08/04/2008

Israël: "Je suis khazar et fier de l'être"

650796028.jpg
Parmi la profusion de héros nationaux que le peuple d'Israël a produits au fil des générations, le sort n'aura pas été favorable à Dahia Al-Kahina qui dirigea les Berbères de l'Aurès, en Afrique du Nord. Bien qu'elle fût une fière juive, peu d'Israéliens ont entendu le nom de cette reine guerrière qui, au septième siècle de l'ère chrétienne, a unifié plusieurs tribus berbères et a même repoussé l'armée musulmane qui envahissait le nord de l'Afrique. La raison en est peut-être que Dahia Al-Kahina était née d'une tribu berbère convertie semble-t-il plusieurs générations avant sa naissance, vers le 6e siècle.

D'après l'historien Shlomo Sand, auteur du livre « Quand et comment le peuple juif a-t-il été inventé ? » (aux éditions Resling – en hébreu), la tribu de la reine ainsi que d'autres tribus d'Afrique du Nord converties au judaïsme sont l'origine principale à partir de laquelle s'est développé le judaïsme séfarade. Cette affirmation, concernant les origines des Juifs d'Afrique du Nord à partir de tribus locales qui se seraient converties – et non à partir d'exilés de Jérusalem – n'est qu'une composante dans l'ample argumentation développée dans le nouvel ouvrage de Sand, professeur au département d'Histoire de l'Université de Tel Aviv.

Dans ce livre, Sand démontrent que les Juifs qui vivent aujourd'hui en Israël et en d'autres endroits dans le monde, ne sont absolument pas les descendants du peuple ancien qui vivait dans le royaume de Judée à l'époque du premier et du second Temple. Ils tirent leur origine, selon lui, de peuples variés qui se sont convertis au cours de l'Histoire en divers lieux du bassin méditerranéen et régions voisines. Non seulement les Juifs d'Afrique du Nord descendraient pour la plupart de païens convertis, mais aussi les Juifs yéménites (vestiges du royaume Himyarite, dans la péninsule arabique, qui s'était converti au judaïsme au quatrième siècle) et les Juifs ashkénazes d'Europe de l'Est (des réfugiés du royaume khazar converti au huitième siècle).

A la différence d'autres « nouveaux historiens » qui ont cherché à ébranler les conventions de l'historiographie sioniste, Shlomo Sand ne se contente pas de revenir sur 1948 ou sur les débuts du sionisme, mais remonte des milliers d'années en arrière. Il tente de prouver que le peuple juif n'a jamais existé comme « peuple-race » partageant une origine commune, mais qu'il est une multitude bigarrée de groupes humains qui, à des moments différents de l'Histoire, ont adopté la religion juive. D'après Sand, chez certains penseurs sionistes, cette conception mythique des Juifs comme peuple ancien conduit à une pensée réellement raciste : « Il y a eu, en Europe, des périodes où, si quelqu'un avait déclaré que tous les Juifs appartenaient à un peuple d'origine non juive, il aurait été jugé antisémite séance tenante. Aujourd'hui, si quelqu'un ose suggérer que ceux qui sont considérés comme juifs, dans le monde, n'ont jamais constitué et ne sont toujours pas un peuple ni une nation, il est immédiatement dénoncé comme haïssant Israël » (p. 31).

D'après Sand, la description des Juifs comme un peuple d'exilés, errant et se tenant à l'écart, qui « ont erré sur mers et sur terres, sont arrivés au bout du monde et qui, finalement, avec la venue du sionisme, ont fait demi-tour pour revenir en masse sur leur terre orpheline », cette description ne relève que d'une « mythologie nationale ». Tout comme d'autres mouvements nationaux en Europe, qui ont revisité un somptueux âge d'or pour ensuite, grâce à lui, forger leur passé héroïque – par exemple, la Grèce classique ou les peuples nordiques– afin de prouver qu'ils existaient depuis fort longtemps, « de même, les premiers bourgeons du nationalisme juif se sont tournés vers cette lumière intense dont la source était le royaume mythologique de David » (p. 81).

