Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2016

Marine Le Pen inaugure son QG de campagne dans la même rue que l'Elysée

XVMd7dd1540-ac06-11e6-a681-5cfa72a17503.jpg QG Marine.jpg

LE SCAN POLITIQUE - La présidente du Front national a également présenté le logo de sa campagne : une rose bleue horizontale et sans épines.

Elle a osé. Marine Le Pen, présidente du Front national, a inauguré son QG de campagne, mercredi, à Paris, au 262 rue du Faubourg Saint-Honoré. Situés à deux pas de l'Arc de Triomphe, les bureaux, répartis sur deux étages, sont installés sur une artère menant directement au Palais de l'Elysée. Elle a d'ailleurs précisé que l'adresse n'était qu'à «1,7 km de l'Elysée». Le clin d'oeil est totalement assumé par la candidate à la présidentielle et ses équipes. «Cela rendra le déménagement plus facile en mai», s'amuse Jean-Michel Dubois, le trésorier de la campagne qui a découvert l'endroit après avoir visité d'autres adresses du «triangle d'or». Ce quartier du 8e arrondissement de Paris, a été également été choisi pour son accessibilité depuis Nanterre, où siège le FN. À l'intérieur, la décoration, à dominante «bleu marine», est le choix de la présidente. «Ce QG est parfaitement à mon image» a-t-elle confié en dévoilant également le logo de sa campagne présidentielle.

La rose piquée aux socialistes

- Crédits photo : CHARLES PLATIAU/REUTERS

Resté secret jusqu'à la dernière minute, celui-ci est tout aussi subversif: une rose bleue horizontale et sans épines épouse le slogan «Marine Présidente». «Les épines, nous les avons laissées aux socialistes», précise la candidate en reconnaissant l'image d'une pointe prête à viser sa cible. Elle avait imaginé ce symbole il y a plusieurs mois. Double symbole puisque la rose et la couleur bleu renvoient au clivage gauche-droite auquel la présidente du FN ne croit plus. S'en emparer aujourd'hui, en promettant d'incarner un «nouveau monde» politique où les «patriotes» sont invités à militer contre les «mondialistes», est donc une double provocation qui suscite nombre de sourires dans les rangs frontistes. Gilbert Collard voit aussi une «épée» dans cette rose sans épines. Mais quand on lui demande ce qu'il répondrait aux socialistes si ceux-ci décidaient soudain de protester contre «l'outrage», le député du Gard répond: «Je leur conseillerais simplement d'aller suivre des cours d'horticulture».

Hasard ou pas du calendrier, au même moment, Emmanuel Macron lançait sa candidature au nom de la «révolution démocratique». Mais Marine Le Pen a largement minimisé la menace. Elle a affirmé ne pas craindre le «candidat des banques» et douter fortement de sa capacité à incarner le renouveau en politique.

03:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Dont acte.
Mais je n'aime pas cette rose bleue et cette inscription qui me font penser à une plaque funéraire...
Par ailleurs, installer un Q G près de l'Elysée est interprété négativement et peut se retourner contre la candidate qui, par contre, en cas de victoire (mais je n'y crois pas avec le système à deux tours) n'aurait pas loin à se déplacer pour gagner le palais.

Écrit par : Louis | 17/11/2016

Sur le plan esthétique, l’affiche de campagne est réussie !
J’aurais aimé retrouvé la flamme tricolore, même très discrète !

Écrit par : abad | 17/11/2016

J'ai trouvé que cette rose bleue était un peu trop "féminine"... Mais elle peut plaire beaucoup!

Écrit par : Gaëlle Mann | 18/11/2016

Les commentaires sont fermés.