Assemblée nationale et au sénat, au 1er janvier, la durée maximale d’enfermement en rétention administrative a doublé, passant à trois mois. […] La France devrait garder sont titre de « championne d’Europe » de l’enfermement ». Pour rappel, le rapport 2017 sur les « Centres et locaux de rétention administrative » (paru le 3 juillet 2018) révélait le chiffre impressionnant de 47.000 placements en rétention en métropole et outre-mer (dont seulement 40 % suivis d’un éloignement).

    Après 2018, cette année pourrait voir le nombre d’éloignements de personnes étrangères en situation irrégulière augmenter significativement, une nouvelle fois.

    Le Courrier de l’Atlas


    15/01/2019

    Conformément au code de bonnes pratiques de la statistique européenne, la Direction générale des étrangers en France (DGEF) du ministère de l’intérieur a mis en place un calendrier de publication des statistiques annuelles entrant dans le champ de la migration et de la protection internationale.

    Ainsi, dans le respect des règles de la statistique publique, sont diffusées le 15 janvier 2019 les données provisoires relatives à la délivrance des visas aux étrangers, aux éloignements des étrangers en situation irrégulière, à la demande d’asile et à l’acquisition de la nationalité française ainsi qu’une première estimation de l’admission au séjour.

    I. Les visas et les titres de séjour

    Après la forte progression de 2017, qui faisait suite à un repli en 2016, le nombre de visas délivrés progresse plus modérément en 2018 (+ 4,4 %), avec un total de 3 571 399 visas délivrés. En leur sein, les visas de court séjour Schengen augmentent au même rythme (+ 4,3 %), toujours portés par la progression des visas touristiques, notamment pour les ressortissants russes et indiens alors que les visas délivrés aux ressortissants algériens sont en baisse. La Chine reste le premier pays d’origine des titulaires de visas, avec 875 994 visas délivrés en 2018 (+ 3,2 % par rapport à 2017).

    La primo-délivrance des titres de séjour progresse de 3,3 % en 2018, avec un total de 255 550 titres de séjour délivrés, sur la base d’une première estimation.

    L’immigration familiale, qui représente la plus grande part du flux migratoire, est quasiment stable (+ 0,5 %).

    82 580 premiers titres de séjour ont été délivrés à des étudiants, ce qui représente le plus haut niveau jamais atteint, après 80 339 en 2017.

    Les premiers titres pour un motif économique s’établissent à 32 815, en hausse de 19,5 %. L’immigration professionnelle représente maintenant 13 % de l’ensemble.

    En 2018, 27 215 titres de séjour ont été délivrés (9 271 premiers titres et 17 944 titres en renouvellement) dans le cadre du « Passeport talent », créé dans le cadre de la loi du 7 mars 2016.

    Toujours sur la base d’une première estimation, les premiers titres humanitaires sont en repli (- 2,2 %) pour la première fois depuis 2013, avec 35 645 titres délivrés en 2018.

    II. L’éloignement des étrangers en situation irrégulière

    En 2018, le total des éloignements d’étrangers en situation irrégulière est en hausse de 13,6 %, à 19 957 après 17 567 en 2017. Les éloignements forcés augmentent de près de 10 %.

    Les retours forcés de ressortissants de pays tiers vers les pays tiers s’établissent à 7 105 en 2018, après 6 602 en 2017, ce qui constitue leur plus haut niveau depuis 2010. Ce sont ces retours forcés qui sont les plus représentatifs de l’action des forces de l’ordre et des services des préfectures dans la lutte contre l’immigration irrégulière. Enfin, les retours aidés doublent presque (+ 92 %).

    Au total, plus de 30 000 étrangers en situation irrégulière ont quitté le territoire national en 2018 (éloignements, départs volontaires et départs spontanés), soit un niveau supérieur de 22% à celui de 2016.

