Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2017

Affiche polémique pour le TGV : Robert Ménard ne retirera pas la photo qui choque

5a2ea8fc488c7be6098b4567.PNG

 

Politique


L'affiche qui créé la polémique./ Capture Twitter

L'image est glaçante et elle a choqué. C'était évidemment l'objectif du maire de Béziers Robert Ménard...

 
 
 

Une des affiches imaginées par la ville pour réclamer un TGV plus rapide en Occitanie met en scène une femme ligotée des pieds et des mains sur les rails en train de crier à l'approche d'un train. Une scène ignoble qui rappelle un faits divers qui s'est produit il y a six mois.

Un couple en instance de divorce

Le 12 juin dernier, le trafic SNCF avait été perturbé à Beauvilliers en Eure-et-Loir par "un accident sur la ligne". En réalité, une jeune femme de 34 ans, Emilie, maman de quatre enfants et secrétaire administrative, avait été attachée sur les rails par son compagnon. Le couple était en instance de divorce après deux ans de mariage et 15 mois après avoir eu un bébé. Son compagnon et tortionnaire, Guillaume, un ancien concessionnaire automobile de 37 ans, lui avait attaché les chevilles et les poignets aux rails avec du ruban adhésif. La jeune femme avait été percutée par un TGV Paris-Nantes. Guillaume s'était jeté sur les rails au passage du même train. La veille du drame, il avait confié les quatre enfants aux grands-parents pour la nuit.

La mairie de Béziers se défend de toute inspiration

A la mairie de Béziers, on se défend de toute inspiration pour cette affiche. "Evidemment que non, on n'est pas complètement cinglé, on ignorait ce faits divers", explique-t-on au service communication. "C'est un visuel, provenant d'une banque d'images, qui se voulait humoristique, inspiré de l'univers des cow-boys. On y voit un pont rouillé, une locomotive à vapeur, une femme habillée avec une tenue d'un autre temps ; le but de l'affiche, c'était d'interpeller sur le TGV, rien d'autre".

Les concepteurs de l'affiche ont-ils sous estimé le caractère plus que choquant de l'affiche ? Au service communication, on élude la question et on préfère dénoncer "la mauvaise foi et la récupération politique" des opposants, en particulier de l'ex ministre de la Famille Laurence Rossignol, qui a écrit que "l'ignoble Robert Ménard tuait Emilie une 2ème fois". Robert Ménard indique lui-même sur son compte Twitter qu'il "ne savait rien de ce faits divers et que l'utiliser contre nous est ignoble".

 

Elle s'appelait Emilie, elle avait 34 ans et 4 enfants. En juin 2017, son mari l'a assassinée en l'attachant sur les rails du TGV. L'ignoble @RobertMenardFR la tue une 2ème fois. Je demande retrait immédiat + poursuites. (via @SebastienDenaja)

 

 

 

L'affiche ne sera pas retirée

Du coup, pas question de retirer cette affiche qui va rester dans les rues de Béziers encore plusieurs jours. 

Le Préfet de l'Hérault, Pierre Pouëssel, a également réagi via un communiqué : "Le maire de Béziers a, une nouvelle fois, lancé une campagne d'affichage marquée au sceau de la vulgarité. Il se sert du corps de la femme pour faire passer des messages populistes et la met en scène en victime de violences. Alors qu'une femme sur trois est victime de violences au cours de sa vie, Monsieur Ménard ne mesure toujours pas la souffrance physique et psychologique qu'engendrent ces atteintes à leur intégrité, pas plus que la mobilisation contre ces violences faites aux femmes qui est une priorité du Gouvernement."

 

L'ex ministre Laurence Rossignol mais aussi les Jeunes Insoumis ont déjà porté plainte contre la campagne de Robert Ménard.

La Dépêche

 

NdB: Il est vrai que cette affiche, un brin sadique, n'est pas du meilleur goût...

20:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Ménard a tort de faire de l'humour à la Charlie Hebdo, il n'est pas dans le bon camp pour cela. Il aurait pu éviter cette affiche de mauvais goût et une inutile polémique. La réaction pleine de haine de la gauche ne s'est pas fait attendre, quant au préfet, il n'a pas à faire de commentaires politiques…mais il est aux ordres du Pouvoir et certainement encouragé à en faire !

Écrit par : dirk | 12/12/2017

Il est vrai qu'en France, nous n'avons pas d'autre problème que celui de cette affiche: tout va bien dans le meilleur des mondes !

Écrit par : abad | 13/12/2017

le choix de l,affiche n,était peut-être pas judicieux, mais vu que c,est la municipalité que dirige Ménard , alors évidemment c,est haro contre le" salaud fasciste , machiste , etc . ."
quant à la Rossignol et les féministes qu,elles aillent . . .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 13/12/2017

Les commentaires sont fermés.