Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2017

Éditorial : «Et l'identité de la France ?»

 

Par Yves Thréard

Il a été très peu question de l'identité de la France dans cette campagne présidentielle. Et aussi, pour parler plus franchement, de la place de l'islam. Les beaux esprits s'en féliciteront. Un sujet qui dérange est, pour eux, toujours «instrumentalisé». Il ne faut pourtant pas aller bien loin dans les villes et les campagnes pour comprendre que beaucoup d'électeurs s'interrogent: demain, la France sera-t-elle encore la France? Et ce n'est pas faire injure aux musulmans d'affirmer que ces mêmes électeurs redoutent que leur culture, leurs traditions, leurs racines s'effacent peu à peu devant les pratiques d'une religion prise en otage par une poignée de radicaux.

Les attentats à répétition qui ont ensanglanté notre pays ces dernières années ont prouvé que l'islamisme n'était pas qu'une idéologie d'importation, mais qu'il prospérait comme du chiendent sur tout le territoire. L'ennemi est aussi à l'intérieur. Faillite de l'intégration, échec de l'école républicaine, démission des parents, indifférence ou complaisance des élus et des élites? Sans aller jusqu'en Seine-Saint-Denis, il est des endroits où la France a perdu son âme, son identité, sa liberté.

Est-ce réactionnaire de s'en indigner? Pendant que certains le prétendaient, le communautarisme s'est développé, le prosélytisme a fait son œuvre dans les mosquées et ailleurs, le militantisme islamique s'est affiché de façon de plus en plus virulente et provocante. Jusque sur les plages, où le port du burkini a pris ses aises.

De tout cela, les candidats à la présidentielle ont peu parlé, à l'exception de François Fillon et Marine Le Pen. Tous revendiquent leur attachement à la laïcité. Mais encore faut-il se donner les moyens de la faire respecter face aux coups de boutoir des réfractaires à l'ordre républicain. Et ne pas se montrer trop naïf en se contentant, comme Emmanuel Macron, d'affirmer que «la France ne sera jamais une nation multiculturelle». Macron, Hamon, Mélenchon: cette campagne a montré que les candidats de la gauche ont des «pudeurs de gazelle» quand il s'agit d'évoquer le fondamentalisme islamique.

Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 14/04/2017. Accédez à sa version PDF en cliquant ici

10:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Le point de vue de Thréard, un journaliste respecté et fidèle à la déontologie journalistique, est précieux pour la sensibilisation du public du Figaro, largement acquis à Fillon.
La thématique identitaire sera de plus en plus au coeur de tous les débats à venir, on ne pourra jamais plus l'ignorer ni la glisser sous le tapis!

Écrit par : dirk | 14/04/2017

Répondre à ce commentaire

vu la complaisance de nos élus politique (hors FN) , ainsi que les collabos de Bruxelles , l,implantation sûre et déterminé de l,islam conquérant , les masses d,individus qui débarquent sans arrêt avec l,aide de la marine Italienne , les ONG , et consorts , la bêtise Absolue de certains de nos concitoyens , donc j,augure mal de l,avenir pour les générations suivantes .
salutations

Écrit par : parvus | 15/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.