Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog

  • Séparation des enfants de leurs parents immigrés clandestins : Trump fait marche arrière

    5b2a81b9488c7bf5018b4568.jpg

     

     

    © Mandel Ngan 
    Le président américain Donald Trump évoque l'immigration clandestine lors d'une réunion avec les membres du Congrès à la Maison Blanche le 20 juin 2018
     

    Après avoir affirmé que pour lutter contre l'immigration illégale, il fallait «séparer les enfants» de leurs parents clandestins, Donald Trump a signé un texte visant à éviter la séparation des familles de migrants.

    Le président américain Donald Trump a signé ce 20 juin un décret visant à éviter que ne soient séparées les familles de migrants après avoir franchi illégalement la frontière avec le Mexique.

    «Cela me tient particulièrement à cœur […] Nous n'aimons pas voir des familles séparées», a-t-il déclaré lors de la cérémonie de signature, a-t-il affirmé en signant le décret dans le Bureau ovale.

    «Nous allons avoir des frontières très fortes mais nous allons garder les familles ensemble», a encore dit le président américain qui a lui-même décrété début mai une «tolérance zéro» sur l'immigration illégale.

    «Je pense que toute personne avec un cœur régirait de la même manière», a-t-il ajouté, soulignant que sa fille Ivanka et sa femme Melania étaient montées au créneau sur ce sujet.

    L'administration américaine était sous le feu des critiques, tant au niveau national qu'international, alors que plus de 2 300 mineurs ont été séparés de leurs parents en cinq semaines.

    Donald Trump avait en effet décidé que pour lutter contre l'immigration illégale, tous les clandestins franchissant la frontière seraient désormais poursuivis au pénal. Puisque selon la loi, les mineurs ne peuvent pas être incarcérés avec leurs proches, il fallait donc séparer les adultes des enfants, argumentait le président américain.

    Donald Trump et son équipe répètaient depuis plusieurs jours qu'ils ne faisaient qu'appliquer la loi et que seule une modification de cette dernière par le Congrès permettrait de mettre fin aux séparations.

    Plus tôt, le chef des républicains à la Chambre des représentants, Paul Ryan, avait annoncé qu'il soumettrait au vote le 21 juin une loi mettant un terme aux séparations de familles de migrants franchissant illégalement la frontière et «résolvant» le statut des jeunes arrivés sans papiers aux Etats-Unis.

    RT

  • Eric Zemmour sur le baccalauréat

  • VIDEO - La séparation des familles de migrants de leurs enfants est-elle un fake?

    https://twitter.com/SanglierSympa/status/1009379661418287105?ref_src=twsrc%5Etfw&ref_url=http%3A%2F%2Fwww.fdesouche.com%2F1028007-la-separation-des-familles-de-migrants-aux-etats-unis-est-elle-une-fake-news

  • BON ANNIVERSAIRE, MONSIEUR LE PEN ! ET LONGUE VIE !

    Jean-Marie-Le-Pen-Je-ne-crains-rien-ni-personne.jpg

    Jean-Marie le Pen est né le 20 juin 1928 à la Trinité-sur-Mer 

  • QUAND MAMOUDOU LE HÉROS SE MOQUE DE NOUS !

    Capture-30.png

     

     
     

    N’y a-t-il pas indécence à avoir regagné sa terre natale aussi vite, et en star du pays ?



    Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma

     
     

    Une information est passée inaperçue, aussi m’empressé-je de vous la livrer brut de pomme, comme le veut l’expression populaire. Brut de sa brutalité, tellement elle paraît énorme !

    Le retour de notre héros national – enfin, celui de la grande presse et de tous ceux qui acclament l’épopée de l’Aquarius. Celui d’un rescapé de la Méditerranée qui a englouti tant de ses semblables.

    Je veux parler de Mamoudou Gassama, le migrant araignée.

    Samedi, après un voyage sans histoire dans le ciel méditerranéen de quelques heures, il est arrivé à Bamako – qu’il avait pourtant fui, aurait-il pu dire au Président Macron, car son pays était en guerre et qu’il y risquait sa vie tous les jours dans son petit village de Yanguiné .

    Brandie par une dizaine de groupies, entourées d’une petite centaine de jeunes, une immense toile fêtait le retour de « notre héros Mamoudou Gassama » sur l’aéroport Modibo-Keïta-Senou. La journaliste de TV5 Monde y allait, elle aussi, de ses éloges, y voyant une foule immense attendant son paladin qui n’avait pu, faute de papiers, dit-elle, revenir dans son pays depuis 2013.

    C’est donc avec de tout récents papiers français que le héros est revenu au pays. Un billet payé par qui, d’ailleurs ? Fier comme on peut l’imaginer, star d’un pays en guerre, jeune homme qui a refusé de porter l’uniforme pour défendre son pays contre les djihadistes qui tuent tous les jours ses compatriotes. Et dont, d’ailleurs, on se demande s’il ne revêtira jamais l’uniforme des sapeurs-pompiers de Paris à qui il avait rendu une visite de courtoisie sur invitation du Président Macron, et dont il avait pourtant appliqué à la lettre la devise « courage et dévouement ».

