Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2016

Discours de Viktor Orban : « le temps est venu d’empêcher la destruction de l’Europe »

Discours de Viktor Orban, Premier Ministre de Hongrie, pour la célébration de la fête nationale du 15 mars, au Jardin des Musées à Budapest avec l’accompagnement bruyant des manifestants gauchistes en marge de cette célébration.

 

Serons-nous un peuple d’esclaves ou un peuple libre ?

« Nous ne permettrons pas aux autres de nous dire qui nous laissons entrer dans notre maison et dans notre pays, avec qui nous voulons vivre, et avec qui nous allons partager notre pays.

C’est pour cela que nous refusons les installations forcées de populations … et nous ne permettrons, ni les chantages ni les menaces. »

Le Premier ministre a déclaré que le temps était venu de sonner le tocsin, de se retourner contre les forces hostiles, de résister et de rassembler nos alliés.

« Le temps est venu de brandir les drapeaux des nations fières, le temps est venu d’empêcher la destruction de l’Europe et de préserver l’avenir de l’Europe.

Le temps est venu de demander à tous les citoyens et toutes les nations européennes, quelle que soit leur affiliation politique, d’être unies, … de s’unir ; l’unité de l’Europe doit être rétablie.

Les dirigeants européens et leurs citoyens ne peuvent plus vivre dans deux mondes séparés. »

[…]

 

L’Europe n’est pas libre parce que la liberté commence par pouvoir dire la vérité, ce qui est actuellement interdit.

« Il est interdit de dire que ce ne sont pas des réfugiés qui arrivent sur nos sols mais une menace d’invasion.

Des dizaines de millions de personnes sont prêtes à envahir nos pays, ces masses amènent des crimes et la terreur.

Ces masses humaines, venant d’autres civilisations, sont un danger pour notre mode de vie, notre culture, nos coutumes, nos traditions chrétiennes.

Ceux qui sont déjà chez nous, au lieu de s’intégrer et de s’adapter, ont érigé un monde à part, avec leurs lois, leurs idéaux et ils sont en train de faire exploser l’Europe séculaire, millénaire.

Ces masses humaines sont dirigées vers nous, il ne s’agit pas d’une chaîne d’événements inattendus, mais d’un plan délibéré.

Aujourd’hui, il est interdit de dire à Bruxelles que des dirigeants œuvrent pour acheminer le plus rapidement possible ces masses d’étrangers pour nous coloniser. Cette colonisation vise à remodeler la totalité de l’Europe au niveau religieux et culturel, à transformer ses bases ethniques, à éliminer ainsi le dernier obstacle – les États-nations – pour établir “l’ordre international”.

Bruxelles a volé et englouti par tranches les souverainetés nationales des peuples, et beaucoup de ses fonctionnaires travaillent au plan “États-Unis d’Europe”, plan auquel personne n’a jamais donné son accord.

Désormais, les citoyens européens ont peut-être compris que notre avenir est en jeu. Non seulement, notre prospérité est en danger mais également notre sécurité, notre existence pacifique.

La migration est comme une cours d’eau qui, par la force du courant, emporte ses rives. »

Lire le discours complet sur dreuz.info

22:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

On aimerait qu'il soit le président de la France,bravo!
Si la Hongrie veut rester une nation,il lui reste à quitter l'UE de toute urgence sinon elle disparaîtra,elle sera broyée surtout avec un indice de fécondité de 1,3 malgré les mesures de relance de la natalité;encore un pays ou manifestement les femmes n'ont pas compris qu'elles avaient à côté des droits l'impérieuse obligation de donner la vie pour assurer la pérennité de la patrie.
D'une certaine façon,la Hongrie est protégée par sa langue finno-ougrienne qui constitue un rempart contre les envahisseurs.

Écrit par : pierre | 19/03/2016

Orban restera dans l'histoire comme un grand homme d'état européen, celui qui l'un des premiers a sonné le tocsin contre le Grand Remplacement…mis en oeuvre en partie grâce aux milliards d'un autre "Hongrois" (pas de souche celui-là !) , Soros, de son vrai nom Schwartz.

Écrit par : Dirk | 19/03/2016

Drumont :

C'est toujours ainsi que les choses se terminent avec les Francs-Maçons, princes, Fonctionnaires ou simples particuliers : ils commencent par parler d'émanciper l' Humanité et finissent par priver les gens des libertés les plus nécessaires .

Ou encore :

Il est à remarquer , et ceci peut être formulé comme une loi que la tendance à égorger et à dépouiller ses semblables est en rapport direct de la facilité à parler de la civilisation et de l'humanité.

Écrit par : turigol | 20/03/2016

Les commentaires sont fermés.