Mais alors, quand le peuple juif a-t-il réellement été inventé, selon l'approche de Sand ? « Dans l'Allemagne du 19e siècle, à un certain moment, des intellectuels d'origine juive, influencés par le caractère ‘volkiste' du nationalisme allemand, se sont donné pour mission de fabriquer un peuple "rétrospectivement", avec la soif de créer une nation juive moderne. A partir de l'historien Heinrich Graetz, des intellectuels juifs commencent à esquisser l'histoire du judaïsme comme l'histoire d'un peuple qui avait un caractère national, qui est devenu un peuple errant et qui a finalement fait demi-tour pour revenir dans sa patrie. »

- En fait, l'essentiel de votre livre ne s'occupe pas de l'invention du peuple juif par le nationalisme juif moderne mais de la question de savoir d'où viennent les Juifs.

« Mon projet initial était de prendre une catégorie spécifique de matériaux historiographiques modernes, d'examiner comment on avait fabriqué la fiction du peuple juif. Mais dès que j'ai commencé à confronter les sources historiographiques, je suis tombé sur des contradictions. Et c'est alors ce qui m'a poussé – je me suis mis au travail, sans savoir à quoi j'aboutirais. J'ai pris des documents originaux pour essayer d'examiner l'attitude d'auteurs anciens – ce qu'ils avaient écrit à propos de la conversion. »

Shlomo Sand, historien du 20e siècle, avait jusqu'à présent étudié l'histoire intellectuelle de la France moderne (dans son livre « L'intellectuel, la vérité et le pouvoir », Am Oved éd., 2000 - en hébreu), et les rapports entre le cinéma et l'histoire politique (« Le cinéma comme Histoire », Am Oved, 2002 - en hébreu). D'une manière inhabituelle pour des historiens de profession, il se penche, dans son nouveau livre, sur des périodes qu'il n'avait jamais étudiées – généralement en s'appuyant sur des chercheurs antérieurs qui ont avancé des positions non orthodoxes sur les origines des Juifs.

- Des spécialistes de l'histoire du peuple juif affirment que vous vous occupez de questions dont vous n'avez "aucune compréhension" et que vous vous fondez sur des auteurs que vous ne pouvez pas lire dans le texte.

« Il est vrai que je suis un historien de la France et de l'Europe, et pas de l'Antiquité. Je savais que dès lors que je m'occuperais de périodes anciennes comme celles-là, je m'exposerais à des critiques assassines venant d'historiens spécialisés dans ces champs d'étude. Mais je me suis dit que je ne pouvais pas en rester à un matériel historiographique moderne sans examiner les faits qu'il décrit. Si je ne l'avais pas fait moi-même, il aurait fallu attendre une génération entière. Si j'avais continué à travailler sur la France, j'aurais peut-être obtenu des chaires à l'université et une gloire provinciale. Mais j'ai décidé de renoncer à la gloire. »

« Après que le peuple ait été exilé de force de sa terre, il lui est resté fidèle dans tous les pays de sa dispersion et n'a pas cessé de prier et d'espérer son retour sur sa terre pour y restaurer sa liberté politique » : voilà ce que déclare, en ouverture, la Déclaration d'Indépendance. C'est aussi la citation qui sert de préambule au troisième chapitre du livre de Shlomo Sand, intitulé « L'invention de l'Exil ». Aux dires de Sand, l'exil du peuple de sa terre n'a en fait jamais eu lieu.

« Le paradigme suprême de l'envoi en exil était nécessaire pour que se construise une mémoire à long terme, dans laquelle un peuple-race imaginaire et exilé est posé en continuité directe du "Peuple du Livre" qui l'a précédé », dit Sand ; sous l'influence d'autres historiens qui se sont penchés, ces dernières années, sur la question de l'Exil, il déclare que l'exil du peuple juif est, à l'origine, un mythe chrétien, qui décrivait l'exil comme une punition divine frappant les Juifs pour le péché d'avoir repoussé le message chrétien. « Je me suis mis à chercher des livres étudiant l'envoi en exil – événement fondateur dans l'Histoire juive, presque comme le génocide ; mais à mon grand étonnement, j'ai découvert qu'il n'y avait pas de littérature à ce sujet. La raison en est que personne n'a exilé un peuple de cette terre. Les Romains n'ont pas déporté de peuples et ils n'auraient pas pu le faire même s'ils l'avaient voulu. Ils n'avaient ni trains ni camions pour déporter des populations entières. Pareille logistique n'a pas existé avant le 20e siècle. C'est de là, en fait, qu'est parti tout le livre : de la compréhension que la société judéenne n'a été ni dispersée ni exilée. »