    N’y a-t-il pas indécence à avoir regagné sa terre natale aussi vite, et en star du pays ? Indécence par rapport aux 22 soldats français tombés au Mali qui sont morts pour que des Mamoudou puissent vivre, libres, dans leur pays ? Indécence par rapport au président de la République française qui doit regretter – on l’espère – à cette heure d’avoir aussi vite reçu ce migrant si empressé à regagner son pays et qui, en somme, s’est bien moqué de lui et de la France ?

    Comme tous ces Maliens venus accueillir leur héros d’un jour et pour lesquels la France envoie ses soldats affronter le terrorisme islamiste. Ne feraient-ils pas mieux d’ovationner nos soldats plutôt que de faire la fête à ce jeune migrant devenu immigré répondant, debout dans une voiture découverte, à leurs acclamations ?

    Sur le site de PressAfrik.com, un certain Moussa commente son arrivée ou son retour au pays avec ces mots crus et cruels : « C’est un connard, il rentre chez lui et apparemment il est en sécurité alors qu’il est venu demander l’asile en France donc à cause de lui on va dire que les autres aussi peuvent rentrer chez eux sans problème pour leur sécurité ! Un pauvre con africain, sans intelligence ! »

    Combien étaient réellement en danger chez eux parmi ceux qui sont sur l’Aquarius ?

    BV

  • Nouvelles lois contre l’immigration en Australie

    Michael-Pezzullo_8731558-3x2-940x627-600x400.jpg AUSTRALIE.jpg

     

    20/06/2018 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
    Les nouvelles lois contre l’immigration pourraient décourager certains candidats à s’installer en Australie. Les nouvelles mesures consistent en une exigence de connaître l’anglais et en une baisse sensible des aides sociales.

    L’année dernière l’Australie avait adopté toute une série de mesures pour faire baisser l’immigration, ce qui avait eu pour conséquence 138.086 entrées pour l’année 2017-18, le chiffre le plus bas depuis dix ans.

    Les candidats à la naturalisation devront prouver un emploi réel et stable dans le pays. Le ministre de l’Intérieur Michael Pezzullo a dit que les mécanismes de contrôle étaient rendus plus efficaces grâce à la fusion des données des différents services de l’Etat.

  • JOURNAL TVL DU 20 JUIN 2018

  • HONGRIE: VERS UNE "TAXE MIGRANTS"

  • Salon-de-Provence (13) : de nombreuses armes, 4 000 euros en liquide, de la littérature islamiste et des stupéfiants découverts dans un appartement

     

    21h35
     

     

    Les policiers de Salon-de-Provence ont mis la main sur un véritable arsenal de guerre, lundi après-midi, dans le quartier des Canourgues, lors de la perquisition d’un appartement situé dans l’immeuble Saint-Norbert. Ils y découvrent alors une Kalashnikov, un fusil M16, un pistolet mitrailleur Sten et un pistolet semi automatique, cachés sous les matelas. Ils tombent aussi sur 4 000 euros en liquide, des sachets d’herbe de cannabis et sur des ouvrages « qui relatent l’histoire de l’Islam dur » selon les mots d’un enquêteur. Les quatre occupants de l’appartement – la mère, ses deux fils et sa fille – ont été placés en garde à vue et doivent être transférés aujourd’hui à Marseille dans les locaux de la police judiciaire.

    Une belle prise ! Bravo à la Police! 

  • JOURNAL TVL DU MARDI 19/06/18

  • Italie : Matteo Salvini veut recenser les Roms avant d’éventuelles expulsions

     

    21h46

     

    Nouvelle polémique en Italie. Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur, a annoncé le prochain recensement des Roms vivant en Italie, lundi 18 juin. Son objectif est d’éventuellement expulser ceux de nationalité étrangère, et, « malheureusement » de garder les Italiens – ce sont ses termes.

    Egalement patron de la Ligue, Matteo Salvini était interrogé sur une télévision régionale de Lombardie, sa région d’origine. Il a expliqué qu’il souhait « voir qui, comment et combien ils sont ». Cela permettra, selon lui, d’évaluer la possibilité d’expulser ceux de nationalité étrangère qui se trouveraient en situation irrégulière. Quant aux « Roms italiens, malheureusement, tu dois te les garder à la maison ».

    Une élue dénonce « une trouvaille au parfum vaguement fasciste »

    Ce projet de recensement a déclenché un tollé dans les rangs de l’opposition et une réaction prudente de la communauté Rom. Dans un communiqué, l’Association Nation Rom a répondu que le point sur cette communauté avait déjà été fait l’an dernier par l’Institut national italien de la statistique (Istat). L’organisation a également réclamé une rencontre au plus vite avec le nouveau ministre.

    « [Matteo] Salvini continue sa campagne électorale avec des mots toujours plus aberrants », a jugé de son côté une sénatrice du Parti démocrate (PD, centre-gauche), Simona Malpezzi, pour qui ce recensement est « seulement la dernière trouvaille au parfum vaguement fasciste » de la part du nouveau ministre de l’Intérieur. Matteo Salvini a déjà fait la une de l’actualité la semaine dernière en s’opposant à l’entrée dans un port italien de l’Aquarius, navire humanitaire chargé de 630 migrants.

