Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2017

FRANÇOISE NYSSEN LAISSE DÉTRUIRE UN SITE GREC DU VIÈME SIÈCLE À MARSEILLE!

 

Dans le dossier de la Corderie, cette carrière grecque découverte à Marseille et menacée par la construction d’un immeuble de Vinci1, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, se présente en défenseur de l’État de droit ! Une position intenable qui démontre s’il en était besoin que cette femme, dans laquelle nous mettions beaucoup d’espoir se révèle un tout aussi piètre ministre que ses prédécesseurs.

Françoise Nyssen raconte n’importe quoi. Sans doute est-elle mal conseillée, mais c’est bien sa responsabilité de nommer les bonnes personnes pour cette mission, et on sait qu’elle a conservé en place le directeur des Patrimoines, et que la nouvelle conseillère du cabinet, Frédérique Girardin, « en charge des questions européennes et internationales, de la francophonie et du patrimoine » (dans cet ordre) ne connaît rien malgré toute sa bonne volonté à ce dernier domaine, comme les associations qui l’ont rencontrée ont pu s’en rendre compte.
Dire que l’État de droit empêcherait de protéger la carrière est faux car le ministère de la Culture, dans le respect de la loi, peut parfaitement décider de poser une instance de classement et de demander le classement d’office de tout monument ou vestige archéologique qui le mériterait. Ce classement est ensuite prononcé par décret du premier ministre après avis du Conseil d’État. Prétendre qu’utiliser une procédure prévue par la loi ne se fait pas, c’est une bien curieuse conception de l’État de droit !

Et entendre le ministère de la Culture invoquer l’État de droit alors que dans bien des cas il s’assoit sur la loi, n’est pas moins savoureux. Les associations et La Tribune de l’Art ont à maintes reprises dénoncé des manquements à la loi et aux règlements, comme par exemple les baraquements de Marcel Campion sur la place de la Concorde ou l’installation hors période d’autorisation de la grande roue et, sauf erreur, Françoise Nyssen ne s’est pas préoccupée de la loi et n’a pas prétexté l’État de droit pour engager une action.

Lorsque le préfet déclare que les archéologues de l’INRAP ont choisi le périmètre à classer et qu’ils l’ont fait de manière indépendante, ou que la ministre explique que la délimitation de la parcelle a été tracée « en toute indépendance », par les services de l’État, ils racontent là encore n’importe quoi. Car l’INRAP est un établissement public placé sous la double tutelle des ministères de la Culture et de la Recherche. Prétendre qu’il serait indépendant de l’État et qu’il pourrait défendre un classement total du site en contestant la décision du ministère, c’est comme affirmer que le Centre des Monuments Nationaux ou le Louvre pourrait s’opposer publiquement au ministre de la Culture. Ils ont un devoir de réserve et doivent suivre les orientations décidées par le ministère. On imagine encore moins les « services de l’État » (le service de l’archéologie de la DRAC donc) aller contre la décision de la ministre. Qui, dans le cas de la Corderie, a décidé qu’il ne fallait pas faire de la peine à Vinci et à Jean-Claude Gaudin contre l’avis d’un grand nombre de spécialistes, eux vraiment indépendants.

Françoise Nyssen devrait peut-être, plutôt que de se faire la complice de la destruction du patrimoine archéologique marseillais, lire la tribune publiée dans Le Figaro par une certaine Nyssen Françoise (sûrement une homonyme), un texte fort lyrique où elle propose de mobiliser « autour de la protection du patrimoine ». Une bien belle idée qu’elle devrait faire sienne.

DélitD'images

 

20:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Veni, vidi, Vinci ;o)

Écrit par : téléphobe | 14/12/2017

"Du passé faisons table rase !" Ce vers de l'Internationale représente la philosophie du socialisme comme du libéralisme mondialiste "en marche". La matrice de ces idéologies est la même !
Cf.: "Le passé m'emmerde" lâché par Sarkozy lorsqu'il était président.

Écrit par : dirk | 14/12/2017

Lorsque j'ai vu Belkacem se réjouir de la nomination de Nyssen, j'ai eu très peur et j'ai fait mon enquête.
Nyssen est pour les écoles libertaires et voici quelques titres des éditions papyrus (l'extension de Acte Sud) :
- notre camping-car par magali Arnal (nuit avec papi dans le camping-car)
- nous,les enfants sauvages par Alice de Poncheville (monde apocalyptique, enfants orphelins...)
- Blood Family par Anne Fine, enfant maltraité par une mère hétéro,
- quand les poissons rouges aurons des dents de Marie Colot, (enfants fugueurs pour la recherche d'aventures)
- s'enfuir de Martyn Bedford (enfants fugueurs)
- Mes cousins zinzins de Joy Cowley ( enfant normal de famille normale qui trouverait beaucoup d'attraits chez des voisins aux moeurs débridés)
- n'y pense plus, tout va bien de Pascale Maret (Martin,13 ans, découvre avec horreur que son père vient de tuer de sang froid sa maman, son frère et sa soeur et parvient à s'enfuir...) à partir de 14 ans
- Carl et Elsa s'échappent de Jenny Westin (résumé du site : "transgression, imagination folle, bêtises, ...")
- George, de Alex Gino (George est un enfant qui se sent fille, il est né garçon...)
- les porteurs 1 de Matt, Thierry Magnier (adolescents mal dans leur peau parce que pas le bon sexe - scénario sur le transgenre à partir de 14 ans)
- les chatouilles de Christian Bruel (livre d'image sur l'inceste "tout se chatouille"...)
- et enfin le top de l'horreur : lulu, la vilaine de Yves Saint Laurent, d'après une histoire vraie. (réédition Thierry Magnier diffusé par ACTE SUD -Françoise Nyssen- meurtres d'enfants, décapitations, pédophilie, canibalisme d'enfants cuits)
Voilà qui est notre ministre.

(programme : la légalisation de la pédophilie) Faites suivre...

Écrit par : alexia | 15/12/2017

un site Grec du VIème siècle , sûrement un passé moisi pour cette ministre qui ne doit voir l,avenir que sous l,angle des richesses futures véhiculés par tous les futurs "Montaigne "
salutations.

Écrit par : parvus | 15/12/2017

Les commentaires sont fermés.