26/12/2012

Un Français sur deux prêt à revendre ses cadeaux de Noël

 

Par Olivia Derreumaux Mis à jour le 26/12/2012 à 00:01 | publié le 25/12/2012 à 13:17)

 

 Dès lundi soir, les sites de vente en ligne ont vu leur catalogue gonfler de plusieurs centaines de milliers de cadeaux indésirables, avec un prix moyen de 41 euros. Le pic des reventes est attendu le 7 janvier prochain.

«Déçus par vos cadeaux? Revendez-les!» Désormais, les sites de ventes en ligne affichent clairement la couleur. Même si une partie de la population juge cette pratique encore choquante, les Français n'hésitent pourtant plus à revendre massivement leurs présents indésirables sur le Net. Et 2012 n'échappe pas à la règle. Selon un sondage Opinionway, plus d'un Français sur deux (52%) serait prêt à remettre en vente un cadeau sur la Toile, ou l'a déjà fait.

Les Français sont même les plus prompts à se débarrasser de leurs présents inutiles, en double ou peu à leur goût. Cette année, la revente sur eBay, entamée dès lundi soir, devrait atteindre son pic le 7 janvier prochain, soit 15 jours plus tôt que l'année dernière et 20 jours avant nos voisins allemands ou anglais. En revanche, avec un cadeau revendu en moyenne 41 euros, les Français sont dans la fourchette basse en Europe, la palme revenant aux Autrichiens (57 euros). L'année dernière, les cadeaux indésirables ont représenté dans l'Hexagone plus de 359 millions d'euros.

Les cravates dans le top des reventes

Des chiffres appelés à croître encore. Lundi soir, le nombre de présents indésirables a en effet gonflé sur les sites «places de marché». L'un des plus importants, eBay, constatait mardi matin à 9 heures entre 100.000 et 150.000 objets supplémentaires. «Comme d'habitude, les vêtements et accessoires arrivent en tête des reventes, notamment les cravates, le cadeau le plus détesté avec les outils de bricolages», détaille Leyla Guilany-Lyard, porte-parole d'eBay France. Arrivent ensuite les casques, coques et autres accessoires de téléphonie et de mobilité. Les objets de collections (cartes postales, objets publicitaires…) prennent la troisième place du podium, suivis des traditionnels livres et bandes dessinées. En revanche, et pour la première fois, les CD et DVD n'arrivent plus en tête des objets les plus échangés, «probablement parce qu'ils sont de moins en moins offerts», ajoute Leyla Guilany-Lyard. «En général, les objets sont proposés avec une décote de 15 à 20 %: à ce prix, vendeurs et acheteurs s'y retrouvent.»

Applications de mise en vente simplifiées

Besoin d'économies, doublons, moyen de payer ses factures de Noël: toutes les raisons sont bonnes pour revendre ses cadeaux. D'autant que 1 Français sur 10 a déjà reçu d'une année sur l'autre le même présent, de la même personne! «Le contexte économique et le caractère moins tabou de la revente expliquent aussi la montée en puissance du phénomène, détaille Greg Zemor, directeur marketing du spécialiste de la gestion de places de marché Neteven. Maintenant, les gens ne s'en cachent plus: dès le 25-26 décembre, on revend ses cadeaux pour récupérer de l'argent qu'on juge plus utile pour autre chose. Même les seniors s'y mettent: en 2012, c'était un revendeur sur trois! Cette année, les Français espèrent tirer en moyenne 90 euros de la revente de leurs cadeaux.» Ajoutez à cela le développement d'applications permettant de mettre en vente en moins de trois minutes via son smartphone, et le tour est joué.

Les sites traditionnels facilitent aussi le phénomène: entre le 26 décembre et le 1er janvier, eBay propose la mise en ligne de 50 articles supplémentaires, sans aucun frais. Sur priceminister.com, un onglet spécial est dédié aux déçus de Noël. Pour ceux n'ayant pas franchi le pas: les objets ayant la mention «cadeau de Noël» et portant encore leur étiquette et leur emballage sont ceux qui partent le plus rapidement.

LIRE AUSSI:

» Les 10 cadeaux stars de ce Noël 2012

 

NdB: Personnellement je trouve cela choquant... Dire qu'il y a des gens qui vont choisir gentiment un  cadeau en espérant faire plaisir, qui font un joli paquet avec du papier-cadeau... qui l'offrent, qui sont remerciés chaleureusement -  et hypocritement...  et hop, le lendemain, leur présent est en ligne sur Internet pour être REVENDU!

Le mieux, c'est de ne rien offrir à des personnes qui n'ont plus le respect de rien. Un cadeau, ça ne se revend pas! On peut l'échanger s'il ne plaît pas, c'est tout.  Question de délicatesse élémentaire.

 

01:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

il y a un dicton dans le Nord qui illustre bien ce genre de chose:
" fait du bien à un baudet, il te donnera des coups de pied "

Écrit par : VLAAMS | 26/12/2012

Répondre à ce commentaire

Voilà bien une illustration des "valeurs" de cette société de consommation dans laquelle la notion même de "cadeau" a disparu ! Tout est devenu marchandise à vendre, y compris le cadeau d'un proche ! Il faut sélectionner sévèrement ses cadeaux et viser la qualité sur la quantité (ex : boycott total de jouets made in China, presque tous toxiques, et pour le même prix, acheter des jouets made in France ou Europa, garantis par des labels de conformité), des livres ou des CD bien ciblés...S'il arrive qu'on reçoive soi-même un cadeau non apprécié, on ne dit rien et on le range, mais on ne le revend pas ! J'ai du mal à comprendre ce type d'indélicatesse cynique !

Écrit par : dirk | 26/12/2012

Répondre à ce commentaire

On pourrait appeler ça un "XMas Merchandizing" dans la langue de Rotschild (le X a toute son importance) ;o)

Écrit par : téléphobe | 26/12/2012

Répondre à ce commentaire

Quel abrutissement des masses qui sans s'en rendre compte sont devenues les esclaves des gros, très gros marchands !
Le conditionnement par les publicités via tous les médias marche à plein ! De la marchandise comme l'écrit Dirk ! Voilà ce que l'on offre aujourd'hui ! Faire un présent,l'expression ne doit même plus exister !
J'ai porté des colliers (pas beaux!) offerts avec amour par mes enfants; j'ai moi-même offert à maman un affreux service à café ! Et je n'ai su qu'il n'était pas beau que lorsque je fus en âge d'avoir le goût assez formé. mais, comme on a ri, alors !Et maman l'a tellement utilisé que, comme tous les services à café, les tasses ont été cassées les unes après les autres ! Il m'en reste une intacte !

Écrit par : tania | 26/12/2012

Répondre à ce commentaire

Cette pratique odieusement mercantile est le parfait corollaire du dessin "humoristique" que nous proposait Gaelle récemment (les achats de Noel devant Marie et Joseph médusés).

Écrit par : Décée | 27/12/2012

Répondre à ce commentaire

@ Décée: votre remarque est particulièrement pertinente! - Nous vivons dans un monde stupide... grossier... souillé par l'argent... Rien n'a plus de sens...
Il y a dérision, mais plus de joie au coeur.

Écrit par : Gaëlle Mann | 27/12/2012

Répondre à ce commentaire

Qui peut expliquer pourquoi cet article du Figaro est illustré par une photo des décorations de Noël devant le château royal de Varsovie-Pologne ?

Écrit par : odwet | 27/12/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.