Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2012

Communiqués de l'université Paris 7

 
Publié le 14 Juin 2012

 

Nous publions, ci-après et en PDF téléchargeables ci-contre, les communiqués du président de l’université Paris Diderot, Vincent Berger, et du doyen de la Faculté de Médecine de cette même université, Benoît Schlemmer, rendus publics, ce jeudi 14 juin 2012, à la suite de la question d’examen posée par Christophe Oberlin, enseignant dans cette faculté, lors d’une récente épreuve de contrôle de connaissance, à ses élèves.

« Vincent Berger rappelle que le principe d’indépendance des enseignants chercheurs, inscrit dans notre constitution, n’autorise en rien le non-respect des valeurs fondamentales du service public »

Communiqué du président de l’université Paris Diderot

 

14 juin 2012

 

Le Président de l’université Paris Diderot, Vincent Berger, souhaite faire part de sa consternation à la lecture d’une question posée aux étudiants le 12 juin 2012 dans le cadre d’un examen optionnel de médecine.

 Cette question interrogeait sur la qualification de crime de guerre, de crime contre l’humanité, ou de génocide, le résultat d’un bombardement dans la bande de Gaza ayant fait 22 victimes.

 

Cette question comporte un caractère polémique regrettable, qui contrevient à l’esprit de neutralité et de laïcité de l’enseignement supérieur. Vincent Berger rappelle que le principe d’indépendance des enseignants chercheurs, inscrit dans notre constitution, n’autorise en rien le non-respect des valeurs fondamentales du service public. Le Président de l’université considère d’autre part que cette question dépasse le cadre pédagogique de la discipline concernée, ne relevant ni de médecine, ni de médecine humanitaire.

 

Le Président de l’université regrette le « hors-sujet » d’un de ses professeurs. Il comprend l’émotion suscitée, au sein de la communauté universitaire et au-delà, par une telle question au sein d’un examen universitaire.

 

Il est décidé de l’ouverture d’une enquête administrative qui sera instruite strictement dans le cadre des instances académiques de l’université.

 

Vincent Berger

Président de l'Université Paris Diderot

 

 

18:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Cher abad, Christophe Oberlin va le payer...

Écrit par : Gaëlle Mann | 15/06/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.