    III. L’asile

    En 2018, 122 743 demandes d’asile y compris mineurs accompagnants ont été introduites à l’OFPRA, soit 22 % de plus qu’en 2017.

    Le nombre de demandes d’asile enregistrées au niveau des guichets uniques atteint 128 800 y compris les mineurs accompagnants (+6,3 %).

    Les premières demandes placées en préfecture sous procédure Dublin représentent 37 % de l’ensemble des premières demandes d’asile en 2018, un niveau comparable à celui de 2017 (38 %).

    En 2018, le premier pays de provenance des primo-demandeurs d’asile à l’OFPRA est l’Afghanistan, suivi de la Guinée, de l’Albanie, de la Géorgie, de la Côte d’Ivoire et du Soudan.

    Le nombre de personnes s’étant vu octroyer en France une protection s’élève à 33 380 personnes en 2018 après 31 964 en 2016 (+ 4,4 %). Le taux d’admission au statut en première instance par l’OFPRA reste stable en 2018 (26,4 % contre 26,8 % en 2017), il en est de même pour le taux d’admission final au statut, après prise en compte des décisions de la CNDA (35,7 % contre 35,8 % ).

    IV. L’acquisition de la nationalité française

    En 2018, le nombre des acquisitions de la nationalité française par décret et par déclarations (mariage, ascendants de français, frères et sœurs de français) relevant du ministère de l’intérieur a connu une baisse de 7,0 %.

    Cette évolution recouvre à la fois une diminution marquée des acquisitions par décret qui passent de 65 654 en 2017 à 55 380 (soit -15 %) et une augmentation sensible du nombre d’acquisitions par déclarations qui progresse de 20 % (21 000 contre 17 476 en 2017).

    → Cliquer pour consulter l’ensemble des donnée

  • JT TVL 17 janvier

  • JT TVL mardi 15 janvier 2019

  • Alexandre Benalla a conservé son téléphone crypté secret-défense après son éviction

     

    Alexandre Benalla a conservé son téléphone crypté secret-défense après son éviction

    LE SCAN POLITIQUE - L'ex-chargé de mission à l'Élysée a gardé son téléphone Teorem ultrasécurisé jusqu'au 11 janvier. Cet équipement ne lui a jamais été réclamé par la présidence, selon Le Canard enchaîné.

    Des révélations qui tombent à pic. Alors que débute ce mercredi la deuxième salve d'auditions de la commission d'enquête du Sénat concernant l'affaire Benalla - le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et le directeur de cabinet du président de la République Patrick Strzoda doivent être entendus -, Le Canard enchaîné révèle que l'ex-chargé de mission de l'Élysée a gardé son téléphone crypté «secret-défense» jusqu'au 11 janvier dernier, soit près de six mois après son départ. Un acte illégal.

    Le Teorem est un mobile à clapet, au design archaïque, mais ultrasécurisé. Développé par la Direction générale de l'armement (DGA) et l'entreprise Thalès, le combiné, d'une valeur d'environ 2500 euros, est notamment utilisé par le président, son proche entourage et les militaires pour passer des appels importants. «Teorem permet à ses utilisateurs de passer des communications claires et sécurisées jusqu'au niveau «secret défense», en France comme à l'étranger», explique le ministère des Armées sur son site internet.

     

    » LIRE AUSSI - Données sensibles, écoutes, piratage: comment sont sécurisés les téléphones des chefs d'État

    Licencié après sa mise en examen pour «violence volontaire» sur manifestants le 1er mai dernier, Alexandre Benalla se devait de restituer ce téléphone à son départ du Palais. Or, jamais l'Élysée ne lui a réclamé le précieux combiné. Selon Le Canard enchaîné, l'ancien fonctionnaire, par le biais de son avocate Jacqueline Laffont, a proposé de rendre le portable vendredi dernier. Un collaborateur qui décide de garder cet équipement coûteux s'expose à une peine allant jusqu'à trois ans de prison et 45.000 euros d'amende, assure l'hebdomadaire.

