Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2017

Grasse sous le choc après une fusillade dans un lycée

Par Vincent-Xavier Morvan

  • Mis à jour
  • Publié
Deux hommes du Raid sécurisent le lycée Tocqueville, jeudi.

Deux hommes du Raid sécurisent le lycée Tocqueville, jeudi.

VIDÉO - Armé d'un fusil et de grenades, un élève de 17 ans a ouvert le feu sur le proviseur, blessant une dizaine de personnes.

Tranquille petite ville provençale déjà écrasée, en cette mi-mars, par une chaleur précoce, Grasse a pris jeudi des allures de camp retranché. Après la fusillade intervenue à la mi-journée dans le lycée Alexis-de-Tocqueville, au cours de laquelle le proviseur de l'établissement ainsi que plusieurs élèves ont été touchés par les tirs d'un élève de 16 ans scolarisé en première L dans ce même établissement, la sous-préfecture des Alpes-Maritimes a été bouclée par les forces de l'ordre tout l'après-midi.

Tous les élèves des établissements scolaires de la ville ont par ailleurs été cantonnés dans leur école jusqu'en fin d'après-midi. Même le tribunal a été claquemuré pendant plus de deux heures. «Ma fille m'a appelée à 13 h 12, elle était en pleurs», raconte une maman d'élève de terminale venue prendre des nouvelles de sa progéniture vers 5 heures de l'après-midi près de ce lycée. L'établissement est situé en périphérie de la ville et accueille environ un millier d'élèves. «Pour l'instant, elle est encore confinée avec les autres élèves dans le gymnase, reprend la maman. Je sais que je n'aurais pas dû venir, que ça ne sert à rien, mais c'est terrible, je n'ai pas pu m'en empêcher.»

Plus loin, deux lycéens, qui avaient réussi de leur côté à quitter l'établissement, livraient leur témoignage. «Il était aux alentours de 12 h 50, raconte Andreas, un élève de terminale. C'était la panique, j'ai entendu quatre coups de feu, après j'ai vu une foule courir, du coup on a tous couru. Ensuite, j'ai pu prendre quelques vidéos de policiers en intervention, et ils nous ont dirigés mains sur la tête dans le couloir. Il y avait des traces de sang partout, c'était troublant. C'est après qu'on a compris ce qui s'était passé: c'était un petit jeune, pas du tout comme un radical, un tout petit qui est arrivé et qui a tiré sur le proviseur»

Au total, dix victimes, mais aucune gravement, ont été dénombrées, dont trois pour un état de choc. La ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, s'est immédiatement rendue sur place. «Nous sommes passés à côté du pire. Il s'agit visiblement de l'acte fou d'un jeune homme fragile et fasciné par les armes à feu», a-t-elle ajouté.

Fabienne Atzori, la nouvelle procureure de la République de Grasse, a connu ainsi son baptême du feu avec cet événement qui a mis toute la ville en émoi. À 17 h 30, dans les sous-sols du palais de justice, elle a donné une conférence de presse et livré les premiers éléments de l'enquête. «À 12 h 55, un élève du lycée Tocqueville s'est introduit dans l'établissement avec un fusil à pompe, plusieurs munitions pour ce fusil (des cartouches chargées avec du plomb, NDLR), des armes de poing et une grenade d'exercice, a précisé la magistrate. Il semblerait aussi qu'il ait confectionné un explosif artisanal mais cela mérite des éclaircissements.» Selon elle, l'élève serait d'abord entré par erreur dans une classe, attirant sur lui l'attention des élèves qui préviennent alors le proviseur, lequel décide d'intervenir. Mais avant qu'il n'ait pu le faire, le tireur blesse au ventre l'un de ses camarades. Le proviseur s'interpose alors courageusement et, à son tour, est blessé à l'épaule. D'autres élèves semblent avoir été touchés incidemment par ces tirs de plomb avant que, vers 13 h 05, l'individu soit interpellé en douceur par la police. «Il était inconnu des services de police ou de justice», a aussi souligné la représentante du parquet, indiquant que le jeune élève est en garde à vue pour «tentative d'assassinats».