    « D’abord les attaques contre les migrants (…) et maintenant celles contre les Roms », a critiqué de son côté le chef de groupe du parti de gauche Libres et Egaux (LeU) à la Chambre des députés, Federico Fornaro. « L’important est de fomenter la haine et de créer un ennemi »« Certains parlent de ‘choc’, pourquoi ? Je pense seulement à ces pauvres enfants à qui on apprend à voler et l’illégalité », a réagi de son côté Matteo Salvini sur Twitter.

  • Aquarius : la moitié des migrants veulent l’asile en France, selon le gouvernement espagnol (MàJ vidéo)

     

    0h35

    Les passagers de l’Aquarius ont obtenu un titre de séjour provisoire. Ils doivent faire une demande d’asile à Madrid ou à Paris.
    Les 630 migrants de l’Aquarius ont pu recevoir les premiers soins médicaux, après une semaine d’errance en Méditerranée. Rappelons-le, ils ont été accueillis à Valence. Et un titre de séjour provisoire de 45 jours leur a été délivré. Alors qui sont ces migrants ? De quels pays viennent-ils ?

    lci.fr


    « Quasiment la moitié des migrants ont manifesté leur volonté de demander l’asile en France, pays ayant offert d’accueillir une partie des personnes voyageant sur le navire », selon un communiqué.

    Près de la moitié des 630 migrants secourus par l’Aquarius et arrivés dimanche dans le port espagnol de Valence veulent demander l’asile en France, a annoncé lundi le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez. « Quasiment la moitié des migrants ont manifesté leur volonté de demander l’asile en France, pays ayant offert d’accueillir une partie des personnes voyageant sur le navire » Aquarius, a indiqué le gouvernement dans un communiqué. (…)

    Europe 1

  • ZEMMOUR sur l'Aquarius

  • L'Italie annonce qu'elle ne ratifiera pas le CETA

     

    L'Italie annonce qu'elle ne ratifiera pas le CETA
    Manifestation contre le CETA à Rome en juillet 2017
     

    L'accord de libre-échange entre l'UE et le Canada doit être ratifié par les parlements nationaux européens mais le ministre italien de l'Agriculture annonce que son pays s'opposera à un texte qu'il juge dangereux pour les AOP et IGP italiennes.

    C'est une annonce qui place encore davantage l'Italie en marge des orientations des autres Etats membres de l'Union européenne (UE) : le 14 juin, le nouveau ministre italien de l'Agriculture a annoncé, à l'occasion d'un entretien accordé au quotidien La Stampa, que son pays ne comptait pas ratifier l'accord de libre-échange entre l'UE et le Canada (CETA).

    «Nous ne ratifierons pas l'accord de libre-échange avec le Canada parce qu'il ne protège qu'une petite partie de nos AOP (appellations d'origine protégée) et de nos IGP (indications géographiques protégées)», a expliqué Gian Marco Centinaio, membre de la Ligue.

    Ce refus provoquera sans nul doute de nombreuses réactions. L'Italie est en effet, parmi les 28 Etats membres de l'UE (bientôt 27 après le départ annoncé du Royaume-Uni), le pays qui compte le plus grand nombre de produits porteurs de l’appellation IGP et AOP.

    Le CETA a été approuvé en février 2017 par le Parlement européen. Il est entré en vigueur de manière provisoire en septembre dernier mais la procédure requiert encore une ratification par chaque parlement national. Ce n'est qu'à cette condition qu'il produira ses effets. L'annonce de Gian Marco Centinaio vient donc compromettre l'avenir du texte.

    Le nouveau gouvernement italien, composé de membres de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles, multiplie les prises de position marquant son désaccord avec le consensus, déjà fragile, des pays membres de l'UE. Le 13 juin, Rome a officialisé son mécontentement de la politique migratoire européenne en annonçant sa volonté de créer un «axe» avec l'Autriche et l'Allemagne contre l'immigration clandestine.

    Lire aussi : L'Allemagne, l'Autriche et l'Italie veulent créer un «axe» contre l'immigration illégale, selon Kurz

    RT

  • JOURNAL DU 18/06/18 - TV1

  • La Suède en Chute Libre

  • FRÉDÉRIC BOCCALETTI : « LA TENUE ET LES PROPOS DE CETTE FEMME PROUVENT QUE C’EST BIEN UN ATTENTAT ISLAMISTE ! » AUJOURD'HUI Frédéric Boccaletti Président du groupe Front national au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, conseiller municipal de

     


    Président du groupe Front national au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, conseiller municipal de Six-Fours-les-Plages (Var)

     

    Frédéric Boccaletti, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, réagit au micro de Boulevard Voltaire après l’attaque au cutter perpétrée, dimanche, dans un supermarché par une femme voilée. Une agression qui a fait deux blessés. Selon lui, cet acte présente toutes les caractéristiques d’un attentat islamiste.

    BV