Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2017

Marseille : une prof témoigne, « Ils se vantent d’être musulmans, se sentent du bled, pas Français… »

1703192106590105.jpg HLM.jpg

 

16h39

[…] Au début des années 1970, quand j’étais à l’école primaire de la Timone, un quartier ouvrier à l’est de Marseille, il n’y avait certes que deux enfants issus de l’immigration dans ma classe. […] Mais, en 1976, sans concertation ni vision politique, le «regroupement familial» est décrété par le président Valéry Giscard d’Estaing […]

 

Ils jurent sur la tête d’Allah, sur le Coran. Pendant le ramadan, sur une classe de 15, il n’y a que 2 élèves en cours. Certaines filles sont voilées et retirent leur foulard à l’entrée du collège. Avec eux, la religion est un sujet inabordable. Si ça vient sur le tapis, je fais semblant d’éluder. Ils se vantent d’être musulmans, se sentent du bled, pas Français… Même si, sur leur fiche individuelle, ils ont tous écrit : nationalité française. […] Mais si ces ados sont très identifiés à l’islam, ils ne sont pas radicalisés. Ce qui m’inquiète le plus se situe au plan de la société : ces délinquants gangrènent maintenant le reste de la ville. Ils sont de plus en plus violents et nombreux et il n’y a ni sanction ni aide. La police n’a pas les moyens d’absorber 40 dossiers par jour. Les procédures sont longues à mettre en place et la réponse judiciaire à un vol est un simple rappel à la loi. […]

Dans nos classes, on a deux Blancs. Les autres sont d’origine africaine, gitane, maghrébine. Une petite Gitane, qui est d’ailleurs persuadée que la “Gitanie” existe, est violente. On a fait venir le papa qui l’a apostrophée devant nous : “Quand tu auras 16 ans, tu arrêteras l’école et on te trouvera un mari !” […]

Paris Match

02:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

« Mais, en 1976, sans concertation ni vision politique » : mais si, c’était bien une vision politique de la part de Giscard : il lui fallait bien lancer l’immigration à grand échelle. N’oublions jamais qu’à peine élu, Giscard a reçu des éboueurs à l’Elysée en prenant bien soin de montrer que c’étaient des immigrés ; en réalité c’étaient certainement des intermittents du spectacle payés pour jouer ce rôle. Puis il a proclamé haut et fort : heureusement que les immigrés font le travail que les Français ne veulent plus faire, slogan immédiatement répercuté par tous les merdiats de l’époque : en disant cela Giscard insultait doublement les Français, car ce jour-là je suis sorti de chez moi pour voir à quoi ressemblaient mes éboueurs qui passaient justement à ce moment. Et j’ai vu qu’ils étaient tous de bons Français bien blancs !

Écrit par : abad | 22/03/2017

Répondre à ce commentaire

la France d,hier a disparue , depuis la mort de De Gaulle (quoique l,on pense du personnage ),on descend à celle de notre époque , qui ressemble à une vaste pétaudière , ouverte à tous vents , et autres courants malsains, je ne vois pas comment ces élèves d,origine extra-européenne peuvent respecter ce qui n,est plus respectable .
ce qui envisage un avenir "prometteur" pour les générations futures de souchiens , s,il en restera encore debout . .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 22/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.