- Si le peuple n'a pas été exilé, vous affirmez en fait que les véritables descendants des habitants du royaume de Judée sont les Palestiniens.

« Aucune population n'est restée pure tout au long d'une période de milliers d'années. Mais les chances que les Palestiniens soient des descendants de l'ancien peuple de Judée sont beaucoup plus élevées que les chances que vous et moi en soyons. Les premiers sionistes, jusqu'à l'insurrection arabe, savaient qu'il n'y avait pas eu d'exil et que les Palestiniens étaient les descendants des habitants du pays. Ils savaient que des paysans ne s'en vont pas tant qu'on ne les chasse pas. Même Yitzhak Ben Zvi, le second président de l'Etat d'Israël, a écrit en 1929, que "la grande majorité des fellahs ne tirent pas leur origine des envahisseurs arabes, mais d'avant cela, des fellahs juifs qui étaient la majorité constitutive du pays". »

- Et comment des millions de Juifs sont-ils apparu tout autour de la Méditerranée ?

« Le peuple ne s'est pas disséminé, c'est la religion juive qui s'est propagée. Le judaïsme était une religion prosélyte. Contrairement à une opinion répandue, il y avait dans le judaïsme ancien une grande soif de convertir. Les Hasmonéens furent les premiers à commencer à créer une foule de Juifs par conversions massives, sous l'influence de l'hellénisme. Ce sont les conversions, depuis la révolte des Hasmonéens jusqu'à celle de Bar Kochba, qui ont préparé le terrain à la diffusion massive, plus tard, du christianisme. Après le triomphe du christianisme au 4e siècle, le mouvement de conversion a été stoppé dans le monde chrétien et il y a eu une chute brutale du nombre de Juifs. On peut supposer que beaucoup de Juifs apparus autour de la mer Méditerranée sont devenus chrétiens. Mais alors, le judaïsme commence à diffuser vers d'autres régions païennes – par exemple, vers le Yémen et le Nord de l'Afrique. Si le judaïsme n'avait pas filé de l'avant à ce moment-là, et continué à convertir dans le monde païen, nous serions restés une religion totalement marginale, si même nous avions survécu. »

- Comment en êtes-vous arrivé à la conclusion que les Juifs d'Afrique du Nord descendent de Berbères convertis ?

« Je me suis demandé comment des communautés juives aussi importantes avaient pu apparaître en Espagne. J'ai alors vu que Tariq Ibn-Ziyad, commandant suprême des musulmans qui envahirent l'Espagne, était berbère et que la majorité de ses soldats étaient des Berbères. Le royaume berbère juif de Dahia Al-Kahina n'avait été vaincu que 15 ans plus tôt. Et il y a, en réalité, plusieurs sources chrétiennes qui déclarent que beaucoup parmi les envahisseurs d'Espagne étaient des convertis au judaïsme. La source profonde de la grande communauté juive d'Espagne, c'étaient ces soldats berbères convertis au judaïsme. »

Aux dires de Sand, l'apport démographique le plus décisif à la population juive dans le monde s'est produit à la suite de la conversion du royaume khazar – vaste empire établi au Moyen-âge dans les steppes bordant la Volga et qui, au plus fort de son pouvoir, dominait depuis la Géorgie actuelle jusqu'à Kiev. Au 8e siècle, les rois khazars ont adopté la religion juive et ont fait de l'hébreu la langue écrite dans le royaume. A partir du 10e siècle, le royaume s'est affaibli et au 13e siècle, il a été totalement vaincu par des envahisseurs mongols et le sort de ses habitants juifs se perd alors dans les brumes.

