19/03/2014

19 mars 1962 Accords d’Évian : fin de la protection des Français en Algérie…

 

accords-d-evian
Le 19 mars 2014
Du 19 mars au 5 juillet 1962, l’armée française est restée l’arme au pied sans intervenir pour défendre la vie de milliers de Français livrés au massacre.
         

19 mars 1962 : la guerre d’Algérie est officiellement terminée. Pour De Gaulle au moins, pour qui l’ennemi n’est plus le FLN et l’ALN mais l’OAS et les Français qui veulent que cette terre reste française, contrariant ainsi l’objectif gaullien.

Bilan entre ce 19 mars et le 5 juillet 1962 : plus de 5.000 enlèvements, disparitions et assassinats en Algérie perpétrés par le FLN et l’ALN.

Dans son numéro daté du 9 mars 2014, Jeune Afrique porte à la connaissance de ses lecteurs le tout récent livre de Raphaëlle Branche, « Prisonniers du FLN », édité par Payot. Raphaëlle Branche (qui n’a jamais caché de quel côté penchait son idéologie) apporte tout de même la preuve qu’à la date du 19 mars 1962, on comptait 1.350 prisonniers (civils et militaires, algériens et français) entre les mains du FLN et de son bras armé, l’ALN, et qu’avant cette date on pouvait les estimer à environ 500 civils et 430 militaires.

Plus de la moitié de ces 2.280 prisonniers restent à jamais disparus sans que cela inquiète le moins du monde les gouvernements successifs de la France. Tout comme ils n’ont jamais, non plus, réclamé des comptes à l’Algérie indépendante pour les plus de 3.000 disparus entre ce 19 mars et le 5 juillet 1962. Mais qui ont, au contraire, interdit à la Croix-Rouge internationale de s’y intéresser… Pour preuve, le télégramme très secret, signé Louis Joxe, et daté du 2 avril 1962 :

Je serais, pour ma part, hostile à une intervention quelconque de la Croix-Rouge internationale dans tout ce qui concerne les arrestations et détentions d’Européens.

Du 19 mars au 5 juillet 1962, l’armée française est restée l’arme au pied par ordre de De Gaulle sans intervenir pour défendre la vie de milliers de Français sans défense livrés au massacre. Sous les ordres des généraux Ailleret et Katz, l’armée française a terminé cette guerre dans le déshonneur

 

Manuel GOMEZ

BOULEVARD VOLTAIRE

23:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

La Réunion rend hommage aux victimes des guerres nord-africaines par orsomani

Quand la France oublie son passé ,renie son passé ,il est heureux que la Réunion se souvienne . Il est vrai que de nombreux soldats créoles ont servi et sont morts dans les dernières guerres que la bien pensence qualifie de guerres coloniales .C’est bien pour la France qu"ils sont morts ces jeunes soldats ,pour la défense des interets de la France .Ils ont droit aux honneurs ultimes . Sont oubliés les victimes civiles aussi nombreuses sinon plus .Chaque année ,à Paris , M.Delanoe vient jeter une couronne de fleurs en mémoire de quelques algériens tombés dans la Seine lors d’un manifestation séditieuse interdite par la préfecture .Par contre ,les malheureux pieds noirs tombés à Alger ,rue d’Isly ,sous le feu d’un peloton de l’armee française ,les 2500 disparus à jamais dans les rues d’Oran 3 mois apres la signature des accords d’Evian ,ceux là sont oubliés .Ils sont interdits de mémoire . Ces malheurs ,ces douleurs ,ces trahisons sont inconnus de notre jeunesse . Elles touchent seulement la génération qui s’en va . La génération Lepen aura traversé toutes les épreuves de la France contemporaine :la défaite et l’occupation allemande ,les fusillades et les bombardements destructeurs de tous les biens ,les trahisons et les combats d’arrière garde pour sauver l’empire ,la mort de notre industrie ,la perte de notre souveraineté dans l’Union européenne ,le retour de la pauvreté et l’invasion migratoire . Jusqu"aux derniers jours J M Lepen aura combattu pour que pieds noirs et français musulmans restent sous la protection française .Et aujourdhui ,la jeunesse africaine risque tout et meme sa vie pour s’installer durablement dans le pays de JM lepen . Souviens toi .

Écrit par : ttramonitr | 20/03/2014

Les commentaires sont fermés.