    Quatre passeports

    L'affaire Benalla a été relancée début janvier, après des révélations de Mediapart sur l'utilisation par l'ancien proche d'Emmanuel Macron de deux passeports diplomatiques, plusieurs mois après son éviction. L'ancien collaborateur de l'Élysée aurait profité de ces précieux sésames pour voyager dans plusieurs pays africains et en Israël. D'après Le Canard enchaîné, Alexandre Benalla disposait non pas de deux mais de quatre passeports. Les deux premiers, dits «diplomatiques», ont été restitués le 9 janvier par l'ex-chargé chargé de mission. Les deux autres, dits de «service», n'ont en revanche pas été réclamés par la présidence.

    Parmi ces passe-droits, le premier avait été établi lorsqu'il travaillait à la délégation interministérielle pour l'égalité des chances des Français d'Outre-mer. Le second, délivré le 28 juin 2018, n'est pas aussi puissant qu'un passeport diplomatique, mais «facilite le passage des frontières et permet de voyager sans visa dans certains pays», fait savoir l'hebdomadaire. Malgré l'absence de demande de la part de la présidence, l'avocate de Benalla a finalement déposé l'objet au ministère de l'Intérieur, le 11 janvier.

    » LIRE AUSSI - Passeports diplomatiques: la deuxième affaire Benalla qui empoisonne l'Élysée

     

    Après Christophe Castaner et Patrick Strzoda, Alexandre Benalla devra s'expliquer lundi 21 janvier devant les sénateurs sur l'utilisation faite de ses passeports. Des demandes d'éclaircissements ont également été formulées par la commission concernant d'éventuelles activités privées, notamment dans le domaine de la sécurité, par l'ancien proche du chef de l'État et son acolyte, Vincent Crase, ex-employé de LaREM également mis en examen pour «violence volontaire» après les évènements du 1er mai.

  • Italie : pour Salvini, « Cesare Battisti est une personne infâme »

     

    23h44
    Le ministre italien de l’intérieur s’est exprimé au sujet de l’ex-terroriste italien d’extrême-gauche qui va désormais purger une peine à perpétuité en Sardaigne après près de 40 ans de cavale.

     

     
  • Italie : pour Salvini, « Cesare Battisti est une personne infâme »

     

    23h44
    Le ministre italien de l’intérieur s’est exprimé au sujet de l’ex-terroriste italien d’extrême-gauche qui va désormais purger une peine à perpétuité en Sardaigne après près de 40 ans de cavale.

     

     
  • JT TVL lundi 14 janvier 2019

  • Pour Macron trop de Français n’ont pas le sens de l’effort (MàJ)

     

    20h01

    12/01/2019

     
    Vidéo intégrée
    C dans l'air
     
    @Cdanslair
     
     

    "Au-delà de l'arrogance du terme, n'a pas compris qui il avait en face de lui. Ceux qu'il a en face de lui sont les gens de l'effort quotidien et pas des glandeurs. Cette erreur d'analyse provoque à chaque fois une recrudescence de ." Alain Bauer

     
    2 110 personnes parlent à ce sujet
     
     



     
    Vidéo intégrée
    BFMTV
     
    @BFMTV
     
     

    Emmanuel Macron: "Trop de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir sans qu'un effort soit apporté"

     
    2 493 personnes parlent à ce sujet
     
     

     

     

    Trop de Français n’ont pas le sens de l’effort, ce qui explique en partie les « troubles » que connaît le pays, a déploré vendredi Emmanuel Macron, sans évoquer directement la crise des « Gilets jaunes ».

    A la veille d’une nouvelle journée de manifestations, le chef de l’Etat a fait l’éloge du travail en recevant des boulangers à l’Elysée, en soulignant les réformes menées dans ce domaine depuis le début de son quinquennat, notamment sur l’apprentissage, et celle à venir de l’assurance chômage.