Shlomo Sand revisite l'hypothèse, déjà avancée par des historiens du 19e et du 20e siècles, selon laquelle les Khazars convertis au judaïsme seraient l'origine principale des communautés juives d'Europe de l'Est. « Au début du 20e siècle, il y a une forte concentration de Juifs en Europe de l'Est : trois millions de Juifs, rien qu'en Pologne », dit-il ; « l'historiographie sioniste prétend qu'ils tirent leur origine de la communauté juive, plus ancienne, d'Allemagne, mais cette historiographie ne parvient pas à expliquer comment le peu de Juifs venus d'Europe occidentale – de Mayence et de Worms – a pu fonder le peuple yiddish d'Europe de l'Est. Les Juifs d'Europe de l'Est sont un mélange de Khazars et de Slaves repoussés vers l'Ouest. »

- Si les Juifs d'Europe de l'Est ne sont pas venus d'Allemagne, pourquoi parlaient-ils le yiddish, qui est une langue germanique ?

« Les Juifs formaient, à l'Est, une couche sociale dépendante de la bourgeoisie allemande et c'est comme ça qu'ils ont adopté des mots allemands. Je m'appuie ici sur les recherches du linguiste Paul Wechsler, de l'Université de Tel Aviv, qui a démontré qu'il n'y avait pas de lien étymologique entre la langue juive allemande du Moyen-âge et le yiddish. Le Ribal (Rabbi Yitzhak Bar Levinson) disait déjà en 1828 que l'ancienne langue des Juifs n'était pas le yiddish. Même Ben Tzion Dinour, père de l'historiographie israélienne, ne craignait pas encore de décrire les Khazars comme l'origine des Juifs d'Europe de l'Est et peignait la Khazarie comme la "mère des communautés de l'Exil" en Europe de l'Est. Mais depuis environ 1967, celui qui parle des Khazars comme des pères des Juifs d'Europe de l'Est est considéré comme bizarre et comme un doux rêveur. »

- Pourquoi, selon vous, l'idée d'une origine khazar est-elle si menaçante ?

« Il est clair que la crainte est de voir contester le droit historique sur cette terre. Révéler que les Juifs ne viennent pas de Judée paraît réduire la légitimité de notre présence ici. Depuis le début de la période de décolonisation, les colons ne peuvent plus dire simplement : "Nous sommes venus, nous avons vaincu et maintenant nous sommes ici" – comme l'ont dit les Américains, les Blancs en Afrique du Sud et les Australiens. Il y a une peur très profonde que ne soit remis en cause notre droit à l'existence. »

- Cette crainte n'est-elle pas fondée ?

« Non. Je ne pense pas que le mythe historique de l'exil et de l'errance soit la source de ma légitimité à être ici. Dès lors, cela m'est égal de penser que je suis d'origine khazar. Je ne crains pas cet ébranlement de notre existence, parce que je pense que le caractère de l'Etat d'Israël menace beaucoup plus gravement son existence. Ce qui pourra fonder notre existence ici, ce ne sont pas des droits historiques mythologiques mais le fait que nous commencerons à établir ici une société ouverte, une société de l'ensemble des citoyens israéliens. »

- En fait, vous affirmez qu'il n'y a pas de peuple juif.

« Je ne reconnais pas de peuple juif international. Je reconnais un "peuple yiddish" qui existait en Europe de l'Est, qui n'est certes pas une nation mais où il est possible de voir une civilisation yiddish avec une culture populaire moderne. Je pense que le nationalisme juif s'est épanoui sur le terreau de ce "peuple yiddish". Je reconnais également l'existence d'une nation israélienne, et je ne lui conteste pas son droit à la souveraineté. Mais le sionisme, ainsi que le nationalisme arabe au fil des années, ne sont pas prêts à le reconnaître.

« Du point de vue du sionisme, cet Etat n'appartient pas à ses citoyens, mais au peuple juif. Je reconnais une définition de la Nation : un groupe humain qui veut vivre de manière souveraine. Mais la majorité des Juifs dans le monde ne souhaite pas vivre dans l'Etat d'Israël, en dépit du fait que rien ne les en empêche. Donc, il n'y a pas lieu de voir en eux une nation. »

- Qu'y a-t-il de si dangereux dans le fait que les Juifs s'imaginent appartenir à un seul peuple ? Pourquoi serait-ce mal en soi ?

