Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2014

Jean-Marie Le Pen invité de Ruth Elkrief sur BFMTV


Jean-Marie Le Pen - 16 janvier 2014 par hurraken75

17:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Ruth du Crif aurait bien aimé coincer JMLP ! Elle restera sur sa faim ! La fonction de cette militante journaliste n'est pas de faire du journalisme, mais d'intoxiquer les téléspectateurs et de diaboliser le FN. On sait pour qui elle roule ! Elle ne pense qu'à cela, sa communauté !

Écrit par : Dirk | 17/01/2014

Il tient toujours la route jean-marie,Bravo.

Écrit par : j.l.ald | 17/01/2014

JMLP : brillant !
Soulignons qu’il est le seul responsable politique faisant la bonne analyse concernant les frasques du fromage avec sa Julie : cette affaire concerne les Français car elle met en danger la sécurité de la France vu les secrets d’Etat qu’il détient !

Écrit par : abad | 17/01/2014

Ruth n'ose pas sortir ses griffes avec lui! Il la domine immédiatement!

Écrit par : Gaëlle Mann | 18/01/2014

Cher abad, dans un précédent commentaire, vous aviez évoqué ce danger, comme JMLP!
Et si c'était Valérie qui connaissait ces secrets d'Etat concernant la sécurité de la France?

Écrit par : Gaëlle Mann | 18/01/2014

Dirk, avec JMLP; elle s'est comme ratatinée!

Écrit par : Gaëlle Mann | 18/01/2014

Oui, Gaëlle, vous avez raison Trieweiler peut aussi avoir eu accès à ces secrets. Mais étant la concubine « officielle » du fromage, elle, et ses parents proches, ont dû être soumis aux enquêtes habituelles de la DST et de la DGSE et signer des reconnaissances de responsabilité comme toute personne ayant la possibilité de connaître ces secrets, ceci pour obtenir l’habilitation correspondante. Tandis que ça n’a pas dû être le cas pour Gayet, vu que c’était une maîtresse clandestine. C’est là une importante différence !

PS : ces enquêtes reconnaissent les époux ou les concubins «officiels», mais jamais les amants ou les maîtresses «clandestins»; c’est un principe de sécurité. Et si l’enquête montre qu’un impétrant a une maîtresse cachée, c’est un motif suffisant pour refuser l’habilitation, et celui-ci ne peut tenir la fonction exigeant cette habilitation !

Écrit par : abad | 18/01/2014

Les commentaires sont fermés.