Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2008

Sarközy vante l'Union pour la Méditerranée

331668055.jpg
Sarközy à Tunis le 30 avril 2008
C'est par un vibrant plaidoyer en faveur de l'Union pour la Méditerranée (UPM) – projet qui lui est cher et qu'il portera sur les fonts baptismaux, le 13 juillet, lors du sommet de Paris – que Nicolas Sarközy a conclu, mercredi 30 avril, sa visite d'Etat de trois jours en Tunisie. Dans un discours prononcé à l'Institut national des sciences appliquées et de technologie (Insat) de Tunis, le président français a appelé les pays du bassin méditerranéen "à ne pas manquer ce rendez-vous avec l'Histoire" par égard pour les générations futures.

De son côté, le Parti communiste s'est dit "indigné" par la "complaisance" du président français envers son homologue, le président Ben Ali, voyant dans ces louanges une "forme d'insulte" pour les démocrates tunisiens. Pour sa part, Reporters sans frontières (RSF) a qualifié ces propos d'"inadmissibles" et souligné que "la liberté d'expression reste une utopie" en Tunisie. "La presse n'y fait que glorifier le bilan du président Ben Ali", ajoute RSF, et les journalistes indépendants et leurs familles sont "victimes d'un harcèlement continu".

Ndb: Le PC est particulirement bien placé pour parler des libertés et de la démocratie! C'est à rire!

Face à ces critiques, le porte-parole de l'UMP, Dominique Paillé, également conseiller à l'Elysée, a assuré, mardi, que la France défendait "avec opiniâtreté" les droits de l'homme. – (AFP.)

Cette Union, M. Sarközy la voit dotée d'une coprésidence tournante assurée simultanément par un pays de la rive nord et un pays de la rive sud. Quant au siège du secrétariat de l'UPM, il sera installé au sud. En Tunisie, comme cela a été évoqué ? Le chef de l'Etat français ne s'est pas prononcé.

Pour M. Sarközy, les pays du bassin méditerranéen doivent s'associer pour lutter ensemble contre "la barbarie", une menace persistante contre la civilisation. Dans la Tunisie, "pays engagé depuis un demi-siècle sur la voie du progrès, de la tolérance et de la raison", le président français voit un exemple possible "pour tous les peuples menacés par le fondamentalisme et l'obscurantisme". Passant du lyrique au concret, M. Sarközy devait ensuite citer quelques projets possibles de l'UPM : la gestion et le partage de l'eau; la dépollution de la Méditerranée "pour en faire la mer la plus propre du monde"; la sécurité maritime; l'organisation d'un Centre méditerranéen de la recherche scientifique, ou encore la mise au point pour les pays méditerranéens d'un programme d'échanges universitaires Erasmus.

La veille, devant 500 chefs d'entreprise français et tunisiens, M. Sarkozy avait dit, une fois encore, qu'à ses yeux, le développement des pays méditerranéens était un gage de stabilité pour l'Europe et surtout un rempart "contre le terrorisme et un régime taliban en Tunisie, en Algérie ou au Maroc". Et c'est à ce titre de combattant du terrorisme que M. Ben Ali a eu droit aux louanges répétées du président français.

LES DÉFENSEURS DES LIBERTÉS AMERS

Les défenseurs tunisiens des libertés ne cachent pas leur amertume à l'issue de cette visite de M. Sarkozy. Ils rappellent que le candidat Sarkozy s'était engagé à faire de la défense des droits de l'homme "un pilier de la politique étrangère de la France" au cas où il entrerait à l'Elysée.

Rama Yade, secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, n'a pas réussi à adoucir leur amertume. Elle a même annulé à la dernière minute un entretien prévu depuis samedi avec une figure de la société civile, l'universitaire Khadija Cherif, présidente de l'Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD). Officiellement, l'emploi du temps de Mme Yade était "trop chargé".

La secrétaire d'Etat s'est contentée de recevoir l'avocat Mokhtar Trifi, président de la Ligue tunisienne des droits de l'homme (LTDH), dont les activités sont paralysées depuis 2000. Me Trifi, autant que Mme Cherif, se sont dits "choqués" par les propos de M. Sarkozy, qui a affirmé, lundi soir, lors du dîner officiel offert en son honneur au palais de Carthage, qu'en Tunisie "l'espace des libertés progresse".

"La priorité de M. Sarközy, c'est le commerce, mais il devrait savoir que le développement ne peut être seulement économique", a estimé Khadija Cherif, qualifiant les propos du président français de "marque de mépris pour la société civile tunisienne". De son côté, Mokhtar Trifi a souligné que "l'enfermement, l'avis unique, la voie unique" faisaient le lit de l'extrémisme. Pour lui, une Tunisie démocratique serait "le meilleur rempart" contre le terrorisme et les "talibans" que semble tant redouter M. Sarközy.

"L'espace des libertés" régresse-t-il en France? C'est la seule question à se poser!