Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2006

Arthur Rimbaud

                                                           LE MAL

 

Tandis que les crachats rouges de la mitraille

Sifflent tout le jour par l'infini du ciel bleu;

Qu'écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,

Croulent les bataillons en masse dans le feu;

 

Tandis qu'une folie épouvantable broie

Et fait de cent milliers d'hommes un tas fumant;

- Pauvres morts! dans l'été , dans l'herbe, dans ta joie,

Nature! Ô toi qui fis ces hommes saintement !... -

 

- Il est un Dieu , qui rit aux nappes damassées

Des autels, à l'encens, aux grands calices d'or;

Qui dans le bercement des hosannah s'endort,

 

Et se réveille, quand des mères, ramassées

Dans l'angoisse, et pleurant sous leur vieux bonnet noir

Lui donnent un gros sou lié dans leur mouchoir!

                                                        

                                               Arthur RIMBAUD (Poésies)

                                                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14:17 Publié dans Poésie | Tags : Arthur Rimbaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.