Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2017

«Cabinet noir» : les ténors de la droite réclament l'ouverture d'une enquête

XVMbbdc0f6a-124d-11e7-9e28-7b011fa4a165.jpg Elysée.jpg

  • Par Paule Gonzales
  • Mis à jour
  • Publié

Le Palais de l'Élysée. Crédits photo : 9522566/fanfan - Fotolia

 

INFO LE FIGARO - Les signataires d'une lettre adressée à Eliane Houlette, patronne du Parquet national financier et à François Molins, procureur de Paris, invoquent l'article 40 du code de procédure pénale et dressent une liste des infractions constatées dans le livre Bienvenue Place Beauvau.

Ils ont disséqué Bienvenue Place Beauvau, le livre par qui le nouveau scandale est arrivé par effraction, dans la campagne présidentielle, jeudi soir. Cette fois-ci, ce sont les poids lourds de la droite française institutionnelle qui ont bien l'intention de réagir. Certains occupent parmi les fonctions les plus importantes de l'État: Philippe Bas, président de la commission des lois du Sénat, Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, Christian Jacob, président du groupe LR à l'Assemblée nationale, Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile de France, Nathalie Kosciusko-Morizet, présidente du groupe d'opposition LR au Conseil de Paris et Luc Chatel, ancien ministre de l'Éducation nationale et désormais porte-parole du candidat François Fillon s'apprêtent à adresser à Eliane Houlette, patronne du Parquet national Financier et François Molins, procureur de Paris, une dénonciation de faits délictueux au titre de l'article 40 du code de procédure pénale qui oblige toute autorité constituée à donner avis d'infraction connue.

Dans un courrier qui pourrait leur parvenir dès ce lundi matin, tous ces politiques reviennent sur le livre des journalistes Didier Hassoux, Christophe Labbé et Olivia Recasens. À ce courrier est joint un tableau mettant en regard les extraits du livre avec les seules infractions jugées constituées. Elles sont nombreuses. À titre principal: association de malfaiteurs, corruption, corruption des autorités judiciaires, trafic d'influence, atteinte à la vie privée, atteinte au secret des correspondances, abus d'autorité, complicité de fraude fiscale, violation du secret professionnel, violation du secret de l'enquête. Reste désormais à savoir si la justice donnera suite.

DOCUMENTS - La lettre et le tableau qui vont être adressés à Eliane Houlette, patronne du Parquet national Financier et François Molins, procureur de Paris.

Cliquer sur le lien pour lire la suite:

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/...

23:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Aucune surprise, mais c'est l'histoire de l'arroseur arrosé, Sarkozy en a fait autant ! Il y a un autre "cabinet noir", c'est celui de l'"Etat profond", de ses lobbies, Ligues, maçonneries et de sa presse aux ordres de quelques milliardaires du CAC 40.
Celui-là est intouchable !

Écrit par : dirk | 27/03/2017

Eh oui, François Fillon aussi a magouillé, inquiété ses adversaires lorsqu'il était au pouvoir.
La photo qui illustre votre article montre un Palais de l'Elysée à moitié pavoisé de drapeaux de l'Europe Babel !? Seule Marine apparait sans ce drapeau bleu de malheur. Depuis peu, même nos ministères et nos écoles supportent cet emblème d'Occupation, c'est scandaleux, non ? Je suggère une action : procurons nous de tels drapeaux, lacérons en des pans et découpons un trou en son centre, comme fîrent les Roumains en leur temps, plaçons ces chiffons à nos fenêtres, défilons avec des drapeaux de l'U.E ainsi défigurés et brûlons les, ils ne sont pas les étendards de chez nous pour lesquels sont tombés nos ancêtres.

Écrit par : verdier | 27/03/2017

Les commentaires sont fermés.