Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2008

Répression religieuse en Algérie

2079193254.jpg
Mosquée de Constantine

Habiba Kouider, une Algérienne de 37 ans, convertie au christianisme, comparaissait hier devant le tribunal de Tiaret (sud-ouest de l'Algérie). Jugée « pour prêche d'un culte non musulman sans autorisation », cette éducatrice avait été arrêtée il y a quelques mois en possession d'une dizaine de bibles. Une peine de trois ans de prison ferme a été requise contre elle le 20 mai.

Le jugement a été reporté, le tribunal ayant demandé un complément d'enquête. Dans un procès séparé du même tribunal, hier toujours, le procureur a requis deux ans de prison ferme et une amende de 500 000 dinars - 5 000 € - à l'encontre de six autres convertis, accusés d'exercice illégal d'un culte non musulman. Membres de l'Eglise évangélique (protestante), ils avaient été interpellés à la sortie d'une messe célébrée sans autorisation.

Il ne fait pas bon, dans l'Algérie d'aujourd'hui, se détourner de l'islam.

L'affaire Habiba Kouider, qui a soulevé une grande émotion dans les milieux intellectuels algériens, témoigne d'une intransigeance grandissante des autorités. La liste des tracasseries que subissent les chrétiens d'Algérie est longue : en 2007, les catholiques sont invités par les autorités locales à partir en raison des menaces d'Al-Qaïda, des écoles privées sont fermées, les visas sollicités par l'archevêché d'Alger pour des visiteurs sont délivrés au compte-gouttes. En janvier, Pierre Wallez, prêtre du diocèse d'Oran, est condamné à un an de prison avec sursis pour avoir prié avec des clandestins camerounais « hors d'un lieu de culte ». En février, la carte de résident de Hugh Johnson, président de l'Eglise protestante d'Algérie, n'est pas renouvelée. Le pasteur, âgé de 74 ans, habitait Alger depuis... quarante-cinq ans !

Les cultes non musulmans restreints de manière drastique


Le durcissement remonte à une loi votée en février 2006 qui restreint de manière drastique la pratique des cultes non musulmans. En ligne de mire des autorités algériennes, les Eglises protestantes évangéliques, au prosélytisme ardent et efficace. Le ministère des Affaires religieuses a ordonné la fermeture de vingt-cinq lieux de culte appartenant à des « communautés chrétiennes » non autorisées relevant de l'Eglise protestante. Et les catholiques et leurs prêtres, dont dix-neuf ont été tués entre 1994 et 1996 par des islamistes, sont les victimes collatérales de cette campagne contre les évangélistes, des missionnaires très actifs venus d'Amérique du Nord. Hier, le président de l'Eglise protestante d'Algérie, le pasteur Mustapha Krim, a demandé l'abrogation de la loi de 2006.

Le Parisien - 28 mai 2008

18:26 Publié dans Blog | Tags : algérie en 2008 | Lien permanent | Commentaires (7)