Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2017

Paris : plus d’un milliers de jeunes migrants primo-arrivants installés porte de la Chapelle

938934screenshot454.jpg

 

0h50

En juillet 2017, la police avait procédé une nouvelle fois au démantèlement d’un des campements de fortune de migrants situé porte de la Chapelle à Paris.

 

Mais depuis quelques jours, plus d’un millier de jeunes, principalement des Soudanais et des Afghans, arrivés pour la première fois en France, se sont de nouveau installés dans les rues et sous les ponts, dans l’espoir d’être pris en charge par les autorités.

 

De nouveaux exilés se sont installés aux alentours du centre d’accueil et d’orientation de la porte de la Chapelle, à Paris, entourés d’une dizaine de fourgons de la police et de riverains qui leur donnent à manger.

Pour Antoine Bazin, coordinateur d’Utopia 56, une association d’aide aux migrants, environ 1 000 à 1 400 jeunes adultes vivent dans la rue. «Ce sont des primo-arrivants, des personnes qui arrivent pour les mêmes raisons que les précédents, explique-t-il. Ce qu’ils veulent, c’est une prise en charge au titre de la demande d’asile ».

«Ils veulent intégrer le centre de premier accueil pour pouvoir après être intégrés à la demande d’asile et puis avoir à terme le statut de réfugié pour pouvoir arriver enfin à ce qu’ils voulaient à la base, c’est-à-dire fuir la guerre et fuir la misère dans laquelle ils étaient dans leur pays», poursuit-il.

Ces nouveaux arrivants viennent principalement du Soudan et d’Afghanistan. Parmi eux, Brahime Ousmane, un jeune Soudanais de 21 ans, vit dans la rue depuis qu’il est arrivé en France.

« Je dors dans la rue, raconte-t-il. Je mange dans la rue. Il n’y a pas de médicaments, il n’y a pas de toilettes. On est dans la merde. On nous dit ‘demain’. Jusqu’à aujourd’hui, on ne nous a pas pris».

Le centre de premier accueil de Paris, qui ne dispose que de 400 places de transit, distribue en effet des convocations au compte-gouttes pour l’instruction de nouveaux dossiers de demande d’asile.

rfi

Merci à Pythéas

 

01:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

"on n,est dans la merde . .!!" ce clando doit rentrer chez lui car dans son pays il n,était pas dans la merde . . . !!
ceux qu,ils veulent c,est une prise en charge , bien entendu , le lambda con-tribuable sera une fois de plus heureux de participer à cette grande oeuvre humanitaire , que le lambda soit lui dans la merde , ce n,est pas grave.
des riverains leur apportent à manger , ces braves gens devraient faire bien plus , les héberger , nourri , blanchi , argent de poche , et présenter les filles de la famille pour que ces malheureux apprennent plus facilement la langue et les bonnes coutumes du pays .
salutations.

Écrit par : parvus | 18/08/2017

Primo-arrivants : c'est à dire des Celtes noirs ?

Écrit par : téléphobe | 18/08/2017

Les commentaires sont fermés.