Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2017

Des racailles et des chiffres

Société / Un nouvel an français sous haute tension

Nouvel an tragique en Turquie et nouvel an sous haute tension en France… Le dispositif de sécurité était au rendez-vous pour faire face à d’éventuelles attaques terroristes, mais c’est finalement contre les actes de délinquances devenues traditionnels pour le jour de l’an que les forces de l’ordre ont été mobilisées… Les pouvoirs publics préfèrent, pour leur part, minimiser les chiffres de ces exactions toujours en forte hausse. Floriane Jeannin

454 interpellations, plus de 300 gardes à vues, le nouvel an 2017 n’a pas dérogée aux traditionnels actes de délinquances de la nuit de la Saint Sylvestre ! Plus de 100 000 policiers, gendarmes et militaires avaient été mobilisés ainsi que 40 000 pompiers. Un peu partout en France dans les quartiers dits “sensibles”, les pompiers ont dû s’employer à éteindre des feux de voitures et de mobiliers urbains. Pour cela les soldats du feu ont été escortés par les forces de police qui ont systématiquement dû sécuriser les lieux d’incendie, ralentissant considérablement l’intervention des pompiers. Dans la région nantaise, ces actes de délinquances ont connu un regain important en dépit des déclarations du directeur de cabinet du préfet qui estime que “la nuit a été plutôt calme en Loire-Atlantique”.

Le mot d’ordre était à la minimisation des exactions pour les pouvoirs publics mais la manipulation des chiffres n’a pas suffit à faire illusion. Pour ce nouvel an, le ministère de l’Intérieur constate 650 mises à feu directes sur le territoire contre 602 l’an passé. Le terme “mise à feu directes” permet de passer sous silence les incendies par propagation c’est-à-dire quand un véhicule ou du mobiliers urbains en feu provoquent l’incendie d’une voiture. Si l’on prend en considération les voitures réellement brûlées, on peut en dénombrer 954, soit une hausse de 20 % par rapport à 2016 ! Peu importe pour le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, le phénomène a été contenu et le nombre d’incendie aurait même baissé de 20 % depuis cinq ans. 2016 est passé mais la manipulation des chiffres socialiste devrait elle durer… Encore au moins 4 mois !

TVL

20:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

seuls des demeurés peuvent encore croire à de telles sornettes , mais malheureusement il en reste toujours des naïfs béats de gauche et de fausse droite .
salutations.

Écrit par : parvus | 02/01/2017

La racaille n’est pas celle que l’on croit : elle est au gouvernement !

Écrit par : abad | 03/01/2017

Les commentaires sont fermés.