Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2008

Ils seront plus de 3000!

1107565316.jpg
Sarközy nous entraîne dans une guerre qui n'est la nôtre!

Le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, a déclaré lors d'une visite au Tadjikistan que le contingent français en Afghanistan atteindrait 3 000 hommes, après le déploiement du nouveau bataillon annoncé par Paris.

«Je n'ai pas le chiffre exact, qui appartient aux militaires», mais «cela portera l'effort français autour de 3 000 soldats», a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Douchanbé, la capitale de ce pays d'Asie centrale voisin de l'Afghanistan.

«Il ne s'agit pas d'un détachement mais d'un bataillon», a-t-il précisé, après avoir rencontré dans la matinée des soldats français déployés dans une base près de Douchanbé dans le cadre de l'opération en Afghanistan.



«C'est un engagement qui met en jeu la vie de nos soldats. (On n'a pas besoin de Kouchner pour le savoir!) Ce n'est pas un jeu», a martelé le ministre, évoquant la volonté de la France de «combattre aux côtés des Afghans» «contre les extrémistes» alors que cette annonce avait suscité des critiques en France.

La France ne veut pas "se battre aux côtés des Afghans"!

Le président Nicolas Sarközy avait dit début avril au sommet de l'Otan à Bucarest que le bataillon déployé en renfort dans l'est de l'Afghanistan serait composé de 700 hommes. Ils s'ajouteront aux quelque 1 700 soldats déjà présents, sans compter les centaines de marins présents dans l'Océan indien.

Les forces françaises sont présentes au Tadjikistan depuis fin 2001, assurant le soutien au contingent militaire français en Afghanistan. M. Kouchner a également vanté «l'engagement du Tadjikistan» dans la lutte antiterroriste, après avoir rencontré le président tadjik, Emomali Rakhmon.

(Le Parisien 11  avril 2008)