Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2008

EDITORIAL DE CHRISTIAN BOUCHET

ingrid_salah_vn.jpg
Le Franco-Palestinien Salah Hamouri et la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt: pas le même poids dans la balance franco-israélienne! 
Ce qui m’a le plus marqué dans la libération de la franco-colombienne Ingrid Betancourt, c’est la conclusion de la déclaration officielle de Nicolas Sarközy : “Je voudrais que mes derniers mots soient pour le soldat Gilad Shalit et pour ses parents. Nous ne l’oublions pas. La France est toujours prête à se mobiliser quand quelqu’un est injustement retenu”.

On pourrait, somme toute, se féliciter que notre président soit si attentif à la situation des Français possédant une double nationalité. Cela ne pourrait qu’être à son honneur, si cette attention n’était pas sélective…

Pourquoi en effet Gilad Shalit – qui n’est rien d’autre qu’un soldat fait prisonnier – et pas Salah Hamouri, jeune étudiant franco-palestinien emprisonné depuis plus de 3 ans dans les geôles israéliennes pour délit d’opinion (il est sympathisant du FPLP) et condamné à y rester encore 7 ans ?.

Pourquoi ? Oui, pourquoi ?

Tout simplement parce que certains Français le sont plus que d’autres dès qu’ils appartiennent à une « communauté » bien particulière ou à la caste des possédants qui nous dirigent.

Cela étant écrit, on peut s’interroger sur certaines déclarations de l’otage bling-bling des Farc. Elle aurait porté des chaînes 24h sur 24 pendant trois ans et fait 300 km à pied par an en moyenne. En bref, elle aurait été traitée comme "un chien" par ses geôliers.

Pour quelqu’un qui a subit un tel traitement, l’égérie des bobos est bien pimpante et en apparente fort bonne santé.

On comparera utilement les photos prises après sa libération à celles de Sami Al-Hajj ce caméraman d'Aljazeera, arrêté en Afghanistan fin 2001 et transféré au camp de Guantanamo début 2002, pour y rester jusqu'au 2 mai 2008. Sa détention a donc quasiment eu lieu pendant la même période et pour la même durée qu’Ingrid Betancourt. Mais lui était l'hôte de la plus grande démocratie du monde dans un camp où « les conditions de détention des prisonniers y sont meilleures qu'en Belgique » selon un rapport de l'OSCE. En voyant les images d’Ingrid Betancourt en parfaite santé, et de Sami Al-Hajj porté par des militaires US sur une civière et quittant Guantanamo pour entrer dans un hôpital, on ne peut que penser que les geôliers des Farc n’étaient peut être pas si mauvais que ça, en tous les cas moins que les GI’s US !
Christian Bouchet
VOXNR