Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2008

Les enfants disparus en Isère: l'enquête est relancée

De 1983 à 1996, un ou plusieurs criminels se sont acharnés sur dix enfants. Certains ont été tués, d'autres n'ont jamais été retrouvés. Un seul a survécu à son calvaire.

 La procureure de Grenoble vient de rouvrir les dossiers.

En quatorze ans, dans le département de l'Isère, dix enfants ont disparu ou ont été tués. Un seul laissé pour mort, le crâne fracassé, dans une décharge, a survécu. Cette situation a nourri bien des fantasmes.

Pendant des années, l'avocat Didier Seban, représentant cinq familles de victimes, assure « avoir harcelé les autorités judiciaires » sur des « dossiers anciens où l'urgence commande ». Au mois de mars, le parquet général de Grenoble a autorisé, fait rarissime, le regroupement de dix affaires criminelles dont l'une a été jugée et toutes confiées à la gendarmerie.

Les militaires ont mis en place une cellule spéciale dite Mineurs 38 où douze enquêteurs spécialisés sont déjà affectés.

« C'est une course contre la montre qu'il faut engager »

Sur son bureau, le dossier n'est jamais bien loin. Le lieutenant-colonel Dominique Ragot, patron de la section de recherches, a désormais les coudées franches. « Nous allons reprendre chaque dossier pièce par pièce et jeter un oeil neuf sur ces enquêtes. Il s'agit de voir si un élément n'a pas échappé à l'époque », explique l'officier. « Les techniques d'enquête ont aussi évolué. Notre rôle premier sera d'analyser les investigations entreprises puis de faire l'inventaire dossier par dossier. Mais surtout nous n'avons pas le droit de ne rien tenter », poursuit le gendarme. Aujourd'hui, on n'interroge plus les enfants victimes de la même façon. Les psychologues assistent des enquêteurs mieux formés à l'interprétation de leurs témoignages. La méthode initiée pour ce travail a aussi son importance afin de ne rien négliger.

Sept enquêteurs sont chargés d'éplucher chaque cas sur le terrain et seront en liaison avec cinq analystes criminels. Chacun confrontera ses résultats sous la responsabilité d'un superviseur pour éventuellement établir un lien. « On a un devoir de résultats en matière technique », prévient Dominique Ragot mais « pour rapprocher deux affaires ou plus, il faut des preuves formelles ». Et au sommet de cette chaîne hiérarchique, la procureure générale de Grenoble, Martine Valdès-Boulouque.

« Le temps presse. C'est une course contre la montre qu'il faut engager », insiste l'avocat Didier Seban satisfait de voir que « les moyens ont été mobilisés ».

Il se demande si tous « les rapprochements nécessaire ont bien été entrepris » notamment lors de la mise en cause de Karim Katefi, l'assassin du petit Rachid Bouzian, condamné à perpétuité en décembre 1993 car « cela n'apparaît pas » dit-il dans les dossiers.

Les gendarmes, eux, ont déjà ouvert une adresse Internet pour recueillir des éléments sur ces enquêtes*. Et chaque information sera évaluée et traitée ou répercutée sur un autre service. Un numéro vert devrait être ouvert prochainement.

* Pour fournir tous renseignements utiles : mineurs38@orange.fr