Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2008

Kadhafi rejette avec violence Sarközy et l'Union pour le Méditerranée

Kadhafi rejette l'Union pour la Méditerranée.jpg
Au mini-sommet arabe de Tripoli, le 10 juin 2008

Le numéro un libyen a vivement dénoncé mardi ce projet de coopération entre les pays des deux rives de la Méditerranée initié par Nicolas Sarközy.

Mouammar Kadhafi a rejeté avec virulence mardi le projet de l'Union pour la Méditerranée (UPM) inspiré par la France. Monopolisant la parole à l'ouverture du sommet arabe de Tripoli, le numéro un libyen s'est livré à une véritable diatribe contre l'UPM devant les présidents syrien, mauritanien, tunisien et algérien et le premier ministre marocain.

Selon Kadhafi, l'UPM pourrait mettre à mal l'unité africaine et arabe en concurrençant des organisations déjà existantes. «Nous sommes des pays membres de la Ligue arabe et aussi de l'Union africaine et nous ne prendrons en aucun cas le risque de disperser nos rangs. Il faut que nos partenaires (européens) comprennent bien cela», a prévenu le dirigeant libyen. Et de prévenir : «si l'Europe veut coopérer avec nous, qu'elle le fasse avec la Ligue arabe ou l'Union africaine (...) nous n'acceptons pas que l'Europe traite avec un seul groupe» de pays, c'est à dire uniquement avec ceux qui bordent la rive sud de la Méditerranée,comme le propose le projet de l'Union pour la Méditerranée..

«Nous ne sommes ni des affamés ni des chiens»

 

Le colonel Kadhafi a aussi qualifié l'UPM de «projet passager» voué à l'échec, affirmant : «l'UE veille sur son unité et refuse sa division et l'initiative de "notre cher ami Sarközy" a été rejetée fermement par l'Europe». Au sommet européen de mars, la France avait dû accepter que son projet se contente essentiellement de redynamiser le processus de Barcelone, lancé en 1995 par l'UE avec les pays méditerranéens du sud. Renommé «Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée», cette version de l'UPM concerne les Vingt-Sept pays de l'UE et leurs dix-sept partenaires de la rive Sud. Alors que le concept initial de Nicolas Sarközy faisait participer uniquement, côté européen, les pays riverains de la Méditerranée.

Le colonel Kadhafi s'en est aussi pris vivement aux projets économiques promis aux pays du sud de la Méditerranée, les qualifiant d'«appât» et de «sorte d'humiliation» pour ces pays. «Nous ne sommes ni des affamés ni des chiens pour qu'ils nous jettent des os», a-t-il proclamé, vêtu d'une abaya traditionnelle et coiffé d'une chechia rouge. L'UPM se propose notamment d'améliorer la coopération entre les pays du nord et du sud de la Méditerranée dans les domaines du commerce, de la sécurité et de l'immigration.

La place d'Israël suscite des divergences

 

Le mini-sommet de Tripoli a été clôturé par les dirigeants présents sans qu'ils fassent d'annonce sur les résultats de leurs consultations. Cette rencontre était organisée à l'initiative du colonel Kadhafi pour permettre aux pays arabes de prendre une position commune avant la proclamation officielle de l'UPM le 13 juillet à Paris. Des divergences sont en effet apparues parmi les pays de la rive sud, notamment à propos de la participation d'Israël à l'UPM.

Vendredi dernier, lors d'un Forum des pays de la Méditerranée (Formed) à Alger, les pays arabes avaient ainsi demandé des «clarifications sur les conséquences» de l'entrée d'Israël dans l'UPM. L'Algérie avait même réservé officiellement son adhésion au projet. Le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, avait ainsi estimé que ce n'était pas à l'UPM de «faire la normalisation» des relations entre Israël et les pays arabes. Mais le même jour, le président Sarközy avait affirmé que la présence d'Israël ne posait «pas de problème» à des pays arabes comme l'Egypte, la Tunisie et le Maroc.

Le Figaro - 11 juin 2008