Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2017

LE JOURNAL DU 12 DECEMBRE

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Affiche polémique pour le TGV : Robert Ménard ne retirera pas la photo qui choque

5a2ea8fc488c7be6098b4567.PNG

 

Politique


L'affiche qui créé la polémique./ Capture Twitter

L'image est glaçante et elle a choqué. C'était évidemment l'objectif du maire de Béziers Robert Ménard...

 
 
 

Une des affiches imaginées par la ville pour réclamer un TGV plus rapide en Occitanie met en scène une femme ligotée des pieds et des mains sur les rails en train de crier à l'approche d'un train. Une scène ignoble qui rappelle un faits divers qui s'est produit il y a six mois.

Un couple en instance de divorce

Le 12 juin dernier, le trafic SNCF avait été perturbé à Beauvilliers en Eure-et-Loir par "un accident sur la ligne". En réalité, une jeune femme de 34 ans, Emilie, maman de quatre enfants et secrétaire administrative, avait été attachée sur les rails par son compagnon. Le couple était en instance de divorce après deux ans de mariage et 15 mois après avoir eu un bébé. Son compagnon et tortionnaire, Guillaume, un ancien concessionnaire automobile de 37 ans, lui avait attaché les chevilles et les poignets aux rails avec du ruban adhésif. La jeune femme avait été percutée par un TGV Paris-Nantes. Guillaume s'était jeté sur les rails au passage du même train. La veille du drame, il avait confié les quatre enfants aux grands-parents pour la nuit.

La mairie de Béziers se défend de toute inspiration

A la mairie de Béziers, on se défend de toute inspiration pour cette affiche. "Evidemment que non, on n'est pas complètement cinglé, on ignorait ce faits divers", explique-t-on au service communication. "C'est un visuel, provenant d'une banque d'images, qui se voulait humoristique, inspiré de l'univers des cow-boys. On y voit un pont rouillé, une locomotive à vapeur, une femme habillée avec une tenue d'un autre temps ; le but de l'affiche, c'était d'interpeller sur le TGV, rien d'autre".

Les concepteurs de l'affiche ont-ils sous estimé le caractère plus que choquant de l'affiche ? Au service communication, on élude la question et on préfère dénoncer "la mauvaise foi et la récupération politique" des opposants, en particulier de l'ex ministre de la Famille Laurence Rossignol, qui a écrit que "l'ignoble Robert Ménard tuait Emilie une 2ème fois". Robert Ménard indique lui-même sur son compte Twitter qu'il "ne savait rien de ce faits divers et que l'utiliser contre nous est ignoble".

 

Elle s'appelait Emilie, elle avait 34 ans et 4 enfants. En juin 2017, son mari l'a assassinée en l'attachant sur les rails du TGV. L'ignoble @RobertMenardFR la tue une 2ème fois. Je demande retrait immédiat + poursuites. (via @SebastienDenaja)

 

 

 

L'affiche ne sera pas retirée

Du coup, pas question de retirer cette affiche qui va rester dans les rues de Béziers encore plusieurs jours. 

Le Préfet de l'Hérault, Pierre Pouëssel, a également réagi via un communiqué : "Le maire de Béziers a, une nouvelle fois, lancé une campagne d'affichage marquée au sceau de la vulgarité. Il se sert du corps de la femme pour faire passer des messages populistes et la met en scène en victime de violences. Alors qu'une femme sur trois est victime de violences au cours de sa vie, Monsieur Ménard ne mesure toujours pas la souffrance physique et psychologique qu'engendrent ces atteintes à leur intégrité, pas plus que la mobilisation contre ces violences faites aux femmes qui est une priorité du Gouvernement."

 

L'ex ministre Laurence Rossignol mais aussi les Jeunes Insoumis ont déjà porté plainte contre la campagne de Robert Ménard.

La Dépêche

 

NdB: Il est vrai que cette affiche, un brin sadique, n'est pas du meilleur goût...

20:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Paris: les habitants sous tension dans le quartier Jaurès où s'entassent les "demandeurs d'asile"

Depuis deux ans, plus de 200 demandeurs d’asile dorment chaque nuit sur les trottoirs du quartier Jaurès à Paris, près du centre d'enregistrement. Une situation délétère, qui suscite l’exaspération des bénévoles et riverains.

