Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2017

Le Japon n’a accepté que 28 réfugiés l’an dernier

 

19h30

Le Japon n’a accepté que 28 réfugiés l’an dernier, malgré un nombre record de demandes d’asile, montre un document du gouvernement à paraître vendredi, qui souligne la réticence du pays à accueillir des étrangers.

En 2016, 10.901 personnes ont déposé une demande d’asile au Japon, soit une hausse de 44% par rapport à 2015, quand le pays avait accepté 27 réfugiés.

Parmi les 28 réfugiés acceptés l’an dernier, sept venaient d’Afghanistan, quatre d’Ethiopie et trois d’Erythrée. On ignore si des Syriens ont demandé ou obtenu l’asile.

Quatre-vingt-dix sept personnes se sont également vus attribuer un permis de séjour pour raisons humanitaires, mais sans être reconnues officiellement comme des réfugiés.

L’Indonésie a été en 2016 le premier pays d’origine des demandeurs d’asile, devant le Népal, les Philippines et la Turquie.

L’immigration est un sujet controversé au Japon, où beaucoup se félicitent de l’homogénéité ethnique et culturelle du pays, même si la population vieillit et la main d’oeuvre se réduit.

Si le pays finance très largement les programmes humanitaires, il se refuse à assouplir sa politique d’asile.

Par contraste, l’Allemagne a reçu l’an dernier 745.545 demandes d’asile et approuvé plus de 256.000 requêtes, selon les statistiques du ministère de l’Intérieur.

Confronté à ses plus fortes pénuries de main d’oeuvre depuis 1991, le Japon réfléchit cependant aux moyens de faire venir davantage de travailleurs étrangers.

En décembre, le gouvernement a étendu la portée d’un système permettant d’accepter des apprentis en provenance de pays en développement. Il a également créé un nouveau type de visa pour les infirmières et les aides à domicile.

Capital

Merci à Pythéas

02:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Ils ont raison,il est préférable d'avoir des robots que les envahisseurs que nous supportons tous les jours avant de les chasser définitivement de notre terre de France!

Écrit par : pierre | 11/02/2017

Les Japonais ont inventé la robotique pour faire face à leur déficit démographique. Ils ont un taux de criminalité extrêmement bas, comme tous les pays homogènes racialement (pardon, "ethniquement" et "culturellement"). Le Japon reste dans le peloton de tête des nations malgré bien des handicaps (absence de sources d'énergie, démographie, relief ingrat, catastrophes naturelles, etc.). S'il doit un jour faire appel à des travailleurs immigrés, il ne les laissera certainement pas s'installer définitivement dans le pays.

Ce bon sens ne date pas d'hier ! Le Japon a eu parfaitement raison d'interdire l'évangélisation chrétienne. Les pays qui l'ont permise ont vu arriver les missionnaires et très peu de temps après les soldats et les commerçants et n'ont pas tardé à devenir des colonies humiliées et exploitées.
A l'époque, fort intelligemment le Japon a interdit son territoire aux étrangers (surtout occidentaux). Pour garder des liens commerciaux et intellectuels, il a confiné les seuls Néerlandais dans l'île artificielle de Decima, ce qui explique pourquoi le japonais comporte nombre de mots néerlandais, son contact avec les connaissances occidentales s'étant fait par le truchement de cette langue.

Écrit par : dirk | 11/02/2017

Le japon a accueilli 28 réfugiés ? Mais c’est encore beaucoup ! Ils sont vraiment très accueillant ces Japonais ; il est vrai que les Japonais sont bien plus nombreux que les Français : ils peuvent se permettre d’accueillir plus d’immigrés que nous !

Écrit par : abad | 12/02/2017

silence des zozos/bisounours/demeurés bien pensant européens .
mieux vaut avoir des robots qu,une immigration de masse qui finit par pourrir la vie des lambda de souche , sans compter le terrorisme qui va avec, car les robots ne créent de problèmes à personne et sont bien utiles .
le bon sens est du côté du Japon.
salutations.

Écrit par : parvus | 12/02/2017

Les commentaires sont fermés.