Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2017

Le procureur Molins détaille la chronologie des faits

Le procureur de la République de Paris a fait le point sur les événements de Garges-lès-Gonesse et de l'aéroport d'Orly, conclus par la mort de Ziyed Ben Belgacem, abattu samedi matin par des militaires de l'opération Sentinelle.

L'enquête sur Ziyed Ben Belgacem, l'homme abattu samedi matin à l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne), progresse. L'homme qui avait tiré plus tôt dans la matinée sur un policier, avant de dérober un fusil Famas à une femme militaire de l'opération Sentinelle dans l'enceinte de l'aéroport, s'est révélé très défavorablement connu des services de police et de la justice.

 

Âgé de 39 ans, français et domicilié à Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise), l'homme avait commis par le passé plusieurs vols à main armée et trempé dans le trafic de stupéfiants. S'il n'était pas fiché S, il avait toutefois été détecté comme radicalisé.

 

A LIREQui est Ziyed B., l'assaillant abattu par les soldats de l'opération Sentinelle à Orly ?

   

Presque douze heures après les faits, le procureur de la République de Paris, François Molins, s'est exprimé devant la presse pour faire le point sur l'enquête en cours. Une enquête pour tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité, tentative d’assassinat personnel, vol avec arme, association de malfaiteurs criminels en relation avec une entreprise terroriste a été ouverte.

 

«Mourir par Allah». Les militaires ont retranscrit aux enquêteurs les propos de Ziyed Ben Belgacem au moment de la prise d'otage de la militaire : «Posez vos armes, mains sur la tête, je suis là pour mourir par Allah. De toute façon, il va ya avoir des morts», a-t-il lancé aux deux autres, pointant son revolver 9mm sur la tempe de la militaire. François Molins a précisé que l'assaillant avait été répéré «comme radicalisé (...) lors de ses passages en prison en 2011-2012».

 

Une confrontation de deux minutes avec la militaire. Pendant plus de deux minutes, entre 8h22 et 8h25, Ziyed Ben Belgacem a tenté de s'emparer du Famas de la militaire. L'assaillant l'a attaquée arme de poing à la main droite et sacoche en bandoulière, l’a attrapée avec son bras gauche et lui a fait faire mouvement arrière, la positionnant comme bouclier, revolver sur la tempe, a rapporté le procureur. La troisième tentative des militaires de l'opération Sentinelle est finalement la bonne. Alors qu'il tentait de se relever, l'assaillant est abattu à 8h25. 

 

Des munitions et un Coran dans son sac. Les enquêteurs ont trouvé dans son sac huit douilles de calibre 55 mm, cinq cartouches pour son pistolet à grenailles, 750 euros en espèces, un Coran, ainsi qu'un briquet et un paquet de cigarettes. Par ailleurs, à son arrivée dans le Hall A du terminal sud, il a jeté un sac dans lequel se trouvait un bidon d‘essence.

 

Plusieurs points encore flous. L'enquête s'attache désormais à éclaircir les motivations de cette «fuite en avant dans la matinée qui va crescendo». François Molins espère obtenir davantage d'informations sur son parcours psychologique et ses fréquentations grâce à l'analyse de son téléphone portable, retrouvé dans le bar de Vitry (Val-de-Marne) où il s'est rendu dans la matinée après sa première altercation avec la police à Garges-lès-Gonesse (Val d'Oise). 

 

Aucune preuve d'un séjour à l'étranger, d'éventuels complices ou d'une formation militaire n'ont été établis. 

 

Le Parisien 

 

 

21:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Ce soir sur Bfm Tv, le communiste Coquerel, l' un des porte - parole de Melenchon, a commenté en ces termes la réaction de Marine à cet acte terroriste: Le FN " récupère " ( sic) cet événement ( toujours la même accusation de " récupération ", aux fins de dénier à l ' opposant politique le droit d ' exprimer son opinion) et fait appel à la " haine " ( là encore toujours la même accusation de haine dès que l ' adversaire politique n ' exprime que la vérité).
Cette ordure apatride communiste a clôturé son intervention par cette envolée " Fillon a fait un coup d ' État " financier" , ce soir le Pen fait un coup d ' État " ethnique" ( sic) .
Il serait bien que lors des prochains débats Marine qualifie Hamon et Melenchon d ' agents du Système, de mystificateurs dont la seule mission est de récupérer les suffrages des Français, en plagiant partiellement le programme du FN, afin de les dissuader de voter FN, et de crypro - agents de Macron.

Écrit par : anonyme | 18/03/2017

Et une fois de plus c’est le célèbre Molins qui vient nous raconter des carabistouilles sur cet attentat d’Orly. Souvenons-nous que c’est lui qui avait été chargé de nous raconter des contes de fées pour l’attentat de Nice l’an dernier, le procureur de Nice ayant été totalement écarté ! Le terroriste de Nice était, parait-il, un Français Niçois, né à Nice de surcroit ! Il avait fallu attendre plus de 48 heures pour apprendre que ce Niçois était en fait un Tunisien et que son père, grand ami d’Estrosi était un des principaux responsables des Frères musulmans en Tunisie ! Ah oui, mais Molins a droit à tous les honneurs : effectivement il faut beaucoup de courage pour être capable de mentir autant avec autant d’aplomb !

Écrit par : abad | 19/03/2017

le procureur Molins doit rendre des comptes ,non au peuple , mais au Gvt , donc il relate juste ce que le bon peuple doit entendre.
il en ressortira qu,il s,agissait d,un énième perturbé n,ayant rien compris au St coran et au vivre ensemble .
bien que les militaires doivent être sur leur garde , un seul individu arrive à désarmer l,une de la patrouille , heureusement qu,ils n,étaient pas plusieurs . . .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 19/03/2017

Les commentaires sont fermés.