Partout dans les quartiers de Jaurès, Stalingrad et le long du canal Saint-Martin à Paris, des centaines de migrants dorment à même le sol, au milieu de monceaux d’ordures, parfois plusieurs nuits d’affilée. Jour après jour, ils attendent un rendez-vous à la Plateforme d'accueil des demandeurs d'asile (Pada), où doivent s’enregistrer les primo-arrivants. Une situation inacceptable qui laisse tout le quartier – migrants, riverains ou bénévoles – démuni.

Il n’existe en effet qu’un seul centre à Paris pour les enregistrements, au 127 boulevard de la Villette, dans le Xème arrondissement de Paris, censé déménager à une date non déterminée. Alors seuls quelques rendez-vous sont accordés par jour, en vue d'un futur entretien à la préfecture. Pour être sûrs d'en décrocher un, les migrants veulent arriver tôt et dorment sur place, recouverts de cartons, ou au mieux dans des tentes. Dès l'aube, les altercations commencent pour gagner les premières places. «40 000 personnes ont dormi ici sur ces trottoirs pendant 20 mois !», déplore Pierre Vuarin, porte-parole du Collectif des habitants associés, une association de riverains du quartier, qui s'est confié à la caméra de RT France. La police est présente de 7h à 23h pour sécuriser la zone, et dégaine parfois le gaz lacrymogène. 

Du côté des migrants, l'expérience est aussi difficile que houleuse : «Quand vous vivez ici toute la nuit, il fait froid, vous ne pouvez pas dormir. Mais la journée, la police vient et vous réveille, et si vous ne vous réveillez pas, ils vous gazent», explique un migrant qui a voulu garder l’anonymat, au micro de RT France. «C’est un problème pour eux, ils nous disent de quitter le camp pour aller dans un centre. Mais quand on y va, ils nous disent que c’est complet, qu’il n’y a pas de place pour nous», poursuit-il.

Des riverains excédés qui menacent de grève de la faim

Les voisins s'impliquent souvent dans l'aide aux migrants, mais sont aussi victimes des nuisances engendrées par la situation. Ils ne supportent plus la misère, les ordures, les excréments aux quatre vents. L'attente pour être reçu par la Pada a développé «d’énormes camps de personnes sur tout le quartier avec tous les problèmes sanitaires de cohabitation entre elles, de violences, d’émeutes», dénonce Pierre Vuarin. 

Les riverains à bout de nerfs ont fini par interpeller le président de la République en lui adressant une lettre exigeant le déménagement de la Pada. «Si cet engagement n’est pas pris d’ici la fin de l’année nous nous engageons à faire une grève de la faim par groupes», a averti Pierre Vuarin. «Il faut arrêter ce système Pada qui détruit le quartier et détruit le droit d’asile car il en donne une image terrible», poursuit-il. La lettre dénonce le fait que cette plateforme «crée les conditions d’une violence permanente» et fixerait dans leur quartier et à Paris «des milliers de personnes sans alimentation ni logement». 

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
 

Lettre adressée par le Collectif des Habitants Associés Jaurès/Stalingrad/Flandre/Jemmapes à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Française, au sujet de la Plateforme d'Accueil des Demandeurs d'Asile du 127 Boulevard de la Villette à Paris.

 

 

Le collectif rappelle à Emmanuel Macron sa promesse de ne laisser «ni femme ni homme dans la rue». Soulignant la faillite de ces belles paroles, Pierre Vuarin évoque «une situation indigne, humiliante pour les demandeurs d’asile mais aussi pour les personnes qui vivent ici». «Le quartier est transformé malheureusement en WC public», déplore le riverain.

Le pouvoir se renvoie la balle sur la question des migrants

Réponse de l’Elysée à la lettre, selon Le Figaro du 9 décembre : «le président a pris connaissance avec attention des difficultés de cohabitation», et renvoie vers le ministère de l’Intérieur. Voir les décisionnaires politiques se renvoyer ainsi la balle est très fréquent au sujet du sort des migrants. Selon Le Figaro, le maire du Xème arrondissement, Alexandra Cordebard, a rappelé l’Etat à ses engagements pour le déménagement de la Pada.

