Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2017

Elle devait avorter de son bébé handicapé, elle accouche finalement d'un enfant vivant

 

Le couple a décidé de porter plainte contre l'hôpital (illustration)./ - Jean-Sebastien Evrard - AFP/Archives
Le couple a décidé de porter plainte contre l'hôpital (illustration)./ Jean-Sebastien Evrard  / 

Un couple de Boulogne-sur-Mer vit actuellement un terrible drame. Enceinte depuis huit mois, la future maman est contrainte d'avorter de son bébé après avoir appris qu'il était handicapé. Mais rien ne se passe comme prévu, et la jeune femme accouche d'un bébé vivant, rapporte La Voix du Nord.

Alors que la future maman approchait de son terme, elle découvre lors d'une IRM que son enfant est lourdement handicapé, il souffre d'une grave malformation au cerveau. L'hôpital Duchenne, à Boulogne-sur-Mer, qui a fait ce diagnostic, lui prescrit alors une interruption médicale de grossesse (IMG).

Une interruption de grossesse totalement ratée 

Le lundi 24 juillet, une dizaine de jours après le diagnostic, le couple se rend à l'hôpital pour l'intervention. Les médecins lui expliquent alors qu'ils vont lui injecter une double dose d'un produit, qui normalement est mortel pour le bébé. Suite à cette piqûre, l'accouchement devait intervenir quelques heures plus tard. Ce moment arrive, sauf que la mère et le médecin qui l'accompagne découvrent avec stupeur que l'enfant qui vient de naître est bel et bien vivant. Le nourrisson boit et bouge mieux que ce que pensaient les médecins. Pour le moment, l'équipe médicale est incapable de prédire le degré d'handicap de l'enfant, ni de dire si les piqûres ont aggravé son état de santé. 

 

Le couple est particulièrement en colère, et souhaite porter plainte contre l'hôpital. «Aucune erreur n'a été commise. C'est une situation rare et désolante, la première fois que l'on voit ça. Mais c'est déjà arrivé à Lille», a affirmé la direction à La Voix du Nord. C'est l'Agence régionale de santé qui doit désormais décider d'ouvrir ou non une enquête.

20:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

pour ce couple , la peur d,avoir un enfant handicapé , les fait réagir par la colère , peut-être vont ils demander une indemnisation à l,hosto .
triste monde que le notre .
salutations.

Écrit par : PARVUS | 27/07/2017

Oui, Gaëlle, c’est un miracle ! Mais les médecins de cet hôpital ne me paraissent pas très malins !

Écrit par : abad | 27/07/2017

Depuis que la vieille sorcière est mourue plus rien ne se passe comme prévu ;o)

Écrit par : téléphobe | 28/07/2017

Les commentaires sont fermés.