Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2017

Paris, 1838 : le boulevard du Temple, la première photo où apparaît un humain ?

92104416207127leboulevarddutemplelapremierephotoouapparaitunhumain.jpg Daguerre.jpg

 

20h32

Pour la troisième année consécutive, « l’Obs » revient cet été sur plusieurs photos qui ont marqué l’histoire.

Cette photo d’une rue déserte est un morceau d’histoire de la photographie. On la doit à Louis-Jacques-Mandé Daguerre, l’un des pionniers de la discipline. Il s’agit de l’une des toutes premières photos du monde. Et plus précisément, d’un daguerréotype, plaque de cuivre, polie comme un miroir et recouverte d’une couche d’argent.

L’image, d’environ 13 cm sur 16 cm, a été prise depuis la fenêtre de l’atelier de l’artiste, au 5 rue des Marais, à proximité de l’actuelle place de la République à Paris, à 8 heures, un matin d’avril ou de mai 1838. On peut y observer l’entrée du boulevard du Temple.

Si cette photo est admirable c’est parce qu’il s’agit de « la première photographie connue où figurent des êtres humains », selon l’historien Larry J. Schaaf, auteur d’un article publié dans l’ouvrage collectif « Tout sur la photo, Panorama des mouvements et des chefs d’œuvre » (Flammarion).

A première vue, la rue semble déserte. Mais si l’on y regarde de plus près, on aperçoit des passants, et même des voitures et des charrettes qui se pressent ce matin-là sur le boulevard. Malheureusement, le procédé du daguerréotype nécessite un temps de pose d’une durée de 7 à 20 minutes. Ce qui réduit en l’occurrence la foule « à l’état de fantôme », comme le résume Larry J. Schaaf. Et regardez de plus près encore… Un homme est bien visible, en bas, à gauche de l’image. Vous l’avez ?

Cet homme, la jambe levée se fait en réalité cirer les bottes ou les souliers par un second personnage, plus petit. Peut-être un enfant. « Ces personnages, immobiles par nécessité, ont sans le savoir pris la pose pendant plusieurs minutes, alors que la foule des passants est trop mouvante pour que son image puisse être capturée par l’appareil », explique Françoise Ravelle, dans « Paris vu par les pionniers de la photo » (Parigramme). […]

Encore un détail : à quelle saison la photo a-t-elle été prise ? Etant donné la présence d’arbres dénudés et garnis côte à côte, Charles Leo envisage que la photo a été pris à l’automne. Raté ! On l’a vu, c’est en réalité au printemps que le cliché a été réalisé. Un des contributeurs du projet croit par ailleurs déduire de la longueur des ombres des arbres et de leur direction que la photo a été prise entre 3 et 4 heures de l’après-midi.

Reste qu’un détail a échappé à ce lecteur attentif : les daguerréotypes prennent des photos… en miroir ! Voilà donc la vue que Daguerre avait en réalité de la fenêtre de chez lui : Les ombres partent donc bien vers l’ouest et nous sommes bien le matin.

Le Nouvel Obs

01:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

La photographie : voilà encore une très belle et importante invention ! Au fait ce Daguerre ne s’appelait-il pas, en réalité, Mohamed ?

Écrit par : abad | 04/09/2017

une époque très triste , car feu ces braves gens ne connaissaient pas cette richesse de la diversité , ce bonheur infini du vivre ensemble . . .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 06/09/2017

Les commentaires sont fermés.