Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2016

Peine alourdie pour le buraliste de Lavaur : 10 ans de prison ferme : scandaleux!

http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/haut...  (lien pour voir la vidéo)

fullsizerender_003.jpg buraliste tarn.jpg

http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/haute-garonne/toulouse/peine-alourdie-appel-buraliste-lavaur-10-ans-prison-1152339.html

 

Luc Fournié, buraliste à Lavaur (Tarn), qui avait tué un jeune cambrioleur, a été condamné vendredi soir en appel à Toulouse à 10 ans de prison, soit 3 ans de plus qu'en 1è instance, par la cour d'assises de Haute-Garonne, qui a exclu la thèse de la légitime défense. Il se pourvoit en cassation

 

  • Publié le , mis à jour le

© S. Duchampt / France 3 Luc Fournié avec ses avocats devant les assises de la Haute-Garonne

Après 5H30 de délibéré, le verdict est tombé peu après 23 heures dans une salle d'audience qui n'avait pas désempli : 10 ans de prison ferme, 3 de plus qu'en première instance.

Ce verdict a aussitôt entraîné une vague d'émotion et de colère chez la famille de Luc Fournié, alors que des pleurs résonnaient du côté des proches de la victime.

L'accusé, qui comparaissait libre, a semblé assommé.

Dans son verdict, la cour a écarté la légitime défense, jugeant qu'il y avait une "totale disproportion" dans la riposte de Luc Fournié, avec notamment la mise en place, au cours des jours précédents, d'un "stratagème afin de pouvoir tirer sur tout intrus qui entrerait".

Jugeant le verdict "absolument aberrant, incompréhensible", Me Georges Catala, avocat de la défense, a indiqué son intention de se pourvoir en cassation.

La cour a "refusé ce glissement dangereux de la légitime défense à l’autodéfense, que la force l’emporte sur le droit", s'est au contraire félicité Me Simon Cohen, avocat des parties civiles.

Voir le reportage vidéo de Sylvain Duchampt et de Corinne Carrière

10 ans de prison ferme pour la buraliste de Lavaur qui avait tué un cambrioleur

Le buraliste de Lavaur a été condamné en appel à 10 ans de prison vendredi soir pour avoir tué un jeune cambrioleur. Une condamnation plus lourde que la peine requise par le Parquet.


Dans son réquisitoire, l'avocat général avait exclu la légitime défense mais en requérant "cinq ans d'emprisonnement, en n’excluant pas l’octroi du sursis simple pour une partie, voire pour la totalité de la peine". Il avait demandé aux jurés de retenir une peine "proportionnée, juste, équitable et socialement utile".

En première instance, le parquet avait demandé implicitement l'acquittement, en retenant la qualification de légitime défense, mais n'avait pas été suivi par la cour d'assises du Tarn: Luc Fournié avait été condamné à sept ans de prison. Il avait été libéré un mois plus tard, après avoir fait appel.

Il était jugé pour avoir tué d'un coup de fusil de chasse Jonathan, un lycéen de couleur de 17 ans, qui était venu cambrioler son bar-tabac à Lavaur  dans la nuit du 14 décembre 2009, avec un autre adolescent, lui aussi non armé.

BARREAUX SCIES

Quatre jours avant les faits, Luc Fournié avait découvert que les barreaux d'une fenêtre de son café avaient été sciés. Il était alors allé chercher le fusil de son père, des cartouches et avait installé un système d'alarme de fortune, après avoir alerté les gendarmes. Il avait aussi décidé de dormir au rez-de-chaussée et de "faire des rondes".

Vers 2H30 du matin, réveillé par le bruit de la vitre brisée, Luc Fournié était remonté chercher son fusil à l'étage, où se trouvait son domicile, avant de redescendre. Confronté à une silhouette dans la pénombre, il avait tiré à bout portant sur Jonathan, qui s'était effondré, avant de tirer une seconde fois dans la direction de son acolyte, qui s'enfuyait, sans l'atteindre.