« Dans le discours israélien sur les racines, il y a une dose de perversion. C'est un discours ethnocentrique, biologique, génétique. Mais Israël n'a pas d'existence comme Etat juif : si Israël ne se développe pas et ne se transforme pas en société ouverte, multiculturelle, nous aurons un Kosovo en Galilée. La conscience d'un droit sur ce lieu doit être beaucoup plus souple et variée, et si j'ai contribué avec ce livre à ce que moi-même et mes enfants puissions vivre ici avec les autres, dans cet Etat, dans une situation plus égalitaire, j'aurai fait ma part.

« Nous devons commencer à œuvrer durement pour transformer ce lieu qui est le nôtre en une république israélienne, où ni l'origine ethnique, ni la croyance n'auront de pertinence au regard de la Loi. Celui qui connaît les jeunes élites parmi les Arabes d'Israël, peut voir qu'ils ne seront pas d'accord de vivre dans un Etat qui proclame n'être pas le leur. Si j'étais Palestinien, je me rebellerais contre un tel Etat, mais c'est aussi comme Israélien que je me rebelle contre cet Etat. »

- La question est de savoir si, pour arriver à ces conclusions-là, il était nécessaire de remonter jusqu'au royaume des Khazars et jusqu'au royaume Himyarite.

« Je ne cache pas que j'éprouve un grand trouble à vivre dans une société dont les principes nationaux qui la dirigent sont dangereux, et que ce trouble m'a servi de moteur dans mon travail. Je suis citoyen de ce pays, mais je suis aussi historien, et en tant qu'historien, j'ai une obligation d'écrire de l'Histoire et d'examiner les textes. C'est ce que j'ai fait. »

- Si le mythe du sionisme est celui du peuple juif revenu d'exil sur sa terre, que sera le mythe de l'Etat que vous imaginez ?

« Un mythe d'avenir est préférable selon moi à des mythologies du passé et du repli sur soi. Chez les Américains, et aujourd'hui chez les Européens aussi, ce qui justifie l'existence d'une nation, c'est la promesse d'une société ouverte, avancée et opulente. Les matériaux israéliens existent, mais il faut leur ajouter, par exemple, des fêtes rassemblant tous les Israéliens. Réduire quelque peu les jours de commémoration et ajouter des journées consacrées à l'avenir. Mais même aussi, par exemple, ajouter une heure pour commémorer la "Nakba", entre le Jour du Souvenir et la Journée de l'Indépendance. »

Shlomo Sand est né en 1946 à Linz (Autriche) et a vécu les deux premières années de sa vie dans les camps de réfugiés juifs en Allemagne. En 1948, ses parents émigrent en Israël, où il a grandi. Il finit ses études supérieures en histoire, entamées à l'université de Tel-Aviv, à l'École des hautes études en sciences sociales, à Paris. Depuis 1985, il enseigne l'histoire de l'Europe contemporaine à l'université de Tel-Aviv. Il a notamment publié en français : « L'Illusion du politique. Georges Sorel et le débat intellectuel 1900 » (La Découverte, 1984), « Georges Sorel en son temps », avec J. Julliard (Seuil, 1985), « Le XXe siècle à l'écran » (Seuil, 2004). « Les mots et la terre. Les intellectuels en Israël » (Fayard, 2006)

(Traduction de l'hébreu : Michel Ghys)

Ofri Ilani
(Source: alterinfo.org)

Commentaires

il n'est pas loin le temps où ce discours sera interdit et sévèrement sanctionné.
Mais au fil de mes lectures j'en étais arrivé, plus intuitivement que scientifiquement à des conditions similaires.
Toutefois je ne crois pas qu'on puisse nier l'existence dans l'antiquité aux alentours de l'époque du Christ et de ses apôtres de communautés importantes de Juifs, en Egypte, à Rome, en Espagne, en Gaule même.
La légende des Saintes Femmes et de la venue d'autres apôtres n'est pas que légende à mon avis.
Par contre que sont-elles devenues ces communautés ? C'est là que le discours de Shlomo Sand prend tout son intérêt.

