22/06/2012

GOETHE (1749-1832) - Il était un roi de Thulé

Le poète français Gérard de Nerval publie une traduction du poème de Goethe dans La Bohème galante (1855). Il existe également d'autres traduction d'auteurs français, comme Charles Gounod.

Il était un roi de Thulé
À qui son amante fidèle
Légua, comme souvenir d’elle,
Une coupe d’or ciselé.
C’était un trésor plein de charmes
Où son amour se conservait :
À chaque fois qu’il y buvait
Ses yeux se remplissaient de larmes.
Voyant ses derniers jours venir,
Il divisa son héritage
Mais il excepta du partage
La coupe, son cher souvenir.
Il fit à la table royale
Asseoir les barons dans sa tour ;
Debout et rangée alentour,
Brillait sa noblesse loyale.
Sous le balcon grondait la mer.
Le vieux roi se lève en silence,
Il boit, — frissonne, et sa main lance
La coupe d’or au flot amer !
Il la vit tourner dans l’eau noire,
La vague en s’ouvrant fit un pli,
Le roi pencha son front pâli…
Jamais on ne le vit plus boire.
 
(1774)
 

02:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Merci Gaelle pour ce magnifique poeme plein de reves et des références que nous aimons.
Il faut également en admirer cette traduction, si parfaite qu'elle fait mentir l'adage italien que vous connaissez "traduttore : traditore" (traducteur égal traitre). Goethe qui était francophone y aurait vu ici son génie s y glisser tel son ame, exacte dans un nouveau corps.

Écrit par : Décée | 22/06/2012

Répondre à ce commentaire

Très beau poème, admirablement traduit par de Nerval. Schubert en fit une splendide mélodie que Goethe ne sut pas apprécier. Ce grand poète, qui fut pourtant, aussi, un authentique savant naturaliste et physicien, ne comprenait pas grand-chose à la musique.

Écrit par : abad | 22/06/2012

Répondre à ce commentaire

Maria Callas l'interprete dans Faust:
http://www.youtube.com/watch?v=288u-gTn7kk

Écrit par : nelly | 22/06/2012

Répondre à ce commentaire

Très belle traduction de Gérard de Nerval!

Merci,chère Gaëlle,pour ce beau lied(un des trois lieder que Goethe fait dire à Marguerite,dans son Faust),émouvante ballade qu'elle fredonne le soir de sa première rencontre avec Faust,où Thulé est ce lieu magique situé ...quelque part...,là où l'on voit au-delà du possible!

Écrit par : tania | 22/06/2012

Répondre à ce commentaire

Merci Gaëlle pour ces poésies qui nous rappellent la richesse des Lettres européennes.
Cette traduction de Nerval est tellement réussie, qu'on se demande ce que doit être l'original de Goethe que je ne connais pas ! Pas un mot de trop, un rythme naturel, une chute nette. C'est "techniquement" et "émotionnellement" parfait !

Écrit par : dirk | 22/06/2012

Répondre à ce commentaire

dirk, c'st une merveilleuse traduction. Je ne connais pas l'allemand, mais je pense qu'on ne pouvait guère fait mieux. Je fais entièrement confiance à Gérard de Nerval.

Écrit par : Gaëlle Mann | 23/06/2012

Répondre à ce commentaire

@ dirk: le beau et noble visage de Goethe! Notre Europe qu'on veut détruire!

Écrit par : Gaëlle Mann | 23/06/2012

Répondre à ce commentaire

Merci à vous aussi, nelly !

J'aime beaucoup Maria Callas!

Écrit par : Gaëlle Mann | 23/06/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.