Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2017

Arthur RIMBAUD

 

Voyelles

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

05:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Cette poésie, l'une des plus célèbres de Rimbaud avec le Bateau Ivre, aurait été influencée par les "Correspondances" de Baudelaire. Ce dernier a exploré les correspondances entre les couleurs, les parfums et les sons et ouvert la voie vers l'association entre les perceptions. Cela ne pouvait échapper à l'imagination d'un poète comme Rimbaud !

Écrit par : dirk | 16/05/2017

A sous l'égide du sexe le point de départ.
E sous l'égide des seins,l'épanouissement progressif.
I sous l'égide des lèvres,le moment d'ivresse.
U sous l'égide de la chevelure,l'accalmie passagère.....non sans cocasserie.
O sous l'égide des yeux,l'extase finale.
Robert Faurisson A t-on lu Arthur Rimbaud?

Écrit par : pierre | 16/05/2017

Les commentaires sont fermés.