Écrit par : Paul-Emic | 09/04/2008

Répondre à ce commentaire

Je me demande si un Français qui dirait : « je suis Français et fier de l’être » pourrait le dire longtemps….

Est-ce que M. Sand a été invité au dernier « salon du livre », avec tous ses livres en hébreu ?

Écrit par : abad | 09/04/2008

Répondre à ce commentaire

Paul-Emic: les Saintes Femmes étaient des chrétiennes, des disciples du Christ - si elles ont existé, ce qui n'est pas prouvé. Les apôtres étaient des chrétiens, et le Christ avait dit: "Il n'y a plus de Juifs!"... Les premières communautés religieuses chrétiennes (fondées justement à Marseille! St Victor, etc... que de couvents à cette époque, si on lit l'Histoire de Marseille!) étaient créées par des Juifs convertis au christianisme: il n'y avait plus de Juifs, mais un seul Peuple, celui des hommes de cette terre, sans considération de naissance ou d'origine. L'ancien monde était aboli: c'est le Nouveau Testament.
Je savais pour les Khazars.
Les Juifs étaient nombreux à Rome! On dit que la femme de Néron était juive. Il faut lire Celse, qui lui confond juifs et premiers chrétiens, à bon droit sans doute. Mais il reste curieux qu'en Egypte, il n'est nulle part fait mention des Juifs dans les papyrus, inscriptions et autres documents très nombeux et déchiffrés: on y parle de toutes sortes de peuples orientaux, mais jamais des Hébreux. Ce qui est en contradiction avec l'Ancien Testament.

Écrit par : Gaëlle Mann | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

je me suis mal fait comprendre :
pour l'Egypte je ne parle pas de l'épisode de l'Exode** mais de la communauté juive d'Alexandrie qui est attestée historiquement . D'ailleurs la bible dite des Septante a été traduite à Alexandrie me semble-t-il.
La communauté juive de Rome n'en parlons-pas elle est attestée ne serait-ce que par les Epitres et les Actes des Apôtres.
Celle d'Espagne du temps de l'Empire Romain, elle est attestée par d'autres sources. Ce que personne ne sait , et pas moi c'est sûr, c'est si ces communautés se sont transformées en communautés chrétiennes ou bien sont à la source des futures communautés juives d'Europe, voire d'Afrique du Nord.
Shlomo Sand dit que non et c'est intéressant.

** on n'en parle pas dans le cadre de l'Exode mais on en parle quand même plusieurs fois . Une fois sur une stèle retrouvée en Palestine où le Pharaon du moment considérait qu'il les avait rayé de la carte (un peu de forfanterie était habituel dans ce genre d'occasions) et au moins une autre fois sur des bas reliefs où l'on voit des prisonniers asiatiques dont certains pourraient être des Hébreux ou du moins ce que nous nommons ainsi, eux leur donnant deux noms dont celui d'Apirou dont on voit bien qu'il peut être la version Egyptienne d'Hébreu

Écrit par : Paul-Emic | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

j'ajouterais que si ce livre est traduit, la France sera certainement le dernier pays où il apparaîtra tant est lourd ici le poids du politiquement correct et la force du non-dit.

Écrit par : Paul-Emic | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

@Paul-Emic, en attendant une hypothétique traduction et diffusion en France de Schlomo Sand, il y a d'autre livres à lire sur le sujet. Je suis assez sceptique quand à ses affirmations sur les sépharades (Afrique du Nord), kabyles convertis il y deux mille ans environ. Je ne peux dire pourquoi ici.

Écrit par : Gaëlle Mann | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

Pour les sépharades, il faut aussi tenir compte du fait que pendant la domination turque, des Juifs d'Asie mineure et du Proche Orient , voire du sud de l'Europe (Grèce, Balkans, actuelles Bulgarie et Roumanie, Caucase) ont put ré-essaimer en Afrique du nord. Cela se voit dans certains noms.
Sinon l'épisode de la reine Kabyle des Aurès est attesté.
Pour la période allant de l'invasion musulmane de l'Afrique du Nord à la Reconquista espagnole, j'avoue mon ignorance.