Les motivations de son acte semblent liées aux mauvaises relations qu'il entretenait avec d'autres élèves de son lycée, excluant tout mobile terroriste, selon la procureure. Son profil Facebook fait toutefois apparaître un profil inquiétant, le jeune garçon ayant, semble-t-il, posté plusieurs images morbides, notamment une photo du massacre du lycée de Columbine, aux États-Unis, qui avait fait 15 morts en 1999. Selon une source politique, l'assaillant est le fils d'un élu de droite de la ville de Grasse.

La sécurité du lycée Tocqueville est-elle en cause? Selon un élève de l'établissement croisé non loin de là, «depuis les attentats, il y a eu un renforcement de la sécurité, au niveau des entrées et des sorties. Ils contrôlaient à chaque fois l'identité, on devait montrer les carnets à un surveillant. Ils faisaient plus attention mais, depuis quelques mois, ça s'est relâché et je pense que c'est comme ça qu'il a réussi à rentrer avec une arme.»

Venu rendre visite aux blessés à l'hôpital, le président de la région, Christian Estrosi, n'a pas voulu lancer une éventuelle polémique sur la question des portiques de sécurité qui pourraient détecter des métaux - ce dont le lycée grassois n'était pas équipé -, se contentant de renvoyer la balle dans le camp de l'État. «Un établissement scolaire, quel qu'il soit, doit être un sanctuaire de la République, a simplement souligné celui qui est aussi 1er adjoint de la ville de Nice. Quand je vois la manière dont on m'a contesté le fait que, dans les écoles de ma ville, là où je suis l'autorité, j'ai voulu placer des policiers municipaux dans chaque école... Eh bien je pense que l'État devrait prendre des mesures qui fassent que, devant tous les établissements de second degré, il y ait des moyens exceptionnels relevant, bien évidemment, de l'État et du ministère de l'Intérieur…»

Le Figaro

22:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Il a été immédiatement décrit comme " de type européen " et son prénom européen a été livré dans la foulée.
Alors que l ' omerta est la règle lorsque les mis en cause sont noirs ou arabes. Le racisme anti blanc et la préférence étrangères existent bien.
Puis son père, ayant été proche du RBM il y a quelques années, il a été décrit sur les forums comme ayant été " élevé dans la haine ". Pas de diagnostic de maladie mentale, pas d' appel à ne pas amalgamer et stigmatiser.
Puis lorsqu ' il a été connu que son père était désormais LR, le ton a changé. Belkacem, flanqué d ' Estrosi qui veillait au grain, a parlé " d ' acte fou" commis par un jeune homme malheureux ou quelque chose dans ce genre.
Si le père avait été un élu du FN, une campagne médiatique se serait déchaînée contre la " haine ".
Sur les chaînes d ' info en continu, des experts l ' ont comparé à Breivik. Pour une fois qu ' ils tiennent un blanc, ils le comparent évidemment, et surtout abusivement à un autre blanc.

Écrit par : anonyme | 16/03/2017

Répondre à ce commentaire

ce jeune homme "fasciné par les armes" et non par le paradis socialiste aux vertus républicaines , vient de défaire les propos du sieur Hollande qui relatait il y a peu :" en France , point de fusillade , se trouve une tranquillité et douceur de vivre que le monde entier nous envie" , quand même . . .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 17/03/2017

Répondre à ce commentaire

Heureusement, ni mort ni blessé grave dans cette "fusillade" (le mot est devenu coutumier, notamment en ce qui concerne les règlements de compte), mésaventure absurde qui n'aurait jamais du arriver, qui n'arrivait jamais quand la France était en ordre de marche.
Mais, effectivement, on a rapidement lu dans les commentaires des réseaux sociaux, des malins citer le prénom et même le nom de l'auteur de 16 ou 17 ans ! Et beaucoup se féliciter en disant "La fachosphère va pouvoir toujours la ramener, c'est un salaud bien de chez nous, les armes sont à son père, des tarés, ces gens d'extrême droite !
Honteux ! Quand dans des centaines de méfaits, mineurs ou majeurs, les noms ne sont jamais cités, les prénoms sont modifiés et souvent un tel qui s'appelle...(X)...est dénommé Christian !
Vraiment dégueulasse, quoi qu'il se soit passé de répréhensible à Grasse, terre Provençale.

Écrit par : verdier | 17/03/2017

Répondre à ce commentaire

Il a à peine 17 ans et on donne son nom, -mêmr si c'est un malade mental - alors qu'on cache les patronymes des autres!

Écrit par : Gaëlle Mann | 18/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.