31/07/2012

Bruxelles - Elle filme les insultes machistes ordinaires

 «Salope», «chienne», «t'as un beau cul»... Une étudiante belge a réalisé un film à partir de tous les propos irrespectueux prononcés à son égard.

Des regards appuyés, des sifflements, des propositions irrespectueuses, des insultes. Quand elle a déménagé dans un quartier "populaire" de Bruxelles, ces incivilités sont devenues le quotidien de Sofie Peeters, étudiante en dernière année de cinéma. «La première question que je me suis posée c'est:  “Est-ce que c'est moi? Mes vêtements?”», confie-t-elle à la RTBF .

Lasse de se faire harceler, Sofie Peeters a décidé de faire de cette violence ordinaire son projet de fin d'études. A l'aide d'une caméra cachée, elle enregistre toutes ces réflexions désobligeantes qu'elle entend sur son passage: «Je t'emmène à l'hôtel», «si tu donnes envie, c'est normal, non?», «belles petites fe-fesses», «salope», «chienne».

Diffusé jeudi dernier au cinéma à Bruxelles et relayé par un grand nombre de médias belges, le travail de l'étudiante, Femmes de la rue , a ouvert le débat sur le harcèlement. Philippe Close, échevin (magistrat) à la commune de Bruxelles, a expliqué à la RTBF que ces insultes devraient être bientôt sanctionnées par des amendes administratives. Cette nouvelle loi devrait entrer en vigueur dès le 1er septembre.

 

Un travail raciste? D'autres ont vu dans le travail de l'étudiante un penchant raciste, car les séquences sont tournées majoritairement dans un quartier (...) Lire la suite sur Figaro.fr

 

NdB: On voit bien qui sont les hommes qui insultent les femmes dans la rue et leur font des propositions sexuelles!  Ils croient que les femmes blanches sont toutes des p..... !

Ce n'est pas un problème de sexisme mais uniquement d'immigration!



 

20:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Ce qui explique le port de la burqa par les femmes arabes..Les Europeennes n'avaient pas besoin de se proteger de la tete aux pieds contre les hommes.. Ce qui ne veut pas dire que les sifflements et les compliments n'ont jamais existe, mais les insultes, jamais! Vive l'homme europeen! ;-)

Écrit par : Nelly | 31/07/2012

Répondre à ce commentaire

Ces connards se plaindront d'un délit de faciès, ils ne méritent que le plus grand mépris, ce sont des fils de chiens et chiennes importés.

Écrit par : turigol | 31/07/2012

Répondre à ce commentaire

Entièrement d’accord avec vous, Gaëlle : il s’agit avant tout d’insultes racistes ; ce sont des immigrés qui insultent une autochtone, et ils savent qu’ils peuvent le faire en toute impunité.
Remercions cette courageuse étudiante belge de nous apporter ce témoignage.

Écrit par : abad | 31/07/2012

Répondre à ce commentaire

Ma fille très blonde qui a fait quelques années d'études à Bxl aurait pu signer des deux mains ce reportage, et en prime, elle fut même agressée par une bande de racailles dans le métro.
Cette forme de racisme anti blondes est une réalité dans cette ville belgo-maroco-turco-zaïroise ! Il vaut mieux être moche, typée sud-méditerranéenne et habillée en survêtement, et mieux encore, rester chez soi ! Il est impossible que cette situation perdure sans qu'il y ait un jour une réaction sanglante et violente de la population européenne !

Écrit par : dirk | 31/07/2012

Répondre à ce commentaire

@ dirk - Tout d'abord, quartier populaire" veut dire mainteant dans la novlangue "quartier maghrébin, habité aussi par des immigrés de toutes sortes".

Et ensuite: la situation étant intenable, elle finira bien par exploser! "A l'hôtel, au lit, direct!": mais où se croient-ils?
Si un Français ou un Belge se risquaient à parler ainsi à une voilée, ils feraient une émeute pour manque de respect!

Les premiers coupables sont bien sûr les gouvernants. Le "vivre ensemble" ou le "coucher ensemble"?

Les femmes blondes les excitent particulièrement, ces singes en rut!

Écrit par : Gaëlle Mann | 01/08/2012

Répondre à ce commentaire

dirk: j'ai vu par hasard, dernièrement sur le net, un sketch de l'affreuse Anne ROUMANOFF où elle se moquait copieusement des blondes (très bêtes, minaudières, etc...) et provoquaient des rires gras et haineux! - le but recherché était évident!

Écrit par : Gaëlle Mann | 01/08/2012

Répondre à ce commentaire

@Gaëlle, ce racisme anti blondes est révélateur du racisme anti blanc distillé par tous les ennemis des peuples blancs européens On le voit également dans certaines histoires "belges", proches de la haine (pas toutes bien sûr!).
Lorsque j'en entends une, je la répète en remplaçant simplement "blonde" par "crépue" : rires jaunes assurés !
Ce qui me révolte aussi, c'est l'absence de réaction des """hommes""" !!!
Quand à cette Roumanoff, regardez son pedigree, elle ne doit pas se forcer vis à vis des Goys...surtout blondes (plus goys que les goys ?), ce doit être atavique chez elle. Son rictus talmudique ne trompe pas !

Écrit par : dirk | 01/08/2012

Répondre à ce commentaire

ce qui est incompréhensible c,est qu,une roumanoff arrive à faire rire des spectateurs , car elle nulle !!
pour le reportage de cette journaliste en herbe , elle devait bien savoir , le genre de population masculine qu, elle allait cotoyer dans ce quartier, pour ces hommes une européenne habillé méme trés peu léger est une provocation , donc automatiquement une pute , car pour eux la femme traditionnelle doit étre couverte ect etc..!!
Gaelle , bien entendu que cette situation ,que l,on trouve en France et d,autres pays européens est le fait d,une politique de remplacement des populations de souche.
mais son travail sur le harcélement dans la rue va se heurter aux féministes de tout poil , vu qu,il s,agit de non -européens, et d,autre part je vois mal la police Belge distribué des amendes sans créer des problémes , d,ailleurs vu le nombre , les policiers Bruxellois devront appeller du renfort! c,est pas sérieux ce genre de déclarations.
salutations.

Écrit par : parvus | 01/08/2012

Répondre à ce commentaire

@]parvus: le film de cette étudiante est intéressant comme peut l'être un constat, mais sans plus. A Marseille, cette situation est banale, et même certains vous crachent dessus en vous traitant de "sale Française!".
La seule action possible serait de renvoyer ces immigrés et issus d'immigrés chez eux, dans leur pays d'origine, mais est-ce envisageable avec des gouvernants qui veulent une substitution de population? Il ne faut pas rêver. Seule une révolution nationaleen Europe, avec de vrais chefs, pourrait les chasser. Les reste est littérature ou cinéma...

Les insultes, propositions sexuelles, et autres "incivilités", ne datent pas d'hier, mais de 30 ans ! - Pas de quoi s'étonner, donc.

Anne Roumanoff, pas drôle du tout, est très soutenue et protégée, bien sûr. Elle n'a aucun talent, elle est laide, vulgaire dans ses effets faussement comiques et "téléphonés", mais elle fait partie des "intouchables" !

Écrit par : Gaëlle Mann | 01/08/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.