Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2012

La concubine du Président

 

Par Stéphane Blakowski | Blako Blogil y a 6 heures

Les caméras se bousculaient devant son bureau. Les envoyés spéciaux se relayaient devant la porte pour intervenir en direct sur les antennes nationales. Dans quelques instants, nous allions entrer dans l'intimité du Pouvoir. C'était dimanche dernier, et derrière la porte, François Hollande rédigeait son discours.

Sur France 2, le caméraman a été bon. Au lieu de se précipiter pour être le premier, il a laissé passer les autres chaînes. Résultat, quand il est entré à son tour dans le bureau, on voyait bien que deux caméras filmaient déjà Hollande. Ainsi, les téléspectateurs du Service Public ont compris qu'il s'agissait d'une mise en scène.

François (plus Valérie)

Il est là, stylo en main, traçant quelques mots sur une feuille A4. Que d'émotions ! En découvrant ses petits doigts courtauds crispés sur la plume, on a le vertige. Bientôt, ils auront le pouvoir de pianoter le code nucléaire !

Mais François n'est pas seul ; face à lui, il y a Valérie. Ben tiens ? Qu'est-ce qu'elle fait là ? On est bien obligé de se poser la question. Dans "Elle", Valérie s'en est expliquée : "Nous voulions vivre ce moment ensemble parce qu'il nous appartenait."

Faut dire que sans elle, François ne serait jamais devenu Président. Quand il était au fond du trou, prêt à abandonner, elle était la dernière à le soutenir. Selon un article du "Monde", au départ, François Hollande n'avait "pas grand monde autour de lui. Pas de vrai courant au sein du PS, pas de think tank, et même pas l'ombre d'un intellectuel mondain".

François hésitait donc à être candidat, mais dans l'article du "Monde", on apprend que Valérie lui a remonté les bretelles, façon femme forte : "Soit tu penses que tu es le meilleur, et tu y vas. Soit, tu penses qu'un autre est meilleur que toi, et tu n'y vas pas." Alors forcément, maintenant que François est sur le trône, Valérie reste à ses côtés.

Cécilia

C'est son modèle. Dans les interviews, elle prend toujours la défense de Cécilia. Dans son interview au "Times", Valérie s'indigne : "D'abord, je ne vois pas pourquoi on critiquait tout le temps Cécilia. Ça me choque ! Sans elle, Sarkozy n'aurait jamais été élu..." Et sans Valérie ? Est-ce que François aurait été élu ?

À la manière de Cécilia en 2007, Valérie a joué un rôle important en 2012. La preuve, elle avait son bureau au Q.G. de campagne du candidat socialiste. Manifestement, elle y jouait un peu le rôle de maîtresse de maison, puisque c'est elle qui a reconduit Julien Dray lorsqu'il est venu fêter la victoire sans y avoir été invité. En 2007, Cécilia a beaucoup insisté pour que Rachida Dati soit au gouvernement, Valérie défendra-t-elle aussi ses chouchous ?

À vrai dire, ce n'est pas tout à fait pareil. Cécilia était indomptable, elle est partie. Avec Valérie, c'est différent. Maintenant qu'elle a mené son petit poney à l'Élysée, ce serait bête de le quitter.

Carla

En tant que femme tout court, Valérie se sent très proche de Cécilia. Mais en tant que femme de gauche, elle se sentirait plutôt proche de Mitterrand (Danielle) ou de Clinton (Hillary).

Voilà qui nous éclaire sur son ambition. Sachant qu'Hillary Clinton a été candidate contre Obama aux primaires démocrates, on en déduit que Valérie a de l'appétit pour le pouvoir. La politique, c'est sa passion.

D'ailleurs, elle se demande ouvertement si Nicolas ne s'ennuyait pas un peu le soir en rentrant à la maison. "Je crois que ça a dû être dur pour Nicolas Sarkozy, dit-elle. Quand il rentrait à la maison tous les soirs, alors que Carla n'aimait pas du tout la politique. C'est impossible de ne pas partager ça".

Curieusement, au lieu de profiter de son relatif anonymat, Valérie a l'air bien décidé à imposer son brushing dans le paysage. Cela dit, il faut reconnaître qu'elle a bien du mérite. Elle n'avait pas le physique pour être top-model, elle n'avait pas le talent pour vendre des millions de disques, n'empêche, la voilà Première Dame.

19:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Nos rois (pas tous) avaient des favorites !
Là, on est dans le bourgeois : Valérie est une maîtresse puisque pas encore divorcée de M.Trierweiler dont elle a trois enfants (des ados nous a-t-on dit à la TV ! Au fait, elle s'en occupe quand ?)
Le protocole va faire comment pour l'annoncer ?

Ses "modèles" en disent long sur le rôle qu'elle entend jouer ! Danielle, Hilary ...!
Hollande est mal barré !

Ce papier est joliment troussé ! Bravo à l'auteur !

Écrit par : tania | 13/05/2012

Répondre à ce commentaire

Les thuriféraires des socialistes font le rapprochement entre les deux couples François-Valérie et Hilary-Bill. Cela me remémore la célèbre histoire suivante.
Hilary et Bill sont partis en voiture pour un week-end loin de la ville. Ils s’arrêtent pour faire le plein dans un endroit perdu et déshérité. Un beau pompiste les sert et Hilary admire sa plastique. Bill lui en fait la remarque :
- arrête de le reluquer, si tu l’avais épousé, tu serais dans ce coin perdu à servir des clients de passage.
Hilary lui répond :
- si je l’avais épousé, c’est lui qui serait Président !

Écrit par : abad | 13/05/2012

Répondre à ce commentaire

rien de neuf sous le soleil de Satan , à travers les phases de l,histoire , certains femmes ont toujours su manoeuvrer des hommes de pouvoir , soit par séduction , soit par leur charisme !!
salutations.

Écrit par : parvus | 14/05/2012

Répondre à ce commentaire

Mais alors, l'ex premier skrétaire va-t-il rencontrer sa Lewinsky ;o)

Écrit par : téléphobe | 14/05/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.