Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coutances (50) : la cour d’assises dément qu’un migrant jugé pour viol a été acquitté car « il n’avait pas les codes culturels pour comprendre ce qu’il faisait » (Màj : le parquet fait appel)

 

18h15
 

28/11/18

Le 21 novembre, la cour d’assises de la Manche avait acquitté le prévenu, un réfugié, jugé pour viol. Depuis, de nombreux sites d’extrême-droite avaient avancé que l’accusé avait été acquitté en raison de sa nationalité. La cour d’assise de la Manche dément.
Deux mots évoqués par la plaidoirie de la défense lors du procès d’un réfugié originaire du Bangladesh accusé de viol et d’agression sexuelle sur deux lycéennes de 15 ans, alors que lui-même était âgé de 18 ans, ont suffi à enflammer le web. 

Lors du procès, la défense a utilisé une fois lors de sa plaidoirie la notion de « codes culturels » pour tenter de convaincre le jury que l’accusé ne maîtrisait pas entièrement la notion de consentement d’une relation sexuelle en France. Impossible de savoir si cet argument a pu influencer le jury de la cour d’assise, puisque les jurés se prononcent à bulletin secret. D’ailleurs, si, ces derniers ont prononcé l’acquittement pour viol, ils ont en revanche condamné l’accusé à deux ans de prison avec sursis pour agression sexuelle sur l’une des jeunes filles dans cette affaire.

Le parquet général a lui fait appel lundi 26 novembre, estimant « après réflexion, que des éléments du dossier mérite un réexamen », tout en assurant que le retentissement médiatique n’a pas pesé dans sa décision.

(….)
Interrogé par le quotidien Ouest-France, le président de la cour d’assises de la Manche, Jean-François Villette, a fait part de sa consternation devant ce déferlement médiatique. »La cour n’a pas pris en compte un seul instant, dans sa réflexion, cette notion de code culturel, ni lors de l’audience, ni lors de la délibération. J’aurais d’ailleurs été très mal à l’aise si cela avait été le cas », a notamment déclaré le président de la cour d’assise de la Manche.

L’avocat qui défendait la jeune fille qui avait porté plainte pour viol a également affirmé que « la défense n’a pas du tout utilisé l’origine de l’accusée comme levier ».

France 3 Normandie

 


23/11/18

Suite à la publication de notre article, la sphère politique et médiatique réagit à ce jugement très controversé :

Le Figaro
 
@Le_Figaro
 
 

Dans la Manche, un réfugié acquitté d’un viol car il n’avait pas «les codes culturels» http://bit.ly/2AlbyX0 

 

Dans la Manche, un réfugié acquitté d'un viol car il n'avait pas «les codes culturels»

Les débats du procès d'un réfugié d'origine bangladaise ont tourné autour de la notion de consentement. Le verdict a pris des airs de scandale.

lefigaro.fr
 
367 personnes parlent à ce sujet
 
 

 

 

CNEWS
 
@CNEWS
 
 

Un homme jugé pour viol acquitté parce qu'il n'avait pas les «codes culturels» https://bit.ly/2DFfCo1  pic.twitter.com/ihzJTx4mMM

Commentaires

  • C'est sûr qu'on va les croire !!!...le Parquet Général en voulant "réexaminer le dossier" ne fait qu'en rajouter une louche ! Heureusement qu'il y a l' "extrême droite" pour alerter l'opinion. Comme d'hab, les gaucho-féministes ont été aux abonnées absentes. Il n'y a que les mâles blancs hétéros qui les obsèdent !

  • la trouille des magistrats de passer pour d,horribles racistes et fascistes .
    les jurés plutôt bienveillant à l,encontre du salopard qui viole une et agresse sexuellement l,autre.
    une justice de pères et mères Noël .
    salutations.

  • "J’aurais d’ailleurs été très mal à l’aise si cela avait été le cas », a notamment déclaré le président de la cour d’assise de la Manche : Oh, oui, bien sûr, nous allons le croire, ce Prédisent de cour d'assise ! D'ailleurs, on voit bien qu'il est tout à fait à l'aise : il n'a pas osé l'acquitter deux fois de suite. Mais le sursis pour l'autre affaire est équivalent, naturellement! On aurait aimé que l'on demande son avis à la victime, ou aux deux victimes ; maintenant c'est trop tard, hélas.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel