Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2017

Gérard de Nerval (1808 - 1855)

Delfica

La connais-tu, Dafné, cette ancienne romance
Au pied du sycomore, ou sous les lauriers blancs,
Sous l'olivier, le myrte, ou les saules tremblants
Cette chanson d'amour qui toujours recommence ? ...

Reconnais-tu le TEMPLE au péristyle immense,
Et les citrons amers où s'imprimaient tes dents,
Et la grotte, fatale aux hôtes imprudents,
Où du dragon vaincu dort l'antique semence ? ..

Ils reviendront, ces Dieux que tu pleures toujours !
Le temps va ramener l'ordre des anciens jours ;
La terre a tressailli d'un souffle prophétique ...

Cependant la sibylle au visage latin
Est endormie encor sous l'arc de Constantin
- Et rien n'a dérangé le sévère portique.

01:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

feu Nerval , feu Villon et bien d,autres poètes reviendraient à notre époque , en voyant l,état de leur France , je me demande sur quel thème reposerait leurs poésie . .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 22/03/2017

Nous apprécions les mêmes poésies :
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/apps/search/?s=delfica

Écrit par : Pharamond | 22/03/2017

"Ils reviendront ces Dieux que tu pleures toujours!"
/.../"Le temps va ramener l'ordre des anciens jours"
Gérard de Nerval, l'un de nos plus grands poètes, confirme (comme la plupart de nos poètes d'ailleurs, même les très chrétiens !) que la poésie est l'un des derniers refuges du paganisme.
Qui lit encore de la poésie aujourd'hui ? Qui est encore sensible à ces magnifiques vers de Nerval ?

Écrit par : dirk | 22/03/2017

Les commentaires sont fermés.