"Luc Fournié, c'est vous, c'est moi, c'est eux", avait plaidé Me Laurent Boguet, autre avocat de la défense. "Il n'avait aucune intention de se faire justice lui-même, c'est un homme apeuré, terrorisé, qui a appuyé sur la détente", avait-il lancé.

"Je ne le laisserai pas décrire comme quelqu'un qui est en treillis, planqué derrière la porte de la cuisine", avait-il ajouté avant de demander au jury l'acquittement de l'accusé.

"Nous ne plaidons pas contre Luc Fournié", avait assuré, pour les parties civiles, Me Cohen. "Nous plaidons pour que la légitime défense soit consacrée telle qu’elle est instituée, pour qu'elle ne dégénère pas. Nous plaidons contre l'autodéfense, parce que nous considérons que c'est à la fois une régression et un danger."

"Madame, depuis le 14 décembre 2009, il n'y a pas un seul jour sans que je pense à votre souffrance", avait déclaré M. Fournié, en pleurs, à l'attention de la mère de Jonathan présente dans la salle. Je n'ai jamais voulu tuer votre fils. Pardon, madame, pardon", avait-t-il ajouté avant la clôture des débats. 

Luc Founié a quitté la salle d'audience pour la prison.
 
FRANCE 3
 
(merci à Dirk)

 

19:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Le fait de faire appel est scandaleux, car systématiquement pour en écarter l'usage, les juges en augmentent la sentence.
Le coupable de toute façon est toujours innocent, la victime d'agression n'a pas le droit de se défendre, c'est sa très grande faute. Sua culpa, sua culpa.

Écrit par : turigol | 10/12/2016

ce buraliste ne peut avoir de circonstances atténuantes , c,est un souchien qui gagne honnêtement sa vie en tenant un commerce et qui refuse de se faire voler en défendant sa propriété et peut-être sa vie , comme l,a dit le sieur Cohen " la loi doit l,emporter sur la force " , ce qui traduit veut dire : braves gens du peuple , laissez vous dépouiller et fermer vos G ..!!
salutations.

Écrit par : parvus | 10/12/2016

Un buraliste blanc se défend et tue un cambrioleur noir :
Les juges, tous “libéraux-libertaires”, condamnent le blanc.
Le cambrioleur est appelé “victime”…
Et on ne donne pas le nom de l’avocat de la “victime” : Simon Cohen (parce qu’il est juif), lequel bien sûr, insiste lourdement sur le “vivre ensemble”…

Nous sommes dans le monde “inversé”, qui est la marque caractéristique du monde diabolique…
1984, de George Orwell ! C’est aujourd’hui.
C'est la justice taubirienne, celle du Syndicat de la Magistrature et de son « mur des cons », avec sa sourde haine des blancs…surtout de ceux qui osent encore se défendre contre l'envahisseur !
Cela se paiera un jour !

Écrit par : dirk | 10/12/2016

Voilà un message très fort aux futurs assassins des buralistes (et autres épiciers, bijoutiers, crémiers, etc…) : vous pouvez y aller, vos victimes n’ont pas le droit de se défendre et vous pourrez repartir tranquilles après votre forfait ! Merci et bravo les juges, une fois de plus c’est la victime que vous condamnez et l’agresseur est blanchi de tous ses crimes !

Écrit par : abad | 10/12/2016

Un blanc, agressé chez lui, en pleine nuit, craignant pour sa vie et celle de sa vieille mère, a tué un délinquant qui s'est trouvé être un noir.
Il fallait éviter les émeutes, ont dû penser les jurés.
Cet homme, qui n ' est absolument pour rien dans les événements puisqu'il n'avait pas demandé aux deux racailles de le cambrioler, a été sacrifié sur l' autel du grand remplacement.

Écrit par : anonyme | 11/12/2016

Les commentaires sont fermés.