Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2008

Vient de paraître...

2062579188.JPG

Paul-Georges Sansonetti, Les Runes et la Tradition primordiale, éditions Exèdre, 184 pages, 20 euros + 2 euros frais d'envoi, chèque à l'ordre de Crusoe

Adresse:  BMB  BP 5016913795  Aix-en-Provence cedex 3.

  

Désignant l’écriture des anciens Germains, le mot rune signifie « secret », « mystère », termes directement évocateurs d’ésotérisme et d’initiation. Si, dans leur ensemble, les universitaires concèdent qu’il existe un usage religieux ou magique des runes, il n’entre pas dans leur conception du sacré que cette écriture fasse référence à ce qui, constituant sans doute la plus grande énigme de l’Histoire, appartient aux profondeurs de l’âme européenne.

            S’écartant de la théorie officielle affirmant que les runes furent créées au premier siècle de notre ère à partir de lettres alpines ou nord-étrusques, le travail du professeur Paul-Georges Sansonetti propose un tout autre regard sur ces caractères présentant la singularité de privilégier les formes angulaires, comme pour transcrire une géométrie sacrée formatrice des structures mentales d’un être originel en résonance avec l’univers. Conséquemment à cela, le décryptage du système runique apporterait la preuve de l’existence de ce que l’on nomme, depuis René Guénon, la Tradition primordiale, source même des divers domaines initiatiques.

            En nos temps présents où la déliquescence des sociétés a principalement pour cause l’oubli total des origines, la connaissance des runes nous fait redécouvrir les fondements d’un monde occulté. Monde que l’ancienne sagesse du Nord savait adossé à l’éternité.

Paul-Georges Sansonetti est diplômé de l’École du Louvre et de l’École Pratique des hautes Études (Sciences religieuses) où il a assuré pendant huit ans les fonctions de Chargé de conférence ; il a publié plusieurs ouvrages ainsi que de nombreux articles consacrés aux mythes et aux symboles, notamment dans la revue Hyperborée. Il est titulaire d’un doctorat de lettres traitant de l’ésotérisme des romans arthuriens. Ce dernier travail est enfin accessible au public sous le titre Chevalerie du Graal et lumière de Gloire.