Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2008

Toute la laideur du monde pour les bobos bling bling

710964160.jpg
 

Le musée d'art contemporain de Lyon rend hommage jusqu’au 29 juin à Keith Haring, l'une des figures emblématiques de l'art urbain new-yorkais. L'exposition retrace l’itinéraire du peintre.

  Dix-huit ans après sa mort (*), la France offre à Keith Haring (1958-1990), jeune trublion new-yorkais et icône des folles années 1980, sa plus grande rétrospective. Elle présente un ensemble sans précédent d’oeuvres issues des plus importantes collections américaines et européennes, publiques et privées. Par ailleurs, la courte carrière de l'artiste, qui se déploie sur une seule décennie de 1980 à 1990, a permis au musée de présenter son travail en dehors de la chronologie selon un parcours original et diversifié.

250 oeuvres exposées Vous découvrirez ses incontournables peintures sur bâches, ses dessins, ses sculptures monumentales et pour la première fois ses peintures sur métal. Mais l’exposition propose surtout au visiteur de découvrir l'extraordinaire diversité de supports et de technique s utilisés par l'artiste. Peinture vinylique, acrylique, émaillée, craie, encre, feutre, sur toile, métal, papier, bois… Plus de 250 pièces, complétées par des documents vidéo et une série exceptionnelle de photographies, dont ses interventions dans le métro, qui éclairent le conteste de production de l’oeuvre de Keith Haring et son évolution. Couleurs vives soulignées par un trait noir Son style direct et original, accessible à tous, est immédiatement reconnaissable : des graffitis aux formes synthétiques de couleurs vives soulignées par un trait noir. Son travail est vivant et énergique. Toujours en mouvement. L’artiste puise ses sources d’inspiration dans le monde de la rue, la vie quotidienne et la culture teenagers. Des hommes et des enfants, des postes de télévision, tout ce qui fait référence à la société contemporaine est présent dans ses oeuvres. Il aborde également les thèmes de la mort et de la sexualité. Enfin, les moments de remise en question et de révolte apparaissent dans les visions apocalyptiques et les créatures monstrueuses de son oeuvre, qui figurent les fléaux du monde moderne, comme la menace nucléaire ou les conséquences du virus du sida, maladie qui l’aura fauchée en pleine jeunesse. Un travail intense et très personnel qui élève sans conteste Keith Haring au rang des plus grands artistes d’art contemporain.

(*) Keith Haring est mort du sida à l'âge de 31 ans en 1990.

(AFP. 06.04.08)