Fin mars, une étude du Cevipof décryptait les intentions de vote des primo-votants de 2017. D'après l'analyse, Marine Le Pen obtiendrait 29% de leurs voix rien qu'au premier tour. «Ils abordent l’élection présidentielle dans un climat de profonde déception envers l’exécutif», justifiait alors Anne Muxel, directrice de recherches CNRS à Sciences Po, au Figaro Étudiant.

Toujours selon l'étude du Cevipof, parmi les jeunes votants français, 34% des hommes et 25% des femmes pourraient voter Front national (FN). Ce sont justement ces jeunes femmes à qui nous nous sommes intéressées, à quelques jours du premier tour. Pourquoi, à moins de 25 ans, se tournent-elles vers ce parti aux idées radicales ? Leurs motivations, leurs espoirs, leurs regrets, la réaction de leur entourage... Cinq d'entre elles, âgées de 19 à 24 ans, ont accepté de nous confier avec leurs mots engagés, parfois virulents, parfois candides, leur position politique.

Albane, 20 ans, étudiante en orthophonie

Albane, 20 ans, jeune votante Front national

Albane, 20 ans, jeune votante Front national.

 

Primo-votante, sympathisante Front national, Versailles (78).

Qu’est-ce qui vous incite aujourd’hui à voter Marine Le Pen ?
Une réelle envie de changement. Même si je ne suis pas en accord avec la totalité de ses idées, c’est elle qui me semble la plus apte à redresser le pays. Depuis des années, les politiques arrivent au pouvoir avec des belles idées et des changements en tête mais rien ne se passe. Je vois en Marine Le Pen le candidat qui pense le plus au bien commun des Français ; elle semble très libre d’agir car elle n’est pas liée par différents mouvements ou par le regard des autres. Je m’identifie particulièrement à Marion Maréchal qui est l’exemple même de la jeunesse qui veut défendre son pays : on sent une sincérité et un goût pour la vérité chez cette jeune femme qui est capable de sacrifier, quelque part, sa vie de famille et ses années de jeunesse à la défense de la France.

Qu’est-ce qui va changer, selon vous, si Marine Le Pen est présidente ?
On aura enfin à la tête de la France quelqu’un qui tient ses engagements. J’attends aussi plus de sécurité dans le pays : par de nouvelles places dans les forces de l’ordre, une justice plus ferme… Je veux un dirigeant qui s’attaque fermement aux problèmes de chômage, de retraite, d'islamisme, etc.

Que pensez-vous de l’image du FN dans les médias ?
Elle s'améliore mais il existe quand même un réel manque d’objectivité de la part des journalistes, qui déteint sur les gens. Hier encore j’ai rencontré une dame dans la rue qui me disait "Marine Le Pen est raciste, elle veut mettre tous les étrangers dehors". Jamais Marine Le Pen ne prendra une décision pareille, elle parle des étrangers fichés S. Quand vous accueillez un invité chez vous, vous imaginez qu’il se tiendra bien, sinon vous lui demanderez de partir ; et cet invité vous vous en occuperez bien, jusqu’au bout. En France, c’est pareil, les étrangers qui ne veulent pas respecter le pays et les règles qui y sont établies sont priés de partir, et j’ai du mal à comprendre pourquoi la France continue à accueillir des personnes si c’est pour leur offrir du chômage et une place à la rue ! Je ne crois pas que ce soit du racisme.

Votre entourage est-il au courant de vos opinions politiques ?
Cela ne me dérange pas de les partager avec mon entourage. Bien sûr, on est montrés du doigt car voter FN n’est franchement pas politiquement correct, mais on apprend à la longue à se détacher du qu’en-dira-t-on. Je repense à l’étonnement d’une serveuse dans un bar quand je lui ai dit que je revenais du meeting de Marine Le Pen : la désinformation est tellement énorme que les gens se font une idée diabolique de ce parti qui cherche simplement à faire l’unité du pays. Ma première réaction est de parler avec eux, cela m’intéresse beaucoup de comprendre pourquoi ils pensent différemment, et quelle idée ils ont de Marine Le Pen.

Léa, 22 ans, étudiante en sciences politiques

Léa, 20 ans, encartée FN

Léa, 22 ans, encartée FN

 

Primo-votante, encartée Front national depuis 2016, Vendée (85).

