Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2017

Décret Trump : des ressortissants de pays musulmans interdits d'embarquer pour les Etats-Unis

 

>International 28 janvier 2017, 11h40 | MAJ : 28 janvier 2017, 20h25|22

  

 
 
InternationalOrganisation internationale pour les migrationsEtats-UnisDonald TrumpHaut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiésréfugiés
 

Donald Trump a interdit par décret l'arrivée de ressortissants de sept pays musulmans. Une décision déjà appliquée, notamment par KLM, qui suscite des critiques de toute part. Téhéran a décidé de faire de même avec les Américains.

La décision prise vendredi par Donald Trump d'interdire pendant trois mois l'entrée de ressortissants de sept pays musulmans (Iran, Irak, de Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen aux Etats-Unis, a déjà été suivie d'effets. Même les détenteurs de la «Green card», qui permet non-Américains de s'installer et de travailler légalement, sont concernés. Des ressortissants irakiens mais aussi iraniens détenteurs de visa n'ont pas pu embarquer samedi pour les Etats-Unis. Par mesure de rétorsion, Téhéran a aussitôt décidé d'appliquer la réciprocité aux citoyens américains.

 

Le «décret Trump», visant à lutter contre les «terroristes islamistes radicaux», a suscité immédiatement l'inquiétude de l'ONU qui a demandé aux Etats-Unis de conserver leur tradition d'accueil. Plusieurs associations de défense des droits civiques ont décidé d'attaquer cette mesure en justice, alors que deux Irakiens ont été interpellés à l'aéroport JFK de New York.

 

KLM refuse d'embarquer sept personnes vers les Etats-Unis. La société aérienne néerlandaise KLM a refusé d'embarquer sept personnes. «Nous aurions bien aimé les faire voyager avec nous mais cela n'a pas beaucoup de sens, l'entrée du pays leur aurait été refusée», a affirmé une porte-parole de KLM, Manel Vrijenhoek pour justifier sa décision. Sur les sept personnes, cinq ont pu être prévenues avant leur embarquement, a-t-elle ajouté, refusant de donner des détails sur la nationalité de ces voyageurs, leur aéroport d'origine ou leurs destinations. Deux personnes ont été informées lors d'une escale et KLM leur a offert le voyage de retour. «Il y a une semaine, ils auraient pu voyager sans problèmes, ils avaient les papiers nécessaires mais aujourd'hui, ils n'auraient pas pu entrer dans le pays», a souligné la porte-parole.

 

  

Emirates, Turkish Airlines et Etihad Airways n'acceptent pas les Iraniens. Concrètement ce samedi, des responsables de deux agences de voyage ont affirmé avoir reçu des instructions de la part des compagnies Emirates, Turkish Airlines et Etihad Airways, de ne plus vendre de billet à des Iraniens ayant un visa américain car ces dernières refusent de les embarquer à bord. Une Iranienne, étudiante en gestion en Californie, devait retourner le 4 février aux Etats-Unis. «J'avais un billet sur Turkish (Airlines) le 4 février, mais il a été annulé», a-t-elle déclaré sous couvert de l'anonymat. L'Iran et les Etats-Unis n'ont plus de relations diplomatiques depuis plus de 37 ans, mais environ un million d'Iraniens vivent aux Etats-Unis.

 

Téhéran prend une mesure similaire. «La République islamique d'Iran (...), tout en respectant le peuple américain et pour défendre les droits de ses citoyens, a décidé d'appliquer la réciprocité après la décision insultante des Etats-Unis concernant les ressortissants iraniens et tant que cette mesure n'aura pas été levée», a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué repris par la télévision d'Etat. Le ministère iranien a également ordonné aux ambassades et consulats iraniens de prendre des mesures pour aider les ressortissants iraniens qui sont «empêchés de rentrer à leur domicile, sur leurs lieux de travail et d'études» aux Etats-Unis.

 

Une famille irakienne bloquée en Egypte. Au Caire (Egypte), un couple irakien et leurs deux enfants qui avaient réservé des billets sur un vol de la compagnie EgyptAir ont été informés qu'ils ne pouvaient pas embarquer en raison des nouvelles règles, ont indiqué ces responsables. Selon eux, cette famille disposait cependant de visas pour les Etats-Unis.

 

Une action en justice. Plusieurs associations de défense des droits civiques américaines ont attaqué samedi en justice ce décret. La plainte contre le président Trump et le ministère de la Sécurité intérieure a été déposée samedi matin devant un tribunal fédéral de New York par l'American Civil Liberties Union et d'autres associations de défense des droits et des immigrés, qui exigent notamment la libération de deux citoyens irakiens interpellés vendredi soir à l'aéroport JF Kennedy sur la base du décret qui venait à peine d'être promulgué.