 

Du côté des associations d'aide aux migrants, on note aussi l'inaction des politiques. Une bénévole confie à RT France : «Le gouvernement ne fait rien du tout. Ils ne subventionnent même pas les associations pour les aider, et en plus on est tous des bénévoles [...] On fait appel essentiellement aux dons,des entreprises, des boulangeries, des magasins.»

Le 18 décembre, riverains et associations attendront les élus pour leur faire signer une pétition.

 

18:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Marseille: fermeture provisoire d'une mosquée salafiste par le Préfet de police

Une importante mosquée de Marseille sera fermée pour six mois sur décision du préfet de police des Bouches-du-Rhône. 
La mosquée "As Sounna" est dirigée par un imam, El Hadi Doudi, qui "s'inscrit dans la mouvance islamiste radicale" et est devenu "une référence du salafisme", affirme le préfet de police dans un arrêté publié lundi et consulté mardi par l'AFP.
L'imam avait pour ambition de faire de la mosquée, située boulevard National, dans le centre de la cité phocéenne, "le plus grand lieu de culte musulman de Marseille en effectuant des acquisitions immobilières", poursuit la préfecture.
"En dépit d'une condamnation des attentats survenus en France", les prêches tenus au sein de cette mosquée et parfois diffusés sur internet "légitiment le djihad armé et la mise à mort des auteurs d'adultère et des apostats" ajoute le préfet Olivier de Mazières.

"Les frères des singes et des porcs"

Certains discours "appellent à la défaite et à la destruction des mécréants","incitent à l'application de la loi du Talion à l'encontre de ceux qui combattent Dieu et son prophète et à l'égard desquels la sentence de Dieu est la mort ou la crucifixion" ou "présentent les Juifs comme des "impurs", "les frères des singes et des porcs" et incitent à prononcer la formule "Allah akbar" dans les lieux publics pour "effrayer les mécréants", poursuit-il notamment.
L'imam, qui a été reçu début décembre à la préfecture, a reconnu "avoir produit des écrits qui ont pu inciter à la haine" et que "son discours n'a pas changé depuis 2015", malgré les attentats qui ont frappé la France.

Des messages de haine relayés dans le quartier

La préfecture souligne par ailleurs également que plusieurs fidèles de la mosquée se sont réclamés ces dernières années d'Al Qaïda ou ont rejoint l'Irak et la Syrie, et que des "messages de haine et de discrimination" tenus dans la mosquée sont relayés dans le quartier et dans ses établissements scolaires.
L'arrêté épingle par ailleurs le financement des acquisitions immobilières de la mosquée, "facilitées financièrement par une association salafiste niçoise", et pour lesquels l'imam "n'hésite pas à user de pressions pour collecter d'importantes sommes d'argent, notamment en appelant ses fidèles aux dons en précisant qu'il accepterait de "l'argent sale".

18:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Tentative d'attentat à New York : Donald Trump veut interdire le regroupement familial

5a2f8cca488c7bde248b4567.jpg

 

 

© Kevin Lamarque Source: Reuters
Donald Trump à Jackson, Mississippi le 9 décembre, illustration
 

Après un deuxième attentat islamiste à Manhattan en six semaines, Donald Trump veut revoir la loi sur le regroupement familial, qui a permis à l'auteur présumé de l'attentat du 11 décembre de s'installer aux Etats-Unis.

Selon des déclarations de la police new-yorkaise, Akayed Ullah, un chauffeur de taxi de 27 ans originaire du Bangladesh, qui serait arrivé aux Etats-Unis en 2010 avec un visa F-4 réservé au rapprochement familial, est le suspect de l'attentat du 11 décembre à New York dans le quartier de Times Square.

Après deux attaques terroristes ayant frappé Manhattan à seulement six semaines d'intervalle, Donald Trump a réagi en réclamant de nouvelles restrictions sur la politique migratoire américaine et a déclaré : «[Cette attaque] illustre une nouvelle fois l'urgente nécessité pour le Congrès de voter des réformes législatives pour protéger les Américains.» Avant d'ajouter : «Le Congrès doit mettre fin aux migrations en chaîne.» La disposition en question, appelée chain migration, est l'équivalent français du regroupement familial.