Qu’est-ce qui vous incite aujourd’hui à voter Marine Le Pen ?
La question de l'identité est la principale raison qui me pousse à voter Marine Le Pen aujourd’hui. J’ai grandi dans la région de Mantes-la-Jolie, j’ai vu au fur et à mesure la montée du communautarisme et de l’islamisme. De plus, je viens d’une famille d’agriculteurs et c’est en voyant les problèmes auxquels ils sont confrontés que j’ai commencé à m’intéresser à la politique. La sortie de l’Union européenne est le meilleur choix pour eux, et c’est bien pour cette raison que le vote FN chez les agriculteurs est majoritaire. Marine Le Pen est la personnalité politique la plus compétente aujourd’hui, elle est sincère, cohérente et très bonne oratrice.

Qu’est-ce qui va changer, selon vous, si Marine Le Pen est présidente ?
Beaucoup de choses vont changer. Ce sera un vrai retour à la démocratie, avec notamment l’instauration de la proportionnelle pour les législatives et du référendum d’initiative populaire. Tous les Français pourront être enfin représentés et entendus. La France retrouvera ses différentes souverainetés, notamment ses frontières et son économie. Emploi, sortie de l'Union européenne, insécurité, laxisme judiciaire, terrorisme... Nous pouvons appliquer des mesures, mais il faut du courage en politique. Marine Le Pen l’a et c’est pour cette raison que je lui fais entièrement confiance.

Que pensez-vous de l’image du Front national dans les médias ?
Elle est scandaleuse. Je suis outrée par le manque de partialité de ce service public, financé par l’argent du contribuable, dont les 30% de Français qui votent FN. Aujourd’hui, ils veulent éviter le débat de fond avec le FN alors ils utilisent des mots absurdes pour essayer de discréditer ce parti politique. Mais au vu des derniers sondages et des derniers scrutins, les Français se méfient de plus en plus des médias et votent de plus en plus FN. Nos adversaires nous disent "intolérants, haineux" mais nous insultent violemment et nous menacent toute la journée.

Votre entourage est-il au courant de vos opinions politiques ?
Ma famille est au courant de mon engagement et soutient ma démarche car il lui paraît important que les jeunes s’engagent en politique. Nous discutons toujours sans problème, nous partageons beaucoup de points de vue. Il peut m’arriver d’être montrée du doigt, et quand le dialogue est possible, j’aime beaucoup débattre pour aller au bout des choses.

Manon, 24 ans, étudiante en histoire

Manon Bouquin, jeune votante FN

Manon, 24 ans, militante du Front national.

 

Militante FNJ (Front national de la jeunesse), Paris (75).

Qu’est-ce qui vous incite aujourd’hui à voter Marine Le Pen ?
J'ai grandi en banlieue, je connais les ravages du communautarisme et de l'islamisme, j'ai vu à quel point la France avait reculé dans ces territoires perdus de la République. Marine Le Pen était seule, à l'époque, pour oser braver la chape de plomb que le politiquement correct faisait peser sur la question migratoire. Ça me plaisait. Aussi, le premier acte citoyen que je fis dans ma vie fut de voter pour cette femme que je trouvais si courageuse. Depuis, je n'ai cessé d'être confortée dans ce premier choix - qui fut, à l'époque, sans doute un peu hésitant. Je le referai en 2017, non par esprit de contestation, mais bel et bien par adhésion. Adhésion à une «certaine idée de la France» : libre, indépendante, souveraine, fière de ses racines et confiante en l'avenir.

Qu’est-ce qui va changer, selon vous, si Marine Le Pen est présidente ?
Il ne s'agit en aucun cas, bien sûr, d'affirmer que Marine Le Pen présidente, telle une magicienne, parviendra à relever le pays du jour au lendemain. Je dis simplement qu'il existe des choix politiques meilleurs que d'autres. La tâche est considérable car les gouvernements qui se sont succédé depuis quarante ans ont mis la France bien bas. En plus de retrouver notre souveraineté législative, budgétaire, territoriale et monétaire confisquée par Bruxelles, il faudra aussi éradiquer l'islamisme qui a, hélas, profondément gangréné une partie de notre pays, fermer les mosquées radicales, briser les logiques communautaristes qui fragmentent le pays, imposer fermement, sur chaque parcelle du territoire national, les valeurs de la France et de la République. Et non, impossible n'est pas français !

Que pensez-vous de l’image du FN dans les médias ?

Les médias donnent souvent une image exécrable du Front national, et ce n'est pas nouveau. Rares sont ceux qui aiment les idées sortant des sentiers battus. Je ne compte même plus le nombre d'"Envoyé Spécial" que France 2 a fait contre le parti de Marine Le Pen depuis le début de l'année ! Mais je ne pense pas que les Français soient dupes. Donald Trump a été élu notamment grâce à la haine que la presse lui vouait. En sera-t-il de même pour Marine Le Pen ?

