Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2012

Alfred de MUSSET (1810-1857)

LA NUIT DE MAI

 LA MUSE

Poète, prends ton luth et me donne un baiser ;
La fleur de l'églantier sent ses bourgeons éclore,
Le printemps naît ce soir ; les vents vont s'embraser ;
Et la bergeronnette, en attendant l'aurore,
Aux premiers buissons verts commence à se poser.
Poète, prends ton luth, et me donne un baiser.

LE POÈTE

Comme il fait noir dans la vallée !
J'ai cru qu'une forme voilée
Flottait là-bas sur la forêt.
Elle sortait de la prairie ;
Son pied rasait l'herbe fleurie ;
C'est une étrange rêverie ;
Elle s'efface et disparaît.

LA MUSE

Poète, prends ton luth ; la nuit, sur la pelouse,
Balance le zéphyr dans son voile odorant.
La rose, vierge encor, se referme jalouse
Sur le frelon nacré qu'elle enivre en mourant.
Écoute ! tout se tait ; songe à ta bien-aimée.
Ce soir, sous les tilleuls, à la sombre ramée
Le rayon du couchant laisse un adieu plus doux.
Ce soir, tout va fleurir : l'immortelle nature
Se remplit de parfums, d'amour et de murmure,
Comme le lit joyeux de deux jeunes époux.

LE POÈTE

Pourquoi mon coeur bat-il si vite ?
Qu'ai-je donc en moi qui s'agite
Dont je me sens épouvanté ?
Ne frappe-t-on pas à ma porte ?
Pourquoi ma lampe à demi morte
M'éblouit-elle de clarté ?
Dieu puissant ! tout mon corps frissonne.
Qui vient ? qui m'appelle ? - Personne.
Je suis seul ; c'est l'heure qui sonne ;
Ô solitude ! ô pauvreté !

LA MUSE

Poète, prends ton luth ; le vin de la jeunesse
Fermente cette nuit dans les veines de Dieu.
Mon sein est inquiet ; la volupté l'oppresse,
Et les vents altérés m'ont mis la lèvre en feu.
Ô paresseux enfant ! regarde, je suis belle.
Notre premier baiser, ne t'en souviens-tu pas,
Quand je te vis si pâle au toucher de mon aile,
Et que, les yeux en pleurs, tu tombas dans mes bras ?
Ah ! je t'ai consolé d'une amère souffrance !
Hélas ! bien jeune encor, tu te mourais d'amour.
Console-moi ce soir, je me meurs d'espérance ;
J'ai besoin de prier pour vivre jusqu'au jour.

 

(extrait)

23:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Gaelle,
C'est mon poete prefere. Quelle sensibilite, quel romantisme!
Merci de prendre le temps, malgre vos occupations, de penser a la poesie et a la musique et de nous en faire profiter...

Écrit par : Nelly | 30/04/2012

Répondre à ce commentaire

@ Nelly: je suis heureuse d'avoir pu vous faire plaisir! Moi aussi j'aime les Nuits de Musset, et particulièrement la Nuit de Mai. Quel poème magnifique! Il m'ensorcelle depuis longtemps! Il n'a pas pris une ride... Le génie de Musset traverse intacgt le temps.

Parmi toutes les tristes ou si sordides nouvelles de l'actualité, c'est ma récréation que de lire des poètes que j'aime, de chercher des vidéos musicales. Pour les tableaux, l'attente du téléchargement des photos est si longue que parfois je renonce...

Écrit par : Gaëlle Mann | 30/04/2012

Répondre à ce commentaire

@ Gaelle,
vous avez bien du mérite en effet.
Cette Nuit de Mai nous enchante, et la derniere réplique de la Muse touche au sublime.
J avais oublié qu elle était ailée ... Mais quand donc deviendrons-nous muses à notre tour, passant légèrement par "les champs fleuris d'asphodèles" ?

(registre actuel : "c'est du lourd" !)

Écrit par : Décée | 30/04/2012

Répondre à ce commentaire

Merci, Gaëlle, pour ces belles poésies que j’aime beaucoup.

Écrit par : abad | 30/04/2012

Répondre à ce commentaire

Cher abad, je me demandais si ces Nuits n'avaient pas été mises en musique et chantées?


Amitiés!

Écrit par : Gaëlle Mann | 30/04/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.