Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2016

Toujours candidat, Guaino veut combattre le programme de Fillon «jusqu'au bout»

XVMd02e36a6-b55e-11e6-bf76-e1dbf4b7eab3.jpg   F-G.jpg

 

 
Le député combattra jusqu'au bout François Fillon, candidat à la présidentielle légitimé par la primaire de la droite. - Crédits photo : Dargent Vincent/ABACA

L'ancienne plume de Nicolas Sarkozy, qui cherche à réunir les 500 signatures pour pouvoir se présenter, ne se reconnaît pas dans une droite «qui n'a aucune générosité, aucune humanité».

Ancien candidat déclaré à la primaire de la droite éliminé faute de n'avoir pu réunir les parrainages nécessaires, Henri Guaino ne se rangera pas derrière François Fillon. «Ce n'est pas ma droite. C'est le candidat d'une droite qui n'a aucune générosité, aucune humanité», a commenté dès l'annonce de la victoire de François Fillon dimanche soir le député LR des Yvelines sur Europe 1. «C'est la vieille droite, celle de monsieur Thiers, celle de Laval (président du conseil, ndlr) en 1935 (...) c'est-à-dire celui qui disait en pleine crise des années 30 “la déflation plutôt que la dévaluation”, celui qui disait “on ne peut pas augmenter les dépenses du budget de la défense nationale parce que la situation financière de la France ne le permet pas”. Avec le recul, c'est exactement pareil», attaque-t-il. L'ancienne plume de Nicolas Sarkozy semble nostalgique de son ancien patron, dont il avait chargé l'entourage, en voyant la nouvelle égérie de la droite. «Nicolas Sarkozy avait beaucoup de défauts, mais il avait plus d'humanité au moins», juge-t-il.

Candidat à l'élection présidentielle, opposant au principe des primaires, Henri Guaino rêve d'incarner une autre droite, «celle du gaullisme, de la générosité, de la nation unie par la solidarité». Le gaulliste social annonce qu'il s'opposera au programme de François Fillon. «Ce programme, je le combattrai avec toute mon énergie, jusqu'au bout», prévient-il. D'après lui, «le programme de François Fillon, c'est une purge comme on n'en a jamais proposé depuis la Seconde Guerre mondiale». Ce qui lui permet d'affirmer que son investiture est «une très bonne nouvelle pour le Front National parce qu'avec un programme pareil, les classes populaires et les classes moyennes ne vont pas aller pour cette droite-là».

Henri Guaino n'est pas le seul prétendant à une candidature de droite hors du parti Les Républicains. L'ancienne ministre Michèle Alliot-Marie pourrait elle aussi annoncer sa candidature.

20:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

"Les classes populaires et les classes moyennes ne voteront pas pour cette droite là", affirme Guaino. C'est aussi ce que je pense, et cela doit être un angle d'attaque à privilégier pour le FN ! Laissons-Guaino combattre le programme de Fillon !
Ceci dit, une bonne analyse sur un problème ne fait pas nécessairement un bon prétendant à l'Elysée. Que propose l'ancienne plume de Sarkozy sur la catastrophe migratoire, le GR et l'islamisation inexorable du pays ?

Écrit par : dirk | 28/11/2016

Répondre à ce commentaire

Je pense qu’il ne trouvera pas les 500 signatures !
Avec les primaires, l’élection présidentielle est complètement à l’opposé des principes de la 5ème République qui voulaient que l’élection du Président soit indépendante des partis. Or par des modifications successives, on en est arrivé à une horrible machine électorale totalement anti-démocratique :
1- Les primaires c’est le retour de la main mise des partis sur le choix du Président et sur la constitution du gouvernement, puisque, par définition elles sont organisées par les partis : c’est justement ce que De Gaulle ne voulait pas !
2- Les Français n’ont pas l’air de se rendre compte que l’élection Présidentielle est devenue une élection à 5 tours très spéciaux, que même les dictateurs les plus abominables n’ont jamais osé instaurée :
- Les deux premiers tours sont totalement contrôlés par les partis organisateurs des primaires et sont réservés aux sympathisants des partis en question ; je crois que même Staline n’a jamais osé rêvé d’une telle règle ;
- Le troisième tour est censitaire : seule la caste politique supérieure a le droit de donner des parrainages, lesquels sont des bulletins de vote, vu qu’on ne peut parrainer qu’un seul candidat ; et ce vote est à bulletin public, puisqu’il est désormais publié !!! Encore quelque chose que Staline n’a jamais osé organiser ;
- Les deux derniers tours, c’est pour la frime !
Et on nous rabâche que l’on est en démocratie !!! Ces gens-là se moquent totalement de la France et des Français !!!

Écrit par : abad | 28/11/2016

Répondre à ce commentaire

Guaino est un guignol hypocrite. Un opportuniste.
Qu' est- ce que " l' humanité " vient faire dans la politique ?
Il existe des bonnes politiques efficaces qui permettent au plus grand nombre de vivre bien et de secourir les faibles qui le méritent et des mauvaises politiques dont l ' alibi est l' " humanité ( avec l ' argent des autres) .

Écrit par : anonyme | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Et ils tous le mot "gaullisme" à la bouche ! De Gaulle avait horreur du système de parti et n'aurait jamais accepté le principe d'une élection "primaire". Et sa politique a bien été loin d'être parfaite pour la France que ce soit en 45-46 (ex.:désertion en 40, intrigues à Alger, réduction en cendres de Royan et région en 45)ou après 58 avec l'Algérie ( Pieds-Noirs et Harkis).

Écrit par : Anton | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Pour moi, le "gaullisme" est une maladie honteuse.

Écrit par : Gaëlle Mann | 30/11/2016

donc , si je comprend bien le sieur Guaino , en cas de duel Fillon/Marine , il votera pour elle ??
salutations.

Écrit par : parvus | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.