Votre entourage est-il au courant de vos opinions politiques ?
Je ne fais jamais mystère de mes convictions politiques. Peu de mes connaissances m'en ont fait le reproche, même mes amis de gauche. Ils savent que je ne suis pas le cliché qu'ils se font de l'électeur frontiste. Personne ne devrait avoir honte d'être pour Marine Le Pen. Ce n'est pas une honte d'avoir «soif de France». Plus on sera nombreux à le dire haut et fort, plus il sera facile, pour ceux subissant des pressions, notamment dans leur vie professionnelle, d'assumer au grand jour leurs convictions, voire leur engagement politique.

Isaure, 19 ans, étudiante en BTS Management des unités commerciales

Isaure, 19 ans, jeune votante Front National

Isaure, 19 ans.

 

Primo-votante, sympathisante FN, Sartrouville (78).

Qu’est-ce qui vous incite aujourd’hui à voter Marine Le Pen ?
Elle est la seule à avoir un programme solide, la seule qui fera fermer véritablement nos frontières et les mosquées salafistes. Elle seule peut mettre un frein à l’invasion migratoire. On nous dit souvent que l’immigration italienne, espagnole, portugaise ou encore polonaise a été bénéfique pour la France. C’est vrai. Mais leur culture était au fond très proche de la nôtre.

Qu’est-ce qui va changer, selon vous, si Marine Le Pen est présidente ?
Les frontières nous protègeront enfin et on en finira avec l’immigration incontrôlée. L’unité de la France sera défendue ainsi que son identité nationale. Son indépendance vis-à-vis de l’Europe sera enfin assurée et les enfants connaîtront une réelle transmission des connaissances par le renforcement des apprentissages fondamentaux à l’école, comme le français et l’histoire.

Que pensez-vous de l’image du FN dans les médias ?

L’acharnement des médias contre Marine Le Pen et le FN de manière générale est surréaliste. Ils ne font preuve d’aucune objectivité et sont des militants plus que des journalistes. Ils se sont toujours basés sur des clichés et ne veulent pas en sortir : racisme, fascisme, extrémisme, antisémitisme… Marine Le Pen et son parti ont d’autant plus de mérite dans leur campagne.

Votre entourage est-il au courant de vos opinions politiques ?
Je ne me cache pas de mes opinions politiques. La présidentielle est au cœur de l’actualité et j’en parle aisément avec ceux qui partagent mes idées ou non. Les débats étaient effectivement compliqués il y a quelques années, beaucoup me montrent encore du doigt, mais je passe au-dessus. Je suis malgré tout contente de voir que les gens se posent de plus en plus de questions et respectent mes choix et mes valeurs.

Eve, 20 ans, étudiante en droit

Eve, 20 ans, jeune votante FN

Eve, 20 ans.

 

Primo-votante, militante Île-de-France.

Qu’est-ce qui vous incite aujourd’hui à voter Marine Le Pen ?
En tant que jeune femme de banlieue, j'ai été très tôt confrontée à l'insécurité, que ce soit dans la rue ou encore dans les transports en commun. En tant que jeune, je vois les difficultés qui sont les nôtres pour trouver un premier emploi ou pour nous loger. Face à ces différentes problématiques, la seule personnalité à pointer du doigt les maux de notre société et à proposer des solutions pour y remédier est Marine Le Pen. «Au nom du peuple» est bien plus qu'un slogan de campagne ; je ressens la sincérité de Marine Le Pen lorsque qu'elle prononce ces mots et j'y perçois un réel engagement, une profession de foi.

Que pensez-vous de l’image du FN dans les médias ?
Je suis lasse des médias partisans-militants qui ne cachent plus leur prise à partie et leur haine à l'égard des frontistes. Les Français n'en peuvent plus, les Français veulent nourrir, loger et soigner leurs enfants ; ils n'ont que faire des polémiques médiatiques complètement stériles.

Votre entourage est-il au courant de vos opinions politiques ?
J'appartiens à une famille nombreuse où l'on retrouve évidemment différentes opinions politiques. Et bien que tous ne partagent pas mes idées, je suis soutenue pour la force de mon engagement. Je pense que peu importe ses convictions, il est nécessaire d'agir pour les défendre c'est pourquoi je salue chaque jeune qui s'engage pour ses idées, peu importe le parti choisi. Coïncidence ou pas, la jeunesse se tourne aujourd'hui massivement vers Marine Le Pen.

Le look anti-système de Marine Le Pen