Le 11 décembre, trois personnes ont été légèrement blessées. Le suspect, lui, a été hospitalisé avec des blessures graves à l'abdomen mais il devrait survivre, selon les autorités. Akayed Ullah aurait ciblé un passage souterrain très fréquenté pour ses affiches liées à Noël, qui lui auraient rappelé les attaques perpétrées au nom de Daesh sur des marchés de Noël en Allemagne. Il aurait aussi voulu vengé les groupes djihadistes ciblés par des frappes américaines, en Syrie comme ailleurs.

Le dernier attentat de New York lié à Daesh avait eu lieu le 31 octobre, lorsque Sayfullo Saipov, un ouzbek de 29 ans, a fauché avec une camionnette des passants à Manhattan, faisant huit morts et douze blessés.

Les pays musulmans dans le viseur de Donald Trump

Après une controverse au début de son mandat, le président américain a obtenu l'interdiction d'entrée aux Etats-Unis aux ressortissants de sept pays, essentiellement musulmans, dont le Bangladesh ne fait toutefois pas partie.

Donald Trump a également réaffirmé le 11 décembre que les auteurs d'actes terroristes méritaient «les peines les plus lourdes», y compris la peine de mort dans certains cas.

Lire aussi : De chauffeur Uber à terroriste de Daesh, qui était l'auteur de l'attentat de New York ?

12:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Trump veut renvoyer des Américains sur la Lune, Mars en ligne de mire

 Par  le 11/12/2017

22h56

919251.jpg

 

Donald Trump veut renvoyer des Américains sur la Lune puis éventuellement dépêcher des astronautes en mission sur Mars, et a signé ce lundi une directive présidentielle dans ce sens. Cette «Space Policy Directive 1» s’inscrira dans le cadre d’un«programme d’exploration spatiale innovant», a annoncé la Maison Blanche. «Cette fois, il ne s’agira pas seulement de planter notre drapeau et de laisser notre empreinte. Nous établirons une base pour une mission vers Mars et peut-être un jour au-delà», a déclaré Donald Trump lundi soir.

Cette décision du président américain vient directement remplacer la politique de l’administration Obama, qui était de court-circuiter la Lune pour concentrer les efforts sur la planète rouge, avec des missions habitées vers des astéroïdes entre temps. Il s’agirait cette fois-ci de faire de la Lune une base avancée, avec pour objectif plus lointain l’exploration de Mars, si l’on en croit les propos tenus début octobre par son vice-président, Mike Pence.

 
  

La date choisie pour la signature de ce document, le 11 décembre, ne serait donc pas anodine. Elle a été choisie pour coïncider avec le dernier alunissage, celui d’Apollo 17, en 1972. C’était il y a 45 ans, et personne n’a depuis remis le pied sur la surface lunaire.

Le but est de permettre à «l’Amérique de devenir le principal acteur de l’industrie spatiale, d’obtenir de nouvelles connaissances sur le cosmos et de contribuer au développement d’une incroyable technologie», dit un communiqué.

Le but de l’initiative est de «recentrer la Nasa sur sa mission de base, l’exploration spatiale», poursuit le porte-parole de la Maison Blanche. Donald Trump, comme nombre de ses soutiens climatosceptiques, trouve que l’Agence spatiale américaine dépense trop d’argent et d’énergie pour observer et étudier notre planète, et plus particulièrement son climat. (…)

10:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Les funérailles de Johnny : l’occasion de cracher sur le christianisme pour Mélenchon

 

Après avoir déclaré que Jeanne d’Arc était « complètement givrée », Jean-Luc Mélenchon n’a une fois de plus pu retenir ses pulsions laïcardes : à l’annonce des funérailles de Johnny Hallyday, l’Insoumis s’est fendu d’un post Facebook ravageur et révolutionnaire. Pas sûr que cela plaise au public du chanteur mais les instances anti-chrétiennes comme le Grand Orient de France apprécieront certainement.

 

2017-12-12_014356-7007b.jpg

 

10:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

JOURNAL TVL DU 11 DECEMBRE

00:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)