Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2008

A la mémoire des deux millions de victimes

1209791841.jpg

Le principal responsable des tortures commises sous le régime des Khmers rouges a pleuré et prié en guidant les magistrats chargés de le juger pour crimes contre l'humanité parmi les fosses communes où reposent certaines de ses victimes.

2 millions de morts sur 7 millions de Cambodgiens pour créer "l'homme nouveau"

Duch, également appelé Kaing Guek Eav, a conduit 80 juges, avocats et autres responsables du tribunal chargé de le juger sur ces 129 tombes, découvertes après l'invasion viêtnamienne qui avait renvoyé en 1979 les Khmers rouges dans la jungle.

"J'ai vu Duch s'agenouiller devant les arbres où des soldats khmers rouges ont frappé des enfants à mort", a déclaré un policier à la presse à l'issue de cette visite de quatre heures.

"Il a pleuré et a présenté ses excuses aux victimes" dans les anciennes rizières à la lisière de Phnom Penh, a ajouté le policier.

Des piles de crânes sortis des fosses communes signalent leur présence aux visiteurs.

Certaines des victimes avaient séjourné dans le centre de détention S-21, situé dans l'ancien lycée Tuol Sleng à Phnom Penh et alors dirigé par Duch, aujourd'hui âgé de 66 ans.

Environ 14.000 personnes - dont plusieurs étrangers accusés d'être des espions de la CIA - ont été torturées dans cette prison où l'on tentait de leur faire "avouer" leur engagement contre ce régime, jugé responsable de la mort de 2 millions de personnes.

Seuls quelques prisonniers s'en sont sortis vivants.

"Duch a exprimé sa tristesse et a versé des larmes deux ou trois fois", a déclaré un porte-parole du tribunal, Reach Sambath. "Il a joint les mains pour rendre hommage aux victimes, devant le sanctuaire des crânes."

Duch, le premier haut responsable khmer rouge à avoir été arrêté, doit guider mercredi des représentants du tribunal dans l'ancien lycée de Tuol Sleng.

"C'est l'une des nombreuses pièces qui contribuent à constituer un dossier. Cela peut s'avérer très utile, au tribunal, de pouvoir se représenter visuellement le site en question", a déclaré Helen Jarvis, une responsable du tribunal.

Tuol Sleng est aujourd'hui un sanctuaire dédié aux victimes des Khmers rouges.

Ces derniers ont également éliminé leurs opposants potentiels lors de leur révolution dite de l'"Année zéro", une utopie agrarienne au terme de laquelle de nombreuses personnes ont succombé à l'épuisement, à la famine ou à la maladie.

Arrêté en 1999 et converti au christianisme, Duch devrait faire figure de témoin-clé lors des procès du "Frère numéro deux" Nuon Chea - bras droit de Pol Pot, chef des Khmers rouges -, de Khieu Samphan, qui avait occupé la fonction de président sous ce régime, de Ieng Sary, son ministre des Affaires étrangères, et de son épouse.

"Il ne peut pas avoir commis ces crimes tout seul", a déclaré l'avocat de Duch, Kar Savuth. "Les ordres venaient des plus hauts dirigeants."

De nombreux Cambodgiens souhaitent que Duch s'explique lors des procès, qui devraient débuter en juillet.

Les anciens responsables khmers rouges encourent la prison à vie.

"Je ne comprends toujours pas pourquoi Duch m'a emprisonné, a tué ma femme et notre bébé", regrette Chum Manh, 78 ans, l'un des rares rescapés de Tuol Sleng.

Nuon Chea est accusé d'avoir joué un rôle central dans les atrocités commises par les Khmers rouges entre 1975 et 1979.

Il a été arrêté l'an dernier en même temps que Ieng Sary et son épouse, des amis de toujours de Pol Pot, ancien numéro un du régime. Pol Pot est mort en 1998 à Anlong Veng, dernier bastion des Khmers rouges.