Les associations ont demandé à ce qu'ils soient relâchés et qu'ils puissent au moins exercer leur droit à déposer une demande d'asile aux Etats-Unis pour éviter d'être renvoyés en Irak, où ils ont de bonnes raisons de craindre pour leur sécurité. L'un des deux Irakiens, un interprète qui avait travaillé au nom du gouvernement des États-Unis en Irak, a été relâché au bout de dix-neuf heures, selon le «New York Times». Les associations souhaitent que cette plainte concerne toutes les personnes dans le même cas qui pourraient se voir bloquées dans les aéroports.

 

Une manifestation a lieu au terminal 4 de l'aéroport new-yorkais (tweet ci-dessous)

Capture.GIF Amérique terre de migrants.GIF

 

 

      Des soldats irakiens dénoncent le décret Trump. A Mossoul, des soldats irakiens pestent contre le décret du président américain Donald Trump, ne comprenant pas pourquoi ils seraient empêchés d'aller aux Etats-Unis alors qu'eux mêmes luttent contre un groupe terroriste. «Ce n'est pas juste! (...) Je devrais avoir le droit de visiter ma famille», plaide Assem Ayad, un soldat de 23 ans déployé dans la grande cité septentrionale qui dit avoir trois cousins vivant au Texas, dans le sud des Etats-Unis.

   

L'appel de l'ONU pour l'accueil des réfugiés

 

L'ONU a appelé samedi le président américain Donald Trump à poursuivre la longue tradition d'accueil des réfugiés aux Etats-Unis et à ne pas faire de distinction de race, de nationalité ou de religion. Dans une déclaration conjointe, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) ont rappelé que «le programme américain de réinsertion est l'un des plus importants dans le monde».

 

«Les places de réinsertion offertes par chaque pays sont vitales. L'OIM et le HCR espèrent que les Etats-Unis vont continuer à jouer leur rôle important de leader et poursuivre leur longue tradition de protection de ceux qui fuient les conflits et les persécutions», ajoute leur déclaration.

 

Washington a annoncé arrêter pendant quatre mois le programme fédéral d'admission et de réinstallation de réfugiés de pays en guerre, toutes nationalités confondues y compris les Syriens.

Le Parisien

21:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Au moins, Trump ne tourne pas autour du pot pour mettre à exécution ses promesses ! C'est la Blitzkrieg ! Comment ne pas l'approuver ! Les pays ciblés sont tous musulmans s'indignent les médias et les ligues gauchistes… Comment leur expliquer que ce ne sont pas les Suisses ou les Suédois qui menacent la sécurité de l'Amérique !
Les Américains de l'Amérique profonde doivent jubiler ! C'est eux que Trump représente et dont il défend la sécurité !
Les autres continueront à glapir et à s'indigner…c'est dans leur nature !
…quand je pense aux "Moi Président…" de Pépère et de ses petits poings potelés agités pour montrer qu'il serait intransigeant ! Quelle honte d'avoir un tel Gugusse à la tête de notre pays !

Écrit par : dirk | 28/01/2017

Trump par contre se montre ouvert pour les réfugiés syriens chrétiens, ignorés de l'Occident !

http://www.fdesouche.com/815799-usa-trump-veut-donner-la-priorite-aux-refugies-syriens-chretiens

Que Bergoglio en prenne de la graine !

Écrit par : dirk | 28/01/2017

L’ONU a très peur que les terroristes ne puissent plus terroriser à volonté et tranquillement : Trump a le culot de leur mettre des bâtons dans les roues ! Mais où va-t-on ? Cela va réduire les terroristes au chômage ! Voilà où nous conduit la folle politique de Trump !

Écrit par : abad | 29/01/2017

Le terrorisme importé est une façon insidieuse de terroriser les autochtones européens afin que dans l 'espoir de faire cesser les attentats ils acceptent l ' invasion du tiers - monde en particulier musulmane.

Écrit par : anonyme | 29/01/2017

Comme c'est drole que le discours de Bill Clinton contre les illegaux avait ete si bien accueilli..
C'etait en 1995!
https://www.youtube.com/watch?v=_3-isCAdVRU

Écrit par : nelly | 29/01/2017

+++++ et, merci pour le lien.

Écrit par : Elégant | 30/01/2017

ces deux petites blanches remercieront peut-être plus l,ancien président Trump d,avoir pris des mesures de cette ampleur . .à moins qu,elles finissent comme leurs parents . .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 30/01/2017

Les commentaires sont fermés.