Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2008

LE DORMEUR DU VAL

213086071.jpg
Arthur Rimbaud à 10 ans: lequel est-ce?
443970023.jpg
Arthur Rimbaud à 17 ans (1854-1891)

Le Dormeur du val


C'est un trou de verdure, où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent; où le soleil, de la montagne fière,
Luit: c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme:
Nature, berce-le chaudement: il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine.
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Arthur Rimbaud, novembre 1870

 



 

 

 

11/11/2006

Arthur Rimbaud

                                                           LE MAL

 

Tandis que les crachats rouges de la mitraille

Sifflent tout le jour par l'infini du ciel bleu;

Qu'écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,

Croulent les bataillons en masse dans le feu;

 

Tandis qu'une folie épouvantable broie

Et fait de cent milliers d'hommes un tas fumant;

- Pauvres morts! dans l'été , dans l'herbe, dans ta joie,

Nature! Ô toi qui fis ces hommes saintement !... -

 

- Il est un Dieu , qui rit aux nappes damassées

Des autels, à l'encens, aux grands calices d'or;

Qui dans le bercement des hosannah s'endort,

 

Et se réveille, quand des mères, ramassées

Dans l'angoisse, et pleurant sous leur vieux bonnet noir

Lui donnent un gros sou lié dans leur mouchoir!

                                                        

                                               Arthur RIMBAUD (Poésies)

                                                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14:17 Publié dans Poésie | Tags : Arthur Rimbaud | Lien permanent | Commentaires (0)