01/02/2014

"Le "genre" est une idéologie. Cette haine de la différence est celle des pervers"

 

Citation extraite d'un entretien de Boris Cyrulnik, neurospychiatre et éthologue :

"Les partisans de la théorie du genre considèrent qu'on éduque distinctement les filles des garçons pour perpétuer la domination masculine. Les croyez-vous ?

Je ne crois pas du tout à la suprématie des garçons, bien au contraire. Vers 17 mois, les filles disposent de cinquante mots, de règles de grammaire et d'un début de double réarticulation, par exemple être capable de dire "réembarquons", au lieu de "on va encore une fois dans cette barque". Avec quatre phonèmes, les filles expriment un discours. Les garçons obtiennent cette performance six mois plus tard ! 75 % des garçons commettent de petites transgressions (chiper un biscuit, pincer un bras, etc.), contre 25 % des filles. Alors ces filles, plus dociles, parlant aisément, sont bien mieux entourées. Il est plus aisé d'élever une fille qu'un garçon. D'ailleurs, en consultation de pédopsychiatrie, il n'y a que des petits garçons, dont le développement est bien plus difficile. Certains scientifiques expliquent ce décalage par la biologie. La combinaison de chromosomes XX serait plus stable, parce qu'une altération sur un X pourra être compensée par l'autre X. La combinaison XY serait, elle, en difficulté évolutive. Ajoutons à cela le rôle majeur de la testostérone, l'hormone de la hardiesse et du mouvement, et non de l'agressivité, comme on le croit souvent. À l'école, les garçons ont envie de grimper aux murs, ils bougent, ils souffrent d'être immobilisés. Or notre société ne valorise plus la force et le courage physique, mais l'excellence des résultats scolaires. Elle valorise la docilité des filles.

Pourquoi n'avoir rien dit dans cette querelle autour de la théorie du genre ?

Je pense que le "genre" est une idéologie. Cette haine de la différence est celle des pervers, qui ne la supportent pas. Freud disait que le pervers est celui qu'indisposait l'absence de pénis chez sa mère. On y est."

Michel Janva

Le Salon Beige - 01 02 14

21:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Etrange mystère du mal, peut-être que des exorcistes pourraient agir, vu la folie diabolique des ces pervers, le Père Mathieu , exorciste, faisait parfois cet acte salvateur à distance avec succès.

Écrit par : turigol | 01/02/2014

Etrange mystère du mal, peut-être que des exorcistes pourraient agir, vu la folie diabolique des ces pervers, le Père Mathieu , exorciste, faisait parfois cet acte salvateur à distance avec succès.

Écrit par : turigol | 01/02/2014

Boris Cyrulnik est régulièrement invité sur les ondes et principalement à la radio, car généralement les sujets qu’il traite sont dans la mouvance des idées mondialistes. Mais après cette déclaration où il prend ses distances avec le mondialisme, je pense qu’on ne l’entendra plus beaucoup : il a signé son arrêt de mort médiatique !

Écrit par : abad | 02/02/2014

Le couvercle finira par sauter!

Écrit par : Gaëlle Mann | 02/02/2014

Si même Cyrulnik et les muzz s' en mêlent , je ne donne pas cher de cette théorie pour malades mentaux

Écrit par : marcel | 02/02/2014

Les commentaires sont fermés.