     
  • Paris : forte explosion due à une fuite de gaz dans le 9ème: 4 morts dont 2 pompiers, plusieurs blesss

    http://www.fdesouche.com/1139921-paris-forte-explosion-dans-le-9eme-arrondissement-apres-un-incendie-dans-un-commerce-plusieurs-blesses

  • Meurtre de Sophie Lionnet : Un vice de procédure pourrait faire annuler la condamnation de Ouissem Medouni

    Affaire-Lionnet-la-faille-qui-pourrait-faire-annuler-la-condamnation-de-Ouissem-Medouni-620x400.jpg

     

    16h09

    Condamné à la prison à perpétuité fin juin pour le meurtre de Sophie Lionnet, Ouissem Medouni espère faire annuler sa condamnation en invoquant un possible vice de procédure.

    Ouissem Medouni peut-il faire annuler sa condamnation à perpétuité? Avec sa compagne Sabrina Kouider, l’homme a été condamné en juin dernier pour le meurtre de leur jeune fille au pair Sophie Lionnet, dont le cadavre calciné a été retrouvé en septembre 2017 dans leur propriété à Londres

    […]

    L’Est éclair assure en effet que le condamné « a trouvé une faille qui pourrait l’amener à annuler sa condamnation » et qu’il s’en fera l’écho lors de son procès en appel. « Lors de l’audience, il affirmera que le juge a eu en main par erreur une note du jury que celui-ci avait envoyée au cours de ses délibérations. Il plaidera en conséquence pour l’annulation de sa condamnation », indique le procureur britannique au bureau des appels et des révisions, Bryan Drew.

    […]

    Le JDD


    […]

    A noter que les deux coupables estiment leur peine trop longue (Medouni aura 70 ans lors de sa sortie de prison et Kouider 65 ans).

    Pour l’heure, aucune date n’a été arrêtée. Si les juges considèrent que la condamnation n’est pas sujette à caution, l’appel sera rejeté. Si ce n’est pas le cas, la condamnation sera annulée et un nouveau procès devra se tenir.

    […]

    France 3

  • USA Plus de 50 000 migrants interpellés en décembre

    Dwk_EKxUcAAci2w.jpgmigrant us.jpg

     
  • JT TVL Jeudi 10 janvier 2019

  • Espagne : la droite obtient le soutien du parti anti-immigration Vox pour gouverner l’Andalousie, mettant fin à 36 ans de règne socialiste

     

    23h12

    Après d’intenses tractations, le Parti populaire et Ciudadanos ont obtenu le soutien indispensable du parti d’extrême droite Vox pour pouvoir gouverner l’Andalousie, région la plus peuplée d’Espagne. Une alliance inédite qui fait débat en Espagne.

    Un tremblement de terre qui met fin à trente-six ans de présidence socialiste en Andalousie. Le Parti populaire (PP) et Ciudadanos (centre-droit), grands vainqueurs des dernières élections dans la région la plus peuplée d’Espagne, se sont entendus, ce mercredi soir, avec le parti d’extrême droite Vox pour former un gouvernement conservateur. Avec cet accord, le leader du PP andalou, Juan Manuel Moreno, dispose de suffisamment de soutiens pour accéder à la présidence du parlement régional. Ce dernier a salué, sur Twitter, un «jour historique» pour l’Andalousie

    (…) Cet accord, qui compte 37 points, prévoit en revanche la lutte contre l’immigration illégale, la défense et la promotion de la tauromachie, de la chasse ou de la Semaine sainte. Les deux partis ont convenu en outre d’éviter «toute ingérence des pouvoirs publics dans la formation idéologique des élèves». Le président de Vox, Santiago Abascal, s’est félicité du fait que les électeurs de son parti «auront un président qui a signé (un accord promettant) d’appliquer une part importante du programme de Vox».

    <span class="TweetAuthor-name Identity-name customisable-highlight" title="VOX