Écrit par : Paul-Emic | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

@Paul-Emic, entre tout ce que dit la Bible sur les Hébreux en Egypte (jusqu'à l'Exode) et le nombre infime de "documents" égyptiens, (les apirou, qui pourraient être les Hébreux, un autre auteur dit qu'apirou signifiait "lépreux"... On ne peut être vraiment sûr), il y a une disproportion frappante, tout de même... Mais le propos de Sand est de tenter de prouver que les Juifs actuels vivant en Israël suivant la Loi du retour sont en réalité d'origine khazare. Lui-même se disant "khazar". Les vrais Juifs seraient restés en Judée. C'étaient des paysans, et les paysans ne s'exilent pas, restent sur leurs terres. C'est qu'il écrit et répond à l'intervieweur israélien. Donc, selon lui et ses recherches historiques, les Juifs actuels se sont inventé un passé biblique, alors que leur pays souche n'est pas la Judée - ni la Palestine. Mais l'Asie, la Khazarie. C'est ce que j'ai cru comprendre. Les communautés juives en Egypte, cela est sûr. Pour les Septante aussi. Sand ne semble pas trop à son aise avec les communautés berbères converties au judaïsme: il y en a eu, mais il faut aussi considérer cela selon un plan vertical (le temps) et non seulement horizontal (le lieu)
Sand veut dire aussi qu'il n'ya pas de "peuple-race", donc pas de peuple élu (?).
Je suis dans l'ignorance quant à toutes ces communautés qui se convertissent, passent d'une religion à l'autre suivant les vainqueurs!
Quoi qu'il dise, il me semble qu'il existe une identité juive, pas seulement de nature religieuse, qui perdure à travers les millénaires... Ces communautés qui observent la Torah et le Talmud vivaient côte à côte avec les Musulmans en Afrique du Nord, et cela depuis des siècles.
C'est extrêmement complexe. Je t'avoue mon ignorance sur le devenir de toutes ces communautés, sédentaires ou nomades, en diaspora. Il y a des Juifs partout dans le monde, anciens convertis au judaïsme (?) ou faussement/vraiment convertis au christianisme (les conversos, les marranes...), ou qui se sont fondus (plus métissage ethnique) dans les masses musulmanes et chrétiennes. Schlomo Sand pose un sacré problème!
"D'où viennent les Juifs actuels, qui se prétendent tels?" C'est sa grande interrogation. J'espère que son livre sera traduit en français. Bien que sa question ne m'intéresse pas de façon directe!

Je t'avoue mon ignorance sur tous ces points que tu soulèves à bon droit, -sauf pour l'origine asiatique/khazar, - qui est controversée... -hypothèse qu'il reprend avec force.

Amicalement

Écrit par : Gaëlle Mann | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

tout comme moi, j'aimerais bien lire ce livre .
Sinon sur les origines des Hébreux je te conseille "La Bible dévoilée" d'Israël Finkelstein (Etudes poche) très intéressant qui en particulier remet en cause l'Exode et le royaume de David et Salomon.

Écrit par : Paul-Emic | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

Dahia Al-kahina ou La Kahena, reine des Jeraoua, tribu juive, s’est effectivement opposée farouchement aux arabes. Mais elle fut tuée en 698 dans les Aurès, l’année de la prise de Carthage par les arabes. Ensuite les arabes, sous la conduite de Moussa Ibn Nocair, achèvent le conquête de l’Afrique du nord et convertissent par la force les Berbères à l’Islam. Mais il n’est pas tout à fait sûr qu’elle fut juive ; elle était peut-être chrétienne.

Écrit par : abad | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

Peut-être pourez vous m'aider

Je cherche des représentations des tenues portée pas les femmes au environs des années 800

C'est pour de la reconstitution historique

Je vous remercie d'avance pour l'attention que vous porterez a ma demande

Loreena

Écrit par : Loreena | 10/06/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.