Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2017

Macron, ça patine: le candidat d’«En Marche» peine sur la longueur

thumb.jpg

Raoul Fougax, journaliste ♦

La tentative de récupération de la deuxième guerre mondiale pour renvoyer Marine Le Pen à la diabolisation n’a pas marché comme escompté. C’est, si cela se confirme, un événement majeur du combat des idées.

On a évoqué le révisionnisme, l’antisémitisme, et on est même passé par Oradour Sur Glane en promettant d’y revenir. La mobilisation médiatique contre le retour de la « bête immonde » est retombée très vite. La candidate ex-Fn a déminé, et puis Mélenchon et Dupont- Aignan se sont prononcés. Aucun pour Macron. Certes Mélenchon contre Le Pen mais sans consigne de vote. Dupont- Aignan lui a signé un accord de soutien et plus de gouvernement avec Marine Le Pen.

Ce sont des mauvaises nouvelles pour Macron qui, de plus, s’est fragilisé dans un entretien ce jour au Figaro. Il affirme qu’il n’y aura pas de coalition avec les vieux partis » LR » et « PS ». Adieu donc le rêve de grande coalition.

Si cela est cohérent par rapport à sa volonté de renouveau, c’est dangereux. En effet nombreux sont ceux qui doutent que Macron pourrait seul obtenir aux législatives une majorité présidentielle.

La baisse enregistré dans des sondages, curieusement moins médiatisés, risque de s’accroître et le gouffre du doute de s’élargir.

L’accroissement des abstentions peut faire monter le pourcentage du vote Marine. Jusqu’où ? Peut-être pas pour gagner, quoi que, mais suffisamment pour être incontournable et peut-être, après les législatives, détenir la vraie clé du pouvoir.

Emmanuel Macron qui voulait gérer son avance est obligé faire mouvement pour répondre à la dynamique Le Pen, et apparemment ce n’est pas son fort. On lui conseillera amicalement de ne pas instrumentaliser l’histoire à laquelle il ne connait pas grand-chose. L’homme qui nie la culture qui a créé Versailles et est devenue  «la mère des arts, des armes et des lois » croit que la civilisation-colonisation peut se ramener à des crimes contre l’ humanité. Pire encore, il croit que le FN, créé après la mort de de Gaulle, a voulu assassiner le général. Il a recueilli les patriotes persécutés pour leur engagement pour l’Algérie Française.

Mais Macron ne sait rien. Il n’était pas né. Le monde commence avec lui comme la France avec la république pour une certaine gauche. Il est comme ces candidats des jeux télévisés qui ne connaissent rien d autre que les modes de leur époque. Avec l’Algérie il devrait arrêter car il s’achemine allègrement vers un quarteron de bétises qui ne peuvent que le discréditer.

Avant de crier d’une insupportable voix de fausset « je vous ai compris », insulte à la mémoire et l’intelligence des pieds-noirs, signe qu’on y comprend vraiment rien, il faut tourner sa langue 7 fois dans sa bouche.

La campagne n’est pas terminée. On attend Macron le 1er mai sur Jeanne d’Arc qu’il a cru précédemment devoir célébrer. On risque de ne pas être déçu par le surdiplômé qui veut présider l’hexagone, car la France n’est pas son truc.

 

METAMAG

29. 04. 2017

 

04:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

il croit aussi peut-être que Jules César a été assassiné par le FN . .!!
quel pitoyable guignol. .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 03/05/2017

Les commentaires sont fermés.