Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2017

Lyon : un procès aux Assises après l’agression du jeune Marin par une racaille

 


Par Mathilde Régis
 
Publié le 15/07/2017  à 17:26
2 réactions
 

Le juge d’instruction chargé du dossier a demandé un renvoi aux assises. L’agression de Marin, qui avait pris la défense en novembre dernier d’un couple qui s’embrassait dans la rue, devrait être jugé sur le motif de “coups et blessures ayant entraîné une infirmité permanente”.

Marin, le jeune homme agressé
© DR
Marin, le jeune homme agressé (avant son agression)

Tandis que l'état de santé de Marin s'était dégradé il y a peu, après de nettes améliorations, l'enquête ouverte suite à son agression est terminée. Le juge d'instruction a désormais demandé un renvoi de l'affaire aux assises, sur le motif de "coups et blessures ayant entraîné une infirmité permanente". En novembre dernier, l'étudiant de 20 ans prenait la défense d'un couple, insulté et agressé pour s'être embrassé devant le centre commercial de la Part-Dieu. Après une brève altercation, Marin était alors monté dans un bus. L'un des agresseurs était monté derrière lui et l'avait frappé violemment à coup de béquilles, engageant son pronostic vital lors des premières heures d'une hospitalisation qui n'a pas cessé depuis.

Selon France Bleu, l'accusé, encore mineur, est actuellement détenu. Les proches de Marin, à l'origine de la création de l'association La Tête Haute, récoltent toujours des dons pour soutenir Marin, défendre les victimes d'agression dans les transports en commun et financer des programmes de recherche médicale sur le cerveau. En effet, depuis l'agression survenue en novembre, la famille de Marin n'a reçu aucun dédommagement de la part des deux assureurs de l'accusé. La semaine dernière, l'avocat de Marin réclamait une audience en urgence sur le volet civil de l'affaire pour que les soins de Marin puissent se poursuivre. Une somme de 300 000 euros était demandée pour que Marin puisse avoir un traitement neurocognitif dans un établissement spécialisé à Bâle, en Suisse. La décision de cette audience en référé est prévue pour le 3 août, date à laquelle seront également remises les expertises médicales qui établiront les séquelles du jeune Marin.

LyonCapitale -  15/07/17

21:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

C’est honteux : la justice attend le 3 août pour prendre une décision sur les soins à donner au jeune Marin ! D’ici là les lésions peuvent devenir irréversibles ! Mais pendant ce temps Macron, au lieu de lui rendre visite, mais pour faire remonter sa mauvaise côte, se repaît du sang du Père Hamel tout en louangeant l’Islam et les Imams, comme si c’était un chrétien qui lui avait coupé la tête !

Écrit par : abad | 26/07/2017

le sieur Macron préfère rencontrer Bono et Rihanna , plus plaisant que de voir un jeune souchien qui lui aurait relaté l,insécurité ambiante de ce pays à la dérive .
salutations.

Écrit par : parvus | 27/07/2017

Les commentaires sont fermés.